Sam.
25
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Alors, électeurs de François Hollande, ça y est, vous avez compris ?

Nous sommes un certain nombre à vous avoir prévenus. Mais quelques voix tentant d'ouvrir les yeux sur la position droitière du PS valaient peu en face d'une machine médiatico-politique qui fait tout, depuis des décennies, pour vous convaincre du contraire, faisant miroiter à chaque instant le mirage d'une prétendue alternance.

Donc, pour aider ceux qui hésitent encore, décryptons la doxa qui s'est infiltrée dans (presque) chaque chaumière :

  • « On ne peut pas s'opposer à l'économie de marché »... A part que toute activité humaine peut être régulée, et que l'arsenal législatif est là pour ça, ou doit être modifié pour le faire. Notons d'ailleurs que, sans régulation, dans quelque domaine que ce soit, c'est le plus fort qui gagne. Nous le constatons, hélas, tous les jours, dans la lutte effroyable que la finance mène contre les populations. La droite ne veut pas de régulation. La gauche devrait tout faire pour freiner l'appétit sans limite des plus riches. Or...

  • « L'UMP et le PS  sont les seuls partis de gouvernement »... A part que, si l'on considère qu'un parti n'est « de gouvernement » que parce qu'il a gouverné, cela veut dire que nous n'aurions, jusqu'à la fin des temps, que ces deux alternatives ! Heureusement que l'histoire a prouvé abondamment qu'un parti devenait de gouvernement à partir du moment où il a le pouvoir. Point. Cela me rappelle ce que l'on disait de Dominique Strauss-Kahn avant ses mésaventures hôtelières « Il a la stature d'un homme d’État ». Il l'a prouvé... On peut énoncer qu'un parti (ou un homme) est "de gouvernement" quand il a participé à un gouvernement : ce n'est pas une qualité, c'est un fait.

  • « Ne pas soutenir le PS quand on est de gauche, c'est promouvoir le Front National »... Celle-là, en tant que formulation perverse, elle est parfaite. Dénoncer la dérive droitière du PS reviendrait à soutenir des idées d'extrême-droite ? Ceux qui croient cela, et qui, malheureusement, votent PS à cause de cela, oublient que chaque voix qui se porte sur le candidat d'un parti, c'est une voix de plus pour ce parti, et donc une parcelle de pouvoir de plus pour ce parti. Le reste est littérature et manipulation d'opinion. Le spectre savamment entretenu du choix Le Pen-Chirac sert d'épouvantail toujours réactivé. C'est dramatique que tant de personnes se laissent contaminer par ce leurre. En réalité, plus l'électorat populaire votera pour ceux qui le défendent, moins le risque d'une droite radicale sera présent. Je suppose juste que, si des personnes de droite quittent l'UMP, c'est parce qu'elles sont insatisfaites de ses prestations. Et on les comprend. S'il n'y avait pas une telle diabolisation du Front de Gauche peut-être qu'un certain nombre de ces déçus ne voterait pas contre eux-mêmes (ou cesserait de s'abstenir) et le rejoindrait.

  • « Les Grecs se sont engraissés et ont profité du système, maintenant, c'est normal qu'ils paient l'addition »... A part que ce ne sont pas les mêmes, ceux qui paient l'addition, et ceux qui ont abusé du système. Pour ces derniers, ne vous inquiétez pas, ils sauront rebondir, même dans un pays en faillite.

  •  « Si les banques s'effondrent, l'économie aussi, et c'est la récession, qui conduit à un appauvrissement généralisé. Il faut donc, en premier, sauver les banques ». Mais non : si les banques s'effondrent, l’État peut les nationaliser et repenser l'économie, notamment en gelant le remboursement des dettes. Ce sont surtout les actionnaires et les gros épargnants qui y perdront. En revanche, il faudrait que l'on m'explique comme programmer l'appauvrissement des peuples, et l'assèchement de l'économie, donc la récession, va empêcher ces deux fléaux de s'installer durablement ? C'est traiter le mal par le mal ? Du genre, on ne pourra pas aller plus bas ? Mais si, on pourra aller plus bas. Alors les banques n'investiront plus dans quoi que ce soit : elle se contenteront juste de racheter les biens publics pour une bouchée de pain, et de les faire fonctionner avec des salariés mercenaires payés au lance-pierre...

