Ven.
24
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Laurent Mauduit comme au bon vieux temps

Laurent Mauduit révèle que Cambadélis a usurpé un diplôme de doctorat, mais ce faisant il en révèle autant sur ses valeurs que sur celles de Cambadélis 

Euro et europe ne sont pas liés.

Dans le cadre du débat sur le référendum écossais on en apprend de belles, on peut ainsi faire partie de l'europe sans avoir adopté le mécanisme des taux de change européens.

Les rats quittent le navire

L'écosse veut devenir un super pays soucieux de répartition, où il fait bon vivre, résultat ça va être plus dur pour les pauvres d'angleterre en plus il faudrait applaudir surtout que tout le monde s'y met.

Duplicités

 

Il y a vraiment des journaux qu'on aime ou l'on déteste,mais il y a un seul journal que j'aime et que je déteste et les réactions journalistiques de mediapart sur le livre de Valérie Trierweiler en sont un bon exemple, si, si moi aussi je me suis allé à écrire dessus, pas sur le livre mais sur l'hypocrite morale petite bourgeoise intéressée si présente ici dans les articles en réaction à la sortie de ce livre, car, qu'on se le dise, les victimes de la duplicité d'un homme qui plus est homme d'état n'ont aucun droit mais seulement l'obligation de se taire.

L'écran de fumée

ça blablate dur sur le changement gouvernemental, une fois de plus on fait de la mousse, le débat porte sur les mesures économiques à prendre, donc sur la meilleure manière de susciter du surplus, creuset des rectettes de l'état, or il faut cinq ans pour que ces mesures prennent leur plein effet. Par contre comme un journaliste de Mediapart le faisait remarquer il y a un mur de remboursement de dettes en 2015 auquel la France n'est pas sûre de pouvoir faire face au vu de sa situation économique qui ampute les recettes de l'état. De grandes entreprises ont demandé en 2014 à leurs cadres de trouver des solutions d'auto-financement pour l'année 2015, au cas où l'on se retrouverait dans le même état que l'espagne ou la grèce; 5.000 personnes ayant des contrats auprès d'une grande compagnie d'assurances ont demandé que leurs contrats ne contiennent plus de placements obligataire en dette française.

Or en trois semaines (vote du budget au parlement), il faut sauver la france de cette crise de confiance des emprunteurs tant sur le plan national qu'international, d'autant que dans quinze jours faute d'avoir annoncé des réformes structurelles, notre pays peut se voir mis sous tutelle par Bruxelles, d'où les appels du pied d'angela Merkel qui n'a pas besoin que la récession se double d'une crise financière dans un pays pilier d'un euro qui lui profite pleinement.

Dieu a le dos large, heureusement il y a le sport?

Dans le cyclisme le progrès technique est un facteur décisif, la preuve, les coureurs disposent depuis cette année d'un compteur affichant leur puissance instantanée et moyenne en watts, utile quand on sait que pour détecter les coureurs dopés des sites mesurent la puisssance moyenne développée dans l'ascencion des cols, la médecine sportive ayant défini les limites du corps humain.

Faux message de carte bancaire expirée

Mediapart qui publie en en tête à destination de certains abonnés "Votre carte a expiré récemment, nous ne pourrons donc pas l'utiliser pour le paiement de votre abonnement. Afin d'éviter l'interruption de votre accès au site, merci de mettre à jour vos coordonnées de carte bancaire, ne se pose même pas la question de savoir si il a été hacké, la nouvelle saisie pouvant être prétexte à un vol de données.

la réponse (rapide) de Mediapart à mon étonnement (la validité de ma carte bancaire allant jusqu'en 2016) est celle-ci

"Il s’agit d’un dysfonctionnement technique. Vous gardez néanmoins accès aux articles.

 En effet, ne tenez pas compte de ce message que nous essayons de supprimer.

Pour sûr, ce dernier sera effacé lorsque le paiement de l’abonnement annuel aura lieu le 21/08 prochain"

Grosso modo, c'est les vacances, de toute façon le message sera actualisé le 21 Août.

Le top du top en matière de sécurité(Langue tirée), surtout pour la relation client, il vaut mieux déconseiller fortement a priori à tous les clients de répondre à cette invite si elle apparaït , puisqu'il s'agit d'une erreur portant sur les coordonnées de carte bancaire, une paille, dont on ne connaît pas l'origine, plutôt que de leur conseiller faiblement de "ne pas en tenir compte" en laissant entendre que le bug se résoudra de lui-même alors que ça peut mettre en cause et le budget des lecteurs et la responsabilité juridique de Mediapart.

