Ven.
31
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Mais pourquoi l'Etat emprunte-t-il sur les marchés?

Voilà la grande question, la seule question qui mériterait d'être posée si les esprits n'étaient pas déjà bien lessivés sur les différentes ondes.

Evidemment, on me dira : "ben parce que l'argent se trouve sur les marchés!"

 

C'est en effet ce que l'on veut faire croire. D'ailleurs, c'est bien connu si je veux trouver de l'argent, je peux aller les mains dans les poches (vides) et venir voir les marchés. Et tout le monde peut faire comme moi.

Ah ben non, parce que si tout le monde fait comme moi, on sera tous avec des poches vides au marché et, mis à part des sourires désabusés, on ne pourra pas se préter grand chose!

Mince, alors, je croyais que l'argent se trouvait là bas moi? Et en fait, il était apporté par d'autres : ce ne sont donc pas les marchés eux-mêmes qui le créent. M'aurait-on menti?

Oui.

 

On nous a menti d'abord en nous faisant croire que les riches du marché prétaient de l'argent qu'ils avaient.

En fait, ils prêtent un argent qu'ils n'ont pas.

"Comment quoi que donc? Et pourquoi que moi alors je peux pas me préter l'argent que j'ai pas?"

Ah ben, ça, c'est parce sinon je ne me payerais pas d'intérêt, je suis pas idiot.

Or il faut bien payer des intérêts lorsqu'on prête tout de même.

 

Surtout lorsqu'on prête un argent qu'on n'a pas.

 

En fait, si les banques (puisqu'il s'agit d'elles) peuvent préter l'argent qu'elles n'ont pas, c'est parce qu'elles ont le pouvoir de créer de l'argent.

 

Si vous voulez emprunter : hop, elles créent l'argent et vous le prètent.

 

Ah, là, vous vous dites peut-être : "c'est bon, j'ai compris. Au fond, c'est logique. Les banques sont faites pour cela, créer, préter et recevoir de l'argent".

 

Alors je vous le dis tout net : vous êtes sur la pente savonneuse de la pensée capitaliste et libérale!

Et c'est grave, si, si!

Car il aurait fallu dire : "au fond, c'est logique. Les banques d'Etat sont faites pour créer, prêter et recevoir de l'argent".

 

Figurez-vous que jusqu'en 1973, seule la Banque de France pouvait créer de l'argent en France. Et elle prétait à l'Etat (sans intérets ou presque) et aux banques (qui ne prétaient donc pas à l'Etat).

Si si, vous lisez bien, vous n'avez pas sombré tout d'un coup dans une autre dimension, vous n'avez pas besoin de vérifier les verticales et les horizontales : jusqu'en 1973, l'Etat n'avait pas besoin d'emprunter auprès des marchés.

Et c'est peu dire qu'il se f***tait alors des agences de notations.

(Je vous rappelle d'ailleurs que la Grèce actuellement ne peut plus rembourser le seul intérêt de ses dettes).

 

Mais alors, mais alors mais alors? Pourquoi avoir fait une chose pareille?

Voilà, vous comprenez donc mon interrogation.

 

Cette interrogation est d'autant plus justifiée que la crise nous montre la raison pour laquelle l'Etat doit conserver son privilège monétaire et ainsi pouvoir court-circuiter les marchés : c'est qu'il les garantit.

Lorsque les banques sombrent, c'est l'Etat qui paie.

Et si cela est encore logique lorsqu'il n'emprunte pas aux banques, cela devient absurde s'il le fait!

L'Etat qui emprunte auprès des banques pour rembourser leurs dettes, et qui, se faisant, risque de finir par les accroitre!

 

Alors voilà, encore et toujours, mon interrogation, mon incrédulité, mon cri :

Mais pourquoi l'Etat emprunte-t-il sur les marchés?

Tous les commentaires

25/10/2011, 00:41 | Par Romain Mathieu

Excellent! Mais on m'aurait menti, il existerait une alternative?

Pour prolonger la réflexion, je recommande la lecture de Jacques Généreux: Nous on peut

25/10/2011, 19:22 | Par brocéliande en réponse au commentaire de Romain Mathieu le 25/10/2011 à 00:41

Jacques Généreux entend d'ailleurs à ce propos sortir du traité de Lisbonne en invoquant le Compromis de Luxembourg.

Il ajoute "Que les choses soient donc très claires à ce sujet. Le gouvernement qui s'engage dans cette stratégie subversive doit être préparé à sortir de l'euro si nécessaire et à le faire savoir".

 

Et de rajouter "si l'alternative qui venait à se présenter était le maintien de la zone euro dans la soumission au carcan léolibéral, ou bien la sortie de l'euro pour appliquer le programme validé par le vote des citoyens, le gouvernement doit opter sans hésitation pour cette seconde solution.

 

sans oublier bien sûr qu'il serait ensuite nécessaire de sortir de l'UE.

25/10/2011, 07:09 | Par Liliane Baie

Oui, pourquoi ? Et pourquoi un certain nombre de nos élites continuent-ils à le taire ou à le justifier ? Le taire surtout, d'ailleurs, cf cette vidéo sur youtube : ici.

25/10/2011, 07:17 | Par Thierry T. d'Ouville

Billet d'utilité publique.

25/10/2011, 08:39 | Par Alain Tizioli

Un billet comme je les aime, simple, explicatif et facile à comprendre

25/10/2011, 15:36 | Par Lefrere Marc

Voilà encore quelqu'un qui essaie d'en parler - mais un peu dans le vide qui semble passer entre les oreilles des interviewers successifs...

 

 

25/10/2011, 15:45 | Par Art Monica

L'arnaque de la dette. A dire et à redire.

 

Virgil Brill y avait consacré un Billet en août:

http://blogs.mediapart.fr/blog/virgil-brill/070811/la-resistible-mystification-de-la-dette-publique

25/10/2011, 17:59 | Par Lefrere Marc en réponse au commentaire de Art Monica le 25/10/2011 à 15:45

Et cela ne m'étonne pas de lui! Clin d'oeil

On est bien quelques uns à essayer, depuis quelque temps, de signaler la chose... mais, "étonnemment", cela ne prend pas (encore) vraiment.

Mais persévérons!

25/10/2011, 15:46 | Par chafikbr

J'ai souvent confronté cet argument à pas mal de monde et souvent on m'a dit que c'était une idée de l'extrême droite de vouloir revenir sur la loi de 1973 et que c'était populiste.

En fait, je pense tout simplement que la réponse est idéologique: le privé gère mieux que le public, ni plus ni moins.

La Banque Centrale a le choix, soit de prêter directement aux Etats, soit de passer par les banques qui prêteront aux Etats. Pourquoi mettre en place un parasite dans le circuit ? Certains disent que c'est parce que l'Allemagne a été traumatisée par la République de Weimar et son hyperinflation due à une impression trop grande de monnaie.

Voilà la raison, purement psychologique, purement idéologique. Et c'est nous qui en payons le prix.

25/10/2011, 17:55 | Par Lefrere Marc en réponse au commentaire de chafikbr le 25/10/2011 à 15:46

Nous sommes en effet, plus que jamais, sous l'emprise d'une idéologie, au sens le plus fort du terme, c'est-à-dire qui nie le réel mais prend le masque du "bon sens", de "l'évidence" et de la "nécessité", quitte à renverser ensuite toutes les autres valeurs (comme la démocratie).

Newsletter