  • « L'inflation, c'est le mal absolu ! A éviter par tous les moyens ! ». C'est surtout vrai pour les possédants, les actionnaires des fonds de pension... Pour les autres, les petits, que l'argent ait moins de valeur, ou qu'ils en gagnent moins ne fait pas une énorme différence. Mais de vrais économistes peuvent m'expliquer que j'ai tort sur ce point, je serai intéressée d'avoir leurs arguments.

  • « Il faut faire alliance avec l'Allemagne, qui est la locomotive de l'Europe ». A part que l'Allemagne n'a pas une politique pro-européenne, mais pro-allemande. Ceci dit, personne dans l'Europe ne met les intérêts de l'Europe avant ceux de son propre pays. Ah, si, la Commission Européenne, et les dernières créations de l'Empire, TSCG, MES, règle d'or, FMI, BCE... Donc, en fait, les marraines d'une Europe au service de la finance sont nombreuses, et le Parlement Européen, seul lieu où siègent les représentants des peuples d'Europe, a fort peu de marge de manœuvre. Si la France avait pris le parti d'une politique d'union politique socialiste avec les chefs de gouvernements qui prétendent l'être, un changement d'optique de la construction européenne aurait pu voir le jour, avec une opposition au développement du pouvoir de la finance, et un retour à des principes démocratiques(cependant, sur la liste des chefs de gouvernements européens, on voit beaucoup de « sociaux-démocrates » : s'ils sont sociaux-libéraux, comme chez nous, cela n'aurait pas marché de toute façon). Avec le vote du TSCG et du MES, c'est l'inverse qui s'est passé : un boulevard a été ouvert aux banques, qui, sous la couverture de la Troïka, vont dicter les politiques de destruction des systèmes de protection sociale et de redistribution. Merci qui ? Merci François Hollande.

J'hésite à aller plus loin, à propos des reculades du gouvernement en matière de politique « socialiste » : le SMIC, les retraites, l'emploi, l'industrie, les Roms, la non-séparation des activités de dépôts et de spéculation des banques, la sécurité, la psychiatrie... Mais on ne tire pas sur une ambulance : encore moins sur un corbillard !

 

Tous les commentaires

27/12/2012, 17:35 | Par Jean-Claude POTTIER

Et gare à la revanche...

27/12/2012, 17:47 | Par Liliane Baie

Un lien sur le billet de Corinne N, pour une illustration en images, et avec humour, des reculades du gouvernement par rapport au programme du candidat-président. C'est bref mais éclairant :

http://blogs.mediapart.fr/blog/corinne-n/271212/2013-rallumons-les-etoiles

28/12/2012, 19:24 | Par Grain de Sel HV en réponse au commentaire de Liliane Baie le 27/12/2012 à 19:00

OK, Liliane, mais que pouvait-on faire sauf voter contre Sarkozy ? En 2007, j'ai voté PS aux deux tours.... et on a eu Sarkozy, en 2012, j'ai voté PS seulement au 2e tour et on a... ce qu'on a ! Plus j'y pense quand même et plus je me dis que c'est à la primaire PS que ça a vraiment merdoyé: Hollande n'était vraiment pas à la hauteur des enjeux ! Ambitieux, certes, mais trop consensuel, voulant tellement se poser en président de "tous les Français" qu'il est toujours prêt à accepter tous les compromis (maires et mariages gays, pacte de compétitivité, etc.) et en oublie probablement qu'il vient de gauche, ou du moins a été élu par la gauche !

Cela dit, le pire, je vais te dire, le pire, c'est que s'il y avait à nouveau à rejouer le 2e tour, je ferais probablement exactement pareil. Contre Sarkozy. A cause du bouclier fiscal. A cause de la bande du Fouquet's. A cause du fiston à l'EPAD. A cause de ses magouilles. Et de tout ce qu'il incarnait. Je ferais pareil mais sans y croire davantage... et peut-être encore moins qu'au printemps dernier.