Le principe de précaution devrait être la base de toute entreprise utilisant des moyens de paiement informatisés en matière de sécurité, d'autant comme on l'a vu récemment les hackers ont collecté 1,2 milliard de mots de passe de sites en ligne...des plus grands aux plus petits.

http://www.mediapart.fr/journal/international/060814/des-pirates-informatiques-russes-ont-vole-12-milliard-de-mots-de-passe

C'est juste la réflexion d'un vieux de la vieille aussi en informatique.

Géopolitique et bourse

Sanctions occidentales contre la russie, sanctions possibles contre Israël, indécision isolationniste de celui qui préside aux destinées de l'empire américain, refusant de bombarder Assad, de s'impliquer totalement dans le soutien aux démocrates laïques syriens, laissant le champ libre aux combattants qui cherchent à imposer un état islamique totalitaire prélude à un empire islamique de même nature, abandonnant l'afrique centrale aux groupuscules terroristes qui si il réussissent à s'imposer du fait d'une france qui en pleine crise démissionne sans le dire de son rôle de gendarme de l'afrique, comme le prouve le nigeria, en constatant que l'amérique l'abandonne (Fabius), pourront de nouveau débouler sur le moyen orient.

Un président américain qui ne se gêne pas au passage de vendre une fusée au tiers de son prix de revient afin de couler l'industrie européenne, ni d'imposer, dans le même objectif, un bombardier furtif dont on s'aperçoit aujourdh'ui qu'il ne peut pénétrer en territoire ennemi qu'en étant protégé par un chasseur, ô surprise, forcément américain, militant pour des sanctions contre la russie alors que l'europe y fait un chiffre d'affaire 400 fois plus important que son pays, ajoutant à son refus d'engagement une guerre économique contre ses alliés traditionnels avec comme résultat d'affaiblir le modèle économique occidental et par là sa capacité à contribuer à la défense de l'ordre mondial démocratico-capitaliste.

Ce carnage obamaesque de la politique extérieure américaine ouvre un boulevard aux russes qui après avoir testé l'amérique sur l'Ossétie, la Géorgie, l'iran et la Syrie, pousse ses pions pour reconquérir les ex pays de l'est, moteur d'un pouvoir Poutinien revanchard face à une europe pro-américaine qui a profité de l'effondrément de l'urss pour faire main basse sur cette zone tampon considérée comme essentielle aux militaires russes, zone qui aujourd'hui de plus offre une alternative à l'approvisionnement énergétique russe, alors que la stratégie de ce pays a toujours été de pouvoir étrangler énergétiquement l'europe. Mais à avoir choisi de déserter irak, syrie, liban, afin que la déstabilisation, les guerres civiles affaiblissent cette zone d'influence régionale iranienne soutenue par la russie, il est dans l'ordre des choses que le russe revanchard qu'est Poutine renvoie la pareille aux frontières de l'europe.

Ce laisser faire Obamaesque se traduit jusque dans le non interventionnisme dans le conflit entre fonds vautours américains et l'argentine alors qu'un simple prêt vis à vis d'un pays pivot d'une amérique latine fragile pouvait éviter le risque d'une récession en argentine déstabilisant le brésil pouvant atteindre les banques occidentales européennes qui y sont engagées, ne serait ce que pour financer les échanges commerciaux, je pense au Portugal et à l'espagne....et comme le monde financier est un village....

Bref il n'y a plus de pilote dans l'avion et quand bien même il n'y aurait pas de sanctions contre Israël les investisseurs craignent un retour de baton de l'opinion publique consommatrice de produits qui y sont produits ou conçus.

Les spéculateurs et les épargnants ont besoin d'un cadre stable garanti par la puissance publique et en un an est apparue de manière crue que la puissance publique du plus puisant pays du monde occidental ne garantit plus rien sans même faire apparaître d'autres règles du jeu, si ce n'est des turbulences géopolitiques à n'en plus finir, sans finalité explicite ou implicite et où l'exposition indécente de l'émotion kerryenne se subtitue à un message politique fort et structurant.

Résultat les bourses plongent car la confiance n'est plus là d'autant que la fed compte bien remonter les taux d'intérêts en ne tenant aucun compte du contexte géopolitique qui laisser présager un avenir plus propice à la récession et aux crises financières qu'à la création de valeurs.

Newsletter