Dim.
30
Aoû

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Thématiques du blog

 

Berlin, roi de la dette..et du bras d'honneur... avec les grecs

http://www.courrierinternational.com/article/2015/01/26/au-xxe-siecle-berlin-a-ete-le-roi-de-la-dette?page=all

"le chancelier d’alors, Helmut Kohl, a refusé d’appliquer l’Accord de Londres de 1953 sur les dettes extérieures de l’Allemagne, qui disposait que les réparations destinées à rembourser les dégâts causés pendant la Seconde Guerre mondiale devaient être versées en cas de réunification. Quelques acomptes ont été versés. Mais il s’agissait de sommes minimes. L’Allemagne n’a pas réglé ses réparations après 1990 – à l’exception des indemnités versées aux travailleurs forcés. Les crédits prélevés de force dans les pays occupés pendant la Seconde Guerre mondiale et les frais liés à l’occupation n’ont pas non plus été remboursés. A la Grèce non plus." 

Que faire alors de ce passé? Revenir aux salauds d'allemands? Sombrer dans une opposition rancunière?

un point de vue intéressant sur la tribune

http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20150201trib7bd9c5aa5/l-allemagne-doit-elle-vraiment-des-reparations-de-guerre-a-la-grece.html

Point de vue personnel, la dette grecque vu ses montants est irremboursable, l'affirmation selon laquelle 70% ont été annulés n'est ni plus ni moins qu'un écran de fumée qui masque mal que les autres pays européens n'ont renoncé à rien de leurs prêts, ni à leurs taux d'intérêts, que la question du jour est celle du poids de cette publique et non de la dette auprès des épargnants privés. Que dire que les français ont à rembourser 600 euros est une ineptie, qui masque mal le fait qu'ils ont placé 600 euros par tête d'habitant sur ce pays et qu'ils se font rembourser ce prêt avec intérêts sonnants et trébuchants., qu'on ne peut pas "admirer le redécollage allemand des années 1950 sans comprendre qu'il n'a été possible sans l'aide américaine ni l'annulation des dettes allemandes, donc que le soulagement au moins partiel du poids de la dette a pour fonction de relancer la machine et que si l'on veut ne pas faire une prime aux plus inconséquents il suffit d'en reporter l'échéancier, d'en faire des emprunts russes mais cette fois garantis par l'europe.

Dernier point ce n'est pas parce que les autres n'ont d'européen que leur portefeuille et l'égoïsme qui va avec, que celà absout de ses propres responsabilités, l'état grec n'existe pas, la corruption est endémique, le clientélisme à tous les étages et de ce point de vue il n'est pas réjouisssant de voir que ce sont les deux partis qui ont apporté une aide matérielle aux habitants qui ont connu la plus forte marge de progression (Aube dorée et Syriza), le pire étant de voir les citoyens de ce pays arrêter de payer les impôts au vue des élections à venir, comme si il suffisait qu'un gouvernement soit à gauche pour n'avoir plus à financer écoles et hôpitaux, il y a bien là une irresponsabilité de l'ensemble des grecs qui veulent le beurre et l'argent du beurre, les services publics sans contraintes de financement.

Comme toujours avec le populisme, qu'il soit allemand ou grec, l'on en vient à désigner l'autre comme principal responsable de la dégradation de sa situation, sans relever ce qui ressort de sa propre responsabilité interne. Ce refus d'examen critique des habitudes de fonctionnement, ce déni de la réalité qui consiste à croire que l'on peut reprendre les bonnes vieilles habitudes dès que politiquement l'horizon s'éclaircit n'est pas un espoir pour l'europe, ni pour le peuple grec.

Du boulot pour les astrophysiciens

la découverte à paraître cette semaine, c'est que la photo des premiers instants visibles de l'univers après big bang prise par le satellite Plank montre que le pole sud est plus chaud que le pole nord, en plus de manière non uniforme.

Se posent alors des questions sur la nature même du big bang, ça commence à ressembler à une bombe thermonucléaire à hydrogène, je veux dire une bombe initale provoque la réaction en chaîne d'une charge critique, c'est une image.

Mais aussi et surtout hors spéculations inductives la possibilité que son expansion ne soit pas uniforme, que ça ne forme pas un cône parfait, qu'il existe des régions plus jeunes, ce qui est vérifiable, amenant sans doute à réviser les deux théories concurrentes de la fin de l'univers, sans compter d'amusantes perspectives sur ds distorsions de l'espace-temps, que sais-je encore.

Le modèle d'expansion de notre univers semblet à revisiter, une paille et une sacré aventure pour cette génération d'astro-physiciens-mathémaciens.  

