Mer.
17
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Beppe Grillo : un clown inquiétant

Je me souviens qu’en entrant sur la Place de la Bastille, le dix-huit mars dernier, coincée entre des inconnus et des inconnues et poussée par leur énergie, j’entendis l’un d’eux dire «on n’est pas vingt-mille : on n’est CENT-VINGT mille!». C’était difficile à croire, on n’osait y croire et pourtant cette foule immense, sa ferveur inouïe semblait nous autoriser à y croire. Ce n’était pas vraiment une manifestation, ce n’était pas vraiment non plus un meeting politique, c’était plutôt un énorme cri. Le cri qui donna, ou redonna, à ce peuple de gauche enfin rassemblé, l’énergie du combat et de l’espoir. 

Et quand, en février 2013, je vois ces places italiennes remplies elles aussi de monde et ces citoyens et citoyennes italiens s’émouvoir de ces immenses foules venues écouter celui qui fonda le Movimento 5 Stelle, Beppe Grillo, je ne peux que comprendre, dans un premier temps, leur émotion, leur enthousiasme, leurs frissons.

Mais la différence, c’est que l’énergie qui animait les électeurs venus écouter Mélenchon et ses camarades, venait, entre autres, de la cohérence et de l’intérêt du programme du Front de Gauche, «né de l’exigence de réinventer la gauche en s’appuyant sur l’implication populaire». C’était cette renaissance de la gauche, d’une gauche qui voulait replacer l’humain d’abord, redonner la parole et le pouvoir au peuple qui était célébrée. C’était le programme du Front de Gauche qui, en plaçant l’humain d’abord, pouvait dire non au diktat de la finance, non aux discriminations, et oui au respect et à la tolérance. 

Est-ce le cas en Italie ces jours-ci ? J’ai lu et relu le programme du Movimento 5 Stelle, j’ai lu et relu le blog de Grillo lui-même, j’ai écouté certains de ses discours, j’ai lu plusieurs articles. Et je ne comprends toujours pas. 

 

Le programme est une espèce de liste souvent vague et confuse. Vus les temps qui courent, j’ai lu assez attentivement la page consacrée à l’économie et par exemple, sur ce point, «Riduzione del debito pubblico con forti interventi sui costi dello Stato con il taglio degli sprechi e con l’introduzione di nuove tecnologie per consentire al cittadino l’accesso alle informazioni e ai servizi senza bisogno di intermediari», je reste perplexe. C’est la seule occurrence du mot «dette» dans le programme : le mouvement voudrait la réduire en intervenant fortement sur les coûts de l’État, c’est-à-dire - précision non négligeable, en éliminant les «gaspillages». Le programme n’est-il pas l’endroit idéal pour développer une idée aussi cruciale, expliquer sur quelles dépenses de l’État exactement l’on compte intervenir, préciser à quels gaspillages l’on fait référence ? Visiblement, ce n’est ni l’idée de Grillo ni celle de ses fidèles car rien de plus n’est dit à ce sujet. En revanche, l’on précise une deuxième façon de réduire la dette : introduire les nouvelles technologies pour permettre aux citoyens d’accéder aux informations et aux services sans avoir besoin d’intermédiaires». J’essaie de comprendre : suppression des fonctionnaires et leur remplacement par les nouvelles technologies. Je comprends peut-être mal, mais rien de plus n’est dit dans le programme. 

Ledit programme se termine par la section «Instruction» : treize points, l’équivalent d’une demi-page. On y retrouve cette passion pour les nouvelles technologies : «abolition progressive des manuels scolaires imprimés, et donc leur gratuité, avec l’accès via internet au format numérique», «accès public via internet aux cours universitaires», «enseignement à distance via internet». C’est formidable, internet. C’est un outil précieux. Mais si les manuels numériques amènent à l’élimination des manuels papier (je suis contre, mais cela n’engage que moi), les cours universitaires via internet entraîneront-ils aussi la disparition des salles de classe ? Je m’interroge, simplement. 

