Ven.
04
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Repentances, leur morale et la nôtre

Si quelqu'un peut m'indiquer en quoi des générations de français sont responsables de la politique des nobles, des intérêts des familles d'armateurs et de planteurs, de la politique de gouvernements de notables pour faire face aux anglais et surtout du droit de propriété, droit bourgeois si il en est qui a été le fondement de la résistance des possédants à la liberté (contre l'abolition droit de propriété formulé à l’article 17 de la Déclaration des Droits "La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité ») je me repentirais.

L'histoire de l'esclavage c'est l'histoire du droit de propriété plus qu'une question de couleur de peau, comme nous l'indique Toussaint l'ouverture, poussé cyniquement à ses extrêmes, pas la mienne, pas la notre, que la bourgeoisie et les institutions à leur service prennent conscience de l'ignominie qu'ils ont fait subir à des millions d'hommes ne regardent qu'eux-mêmes, c'est l'histoire de l'évolution de leur morale et de leurs intérêts.

Voilà pourquoi au bal des faux culs cette repentance ne nous concerne pas voilà pourquoi cette histoire très particulière est aussi une histoire universelle qui devrait l'objet de manifestations mondiales contre ce droit de propriété qui génère soumissions, souffrances, servitudes, guerres et massacres.

Le rapport, le rapport!

Quand le sage indique le chemin l'imbécile regarde le doigt, tous les mediapartiens veulent lire et comprendre le rapport. Ainsi un rapport sur le mix énergétique et l'évaluation globale des coûts aurait été enterré.

Quel scandale on le publie!

Pendant ce temps le ministre saoudien a mangé le morceau dans le financial times, c'est bien l'arabie saoudite qui a cassé les prix du pétrole, au niveau où il était ça revenait à soutenir la conccurence, les mines de charbon redevenaient rentables, l'éolien, le solaire fleurissaient,  et même les exploration en milieu hostiles, eaux profondes projets aux poles chauffaient dans les cartons. Tout le monde se mettait à investir dans des énergies concurrentes sous prétexte de verdir la production capitaliste (sauf pour le gaz de schiste) et de sauver la planète.

Fin de la récréation, surtout qu'il a précisé qu'on en prenait pour dix ans au moins, le temps pour son pays de reconquérir des parts de marché après avoir anéanti la concurrence. Touche pas au grisbee. On a vu les conséquences arrêt quasi totale des investissments, déficits énormes des sociétés d'énergie allemande, mise en cause d'intouchables sociétés pétrolièes comme au brésil, sans compter la farce des 3 banques françaises qui crenoncent à investir en Australie dans ce qui allait devenir la plus grande exploitation minière extratrice de charbon au monde, avec le plus grand dégagement de Co2 associé au monde. Les écologistes qui étaient contre vont encore croire que c'est la victoire de leur mobilisation oubliant ces mots de Mitterrand, il y en a qui ont la religion des règles, d'autres la morale des plus forts.

Qu'est ce que ça veut dire cette baisse artificielle et programmée, que dans quinze à vint cinq ans le pétrole sera au moins à 250 dollars, faut bien se rattrapper une fois qu'on a restauré sa position dominante sur les marchés et il n'y aura pas d'enquête monopolistique.

Quel rapport avec le rapport?

Toulouse, le budget de droite

Economies de 50 milliards de dépenses de l'état d'ici 2020, 11 milliards à la charge des communes.

Du coup moins 12,3 millions de dotations de l'état, pour la ville de toulouse par an.

Du coup la taxe d'habitation passe de 15,87 % à 18,25 %

la taxe foncière de 17,64 % à 20,29 %

On se dit que les recettes s'envolent (63% des toulousains sont propriétaires), à vue de nez ça fait trop,

on se dit alors qu'ils vont faire des investissements

efffectivement +8 millions d'euros dans la sécurité. (policiers, motos, vidéo-surveillance)

du coup on se dit que ça laisse pas bezef pour les vrais investissements, transports, écoles (25.000 toulousains en plus chaque année)

effectivement ils vont faire payer les services publics au prix moyen constaté dans les autres grandes villes, ça veut dire fin des gratuités (transport), diminution drastique des subventions aux associations etc...

Normal il faut maintenir les feux d'artifice du 14 juillet, plus de 200.000 euros.

