Lun.
22
Déc

MEDIAPART

Connexion utilisateur

En RCA

des villages entiers sont passés à la machette, voilà ce que j'ai lu dans Agoravox au détour d'un témoignage sur la vie d'un militaire membre du COS.

Pendant ce temps on nous farcit de débats sur le néo-colonialisme, d'articles sur les luttes d'influence régionales, les infiltrations des extrémistes soudanais et j'en passe, bref on sait tout de la géopolitique régionale, rien du sort des hommes et des femmes qui y vivent, rien de ce qu'ils ont à subir comme massacres et tentatives de génocide.

On est aussi bien informé que sur le Rwanda à ce que je constate.

A VOTRE ATTENTION

Il devrait exister sur le site Mediapart fonctionnellement un <A votre attention> ou équivalent genre <Invitation à me lire>qui ne soit pas une demande de relation permanente dite demande de contact qui oblige, y compris d'expliquer les raisons de le rompre, mais bien d'attirer l'attention d'intervenants répérés dans les commentaires sur une question importante que l'on pense avoir bien traité.

Hollande et l'europe

Pour Philippe Legrain, économiste britannique et ex-conseiller de José Manuel Barroso, les dirigeants européens ont fait le choix de protéger les banques allemandes et françaises d'une restructuration... au détriment des contribuables européens.

http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20140408trib000824260/les-gouvernements-europeens-sont-prisonniers-de-leurs-systemes-bancaires.html

 "l'austérité n'est la solution ni à une crise bancaire, ni à une panique, qui sont en fait les vraies raisons de la crise actuelle. Il aurait fallu que le secteur public maintienne ses dépenses pour que le secteur privé réduise ses dettes."

"C'est l'Allemagne qui étant la plus exposée a imposé sa réponse à la crise européenne. Nicolas Sarkozy n'était pas en position de peser à l'époque face à Angela Merkel, de même François Hollande, son successeur, qui a dû se saisir du dossier en cours de route lors du sommet de 2012. Il a essayé d'influer, mais cela n'a pas marché."

"La commission aurait pu adopter une position de défense des intérêts européens. Au lieu de quoi elle a choisi de suivre l'Allemagne, ...."

" les règles budgétaires sont absurdes, et c'est la France qui a le plus de pouvoir pour résister à ces règles."

http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20140408trib000824260/les-gouvernements-europeens-sont-prisonniers-de-leurs-systemes-bancaires.html

Le changement dans la continuité

L'on va constater que la suppression des cotisations URSSAF et la diminution de la participation aux cotisations familiales des entreprises vont avoir pour conséquence mécanique une augmentation de la pression fiscale sur les ménages, exactement ce contre quoi ils ont voté. D'autant que l'allègement des cotisations salariales des employés devra bien être compensé à moins de supprimer ou d'alléger les aides sociales qu'elles abondent.

Bref à célébrer l'offre, encore l'offre, on rique de déboucher dans une société très XIX où travailler permettra certes à l'entreprise de s'enrichir et d'embaucher  mais ne dégagera pour les salariés reprenant une activité que des revenus de subsistance avec des conditions sociales de bêtes de somme.

Rwanda le génocide d'une population et des valeurs de gauche.

Ce que j'en sais:

Les tutsis, armés font la guerre aux hutus à partir de leurs bases extérieures et décident de conquérir le pouvoir, la france qui a tenté de stabiliser le pays avec un gouvernement bi parti, voit cette agression comme un coup de poignard dans le dos des anglophones, pour la simple raison qu'ils sont formés par les USA. Lorsque les hutus s'en prennent aux tutsis, 100.000 hutu ayant été massacrés en Ouganda, le dilemne posé est celui-ci, faut-il changer de stratégie et laisser s'étendre l'influence des anglophones, avec la main mise sur les richesses minières des grands lacs en arrêtant de soutenir les hutus qui bien que majoritaires ont toujours eu à subir la domination tutsi ou faut-il continuer à armer les hutus sans se préoccupper des massacres de masse qu'ils commencent à commettre..

Entre la géostratégie et les droits de l'homme Mitterand a choisi la géostratégie rendant sur la fin de sa présidence une france complice d'un génocide...mais n'oubliez jamais que les tutsis en ont fait autant aux hutus, qu'il n'y a pas un mais deux génocides.

