Sam.
31
Jan

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Vous voulez vous détendre?

un site qui m'a bien fait rigoler:

genre

Philippe Tesson : « Je me suis trompé. Le problème, ce ne sont pas les Musulmans, ce sont les Arabes »

un adolescent passerait en moyenne deux heures par jour dans la vie réelle

l'état déploie un important dispositif de mauvaise foi sur tout le territoire

le raid et le gign soupçonnés d'avoir génés l'intervention des journalistes pendant la prise d'otages.

http://www.legorafi.fr/category/ledito/

 

Education Nationale, la soumission

En plus que l'état demande aux établissements publiques et privés d'enseignement de choisir une personne cible pour filtrer les entrées aux portails des établissements au lieu de nous protéger, une académie prone la soumission quand des élèves refusent d'étudier une caricature de Mahomet en cours d'arts plastiques, suspendant immédiatement l'enseignant. La vraie question est celle de la neutralité, qui ne peut dans l'espace public réduire la liberté d'expression. Autant alors ne pas enseigner les valeurs de la république, ça pourrait choquer certains parents d'élèves. Ce qui me fait penser à ce dessin:

Tu me copieras cent foisTu me copieras cent fois © Plantu

Didier Porte Philippe Tesson et Dieudonné

un excellent billet télé qui pose la question de l'égalité de traitement de neutralité de l'appareil d'état, quand Tesson appelle au meurtre de Dieudonné, pas de poursuites, quand Dieudonné se compare à Coulibaly, poursuites, mais bon ce qui est vrai c'est que quand on vieillit on devient psycho-rigide, il n'est qu'à voir mes billets, une interdiction des media devrait suffire tellement c'est con et excessif, pourrait-on se dire, le souci c'est qu'un handicapé léger alcoolisé a pris 6 mois ferme pour apologie du terrorisme..

La vidéo va disparaïtre alors voici:

Didier Porte sur Tesson et autre chose © Arrêt sur images

 

Libre penseur

Relectures:

« Au risque de ruiner l’espoir démocratique des révolutions arabes, le coup de force égyptien ravive l’alternative désastreuse entre dictature ou obscurantisme qui emprisonnait leurs peuples jusqu’en 2011. En écho, cette régression risque de nourrir les préjugés islamophobes qui érigent nos compatriotes d’origine, de culture ou de religion musulmanes en boucs émissaires de nos peurs de l’avenir… Paradoxalement, cette réduction des musulmans de France à un Islam lui-même réduit au terrorisme et à l’intégrisme est un cadeau offert aux radicalisations religieuses, dans un jeu de miroirs où l’essentialisation xénophobe justifie l’essentialisation identitaire. » Plenel

Islamophobie ou musulmanophobie? de Veermers

c'est peut-être là toute la question, lutter contre un empire naissant menaçant les libertés où qu'elles se trouvent ce n'est pas la même chose que de s'en prendre à des citoyens en raison de leurs convictions religieuses.

Edwy Plenel ici:

http://www.mediapart.fr/journal/france/111113/la-gauche-l-extreme-droite-et-la-xenophobie?page_article=2

"Par son usage répété de la formule « ennemi intérieur » à propos des menaces terroristes liées à l’islamisme radical, Manuel Valls est d’ailleurs un spécimen de cette dérive aveugle dont le philosophe Michel Foucault a montré qu’au nom de la défense de la société contre des menaces indistinctes, elle en venait à mettre cette société en guerre contre elle-même (écouter ici ou lire là son cours de 1976 au Collège de France)."

Edwy Plenel l'ennemi intérieur, podcast là:

http://www.mediapart.fr/journal/audio/lennemi-interieur

pour qui se prévenir d'un terrorisme embryonnaire (2012) n'équivaut pas à déclarer la guerre à un ennemi de l'intérieur.

Je préfère de loin cette citation:

 "À savoir qu’on ne lutte pas contre les passions xénophobes et sécuritaires qu’agite l’extrême droite en épousant le même agenda qu’elle, mais, tout au contraire, en leur opposant un imaginaire supérieur et mobilisateur, créant une dynamique électorale et un rapport de forces politiques autour d’idéaux renouvelés, ceux-là mêmes qu’énonce mais n’accomplit pas notre République : de liberté véritable, d’égalité nouvelle, de fraternité retrouvée."

à laquelle je rajoute ceci posté ailleurs:

La question de la sociale est au centre de ce cahos, le libéralisme depuis Mitterand brise tout, les investissements publics, l'école, la justice, l'accompagnement des cas les plus difficiles.

Le libéralisme c'est le cahos, l'injustice économique, les divisions, la rupture  du lien social, qu'en mots et apartés Sarkozy traduisait si bien dans sa  volonté de laisser pour compte ceux qui ne peuvent raccrocher le wagon. Le hollandisme c'est stricto sensu plonger dans la boîte à outils pour faire du bricolage. S'y opposer ne peut pas consister à proposer seulement du contre-bricolage au cas par cas

Le pouvoir veut nous cantonner au choix de l'anti-fascisme avec la volonté de vivre ensemble pour continuer cette politique, qui provoque chômage, désespérance, meutres et suicides dans des familles stressées par l'abscence d'avenir.

Ce terrorisme là, bien plus insidieux attente à nos libertés, car il prétend qu'il n'y aurait pas d'autre choix que d'aller vers la précarisation et le chacun pour soi provoquant des retours fulgurants et radicaux vers tous les communautarismes religieux qui veulent chasser les marchands du temple. 