Et c'est là qu'on est cernés. L'espoir est tué.

Ceci pour répondre à ton dernier paragraphe... Non, je n'ai pas fait le bon choix, seulement le moins pire. Et non, je n'essaie de me persuader de rien. Et non, je ne crois pas m'être trompée, pourtant, ni même laissé tromper...  Juste un vote par défaut. Comme toujours !

05/01/2013, 02:58 | Par Axel J en réponse au commentaire de Grain de Sel HV le 28/12/2012 à 19:24

Ce qu'il fallait faire?

Et bien mais voter pour un meilleur candidat, càd Mélenchon!!! Déjà voter Montebourg aux Primaires, au lieu de voter "utile" dès les Primaires...

Et aux élections, il en restait quand même encore deux qui étaient de toute évidence meilleurs: Mélenchon à gauche, et Bayrou à droite. Trois si on prêtait foi à la construction artificielle EELV de Eva Joly.

Même Bayrou, aurait été un meilleur choix que Hollande, tant qu'à voter pour un homme de la droite modérée, ce que François Hollande de toute évidence est, mais dans une hypocrite incompétence qui en fait un traître bien plus dangereux que ne l'aurait été Bayrou.

27/12/2012, 18:14 | Par [email protected]

Bonjour Liliane Baie.

 

Je compte revenir dire un de ces jours  deux mots sur le premier point (économie de marché) et sur l'avant-dernier (inflation). Non que le reste soit inintéressant...

 

Bien cordialement

Melchior, bourrique

27/12/2012, 21:40 | Par OLALA

Electrice de F Hollande (2ème tour) dont je n'attendais pas grand chose, donc je ne suis pas vraiment déçue car je suis bien trop désabusée.

28/12/2012, 00:21 | Par Naja

Moi aussi j'ai voté pour FH au second tour, parce que c'était le seul vote CONTRE Sarkozy. Sans surprise, je suis déçu. Mais surpris d'être autant déçu…

Mais je tente de ne pas être désabusé, de garder espoir. Pas facile.

Merci Liliane pour ce magnifique billet.

28/12/2012, 08:28 | Par Yonas

@ Liliane Baie

Comme reculade, vous avez oublié (curieusement ?) celle de F. Hollande remettant à l'appréciation morale des maires le "mariage pour tous"... 

Si votre article est assez intéressant dans l'ensemble, ne trouvez pas que l'égalité des citoyens devant la loi est un des principes majeurs de la République ? 

Comment, en écivant un tel article, pouvez vous encore ne pas avoir à l'esprit de mentionner au minimum cette inégalité grave des citoyens ?

Allez, encore un peu d'efforts....  

28/12/2012, 10:33 | Par Grain de Sel HV en réponse au commentaire de Yonas le 28/12/2012 à 08:28

Effectivement, Yonas, entendre un président de la République autoriser les maires à désobéir à la loi "pour suivre leur conscience" ne manquait pas de sel ! Et ça juste après que l'Eglise et Caritas manifestent.... C'est là que j'ai compris, je crois, que ce type recherchait à un tel point le consensus qu'il ne fallait définitivement RIEN en attendre....

28/12/2012, 08:41 | Par utopart

C'est bien "beau" tout cela et hélas trop vrai!

Mais c'est quoi qu'on fait maintenant ???Déçu

 

J'avais fait le commentaire ci-dessous sur un lien proposé par élisa13 Pourquoi je quitte le PS où est publiée la lettre de démission de Michaël Moglia, conseiller régional du Nord Pas de Calais.

Il me semble qu'il a sa place ici, même si je sais qu'il va faire bondir celles et ceux qui ont encore de l'espoir, ou celles et ceux qui se satisfont de leurs rèves.

Bonjour Elisa

Je ne sais si je dois vous remercier de m'avoir donné à lire cette lettre.