Cette histoire semble lointaine, obscure et confuse, pourtant la centrafrique nous montre aujourd"hui comment une population asservie peut voir dans une intervention française le feu vert pour une revanche aveugle.

La france comme tous les autres pays, cherche à utiliser les populations pour étendre ou conserver son influence. Dès lors qu'elle est en concurrence l'on voit à quelles extrémités elle est prête à aller, que ce soit le travail forcé ou le soutien à un régime qui déclenche un génocide.

L'accès privilégié aux matières stratégiques est devenue la cause première des guerres modernes, il s'agit de donner ou conserver à un pays un avantage compétitif, il n'est qu'à voir le soudan où la chine a joué un rôle déterminant, le rwanda où les USA ont soutenu le génocidaire gagnant jusquà ce que celui-ci s'empare des resssoures minière à son propre profit en armant le M23.

La grandeur de la France c'est le maintien de sa compétitivité et faute de pouvoir ou savoir moderniser son appareil industriel et d'efficacité étatique, et quand bien même le ferait-elle, elle a toujours cherché, elle cherche et cherchera à se maintenir et développer en tentant de mettre la main sur des ressources dont elle dépend mais qu'elle n'a pas sur son sol. Qu'on le veuille ou non les hommes d'état essayent d'assurrer l'avenir.

Ajoutez à celà un président malade dans un pays qui n'a jamais eu, pas plus aujourd'hui qu'hier une loi permettant de destituer un président pour raisons de santé.....

Souvenez-vous hors maladie du Biafra, enclave chrétienne, sans intérêt économique, que De Gaulle pour les mêmes raisons d'influence anti-anglophone à continuer à armer alors même qu'encerclés et assaillis les biafrais mourraient de faim.

La france est malade mais pas plus que les autres mais plus maldroitement et de manière plus voyante de son asservissement au capitalisme doublé d'un complexe de grande puissance qu'elle n'a jamais été..Alors quand J'entend Valls dire qu'il est de gauche et un homme d'Etat responsable, déterminé à défendre les intérêts de la France et des français, je crains le pire.

Ce que doit faire le gouvernement

Plafonner le montant de l'éco taxe poids lourds à 3% du chiffre d'affaires, en Bretagne cette éco taxe du fait de la dispersion de nombreux sites de transformation peut représenter jusqu'à 10%. Taxer pour des emplois d'avenir n'est pas un problème, à condiiton de ne pas mettre à mal les entreprises, mais taxer pour rembourser des dettes en restant dans le marasme économique actuel ne créera jamais d'emplois.

Conditionner les allègements fiscaux aux investissements énergétiques et environnementaux des entreprises, que ce soit en matière de recherche, de gestion des déchets, d'optimisation des ressources, ces investissements doivent aussi porter sur l'amélioration de la qualité des produits, puisque le problème essentiel des entreprises françaises est d'avoir des produits de qualité moyenne concurrencé par des pays européens aux coûts salariaux bien moindres.

On l'a compris

La gauche gouvernementale s'occupe de l'avenir de la france pour les vingt ans à venir, tentant de limiter les dégâts pour revenir dans les clous européens, tout en adaptant le pays au libéralisme dans l'espoir d'une reprise donnant sens à son action.

On l'a compris la droite taillerait dans les dépenses publiques et les prestations sociales qui représentent la moitié du déficit de l'état pour libérer les entreprises françaises du surplus de charges qu'elles se trainent dans un monde de rentabilité compétitive du fait du modèle social français.

On l'a compris le peuple excédé par 30 ans d'austérité et de rigueur en a marre que tous ses efforts ne portent pas leurs fruits, n'enrichissant que des multinationales sans retombée aucune pour le pays dans son ensemble, les travailleurs devant à la fois supporter les efforts au travail et les ponctions répétées dans leurs portefeuilles nécessaires à la solidarité sans jamais aucun effet sur l'intégration éducative à la vie sociale, sans aucun effet sur le niveau de formation, sans aucun effet sur l'emploi, sans aucun effet sur les petits et grands trafics, sans auucn effet sur la sécurité. Sans résultat probant, sans amélioration notable, le peuple des gens au travail à l'impression de jeter le fruit de ses efforts dans le tonneau des danaïdes, à quoi bon voir son pouvoir d'achat autant imputé si les efforts de solidarité n'aboutissent qu'à entretenir les gens dans leur misère plutôt que de les en sortir?.

