Sam.
29
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Thématiques du blog

 

Un Tour de France Bardet d'hésitations

Le tour de france décapité de ses supers coureurs "extra ordinaires" qui s'envolent en montagne aussi bien que sur les contre la montre voit enfin poindre aux avants postes les coureurs français.

Après la planche des Belle-fille où un Thibaud Pinot apparaît tout frais en seconde position au sommet de la bosse finale contemplant les quarante mètres qui le séparent d'un Nibali qui en avait cent d'avance, satisfait de lui-même alors que démarrant plus tôt il eut pu lui disputer la victoire, l'on voit encore à Chamrousse Nibali rouler à cinquante à l'heure pendant vingt cinq secondes sans que personne ne fasse d'effort équivalent, les français s'épuisant dans une chaleur étouffante à rouler au train ne cherchant qu'à limiter l'écart. Comme dit Bardet, j'aurais pu faire l'effort mais au risque d'être cuit, je ne suis pas là pour faire le show fut-il télévisé, il reste beaucoup d'étapes de montagne, le tour est long, il faut se préserver.

La réflexion d'un sage plutôt que d'un champion. 

En fait la guerre fait rage entre Thibaud Pinot et Romain Bardet pour être le meilleur français, quitte à oublier Nibali, puisque il est hors d'atteinte, le plus fort etc.. Résultat l'on se marque, l'on tergiverse et quand dans la montée de Chamrousse un Jean Christophe Péraud accélère franchement invitant Bardet à sauter dans sa roue, celui-ci contre, on peut être dans la même équipe et tout faire pour éliminer un coéquipier, où comment on peut être jeune et déjà vieux salaud.

Argentine, "l'avenir" de la france

http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20140625trib000836751/l-argentine-au-risque-d-un-coma-economique.html

un article qui montre comment et pourquoi la france se dirige droit vers une situation à l'argentine:

« Les oligarques, les caudillos, les intérêts combinés des industriels et des syndicats - sans oublier les plus pauvres descamizados : pour le dire simplement, il n'y avait aucun groupe important ayant intérêt à la stabilité des prix

Ici, la recherche du « bon coup » et de l'arnaque est le fléau des rentrées fiscales, et la propension récurrente des citoyens à regarder le gouvernement comme leur client leur devant des faveurs

système politique en proie au clientélisme

 reste incapable de dégager un surplus commercial

soutien d'une opposition qui comme en 2001 semble prête à applaudir le défaut des deux mains

Il appartient aujourd'hui au gouvernement argentin de décider s'il veut continuer à retarder l'inévitable en choisissant de blâmer les fonds d'investissement pour la destruction du maigre équilibre économique qu'il était parvenu à bricoler, ou à s'atteler à reconstruire un modèle de développement en renégociant son contrat social sur des bases saines.

Car la question centrale ici est la reconstruction d'un Etat au service du pays et pas à celui de groupes d'intérêts, quelqu'ils soient.

Réponse au 30 juillet

Argentine, finance: intérêt général et intérêts privés, nouvelle crise

Le pire est toujours sûr, la rapacité des hommes que ce soit en france ou chez les pires spéculateurs conduisent sûrement à la faillite de l'intelligence, au chacun pour soi, au refus des règles de régulation sociales, étatiques et institutionnelles. La crise financière qui va advenir va en être l'illustration parfaite.

Mais dormez bien braves gens, mediapart vous enferme en ces temps de risques de tsunamis dans la torpeur des débats franco français.

La cour suprême américaine vient de contraindre l'argentine à rembourser intégralement deux fonds spéculatifs détenteurs de sa dette et auyant refusé sa décote, ce qui signifie que du point de vue de la législation américaine tout spéculateur, tout créancier est en droit de refuser toute restructuration de la dette intégrant une décote...quand bien même des accords eussent été déjà conclus...comme en grèce ou ailleurs!

En quoi c'est inique c'est que les fonds spéculatifs ont acheté à bas prix de la dette argentine lors de la crise, l'un de ces fonds pour 48 millions de dollars, puis profitant de la décote imposée aux créanciers qui a permis à l'argentine d'éviter le défaut de paiement et de se redresser, ils ont vu leurs avoirs se valoriser, ce qui fait que ce fond spéculatif réclame maintenant 832 millions de dollars représentant la valeur de leurs positions actuelles sans la décote.

Or si tous les créanciers, qui par définition se sont vus lésés par la décote, remettent en cause cette même décote qui pourtant permet au système financier de refonctionner, c'est la faillite assurée, le défaut de paiement, il n'y a pas assez d'argent en caisse pour faire face aux demandes de remboursement.