Religion et égalité, le modèle américain

Organisation Philadelphie archidiocèse catholique de la jeunesse (CYO)

"Préparation à la vie adulte chrétienne implique également le développement et l'encouragement de formes appropriées, dignes et respectueuses de contact entre les étudiants masculins et féminins. Le [Arc] diocèse estime donc qu'il est incompatible avec sa mission religieuse et avec ses efforts pour enseigner les valeurs évangéliques de tolérer des compétitions entre jeunes hommes et femmes dans les sports qui impliquent un contact physique importante et potentiellement impudique. Par conséquent, la [Arc] diocèse a adopté cette politique interdisant la participation co-ed dans les sports suivants: lutte, football et le rugby."

http://www.huffingtonpost.com/2015/01/15/catholic-youth-organization-teen-football_n_6480318.html?cps=gravity_2658_1471204428597058833

Ce que c'est que croire.

un dessin qui devrait faire réfléchir aussi le pape françois

Ce que c'est de croireCe que c'est de croire © Tignous-Marianne

Obama le comique affligé-eant

"Notre principal avantage est que notre population musulmane n'a pas de problème à se sentir américaine", a-t-il lancé, soulignant que ce n'était pas le cas dans certaines parties de l'Europe"

Juste un rappel celui qui a formé les frère pois chiches au Yémen, est un américain d'origine yéménite par son père, né au nouveau Mexique, qui est devenu ingénieur dans une  prestigieuse université américaine qui y a découvert là le goût de parler en publique et de lire le coran, devenu prédicateur respecté il a été reçu au sénat et au capitole pour y faire des conférences. Après les attentats du 11 septembre comme deux des terroristes avaient fréquenté sa mosquée il y a eu enquête du FBI sur lui qui n'a rien donné, parti à Londres il s'y est radicalisé, puis est parti au yémen combattre. Il y fut tué par un drone en 2011. Un modèle d'intégration à l'américaine sans doute.

Passons sur la série d'attentats comme la double explosion au siège du FBI qui furent le fait de radicaux islamistes qui l'ont précédé.

Le problème dans tout ça c'est le déni que ce soit envers les noirs, les musulmans dont tous les reportages disent qu'ils sont ostracisés, de responsabilité aussi sur le fait que construire un monde au nom du dieu fric tout en jurant sur la bible, entraîne morts, esclavagisme et paupérisation et que l'illigétimité des exactions des uns ne rendent pas pour autant vos propres exactions légitimes.

C'est le positivisme américain, s'auto-convaincre jusqu'à l'aveuglément que rien ne pose problème...que les radicaux extrémistes sont des fous extrémistes comme les autres même quand ils célèbrent l'arrivée d'un bush au pouvoir parce qu'il fera suffisamment de dégats dans leur zone traditionnel d'influence pour que de nouvelles recrues viennent rejoindre leurs rangs.

C'est a contrario le splendide isolationnisme américain aussi, eux qui se sont faits payer leur participation à la première guerre mondiale en échange de tonnes d'or, qui en ont profité pour soutenir l'allemagne en commerçant jusque très tard avec elle, pactisant avec le diable jusqu'à ce que Pearl Harbour lui montre que le nazisme était aussi un danger pour son empire, refusant ensuite au nom d'une paix américaine que l'allemagne paie des dommages aux pays qu'elle avait violentée, pour que l'europe devienne uni face au danger soviétique europe dont elle pouvait faire sa base avancée.

Fabius, en off, avait bien dit l'amérique nous a abandonné, seulement ce grand ministre des affaires étrangères eût mieux fait de se rappeler que ce n'est que par intérêts capitalistiques, commerciaux ou géostratégiques qu'elle a été à nos côtés.

Obama cyniquement fort de ses cinquante ans de pétrole, de ses capitaux rapatriés au pays et de sa croissance retrouvée n'a que faire de l'europe, continent en déclin, confronté à des dangers si lointains, face aux nouveaux défis asiatiques, tel est le message, débrouillez-vous ou plutôt débrouillez-vous comme nous nous sommes débrouillés, sans avoir la même histoire, sans la même situation géographique, ne voyant pas que demain à humilier les latinos ils lui rendront la monnaie de sa pièce, fers de lance d'autres minorités, et qu'à laisser grandir la menace islamiste juste ce qu'il faut pour géner d'autres puissances régionales soutenues par la Russie, il risque ainsi d'avoir à investir, lui ou ses successeurs l'amérique sur au moins deux fronts, à condition que la chine le laisse tranquille.

Bref  à nos côtés quand il s'agissait de dégommer l'empereur de l'afrique qui risquait de géner la pénétration des marchés par ses firmes et produits américains, il nous a contemplé comme dans un jeu vidéo réduire la menace au mali et nos zones d'influence, heureux de n'avoir pas un cent à débourser.

Le tout pour l'amérique est qu'une aucune autre grande puissance, fut-elle un assemblage de pays, ne vienne entraver sa puissance économique, surtout pas l'europe qui démantelée grâce à ses banquiers de ce qui faisait sa force, la régulation, n'a plus qu'à se mettre à genoux devant les conditions inégales d'échanges que les traités commerciaux l'obligent à signer, surtout avec les sanctions imposées à la russie...

Allez vive l'amérique, qui après avoir détruit la force de l'europe peut la vassaliser en  s'en moquant ouvertement comme si son porpre ostracisme raciste n'avait jamais existé.

Newsletter