Effectivement, l'élu avec ses mots contenus et la nécessaire retenue de l'expression due à sa fonction, exprime  un vrai sentiment de trahison, mais  bien faiblement en comparaison de celle que je ressens, qui me blesse, qui m'obsède et qui me fait passer de l'envie de révolte à l'abattement le plus complet.

Je vais vous faire bondir, mais je ne trouve pas d'issue à ce désarroi.

Le FdG, c'est beau, cela donne sûrement un peu de coeur à espérer encore, mais à voir de quelle façon il est marginalisé et sans influence sur la vie politique, je n'y crois plus guère.

Le PS, ses seules évolutions le font aller dans le mauvais sens et réduisent là aussi son aile "gauche" au néant politique.

La rue ?? Je n'y crois pas non plus, les gens sont trop préoccupés par leur quotidien de plus en plus difficile pour aller manifester et virer tout ce sale monde!!

Il ne reste que le pire.

Changer, non pour ce que l'on aime, mais pour le chaos, pour donner un coup de pied dans la fourmilière, pour être sûr d'une chose, c'est que même s'il n'en sort rien de bon, au moins ce ne sera pas pire qu'aujourd'hui où on est là impuissants, à se lamenter, à espérer en des jours meilleurs que ceux qui nous les promettent savent qu'ils n'arriveront jamais.

Le PS est aujourd'hui plus détestable que le FN.

A Florange nombre d'oubliés en sont déjà convaincus, et ils savent pourquoi.

Attendrons- nous que la France entière soit un Florange aux ordres et se couche devant des Mittal/Eurocrates/FMI ??

DésoléEmbarrassé

 

28/12/2012, 20:31 | Par Naja en réponse au commentaire de utopart le 28/12/2012 à 08:41

Oui, UTOPART, et quand il sera là, le chaos que vous appelez de vos voeux, qui est-ce qui va morfler en premier, et grave ? Les mendiants, les plus pauvres, les sans-logis, etc… Ca vaut la peine de réfléchir avant d'allumer la mèche, non ? Car ça, ça sera bien pire qu'aujourd'hui.

Alors que Faire ? Patienter, encore et encore patienter. Et pour passer le temps s'inscrire et militer à la LDH, à Amnesty, et à la myriade d'assoc qui n'attendent que vous, moi, nous. Par exemple.

28/12/2012, 08:48 | Par [email protected]

Finalement j'aurais scrupule à déranger cette belle unanimité.

 

Sur le marché et sur l'inflation, on peut voir (ou ne pas voir) mes billets : "Eléments d'économie".

 

Mais après tout, si l'économie de marché sans inflation ne convient pas, on peut toujours proposer au peuple une économie d'inflation sans marché. Nous sommes en démocratie libérale pluraliste.

 

Bonne continuation à tous.

28/12/2012, 10:09 | Par françois périgny

Croyez-vous qu' ils comprendront ? Il ne restera plus qu'à voter contre Hollande dans cinq ans. Ou rentrer la tête dans les épaules et attendre que ça passe.

Mais tout ça est bien normal, à partir du moment où on a voté pour un président Normal.

MGL : "nous sommes en bla bla bla" . C'est cela, oui. Continuez à regarder la vitre plutôt que ce qui est derrière.

28/12/2012, 10:52 | Par Annie Stasse

+1

Je vais "plus loin" dans le raisonnement. Je pense que la conjoncture d'orientation est valable pour toute l'Europe. On espérait (enfin pas trop quand même, le on étant ceux qui croyaient que le ps était de gauche, ce que je ne crois plus depuis un temps certain, mais non gauchiste pour autant j'ai voté Hollande 2è tour ; c'est pénible de devoir se justifier tout le temps !).

j'ai donc écrit un billet que je pense réaliste Pessimisme/s ? (ou notre avenir économique) et qui ne prévoit que du libéralisment à longue échéance avec conséquences qui peuvent être graves sur le continent (nationalismes/guerres locales).

nous sommes partis pour au moins 25 ans comme ça et faut "se faire une raison". En pleurs

28/12/2012, 11:06 | Par BobLobLaw

Oui d'ailleurs ceux qui disaient que bouboule = nabot eurent droit en guise de récompense à des volées de messages privés venant de zélotes du PS qui ont disparu du site depuis. (sauf Nicole Meyer dont on peut toujours savourer ses éclairantes contributions)

Par contre vous décrédibilisez votre message avec ce commentaire étrange sur l'inflation.