Faut dire que pour être juste les socialistes, par leurs dépenses de fonctionnement et leurs investissement ont réduit aux acquêts le taux d'épargne par citoyen, de 2008 à 2013, présentant de surcroît un budget prévisionnel 2014-2020 basé sur une légère augmentation des transferts de l'état! La raison étant qu'il cherchait à pratiquer une politique de relance de l'investissement pour faire face à la crise, résultat toulouse aurait plus de dépenses que de recettes dès 2017 avec recours à l'emprunt pour les dépenses de fonctionnement, si on laissait courir. Cette politique publique locale n'augmentait pas en effet les recettes en proportion des dépenses et du coup la ville est rentrée dans une spirale déficitaire du fait de la morosité économique alentour déterminant cette stagnation desdites recettes.

Bref à environnement économique constant il fallait redresser le budget, donc les recettes, donc la fiscalité, quelque soit le camp politique aux manettes pour maintenir le niveau d'investissement, plan de transports, construction d'écoles, réaménagement centrre ville, création de poles touristiques (ça paraît curieux mais la cité de l'espace n'est pas une réalisation du privé, pas plus d'ailleurs que le musée de l'aéronautique initié par des passionnés retraités de l'aérospatiale qui coûte très cher mais qui à terme doit trouver un équilibre financier de fonctionnement si on fait tout pour accueillir du public), la seule question étant de savoir la nature de ces investissements.

Or face à la paupérisation de Toulouse entraînant de l'insécurité, la municipalité s'oriente encore plus que du temps de Cohen prioritairement vers des outils de répression mettant fin par exemple au financement des éducateurs de vie scolaire alors que précisémment il fallait en étendre le champ des handicapés aux enfants laissés pour compte dans leur famille.

Comme qui dirait l'essentiel n'est pas la pauvreté qui est aussi culturelle mais l'équilibre budgétaire.

Crash d'Airbus, la confiance s'envole

Les données télémétriques d'un avion sont transmises en temps réel, lors du crash rio paris, elles avaient fuité directement sur un site spécialisé, grâce au climat de suspicion fraticide existant au sein de la compagnie, la conclusion, défaillance des sondes pitots par givrage occultant toute notion de vitesse et d'altitude et entraînant un comportement erroné de pilotage était évidente quasi instantanément, vu que ce genre d'accidents avait déjà existé auparavant..

Dans le cas du vol qui s'est crashé dans les alpes du sud, l'on nous serine, faut voir, ça demande du temps vous savez, or des questions immédiates au vu des témoignages peuvent trouver des réponses: des témoins ont vu passer l'avion à basse altitude sans bruit moteur mais le dernier témoin qui se situe juste avant la zone du crash les a entendu, l'avion a été en pilotage automatique jusqu'à quand etc...

Pour mémoire il y a un accord international qui contraint les compagnies à diffuser publiquement le rapport intermédiaire, or Air Asia a refusé de le publier pour le crash de son airbus en mer.

Il n'est qu'à voir la compagnie allemande lowcost pointant du doigt l'appareil sans divulguer les données transmises pour comprendre que transparence, affaires et respect des familles ne font pas bon ménage.

Le souci comme le disait un pilote d'expérience c'est qu'il ne tombe pas plus de boeing que d'airbus mais que concernant l'A320, ça fait le troisième qui tombe sans qu'aucune explication n'ait été donnée alors que dans le cas de Boeing tous les crash ont été élucidés.

Pourquoi c'est important, parce que ça permet de différencier fautes de pilotages et défaillance mécaniques (comme des dérives pas assez dimensionnés sur un boeing ou des problèmes de batteries par exemple) et ainsi de remédier aux causes matérielles.

La grosse inquiétude quand même c'est l'interface homme-machine qui fait que souvent chez Airbus, lorsque les systèmes signalent des soucis, ils le font de telle manière (sonneries) que le personnel stresse encore plus et que la disposition des instruments n'est pas optimale pour faire un diagnostic ni pour intervenir. Il est d'ailleurs curieux qu'à l'ère de l'informatisation les calculateurs ne proposent pas de diagnostic probabiliste avec affichage des actions à effectuer.

On met toujours en cause les pilotes, le facteur humain, sans  tirer les conséquences de l'automatisation des pannes et des actions à effectuer qui se trouvent pourtant sur les simulateurs de vol, même si ceux-ci ont besoin d'être mis à jour vu l'évolution des postes de pilotage.

Au final chez Airbus quelque soit les conclusions de cet accident il faut repenser l'interface homme-machine, avoir une attitude irréprochable de transparence, être enfin responsable qualité des pièces fournies (par exemple ne pas se défaussser sur les fournisseurs de sondes alors qu'elles peuvent être des causes initiales de crash) bref se concevoir comme un constructeur responsable du produit fini qui est livré....et lorsque ça va mal non seulement tirer toutes les conclusion d'un crash mais se doter d'une équipe capable d'analyser les constantes  de ceux qui affectent leurs appareils, ce qui peut mettre en lumière et des défauts de formation de la part des compagnies et des des défauts de conception de la part du constructeur.