On l'a compris le peuple est divisé entre des techniciens qualifiés qui gagnent bien leur vie nominalement avant taxes et impôts sans possibilité de se servir pleinement de l'argent gagné honnêtement et une armée de travailleurs précaires et chômeurs que seuls les prélèvements sur les salariés les mieux nantis permettent de garder la tête hors de l'eau.

On l'a compris le monde du travail est prêt à faire le grand saut libéral de manière plus brutal et par égoïsme et parce qu'il considère que c'est le meilleur moyen d'aider ceux qui n'ont plus rien ou si peu.

On l'a compris ce gouvernement devait faire un choix de rupture avec l'europe ou d'asservissement plus ou moins long et douloureux pour basculer vers la libération du travail et de la compétitivité.

On l'a compris le président a décidé que la ligne retenue est de n'avoir aucune rupture ni avec l'europe ni avec les plus exposés dans cette période de transition.

On l'a compris aucun socialiste n'envisage d'autre alternative que celles-là.

Pourtant ce qui s'est passé à Grenoble au niveau de l'assentiment populaire autour du projet novateur d'EELV-FDG qui propose de couper le robinet des aides publiques aux entreprises de haute technologie, la plupart du temps filiales de multinationales aux bénéfices plantureux, pour réorienter l'argent collecté sur le citoyen-contribuable au bénéfice de la cité et d'emplois d'avenir, mérite au moins qu'on s'y arrête, car ce qui est proposé là contient en germe une révolution dans le rapport de l'état au développement économique, de son rôle vis à vis des entreprises.

Au coeur se pose la question des aides aux entreprises qui doivent devenir conditionnelles et sélectives, au coeur se pose la question de la fiscalité quelle porte sur son allègement ou son orientation.

Au coeur il y a donc Bercy, mais sans Moscovici, sans les hauts fonctionnaires de droite qui refusaient de traduire la volonté politique du gouvernement.

Le seul changement avec le renouvellement des conseillers élyséens qui permettront que le président arbitre entre plusieurs argumentaires.

Que faire alors et comment, la voie grenobloise ouvre un boulevard intellectuel sur un autre monde de possibles, que ce soit le PS qui s'en empare ou la gauche de la gauche alliée aux écolos importe peu, l'important est qu'un mouvement politique s'en empare comme projet de sortie de crise de la france, notre pays à tous?

A suivre.....

Ô Toulouse, modèle de gestion socialiste...

L'aménagement de la ville à horizon de 20-30 ans a constitué le coeur du débat municipal de Toulouse, engloutissant d'ailleurs tout le reste.

Ici on ne peut accepter de laisser s'étendre la ville sur 80 km. Il faut densifier le proche centre ville, voir le centre ville, ce qui signifie la construction de petits immeubles à la place de maisons, d'ailleurs les propriétaires de certains quartiers, en particulier à proximité du CEAT Jolimont qui va être transormé en résidence avec 25 % de logement social, l'on bien compris: ils cherchent à faire classer leurs pavillons des années 1930 (particularisme de déco extérieure, carrelages anciens aux murs et planchers). L'autre versant de ce débat ce sont les transport, même le front de gauche s'y est mis préconisant l'investissemnt dans des dessertes tramway des nouvelles constructions neuves.En la matière que ce soit la droite ou la gauche voir le front de gauche, l'argent va à l'argent dans la priorité des dessertes (Blagnac, l'aéroport, bientôt Labège avec ces centres de recherche, de services informatiques et tutti quanti)....et pour compenser l'emprise, augmentation des bus de desserte, une candidate préconisant une flotte de minibus s'arrêtant à la demande.->

Imprimer économiquement

Imprimer en police de caractère plus fin de type Garamond permet une économie de près de 24% par rapport à la police par défaut utilisé dans Word, c'est ce qu'un collégien de 14 ans a découvert, évaluant à 20.000 euros l'économie possible dans son collège.

http://www.numerama.com/magazine/28910-quand-changer-de-police-d-ecriture-conduit-a-des-economies.html

Newsletter