L'intérêt général d'un pays c'est de tout faire pour préserver son avenir, c'est aussi l'intérêt général de ceux qui y placent leur argent, une faillite pure et simple les dépossédant de tous leurs avoirs, il vaut mieux une décote de 30% de leurs avoirs que de tout perdre. Mais l'intérêt privé de chacun s'oppose à cette position de bon sens, ils préfèreront toujours récupérer 100% de leurs fonds avec les bénifices de placements plutôt que de les voir dévaloriser de 30%. Il en est ainsi des crises boursières où chacun voyant une perte de quelques pour cents sur une position va vendre des actifs ayant de la valeur pour compenser cette perte, et chacun adoptant ce comportement, il y a effet boule de neige, effet domino puisque toutes les valeurs bien côtées en subissent les effets dévalorisants et dévastateurs.

Le plus remarquable de l'histoire c'est que le gouvernement américain d'Obama était contre, il considérait que c'était "une atteinte substantielle à l'intégrité de l'état", d'autant que ce jugement de la cour suprême impose à l'argentine de révéler ses positions sur les marchés, imaginez la bnp sur la grèce (puisqu'elle cache soigneusement ses junck bonds)..Obama n'est pas Roosevelt, qui a mis au pas les spéculateurs, les rendant responsables de la crise, il en a le langage mais ses sourires éclairants illuminent son désir d'inaction, financé qu'il est par eux.

Comme disait l'autre il suffit de laisser le marché s'auto-réguler, de laisser les juristes ou les tribunaux privés arbitrer, d'abandonner toute interventionnisme politique, de susciter des restructurations de dettes en les laissant sous le régime du droit privé. La démonstration bête et méchante du crétinisme des dirigeants à vouloir signer le traité transatlantique.

Dans sa plus pure expression nous avons là un beau conflit entre le droit privé régulé par l'interventionnisme de l'état au nom d l'intérêt général contre le droit privé au seul service des intérêts particuliers.... au passage en plus un débat à venir sur l'extra territorialité juridique des sociétés spéculant sur des marchés nationaux et in fine un magnifique conflit entre la primauté du droit européen et la primauté du droit américain.

Si les autres investisseurs prennent cette nouvelle règle de droit à la lettre, puisqu'en la matière le droit à l'égalité de traitement s'impose, c'est a base même du crédit, ils coulent non seulement le système financier argentin mais aussi celui de tous les pays sur-endettés. Bref une belle crise financière généralisée, systémique à souhait.

En résumé vu le risque élevé de crise qui ne tient qu'au sens de la responsabilité des acteurs spéculateurs, chacun ayant quelques placements doit vendre pour acheter de l'or, mais ce faisant l'ensemble de ceux qui suivraient mes conseils ferait dégringoler la bourse etc...

De ce fait chaque lecteur de ce billet ayant quelques biens en bourse se retrouve devant l'alternative qui se pose à chaque fonds spéculatif.

Ne pas paniquer et jouer le long terme ou penser à défendre son argent, ce qui aboutirait à ruiner tout espoir d'amélioration sociale et économique.

Mais de tout ça je m'en fous, je suis pauvre et n'ai pas grand chose à perdre à part mes maigres revenus, mais si j'y perds mes revenus je rigolerai à retrouver dans la rue tous ceux qui n'ont pas voulu se bouger à temps pour éviter que ce monde dépourvu d'humanité et de bon sens n'advienne, ne se bougeant que lorsque leurs intérêts corporatistes entrent en jeu....toujours prêts à décortiquer tels des rapaces jusqu'au dernier os la carcasse de notre société....comme de simples spéculateurs.

Addendum tiré de l'expansion:

"les clauses d’action collective, créées à la suite du défaut argentin,  permettent en effet d’empêcher un investisseur récalcitrant de bloquer une restructuration de dette (effacement partiel, rééchelonnement des paiements, etc.) quand celle-ci est acceptée par une majorité de créanciers. La clause est encore imparfaite, mais elle a par exemple permis de réduire la dette de la Grèce en 2012. La décision américaine n’a donc pas une portée systémique."
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/0203573957209-condamnation-de-largentine-quelles-consequences-possibles-1014197.php?DSjklWeh7eylGpFY.99

sauf qu'apparemment les fonds vautours sont sous législation américaine..... et qu'il suffit pour eux de ester devant la justice de leur pays pour mettre à mal les clauses d'action collective puisque celles-ci leur cause un préjudice. et qu'ils peuvent arguer n'avoir accepté cette clause qu'en attente d'un jugement en suspens.

Ce qui m'intrigue le plus c'est pourquoi ce genre de crise pointe-t-il toujours en été?

PS Une pensée pour les portugais qui, au travers des autoroutes devenues payantes sur décision de la troïka (35€ pour 200 km alors que le salaire minimum est de 366 €) se voient condamner à rouler dangereusement sur les petites routes, 4.000 camions/jour, les dégradant tant et plus et contraignant l'état à dépenser toujours plus à leur entretien, ce qui au final coûte bien plus cher que de se concentrer sur le réseau autoroutier.

http://www.liberation.fr/monde/2014/06/10/autoroutes-le-portugal-prend-la-voie-de-garage_1037841

Lettre aux amnésiques.

Quelques rappels utiles

le pacte de responsabilité ça commence en 2016 et prend plein effet en 2017.