Le plus drôle c'est de retrouver jean pierre petit comme ante modélisateur de cette découverte, quand il fait son boulot de chercheur sans extrapoler il est là et bien là....et se voit publié.

http://www.jp-petit.org/science/JANUS_COSMOLOGICAL_MODEL/JMC.htm

voir aussi Michel de Pracontal

http://blogs.mediapart.fr/blog/michel-de-pracontal/131214/samedi-sciences-155-le-temps-peut-il-secouler-lenvers

idée originelle Sakharov, voir masses négatives, trous noir, flèche du temps chez jean pierre petit.

Comment éliminer les pro Charlie, la bataille de Poitiers.

Vous êtes lycéen pas d'accord avec un anti-djihadiste qui considère l'extrémisme musulman comme un nouveau fascisme, il vous suffit alors de l'accuser des pires maux, de manière collective, anonyme, sur des rumeurs relayés par des parents et vous voyez de suite le rectorat sanctionner non les enfants mais les profs, bref une bonne utilisation tactique de renversement des nouvelles instructions, les prendre à leur prore jeu de flicage, tel est leur jeu pas si innocent que ça. La délation encoiuragée par les rectorats et la justice a de beau jours devant elle, l'autorité moins.

http://www.liberation.fr/societe/2015/01/30/apologie-du-terrorisme-un-prof-de-philosophie-suspendu_1192118

et l'enseignant qui comprend pas qu'on l'accuse d'avoir perturbé la minute de silence alors qu'il n'y était pas, qui ne se défend pas en portant plainte pour dénonciation calomnieuse, qui laisse faire, comme si la guerre d'intimidation était étrangère à tout ça, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, ben voyons, ah les cons.

Chez les jeunes sans repère, l'accusation d'être anti-charlie prend la place des accusations de racisme, de pédophilie et j'en passe....

Ce qu'il ya de bien avec l'éducation nationale, c'est que vous ête relevé de vos fonctions sans débat contradictoire, sans jugement, le ministère et les rectorats en dessous des lois, ça a un nom l'absolutisme, l'abus de pouvoir.

Juste après ce s lignes je découvre que le recteur est écolo, suis generis?

Une conclusion, il serait que les inspecteurs de l'académie nationale descendent de leurs nuages pédagogiques, qu'ils se frottent aux réalités de jeunes et des classes, ça ferait moins de bavardage et plus d'emplois utiles. Lrpoblème c'est qu'ua nom de leurs diplùomes ils se croeint omniscients, au dessus de tout et de tous, alors qu'ils sont à côté et parasites.

Les sionistes font des émules

1/ Soumettre les hommes à la loi de dieu par le langage du glaive

2/ L'amérique a été conquise par les croisés alors que ses premiers habitants étaient musulmans(sic). Amériques, terre promise?

Iman saoudien

Le clientélisme agricole français coûte 1 milliard d'euros aux contribuables

Les sommes indues concernent principalement la taille des parcelles éligibles à l’aide directe à l’hectare versée dans le cadre de la politique agricole commune.

Le montant de ces sommes est de 366 millions d’euros entre 2008 et 2010, et de 329 millions d’euros entre 2011 et 2012.

En cause également la non application des règles d’écoconditionnalité.

Enfin la partie "aides contraire à la libre concurrence" soit les aides au développement rural ou le soutien aux producteurs de sucre.

Les agriculteurs vont-ils devoir rembourser pour leurs fraudes puisqu'en droit chacun est responsable de ses actes?

Non puisque les élus ont relayé les demandes auprès de Bruxelles. Les fonctionnaires de l'état se sont rendus coupables de fraude mais ce n'est pas dans leur poches qu'on ira puiser puisqu'aucun juge d'instruction n'ira les poursuivre mais dans celle du contribuable qui n'y est pour rien puisqu'en démocratie élective, ceux-ci délèguent leur pouvoir.

Alors ce sont tous les contribuables qui vont devoir payer, normal les élections approchent et c'est comme à Sivens. Le barrage qui a précédé Sivens et qui se retrouve avec un déficit  payé par l'argent public collecté par le conseil général du Tarn alors qu'il n'a pas été admis par la justice au rang d'intérêt public,

La ministre de la justice, aucun procureur n'y trouvent à dire, il s'agit pourtant d'une escroquerie organisée en bande et à grande échelle et après ils voueront aux gémonies le père Dassault.

C'est les soldes...de tout compte.

Le danger terroriste permet de:

A Cazeneuve de ne pas être inquiété alors que quand il ne prend pas de décision pour tenir les troupes il est responsable de la mort d'un homme, quand il donne suite à la revendication du syndicat Alliance de ne plus protéger Charlie-Hebdo il est responsable d'avoir laissé se faire ces assassinats. Montesquieu disait qu'il n'est pas de libertés sans sécurité, Cazeneuve avec ses soutiens, contrairement à ce que la vox populi croit, est le plus grand danger à nos libertés.

