Mar.
28
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le clientélisme agricole français coûte 1 milliard d'euros aux contribuables

Les sommes indues concernent principalement la taille des parcelles éligibles à l’aide directe à l’hectare versée dans le cadre de la politique agricole commune.

Le montant de ces sommes est de 366 millions d’euros entre 2008 et 2010, et de 329 millions d’euros entre 2011 et 2012.

En cause également la non application des règles d’écoconditionnalité.

Enfin la partie "aides contraire à la libre concurrence" soit les aides au développement rural ou le soutien aux producteurs de sucre.

Les agriculteurs vont-ils devoir rembourser pour leurs fraudes puisqu'en droit chacun est responsable de ses actes?

Non puisque les élus ont relayé les demandes auprès de Bruxelles. Les fonctionnaires de l'état se sont rendus coupables de fraude mais ce n'est pas dans leur poches qu'on ira puiser puisqu'aucun juge d'instruction n'ira les poursuivre mais dans celle du contribuable qui n'y est pour rien puisqu'en démocratie élective, ceux-ci délèguent leur pouvoir.

Alors ce sont tous les contribuables qui vont devoir payer, normal les élections approchent et c'est comme à Sivens. Le barrage qui a précédé Sivens et qui se retrouve avec un déficit  payé par l'argent public collecté par le conseil général du Tarn alors qu'il n'a pas été admis par la justice au rang d'intérêt public,

La ministre de la justice, aucun procureur n'y trouvent à dire, il s'agit pourtant d'une escroquerie organisée en bande et à grande échelle et après ils voueront aux gémonies le père Dassault.

C'est les soldes...de tout compte.

Le danger terroriste permet de:

A Cazeneuve de ne pas être inquiété alors que quand il ne prend pas de décision pour tenir les troupes il est responsable de la mort d'un homme, quand il donne suite à la revendication du syndicat Alliance de ne plus protéger Charlie-Hebdo il est responsable d'avoir laissé se faire ces assassinats. Montesquieu disait qu'il n'est pas de libertés sans sécurité, Cazeneuve avec ses soutiens, contrairement à ce que la vox populi croit, est le plus grand danger à nos libertés.

Faire croire qu'il est normal de surveiller plutôt que de neutraliser tous ceux qui sont tentés par le djihadisme armé ou s'en réclament. La revendication au djihad violent dans des conversations personnelles est traitée comme faisant partie de la liberté d'expression à mettre sur écoute alors qu'elle constitue un trouble grave à l'ordre public républicain qui, à laisser faire, se dissémine dans l'espace publique. La politique de  ce gouvernement est criminelle, l'on écoute 1.400 suspects peut-on entendre et tout le monde trouve ça normal. Admirer avec constance le djihad armé n'est pas une opinion, c'est un crime, pourtant le gouvernement français sans qu'on sache pourquoi le traite comme un délit d'opinion, assimilant les propos d'adultes aux conneries de gamins en pleine formation, attendant de constater une date de méfait ou l'achat de machines à tuer pour intervenir.

Assimiler la spiritualité des religions à ce qu'en font les croyants lors de leurs conflits temporels passés ou présents en l'examinant hors contexte historique. 

Oublier que la spiritualité consiste à reconnaître un être suprême parfait, contraignant à la laïcité au sens où le croyant, si il est croyant doit s'en remettre, face à l'immoralité supposée ou affichée des autres, à la perfection du jugement de Dieu et non à son propre jugement moral qu'il ne peut ainsi prétendre imposer à l'espace public. Axe Filkenkraut-Onfray pour qui une religion, pour l'autre toutes ne sont qu'exactions.. Enseigner le fait religieux devrait s'étendre à ce qui lui est consubtantiel, la question n'est donc pas qu'on l'enseigne déjà mais qu'on en délaisse le coeur.

Ecouter tout azimut, surveiller votre correspondance, fliquer vos correspondants, déterminer votre profil d'opposant.

Pénaliser les conflits individuels comme l'utiliser pour s’assurer de la garde des enfants.

Faire pression sur les gardés à vue.

Accepter la diffusion des théories les plus haineuses au nom de la liberté d'expression.

Accuser votre adversaire politique de se faire complice de l'ennemi.

Réduire un conflit de valeurs à son aspect socio-économique et réduire les autres cultures à ce refus de s'identifier à ces valeurs.

Réduire les autres cultures et civilisation n'acceptant notre modèle de développement à leur retard en matière de démocratie et de droits de l'homme..

l'on comprend que les djihadistes aient souhaité l'élection de Bush, car même sans mesures d'exception, le sentiment d'insécurité nous fait sortir ce qu'il y a de plus mauvais en nous.