Quand on voit que pour l'A400M il y avait des centaines de malfaçon pour un avion livré à l'armée allemande (dont des cables dénudés!), l'on perçoit que chez Airbus le problème est le muselage du sens critique par rapport aux enjeux financiers et qu'il lui manque un service d'enqête qualité quasi indépendant en tout cas à l'abri juridiquement des pressions internes.

En bref tirer l'entreprise vers le haut en remettant les gaz à temps, sinon l'arbitrage se fera via les pilotes et le directions des compagnies étrangères qui réduiront leurs commandes et aussi une clientèle étrangère fortunée qui délaissera les avions de ce constructeur.

Le souci c'est que ça signifie investir et qu'il aura toujours de cons dans cette entreprise comme dans les autres rivés sur les lignes comptables, qui verront d'un mauvais oeil un renchérissement du prix des avions alors qu'il leurs faut plusieurs années pour être amortis dans leur conception, on leur a donné raison ainsi qu'aux actionnaires pour virer les ingénieurs projets, vraie richesse de cette entreprise, il serait étonnant que la même direction imagine et arrive à leur imposer une vision plus long termiste. Chez Airbus les feux sont toujours au vert, sinon on vous fout à la porte ou au placard, il serait temps que cette entreprise mise sur son capital humain pour se pérenniser, sinon avec comme seul critère la concurrence en tête, la pression chez les ouvriers va s'accroître entraînant stress, erreurs et irresponsabilités, le cas de l'A400M est à ce titre un cas d'école, le rôle des cadres doit être de protéger ceux qui produisent avant que de penser aux pénalités de retard, il y a des limites à tout contrairement à ce que pensent les commerciaux et ça concerne aussi les foiurnisseurs sous traitants véritables sous prolétaires de ce conglomérat.

Elections, ce qui compte

Podemos fait 14,8% des voix en Andalousie15 élus

Le PS 35,4% 47 élus au parlement régional sur 109

Le parti populaire au pouvoir 26,7% soit 33 élus

j'allais oublier Ciudadanos, de centre droit, qui émerge aussi avec 9% des suffrages et 9 sièges ce qui fait 42 sièges à la droite

Conclusion Podemos va pouvoir peser à moins que le ps ne trouve des alliances à droite en particulier avec le parti centriste qui veut gouverner autrement (anti-corruption mais pour le reste) sur certains votes.

L'on constate donc que comme en France l'alternative au libéralisme n'a pas encore conquis l'électorat, un mauvais tiens vaut mieux que deux tu l'auras?

PC FDG toulousain: il faut combattre le FN, pas les idées fascistes

trouvée dans la dépêche:

À l'occasion de la Journée internationale contre le racisme, ce samedi, un collectif d'étudiants du Mirail, le NPA, le CREA, la CNT... ont appelé à manifester mais les mots d'ordre mêlent à l'antiracisme, la lutte contre «les violences policières», «les lois liberticides et sécuritaires», «les morts de Gaza», etc. Des thématiques chères à l'ultra-gauche qui n'ont pas emporté l'aval des formations traditionnelles. Le Parti communiste, qui avait d'abord signé pour l'appel à Paris, condamne l'initiative. «C'est une instrumentalisation de la journée avec des mots d'ordre tendancieux», affirme Pierre Lacaze, secrétaire départemental du PCF. Même condamnation de la part de Jean-Christophe Sellin (Parti de gauche). «Cet appel ne correspond pas à ce qu'il faut faire contre le fascisme qui pour nous se résume à la lutte contre le FN».

combattre un parti concurrent sans s'en prendre à ses idées, ils ont vraiment atteint le fond, quoiqu'en la matière l'on sait qu'en fait il n'y a pas de fond.

Technologie, écologie, relocalisation

Le soyer du québec

mais au québec ils peuvent le faire vu qu'ils ne surexploitent pas l'eau, ce qui nous amène à une carte des prochains conflits, il suffit de lire cet article du monde