Faire croire qu'il est normal de surveiller plutôt que de neutraliser tous ceux qui sont tentés par le djihadisme armé ou s'en réclament. La revendication au djihad violent dans des conversations personnelles est traitée comme faisant partie de la liberté d'expression à mettre sur écoute alors qu'elle constitue un trouble grave à l'ordre public républicain qui, à laisser faire, se dissémine dans l'espace publique. La politique de  ce gouvernement est criminelle, l'on écoute 1.400 suspects peut-on entendre et tout le monde trouve ça normal. Admirer avec constance le djihad armé n'est pas une opinion, c'est un crime, pourtant le gouvernement français sans qu'on sache pourquoi le traite comme un délit d'opinion, assimilant les propos d'adultes aux conneries de gamins en pleine formation, attendant de constater une date de méfait ou l'achat de machines à tuer pour intervenir.

Assimiler la spiritualité des religions à ce qu'en font les croyants lors de leurs conflits temporels passés ou présents en l'examinant hors contexte historique. 

Oublier que la spiritualité consiste à reconnaître un être suprême parfait, contraignant à la laïcité au sens où le croyant, si il est croyant doit s'en remettre, face à l'immoralité supposée ou affichée des autres, à la perfection du jugement de Dieu et non à son propre jugement moral qu'il ne peut ainsi prétendre imposer à l'espace public. Axe Filkenkraut-Onfray pour qui une religion, pour l'autre toutes ne sont qu'exactions.. Enseigner le fait religieux devrait s'étendre à ce qui lui est consubtantiel, la question n'est donc pas qu'on l'enseigne déjà mais qu'on en délaisse le coeur.

Ecouter tout azimut, surveiller votre correspondance, fliquer vos correspondants, déterminer votre profil d'opposant.

Pénaliser les conflits individuels comme l'utiliser pour s’assurer de la garde des enfants.

Faire pression sur les gardés à vue.

Accepter la diffusion des théories les plus haineuses au nom de la liberté d'expression.

Accuser votre adversaire politique de se faire complice de l'ennemi.

Réduire un conflit de valeurs à son aspect socio-économique et réduire les autres cultures à ce refus de s'identifier à ces valeurs.

Réduire les autres cultures et civilisation n'acceptant notre modèle de développement à leur retard en matière de démocratie et de droits de l'homme..

l'on comprend que les djihadistes aient souhaité l'élection de Bush, car même sans mesures d'exception, le sentiment d'insécurité nous fait sortir ce qu'il y a de plus mauvais en nous.

Kant, hélas

 « Les Lumières c’est la sortie de l’homme hors de l’état de tutelle dont il est lui-même responsable. L’état de tutelle est l’incapacité de se servir de son entendement sans la conduite d’un autre. On est soi-même responsable de cet état de tutelle quand la cause tient non pas à une insuffisance de l’entendement mais à une insuffisance de la résolution et du courage de s’en servir sans la conduite d’un autre. Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Tel est la devise des Lumières. »

Il n'est point de liberté sans loi morale, un épicurien n'est pas forcément un homme sage, la recherche du bonheur ne produit  pas forcément une intention vertueuse, n'est-ce pas Stauss-Khan, le stoïcien se trompe lorsqu'il part à la recherche de la seule vertu pour faire son bonheur car la seule intention vertueuse ne produit pas forcément le bonheur sur cette terre mais l'en rend digne face à Dieu, n'est-ce pas Jospin.

.....hélas, c'est pour ceux qui ont eu, ont ou auront le courage de le lire, bien que déïste il est incontournable pour ceux qui aiment mettre à l'épreuve de la raison logique les philosophies antiques, ce qui donne envie de les lire.

Montesquieu tel qu'en lui-même

La liberté politique ne réside ni dans la participation à l’exercice du pouvoir, ni dans la simple soumission à la loi. Elle consiste dans la
sécurité des citoyens et dans leur certitude que leurs personnes, leurs familles et leurs biens sont protégés par l’Etat contre l’autorité inique de l’arbitraire. « Le seul avantage qu’un peuple libre ait sur un autre, c’est la sécurité où chacun est que le caprice d’un seul ne lui ôtera point ses biens ou sa vie. Un peuple soumis, qui aurait cette sécurité-là bien ou mal fondée, serait aussi heureux qu’un peuple libre ». La sécurité consubstantielle à la liberté ne peut pas avoir lieu dans le régime despotique, où le souverain n’est pas lié à des lois et commande à l’aveuglette sous la dictée de ses passions : « Un homme libre qui a un juste sujet de croire que la fureur d’un seul (…) ne lui ôtera la vie ou la propriété de ses biens »

L’idée de liberté politique chez Montesquieu est donc liée à la notion de modération. cette notion étant relative à la sécurité, aux conséquences de son expression, au fait que le droit et l'état la protège en tenant compte des circonstances.

A méditer: « Aujourd’hui nous recevons trois éducations différentes ou contraires : celles de nos pères, celles de nos maîtres, celle du monde. Ce qu’on nous dit dans la dernière renverse toutes les idées des premières. »

Newsletter