Ven.
06
Mar

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Kant, hélas

 « Les Lumières c’est la sortie de l’homme hors de l’état de tutelle dont il est lui-même responsable. L’état de tutelle est l’incapacité de se servir de son entendement sans la conduite d’un autre. On est soi-même responsable de cet état de tutelle quand la cause tient non pas à une insuffisance de l’entendement mais à une insuffisance de la résolution et du courage de s’en servir sans la conduite d’un autre. Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Tel est la devise des Lumières. »

Il n'est point de liberté sans loi morale, un épicurien n'est pas forcément un homme sage, la recherche du bonheur ne produit  pas forcément une intention vertueuse, n'est-ce pas Stauss-Khan, le stoïcien se trompe lorsqu'il part à la recherche de la seule vertu pour faire son bonheur car la seule intention vertueuse ne produit pas forcément le bonheur sur cette terre mais l'en rend digne face à Dieu, n'est-ce pas Jospin.

.....hélas, c'est pour ceux qui ont eu, ont ou auront le courage de le lire, bien que déïste il est incontournable pour ceux qui aiment mettre à l'épreuve de la raison logique les philosophies antiques, ce qui donne envie de les lire.

Montesquieu tel qu'en lui-même

La liberté politique ne réside ni dans la participation à l’exercice du pouvoir, ni dans la simple soumission à la loi. Elle consiste dans la
sécurité des citoyens et dans leur certitude que leurs personnes, leurs familles et leurs biens sont protégés par l’Etat contre l’autorité inique de l’arbitraire. « Le seul avantage qu’un peuple libre ait sur un autre, c’est la sécurité où chacun est que le caprice d’un seul ne lui ôtera point ses biens ou sa vie. Un peuple soumis, qui aurait cette sécurité-là bien ou mal fondée, serait aussi heureux qu’un peuple libre ». La sécurité consubstantielle à la liberté ne peut pas avoir lieu dans le régime despotique, où le souverain n’est pas lié à des lois et commande à l’aveuglette sous la dictée de ses passions : « Un homme libre qui a un juste sujet de croire que la fureur d’un seul (…) ne lui ôtera la vie ou la propriété de ses biens »

L’idée de liberté politique chez Montesquieu est donc liée à la notion de modération. cette notion étant relative à la sécurité, aux conséquences de son expression, au fait que le droit et l'état la protège en tenant compte des circonstances.

A méditer: « Aujourd’hui nous recevons trois éducations différentes ou contraires : celles de nos pères, celles de nos maîtres, celle du monde. Ce qu’on nous dit dans la dernière renverse toutes les idées des premières. »

Voltaire tel qu'en lui-même

« On portait dans les rues la statue de saint Antoine l’ermite en procession ; Farel tombe avec quelques-uns des siens sur les moines qui portaient saint Antoine, les bat, les disperse, et jette saint Antoine dans la rivière. Il méritait la mort, qu’il ne reçut pas, parce qu’il eut le temps de s’enfuir.

S’il s’était contenté de crier à ces moines qu’il ne croyait pas qu’un corbeau eût apporté la moitié d’un pain à saint Antoine l’ermite, ni que saint Antoine eût eu des conversations avec des centaures et des satyres, il aurait mérité une forte réprimande, parce qu’il troublait l’ordre ; mais si le soir, après la procession, il avait examiné paisiblement l’histoire du corbeau, des centaures, et des satyres, on n’aurait rien eu à lui reprocher. »

Pour lui  la « forte réprimande » est nécessaire lorsque l’on manifeste son désaccord dans l’espace public tandis que les divergences sont permises et bienvenues, tant qu’elles se confinent à l’espace privé et qu’elles ne risquent pas de provoquer trop de conséquences sur l'ordre public.

Il ne faut point troubler l'ordre public, ce que de nos jours Juppé exprimait lors de la première parution des caricatures "il y a certes liberté d'expression mais il faut agir en responsabilité."

Prochain sujet du bac "la liberté des uns s'arrête-t-elle là où commence celle des autres?" John Stuart Mil

Tous ceux qui répondront de travers seront fichés et ceux qui répondront que c'est une provocation seront arrêtés.

Papillons

Enfin une première que n'ont pas les parisiens, l'histoire d'une passion, d'un rêve d'enfant de 10 ans, retrouver le papillon grand comme une assiette observé par Darwin en 1859. (observez l'abeille à côté)

http://www.20minutes.fr/toulouse/1519819-20150118-toulouse-retrouvent-mysterieux-papillon-geant-font-film

 

Un papillon géant, celui de Darwin en 1859, enfin retrouvé.Un papillon géant, celui de Darwin en 1859, enfin retrouvé. © Hélène Menal

 

Vous voulez vous détendre?

un site qui m'a bien fait rigoler:

genre

Philippe Tesson : « Je me suis trompé. Le problème, ce ne sont pas les Musulmans, ce sont les Arabes »

un adolescent passerait en moyenne deux heures par jour dans la vie réelle

l'état déploie un important dispositif de mauvaise foi sur tout le territoire

le raid et le gign soupçonnés d'avoir génés l'intervention des journalistes pendant la prise d'otages.