28/12/2012, 11:27 | Par Annie Stasse en réponse au commentaire de BobLobLaw le 28/12/2012 à 11:06

arguments, arguments ?

inflation. Cela dépend de comment on réajuste les salaires et pensions. L'inflation des 30 années d'après guerre ne faisait pas baisser le pouvoir d'achat des travailleurs. Leurs épargnes si. Je me souviens que je calculais ce que je "n'avais pas perdu" en faisant la péréquation entre intérêts de mon épargne (livret) et l’inflation. Par contre mon pouvoir d'achat ne tombait pas.

parce des lois mettaient en concordance inflation et salaires et pensions. Actuellement notre pouvoir d'achat baisse, même avec peu d'inflation, car plus aucune concordance entre les deux.

 

28/12/2012, 11:44 | Par BobLobLaw en réponse au commentaire de Annie Stasse le 28/12/2012 à 11:27

Oui Annie, mais les salaires ne sont plus indéxés sur l'inflation depuis le premier passage du PS au pouvoir dans les années 80. Donc toute augmentation de l'inflation diminue le pouvoir d'achat des travailleurs. Or l'inflation est la plus forte dans l'alimentation et l'énergie, 2 des plus gros postes de dépenses alors que cela ne change quasiment rien pour un rentier. Le mécanisme est à peu près le même qui fait dire au FDG que l'augmentation de la TVA est néfaste pour les petits et peu sensible pour les gros. Un manque de cohérence suspect d'autant que le FDG devrait promouvoir le retour à l'indexation, surtout quand son programme implique une inflation importante.

28/12/2012, 12:46 | Par Annie Stasse en réponse au commentaire de BobLobLaw le 28/12/2012 à 11:44

retour à l'indexation évidemment. Que ce ne soit pas dans le programme fdg j'en ai aucune idée, et si c'est le cas ils ont tord. Mais je ne le crois pas, sinon ce ne serait pas cohérent avec son programme implique une inflation importante

 

28/12/2012, 13:26 | Par passifou

Et oui, il faut bien faire avec la réalité. On nous avait promis le violeur, on a eu l'empaffeur.

Personnellement, je n'ai eu aucun regret, j'ai voté Hollande sans rien ignorer.

Ma candidate, ils l'ont crevée  en beauté, et trois fois.

La première à l'élection du secrétariat général, de la triche maison. La seconde à la primaire, avec un bon coup de main des écolos, même cette pauvre Joly s'y était mis...Quelle pitié... Enfin, après l'élection de l'ex-mari, ce type sans figure.

Ils l'ont écartée pour qu'on se retrouve avec un Cahuzac au budget, et un Mosco à l'économie... DSK n'est donc pas loin.

J'aurais donc tendance à dire bien fait pour vos gueules, en attendant, je me contenterai de le penser..

D'ailleurs, au premier tour, je n'avais pas voté pour lui, j'avais voté à droite.

Non, pas Sarko, Dupont-Aignan.

Il faut une bonne opposition quand on a une grosse majorité.

La droite a intérêt à se reconstruire, sinon on va se manger les socialos pendant trente ans, avec Tapie au gouvernement dans deux ou trois ans.

Comment peut-on voter un homme de droite quand on est à gauche?

C'est simple, c'est que je ne suis plus ni de gauche, ni de droite, je suis un homme, et cela me suffit bien.

Pardon, je l'avais dit, c'est Ségolène, sinon rien.

J'ai déconné, j'aurais dû voter Sarko.

Tant qu'à élire des pourris, autant prendre le meilleur.