Horrifiée par ce qui se passe en France actuellement, je cherche la section «Immigration» du programme de Grillo. Je ne trouve rien. Je recherche le mot «étranger» : il apparaît une fois. «enseignement gratuit de la langue italienne pour les étrangers (obligatoire en cas de demande de naturalisation)». Pas exactement ce que je cherchais. Aucun mot du programme ne commence par «immigr». Étonnant. Je vais faire un tour sur le blog de Grillo - www.beppegrillo.it. Je retrouve l’article dans lequel il explique que ça n’a pas de sens, selon lui, de vouloir accorder la nationalité italienne aux enfants d’immigrés nés en Italie. Le droit du sol lui semble visiblement être une idée complètement farfelue. Il écrit sur son blog que cette proposition n’avait pas de sens - «senza senso». Ma perplexité commence à se transformer en colère. Je continue de lire son blog, je tombe rapidement sur le court paragraphe où il regrette «les problèmes causés par des dizaines de milliers de rom de la Roumanie arrivés en Italie» : le gouvernement qui a laissé ces rom entrer en Italie a mis en péril la sécurité des Italiens, écrit Grillo, avant de conclure, sur le ton du regret, qu’«autrefois, les frontières de la Patrie étaient sacrées». J’ai l’impression de lire un tract du Front National. Je poursuis mes recherches et tombe sur cette vidéo d’un meeting public où il hurle que «le gouvernement roumain s’est libéré du pire» en envoyant cinquante mille Roumains en Italie. (Je reviendrai plus tard sur le fait que dans cette video d’une dizaine de minutes, je l’entends à plusieurs reprises hurler «porca puttana» et que, une fois de plus, mes poils se hérissent). 

À ce stade, je suis sûre d’au moins une chose : Grillo est de droite. Ajoutez à cela sa réponse royale à un groupe de néofascistes, Casapound, qui lui demandait s’il était antifasciste : «l’antifascisme ne me regarde pas», son refus de l’euro, sa volonté d’éliminer les syndicats et le tableau est de plus en plus clair. Grillo défend des idées de droite et d’extrême-droite. Son mouvement est donc un mouvement de droite. Et de nouveau, perplexité. J’ai l’impression que dans les journaux, l’on parle souvent de lui comme d’une force plutôt de gauche. Et je repense à certaines de mes connaissances qui le soutiennent avec ferveur et qui se disent de gauche. Et je repense à ces foules immenses qui sont venues l’acclamer ces jours-ci. 

 

Ne sachant plus sur quel pied danser, je décide d’essayer de comprendre ce que Grillo lui-même dit sur la question. Partout - blog, articles, meetings, il semble fier d’affirmer que lui et son mouvement ne sont «ni de droite ni de gauche». À l’entendre, il a su se libérer des «étiquettes», contrairement à tous ces vieux mammouths de la politique qui continuent de s’enfermer dans ces idéologies toutes faites. Mais affirmer que l’on est de gauche, ce n’est pas s’enfermer dans une idéologie aliénante ou paralysante, c’est au contraire affirmer que l’on partage une vision éthique et politique du monde et de l’autre qui font que, comme le disait Deleuze, «l’on perçoit d’abord l’horizon». Percevoir l’horizon, l’horizon de l’autre, avant de se percevoir soi-même. «Être de gauche, c’est savoir que les problèmes du Tiers-Monde sont plus proches de nous que les problèmes de notre quartier», explique Deleuze. Grillo pourra dire ce qu’il voudra : il n’est pas de gauche. Il est de droite. Ces deux termes ne sont pas des étiquettes réductrices. Aujourd’hui plus que jamais, ils sont ce qui définissent une ligne de pensée, un horizon politique. Mais celui qui refuse les étiquettes «gauche» et «droite» aura-t-il l’honnêteté de reconnaître que ses propos sont xénophobes ? Ou ce terme est-il lui aussi à bannir, à dépasser, à mépriser ?

On ne le saura pas car le grand Grillo a cette autre caractéristique fascisante de ne répondre à aucun journaliste, de ne donner aucune interview, de refuser toute discussion. Hier, à Rome, lors du dernier meeting qu’il donnait avant les élections de dimanche et lundi, il a même refusé l’accès aux journalistes italiens. Pire, il a demandé l’aide des carabiniers pour les éloigner. Censure ? Dérive autoritaire ? Cela me rappelle l’élégant nom qu’il a choisi de donner à sa tournée de meetings : le «Tsunami Tour». Pour le respect des victimes de tous les tsunamis destructeurs qui ont ravagés plusieurs côtes, l’on repassera...

 

Je sais que l’on me reprochera d’avoir tu dans ces quelques lignes toutes les bonnes idées de Grillo mais je ne sais même plus vraiment si elles valent la peine d’être considérées. On peut vouloir redonner le pouvoir au peuple mais si c’est en parlant des rom comme d’une «bombe à retardement», en méprisant journalistes et syndicats, en insultant les prostituées (à chaque fois qu’il hurle, dans un cri de colère, «porca puttana», lors d’un meeting, en utilisant publiquement le mot «puttana» comme une insulte, oui, Grillo manque de respect à toutes ces personnes qui vivent de la prostitution), en se vantant que les femmes de son mouvement ne sont «pas des femmes siliconées mais des femmes qui élèvent leurs enfants» (quelle intéressante image de la femme, réduite à la maternité...), j’en passe et des bien pires, quel sens cela a-t-il ? 