Donc dire ça crée pas d'emploi est un mauvais procès, vous pourrez juger de la mesure en 2018, d'autant qu'en 2016 on reprend aux entreprises ce qu'on leur donne.

les PME travaillent pour 40% à destination des collectivités, ça pose une question, celle des patrons cherchant à prospérer seulement au travers des marchés publics.

Mitterand a commencé sa mandature par des nationalisations et une politique socialiste, mais devant la fuite des capitaux et la spéculation contre le franc plus le refus des prêteurs de faire face aux émissions d'emprunts d'état, pour éviter la faillite il a dû faire appel à un prêt..de l'arabie saoudite, ce sont donc les lobbies financiers qui ont imposé le changement libéral contre la volonté de Mitterand, céder Mauroy était pour, Fabius contre.

Bref la trahison de Mitterand n'est pas le fait de la mauvaise volonté d'un homme elle est le fruit de circonstances, la pression des lobbies financiers et économiques sur la france, face à laquelle n'ayant pas d'alternative crédible le pouvoir socialiste a cédé.

Régions, une cohérence: la base fiscale par habitant?

La région Nord Pas de calais représente 5,1% du PIB total mais son PIB par habitant ne permettrait pas de développer au vue des recettes fiscales la région Picardie, donc ils rattachent la région Picardie à la région Champagne Ardennes. La région Languedoc-Roussillon a un PIB plus important que Midi-Pyrénées mais le PIB par habitant est nettement moindre, or c'est par la fiscalité qu'on peut financer voies de circulation et infrastructures, donc ils rapprochent Midi-Pyrénes et Languedoc Rousssillon.

Pour l'instant c'est la cohérence que j'ai trouvée, explications en carte comparée réforme des régions/PIB régional par habitant:

Rappel des PIB régionaux provisoires 2012 : 
http://www.insee.fr/fr/themes/detail.asp?reg_id=99&ref_id=pib-va-reg-base-2005

Pour les cartes qui comparent réforme régional et base fiscale cliquez sur suite.


Plongée dans la cohérence de François Hollande

Dur sur la ligne économique qui engage l'avenir du pays, il a décidé de faire les réformes sociétales en fonction de l'opinion publique et non de la gauche. Hollande est un président intermédiaire, dont le seul objectif est d'habituer le pays aux critères essentiels des réformes structurelles à venir, ce qui permet de sauvegarder la crédibilité de la france sur le marché de la dette.

Loi Taubira

Un jeune de 23 ans vient d'être condamné à dix ans de prison pour le viol de deux jeunes femmes.

Pourquoi en parler?

Comme un ukrainien de l'est, privé de droit de vote

école reille toulouse (jolimont-roseraie-une partie de Balma, donc pas un petit centre de vote) 7 listes manquaient à l'appel, j'ai été privé du droit de vote.  Je vais tenter de trouver sur internet le bulletin de vote et l'imprimer comme recommandé sur place.

Je suis allé sur le site du parti, pas disponible.

Le ministère de l'intérieur dit que ça ne rend pas le scrutin insincère, sauf que c'est une atteinte directe à la démocratie, un viol de son expression libre et non faussée..

Quand les scrutins deviennent dangereux par éparpillement, l'on sait maintenant jusqu'où ils sont prêts à aller.

Le pire ce sont les assesseurs(ses) morts de rire, on m'avait privé du droit de vote et ça les faisait rire, allant jusqu'à me demander pour qui je comptais voter....

1.000 km à vélo

être pre scient ne rend pas heureux, toujours dans le mouvement du monde, jamais dans l'immédiateté affective, émotionnelle aux autres, ces autres qui écoutent les devins prédire les catastrophes sans jamais en tenir compte, telle est la prison, la prédestination de tout asperger.

Comprendre le devenir du monde, c'est avoir tendance à y adhérer quelque soit la souffrance des peuples, le syndrome Attali, sans la visite à 10 ans d'un camp d'extermination dans un milieu familial si complice, que serais-je devenu, sans doute un adulte dépourvu de tout sens critique?

Vous creusez un étang pour quelques moutons, un trou, de l'eau et puis c'est tout, sauf que quelques temps après vous y trouvez poissons et alevins. Les hérons qui dégurgitent leurs proies et les canards qui transportent les oeufs sur leurs pattes sont passés par là.

alsthom, une idée libre de droit

Négocier un délai sur les 3% de déficit contre la vente de la filiale énergie à siemens.

Berlin soutient en effet la candidature de Siemens.

Berlin veut le beurre et l'argent du beurre.

Rappelons que c'est Berlin qui a interdit à l'état français de rester au capital d'alstom.

Berlin qui se permet de garantir ses caisses d'épargne gorgées de junk bonds (actions pourries).

Manière de leur signifier que le "deux poids deux mesures" c'est fini.

A la veille des élections européennes pour avoir au moins une raison de voter socialiste.

Sinon il n'y en a aucune.

Newsletter