La crise de l’eau illustrée en 5 graphiques
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ressources-naturelles/article/2015/03/20/la-crise-de-l-eau-illustree-en-5-graphiques_4597592_1652731.html#osWr8Ep8mg6Qy90e.99

si ça vous fait désespérer d'un monde où chacun tente d'imposer son pouvoir en tirant du fric de talents et de qualités humaines qu'ils n'ont pas (voir l'affaire picasso), voici comment on peut batîr une vie et un avenir pour les autres autour d'une conviction " c'est les problèmes des gens que je veux résoudre" et d'une découverte "Sa femme cherche à savoir combien il existe de lits d'hôpital aux Etats-Unis pour un type précis de maladie. Un soir, il poste la question sur un forum spécialisé. Le lendemain, au réveil, quelqu'un, de l'autre côté de l'Atlantique, lui a trouvé la réponse. Il se rend alors compte qu'Internet « ne connecte pas seulement les réseaux de communications, mais les vrais gens ».
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/03/11/tristan-nitot-navigateur-du-logiciel-libre_4591132_4408996.html#MiP6mrOOQdtRGVux.99

Les doigts d'honneur à la Grèce

1/ Quand l'allemagne est concernée elle procède à l'annulation de dettes

http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/l-allemagne-tente-de-contenir-la-contagion-de-la-crise-bancaire-autrichienne-461187.html

2/ Selon Paul Mason, son journaliste, la directrice des affaires économiques et financières à la Commission européenne, autrement dit, un fonctionnaire de Berlaymont, le siège de l'exécutif européen, a exigé du gouvernement grec qu'il stoppe purement et simplement le processus législatif visant à faire adopter un projet de loi sur « l'urgence humanitaire. » Les fonctionnaires européens auraient également mis leur veto sur le projet de loi concernant la restructuration des arriérés fiscaux.

Bruxelles estime que la Grèce n'a plus les moyens de négocier, compte tenu de sa situation financière. Elle pose donc ses conditions. Et dans ces conditions, le rejet de la loi humanitaire est central : cette loi revient en effet à reconnaître les conséquences sociales désastreuses de la politique menée depuis 2010.

http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/grece-ce-que-revele-le-refus-de-bruxelles-de-traiter-l-urgence-humanitaire-461789.html

En fait c'est comme pour Ibrahimovic, l'on condamne ses excès de langage mais pas l'arbritrage en violation des règles du foot qui en est la cause et ceux là-mêmes qui sont assez incompétents pour avoir sélectionné un tel arbitre vont s'ériger en juges, de quoi lui donner raison a posteriori.

En signant seulement sur l’Ukraine c'est tous les pays de l'est qu'on déstabilise

Poutine est asperger, il a donc une vision globale des choses, vouloir régler le seul problème ukrainien est d'une imbécillité notoire, le problème à l'origine de tout est que les américains ont profité de l’effondrement de l'URSS pour installer des bases de l'OTAN dans les anciens pays de l'est.

Résultat de ce Munich, Poutine, qui s’accommode fort bien de la démocratie retrouvée de ces pays va quand même y mettre le feu en s'appuyant sur les russophones qui s'y sont installés du temps où ces populations vivaient sous la servitude stalinienne, parce que la présence de ces bases introduit un déséquilibre stratégique inacceptable aux yeux des russes. Si les experts avaient une mémoire il leurs suffirait de se rappeler la crise de Cuba pour comprendre ce qui se joue. La russie avait nucléarisé un pays aux portes de l'amérique parce que les américains avaient installé des bases en Turquie, déséquilibrant le rapport de forces stratégique entre les deux grandes puissances. Pour éviter à son pays un déquilibre stratégique encore plus vaste, Poutine a le soutien des militaires pour lancer des déstabilisation tous azimuths. Ils n'ont pas compris le signal Géorgien, ils ont eu l'Ukraine, ils n'ont pas compris le signal Ukrainien, à qui le tour?

Voulor régler seulement la question ukrainienne sans créer de zone démilitarisée pour tous les ancines pays de l'est c'est pousser Poutine à y mettre le feu.

Au final les dirigeants européens incapables de proposer une vision stratégique équilibrée à la Russie, vont exhiber leur faiblesse, leur incapacité à faire de l’Europe une puissance indépendante des USA, pire les déstabilisations vont succéder aux déstabilisations alors que signer la démilitarisation de ces anciens pays satellites signifie la paix pour les peuples pendant au moins 50 ans avec la Russie, ce qui permet de s’occuper sérieusement de problèmes plus immédiats.

Signer seulement la paix en Ukraine c'est refuser l'équilibre des forces, vouloir à tout prix l'affrontement de puissance, c'est refuser une paix équilibrée, les échanges commerciaux fructueux, c'est mettre en danger les peuples d’Europe.

Le règlement du problème ukrainien doit être global et non local faute de quoi à terme c'est la guerre.

Rappel d'un ancien billet sur ce sujet de Décembre 2014

http://blogs.mediapart.fr/blog/lefrancois/151214/conflit-avec-la-russie-comment-sen-sortir

Newsletter