28/12/2012, 21:47 | Par Chevalier Culblanc

J’ai voté contre Sarko, je ne pouvais plus entendre la banalisation des discours racistes. Je ne suis donc pas surpris.  

Valls, c’est du Sarko un peu moins arrogant, mais je m’y attendais.

Ayrault était favorable à l’aéroport de Notre Dame des Landes, il n’a pas (encore) bougé, on le fera changer d’avis, ce sera un peu leur Larzac.

Arcelor-Mittal  Florange n’a pas été nationalisé, c’est la plus grosse faute politique de ce gouvernement qui avait là la possibilité de choisir son camp et d’envoyer un signal.

Cahuzac, c’est la cerise sur le gâteau.

Pour le reste, il faut noter le départ d’Afghanistan, la forte réduction du budget militaire et la nouvelle tranche d’impôt à 75%. Quelques mesures de gauche, il faut les saluer, sinon, si on hurle avec la droite pour plaindre Depardieu, le message n’est pas très clair.

28/12/2012, 22:25 | Par fabrizia

 

Arcelor-Mittal  Florange n’a pas été nationalisé, c’est la plus grosse faute politique de ce gouvernement qui avait là la possibilité de choisir son camp et d’envoyer un signal.


C'est une faute surtout. "Morale", j'ose dire.

28/12/2012, 22:35 | Par Chevalier Culblanc en réponse au commentaire de fabrizia le 28/12/2012 à 22:25

Morale, c'est sûr. Politique aussi, ça aurait marqué les limites pour un certain patronat. 

28/12/2012, 23:41 | Par Corinne N en réponse au commentaire de fabrizia le 28/12/2012 à 22:25

...bah...le gouvernement vient de se rattraper en nationalisant .....une banque !!!!!! 2,5 milliards pour Dexia......

http://www.easybourse.com/bourse/financieres/article/24730/bruxelles-autorise-la-nationalisation-de-dexia.html

 

29/12/2012, 07:54 | Par Jonasz

Je partage à la virgule près. Excellente synthèse du ressenti de beaucoup...  dans mon environnement immédiat.

03/01/2013, 16:56 | Par gigilamorose

Les pleureuses de Médiapart! Vous avez voté pour FH? oui, pour virer NS- NS a été viré! Vous pleurez toujours? JL mélenchon dit qu'il ne votera jamais la censure du gouvernement! Vous allez pleurer encore pendant quatre ans?

03/01/2013, 18:23 | Par Corinne N en réponse au commentaire de gigilamorose le 03/01/2013 à 16:56

...à ma connaissance, il n'est pas en position de voter quoi que ce soit, n'étant ni député ni sénateur, mais bon, j'ai peut-être raté un épisode....

 

04/01/2013, 11:15 | Par gigilamorose en réponse au commentaire de Corinne N le 03/01/2013 à 18:23

Oui, mais il y a un groupe Front de gauche à l'assemblée nationale qui a déjà proposé des amendements dont plusieurs ont été votés: donc ils sont utiles et peuvent faire avancer les textes dans le bon sens. Par contre, sur des textes importants : Nationalisation provisoire de Florence, il aurait pu proposer la censure du gouvernement, avec les voix de Montebourg , Lineman et ......? Cela aurait été plus efficace que pleurer et regretter son vote FH.

03/01/2013, 18:40 | Par JoëlMartin

Déçu, oui.

Je reconnais que je ne m'étais pas imaginé que Hollande baisserait son froc devant autant de lobbies.

Le flanby a dissous l'os.

Mais je ne regrette pas d'avoir voté pour lui.

Sinon c'était le renabot, et avec sa dérive extrêmedroitiste, je ne sais pas si des médias comme ce site ou Le Canard seraient encore de ce monde.

C'était l'eczéma ou la lèpre.

J'ai choisi l'éczéma.

 

03/01/2013, 19:00 | Par Anne Gentry

J'avais compris avant de voter, Liliane, .... mais ch'uis pas arrivée à ne pas le faire !

Ça fait quand même du bien de ne plus voir l'autre et sa clique.