Kant, hélas

 « Les Lumières c’est la sortie de l’homme hors de l’état de tutelle dont il est lui-même responsable. L’état de tutelle est l’incapacité de se servir de son entendement sans la conduite d’un autre. On est soi-même responsable de cet état de tutelle quand la cause tient non pas à une insuffisance de l’entendement mais à une insuffisance de la résolution et du courage de s’en servir sans la conduite d’un autre. Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Tel est la devise des Lumières. »

Il n'est point de liberté sans loi morale, un épicurien n'est pas forcément un homme sage, la recherche du bonheur ne produit  pas forcément une intention vertueuse, n'est-ce pas Stauss-Khan, le stoïcien se trompe lorsqu'il part à la recherche de la seule vertu pour faire son bonheur car la seule intention vertueuse ne produit pas forcément le bonheur sur cette terre mais l'en rend digne face à Dieu, n'est-ce pas Jospin.

.....hélas, c'est pour ceux qui ont eu, ont ou auront le courage de le lire, bien que déïste il est incontournable pour ceux qui aiment mettre à l'épreuve de la raison logique les philosophies antiques, ce qui donne envie de les lire.

Montesquieu tel qu'en lui-même

La liberté politique ne réside ni dans la participation à l’exercice du pouvoir, ni dans la simple soumission à la loi. Elle consiste dans la
sécurité des citoyens et dans leur certitude que leurs personnes, leurs familles et leurs biens sont protégés par l’Etat contre l’autorité inique de l’arbitraire. « Le seul avantage qu’un peuple libre ait sur un autre, c’est la sécurité où chacun est que le caprice d’un seul ne lui ôtera point ses biens ou sa vie. Un peuple soumis, qui aurait cette sécurité-là bien ou mal fondée, serait aussi heureux qu’un peuple libre ». La sécurité consubstantielle à la liberté ne peut pas avoir lieu dans le régime despotique, où le souverain n’est pas lié à des lois et commande à l’aveuglette sous la dictée de ses passions : « Un homme libre qui a un juste sujet de croire que la fureur d’un seul (…) ne lui ôtera la vie ou la propriété de ses biens »

L’idée de liberté politique chez Montesquieu est donc liée à la notion de modération. cette notion étant relative à la sécurité, aux conséquences de son expression, au fait que le droit et l'état la protège en tenant compte des circonstances.

A méditer: « Aujourd’hui nous recevons trois éducations différentes ou contraires : celles de nos pères, celles de nos maîtres, celle du monde. Ce qu’on nous dit dans la dernière renverse toutes les idées des premières. »

Voltaire tel qu'en lui-même

« On portait dans les rues la statue de saint Antoine l’ermite en procession ; Farel tombe avec quelques-uns des siens sur les moines qui portaient saint Antoine, les bat, les disperse, et jette saint Antoine dans la rivière. Il méritait la mort, qu’il ne reçut pas, parce qu’il eut le temps de s’enfuir.

S’il s’était contenté de crier à ces moines qu’il ne croyait pas qu’un corbeau eût apporté la moitié d’un pain à saint Antoine l’ermite, ni que saint Antoine eût eu des conversations avec des centaures et des satyres, il aurait mérité une forte réprimande, parce qu’il troublait l’ordre ; mais si le soir, après la procession, il avait examiné paisiblement l’histoire du corbeau, des centaures, et des satyres, on n’aurait rien eu à lui reprocher. »

Pour lui  la « forte réprimande » est nécessaire lorsque l’on manifeste son désaccord dans l’espace public tandis que les divergences sont permises et bienvenues, tant qu’elles se confinent à l’espace privé et qu’elles ne risquent pas de provoquer trop de conséquences sur l'ordre public.

Il ne faut point troubler l'ordre public, ce que de nos jours Juppé exprimait lors de la première parution des caricatures "il y a certes liberté d'expression mais il faut agir en responsabilité."

Prochain sujet du bac "la liberté des uns s'arrête-t-elle là où commence celle des autres?" John Stuart Mil

Tous ceux qui répondront de travers seront fichés et ceux qui répondront que c'est une provocation seront arrêtés.

Papillons

Enfin une première que n'ont pas les parisiens, l'histoire d'une passion, d'un rêve d'enfant de 10 ans, retrouver le papillon grand comme une assiette observé par Darwin en 1859. (observez l'abeille à côté)

http://www.20minutes.fr/toulouse/1519819-20150118-toulouse-retrouvent-mysterieux-papillon-geant-font-film

 

Un papillon géant, celui de Darwin en 1859, enfin retrouvé.Un papillon géant, celui de Darwin en 1859, enfin retrouvé. © Hélène Menal

 

Vous voulez vous détendre?

un site qui m'a bien fait rigoler:

genre

Philippe Tesson : « Je me suis trompé. Le problème, ce ne sont pas les Musulmans, ce sont les Arabes »

un adolescent passerait en moyenne deux heures par jour dans la vie réelle

l'état déploie un important dispositif de mauvaise foi sur tout le territoire

le raid et le gign soupçonnés d'avoir génés l'intervention des journalistes pendant la prise d'otages.

http://www.legorafi.fr/category/ledito/

 

Newsletter