http://www.legorafi.fr/category/ledito/

 

Education Nationale, la soumission

En plus que l'état demande aux établissements publiques et privés d'enseignement de choisir une personne cible pour filtrer les entrées aux portails des établissements au lieu de nous protéger, une académie prone la soumission quand des élèves refusent d'étudier une caricature de Mahomet en cours d'arts plastiques, suspendant immédiatement l'enseignant. La vraie question est celle de la neutralité, qui ne peut dans l'espace public réduire la liberté d'expression. Autant alors ne pas enseigner les valeurs de la république, ça pourrait choquer certains parents d'élèves. Ce qui me fait penser à ce dessin:

Tu me copieras cent foisTu me copieras cent fois © Plantu

Didier Porte Philippe Tesson et Dieudonné

un excellent billet télé qui pose la question de l'égalité de traitement de neutralité de l'appareil d'état, quand Tesson appelle au meurtre de Dieudonné, pas de poursuites, quand Dieudonné se compare à Coulibaly, poursuites, mais bon ce qui est vrai c'est que quand on vieillit on devient psycho-rigide, il n'est qu'à voir mes billets, une interdiction des media devrait suffire tellement c'est con et excessif, pourrait-on se dire, le souci c'est qu'un handicapé léger alcoolisé a pris 6 mois ferme pour apologie du terrorisme..

La vidéo va disparaïtre alors voici:

Didier Porte sur Tesson et autre chose © Arrêt sur images

 

Libre penseur

Relectures:

« Au risque de ruiner l’espoir démocratique des révolutions arabes, le coup de force égyptien ravive l’alternative désastreuse entre dictature ou obscurantisme qui emprisonnait leurs peuples jusqu’en 2011. En écho, cette régression risque de nourrir les préjugés islamophobes qui érigent nos compatriotes d’origine, de culture ou de religion musulmanes en boucs émissaires de nos peurs de l’avenir… Paradoxalement, cette réduction des musulmans de France à un Islam lui-même réduit au terrorisme et à l’intégrisme est un cadeau offert aux radicalisations religieuses, dans un jeu de miroirs où l’essentialisation xénophobe justifie l’essentialisation identitaire. » Plenel

Islamophobie ou musulmanophobie? de Veermers

c'est peut-être là toute la question, lutter contre un empire naissant menaçant les libertés où qu'elles se trouvent ce n'est pas la même chose que de s'en prendre à des citoyens en raison de leurs convictions religieuses.

Edwy Plenel ici:

http://www.mediapart.fr/journal/france/111113/la-gauche-l-extreme-droite-et-la-xenophobie?page_article=2

"Par son usage répété de la formule « ennemi intérieur » à propos des menaces terroristes liées à l’islamisme radical, Manuel Valls est d’ailleurs un spécimen de cette dérive aveugle dont le philosophe Michel Foucault a montré qu’au nom de la défense de la société contre des menaces indistinctes, elle en venait à mettre cette société en guerre contre elle-même (écouter ici ou lire là son cours de 1976 au Collège de France)."

Edwy Plenel l'ennemi intérieur, podcast là:

http://www.mediapart.fr/journal/audio/lennemi-interieur

pour qui se prévenir d'un terrorisme embryonnaire (2012) n'équivaut pas à déclarer la guerre à un ennemi de l'intérieur.

Je préfère de loin cette citation:

 "À savoir qu’on ne lutte pas contre les passions xénophobes et sécuritaires qu’agite l’extrême droite en épousant le même agenda qu’elle, mais, tout au contraire, en leur opposant un imaginaire supérieur et mobilisateur, créant une dynamique électorale et un rapport de forces politiques autour d’idéaux renouvelés, ceux-là mêmes qu’énonce mais n’accomplit pas notre République : de liberté véritable, d’égalité nouvelle, de fraternité retrouvée."

à laquelle je rajoute ceci posté ailleurs:

La question de la sociale est au centre de ce cahos, le libéralisme depuis Mitterand brise tout, les investissements publics, l'école, la justice, l'accompagnement des cas les plus difficiles.

Le libéralisme c'est le cahos, l'injustice économique, les divisions, la rupture  du lien social, qu'en mots et apartés Sarkozy traduisait si bien dans sa  volonté de laisser pour compte ceux qui ne peuvent raccrocher le wagon. Le hollandisme c'est stricto sensu plonger dans la boîte à outils pour faire du bricolage. S'y opposer ne peut pas consister à proposer seulement du contre-bricolage au cas par cas

Le pouvoir veut nous cantonner au choix de l'anti-fascisme avec la volonté de vivre ensemble pour continuer cette politique, qui provoque chômage, désespérance, meutres et suicides dans des familles stressées par l'abscence d'avenir.

Ce terrorisme là, bien plus insidieux attente à nos libertés, car il prétend qu'il n'y aurait pas d'autre choix que d'aller vers la précarisation et le chacun pour soi provoquant des retours fulgurants et radicaux vers tous les communautarismes religieux qui veulent chasser les marchands du temple. 

Newsletter