03/01/2013, 23:48 | Par Liliane Baie en réponse au commentaire de Anne Gentry le 03/01/2013 à 19:00

Bonjour, Anne... et re-bienvenue !

L'article, bien sûr, n'est pas destiné à ceux qui avaient compris, mais à ceux qui, de bonne foi, pensaient que François Hollande, une fois élu, ferait une politique socialiste. Et à d'autres, sans réelle illusion, mais qui avaient cependant un secret espoir qu'ils ne venaient pas encore de voter à droite malgré eux, contraints et forcés par la nécessité de faire partir Nicolas Sarkozy et son équipe.

24/01/2013, 14:20 | Par Belange

ILS NE NOUS FERONT PAS TAIRE

Après les grandes envolées de Arnaud Montebourg cet été contre les patrons voyous, le gouvernement est revenu à ces premiers amours avec l'appui à l'accord inique signé entre le Medef et 3 syndicats minoritaires. La baisse du salaire et l'augmentation du temps de travail, sans que les salariés puissent individuellement refuser sauf à être licenciés pour motif personnel, seraient autorisés par le code du travail. Les procédures de  licenciement et les protections juridiques seraient réduites. Le Medef le réclamait depuis 30 ans. Il est en train de l'obtenir d'un gouvernement qui se dit de gauche. L'UMP peut se frotter les mains et pour cliver avec le gouvernement, se concentrer contre l'égalité des droits devant le mariage. Renault, le constructeur automobile, profite du contexte pour faire du chantage aux fermetures d'établissements afin d'obtenir un accord baissant de fait les salaires (au  minimum de 5 à 7 % à l'horizon 2015 selon l'inflation estimée). Pourquoi se gênerait-il puisque la leçon des derniers mois, c'est un gouvernement dont la capacité d'action est inversement proportionnelle au niveau de ses protestations. Les salariés de Florange s'en rendent compte tous les jours qui continuent à exiger la nationalisation. Ceux de PSA-Aulnay sont soumis de fait à un lock-out par la direction qui cherche à laisser pourrir la  situation. Mais plusieurs luttes ont montré ces derniers temps qu'il était possible pour les salariés de se battre pour d'autres solutions : M.Real et Pilpa qui ont gagné le rejet de la liquidation, Petroplus qui a obtenu des délais, Fralib qui continue à se battre. Plusieurs de ces entreprises en lutte se retrouveront ensemble à Paris le 29 janvier pour exiger une loi contre les licenciements et suppressions de poste sans réel motif économique.  Nous serons à leurs côtés ce jour-là comme nous serons avec les salariés de Virgin le même jour. De même que nous serons dans la rue le 31 janvier avec les fonctionnaires contre la RGPP version socialiste (Map : modernisation de l'action publique). Les associations de chômeurs et précaires ont manifesté lundi aux cris de « Nous ne sommes pas des pigeons, nous ne voulons pas des miettes, nous voulons nos droits ». Cela n'empêche  pas la Cour des Comptes, dont le président est au PS, de trouver que les chômeurs sont trop indemnisés alors que plus de la moitié d'entre eux ne perçoivent rien. Nous n'acceptons pas que des juges (Cour des Comptes, Conseil constitutionnel), se drapant dans une pseudo neutralité politique, imposent le discours libéral. Nous allons tout faire pour mobiliser contre l'austérité, contre les atteintes aux droits des travailleurs contenues dans l'accord  emploi, contre la la réduction des droits à l'indemnisation des chômeurs et contre les attaques contre les retraites qu'on voit déjà se dessiner à l'horizon de l'été. Le PS a bien compris que sa politique soulevait de plus en plus de mécontentement. Cela explique sa virulence actuelle contre le Front de Gauche. Il essaie par tous les moyens de casser le Front de Gauche en ostracisant particulièrement le PG et en sommant le PCF de rompre avec  Jean-Luc Mélenchon ! Mais il n'y arrivera pas car le Front de Gauche est la seule force politique à porter l'espoir de celles et ceux qui veulent une autre politique.

Martine Billard, co-présidente du Parti de Gauche

Newsletter