 

Tous les commentaires

23/02/2013, 11:01 | Par ma mo en réponse au commentaire de XipeTotec le 23/02/2013 à 11:00

La xénophobie est peur de l'autre, la peur se transforme vite en haine, en mépris. L'individualisme finit par régner. Et on retourne à la case départ. C'est cela qu'il faut briser. C'est contre cela qu'il faut lutter. On ne peut pas tolérer cette xénophobie. Il faut la détruire. Rassembler des foules autour de la haine de l'autre, les Italiens ont connu.....

24/02/2013, 09:32 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de XipeTotec le 23/02/2013 à 11:00

Si la xénophobie ne vous dérange pas, vous vous situez politiquement et votre apologie du bouffon glauque Grillo est logique. La gauche raciste n'existe que dans une conception proto-fasciste de la politique.

24/02/2013, 09:47 | Par ma mo en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 24/02/2013 à 09:32

Merci Yvan!

24/02/2013, 12:11 | Par betelgeuse en réponse au commentaire de ma mo le 24/02/2013 à 09:47

Vous êtes sur un nuage quand on est d'accord avec ce que vous écrivez!

24/02/2013, 14:18 | Par ma mo en réponse au commentaire de betelgeuse le 24/02/2013 à 12:11

vous me faites sourire

24/02/2013, 23:22 | Par chiara.v en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 24/02/2013 à 09:32

Traiter Grillo de "bouffon glauque" dénote surtout une méconnaissance totale du personnage. Les "bouffons glauques" sont plutôt les Berlusconi et tous ceux qui, depuis de décennies, ont perverti la politique, qui pourrait être, et qui devrait être, quelque chose de noble. Grillo dénonce la corruption, (Saviano, il y a quelques jours, a rappelé qu'il faudrait parler davantage des votes achetés en Italie : Une voix = 50 euros, parfois un téléphone portable, une machine à laver...) qui a gangrené la politique ; il dénonce ceux qui passent 20 ou 25 ans à faire leur beurre avec des postes politiques ; il critique une politique déconnectée de la réalité, des débats télévisés qui deviennent des parodies de démocratie, avec des "applaudisseurs" sur commande, etc. En fait, il a un discours qui tranche tellement avec ce qu'on est habitué à entendre - le mensonge, la langue de bois - que ça en gêne certains. En cela, il est exactement  le contraire d'un "Pinocchio" ! Il y a sûrement des points très contestables (ou superficiels) dans son programme, y compris son refus de l'Europe - mais il y en a aussi qui sont pensés pour assainir une Italie qui n'en peut plus des scandales, des "affaires" jamais élucidées, des énormes gaspillages perpétrés par ceux qui ont détenu le pouvoir pendant des années. Que l'Italie de Berlusconi ait pu accoucher d'un Beppe Grillo est, au contraire, le signe que ce pays a plus de ressources qu'on ne veut bien l'imaginer. Moi, j'espère qu'il aura beaucoup de voix pour faire pression sur la gauche (qii va sans doute passer) et changer la politique, qui en a bien besoin. Le "bouffon" est aussi là pour forcer le trait et dire aux puissants qu'ils sont nus.

28/02/2013, 17:12 | Par Ourse Blanche en réponse au commentaire de chiara.v le 24/02/2013 à 23:22

je trouve ce qui se passe en Italie et en Espagne,en France est magnifique,d'autre gens créent des mouvements citoyens et se presentent en région  ,le programme de 5 etoiles est ecolo et super,donc parler de Grillo comme reac ou je ne sais c'est desinformer les gens,ridiculiser ce qui va bientot se passer partout en Europe ,les citoyens reprennent les renes de leurs vie pour defendre le Vivant,contre ces maffieux technocrates qui flinguent tout,c'est vraiment une bonne nouvelle,les hors sol vont disparaitre .Je trouve cet article idiot,reac et surtout trés mal informé sur Grillo et tout les groupes de gens ecologistes,artistes etc qui le suivent et qui vont faire changer la donne,l'eglise tombe,les partis finito,et viva la Vie.

24/02/2013, 09:56 | Par laurent maestrati en réponse au commentaire de ma mo le 23/02/2013 à 10:58

Démagogie ????????

Peut être  (certainement) .

Mais c'est toujours l'argument que nous sortent les élus, de quelque bord et à quelque niveau qu'ils soient, et la médiacratie à leur dévotion

quand on commence à parler de toucher à leurs privilèges, avantages acquis et petits arrangements entre amis.

Voire le discours sur le cumul des mandats, ou les "arrangements" marseillais , et la dernière de l'inénarable Nanar : Pezet et Muzellier feraient tous deux de trés bon maires pour Marseille (le Provençal 23/02). 

On sait qui se trouve au bout de la laisse de ces deux là; et des autres .

 

 

 

24/02/2013, 10:07 | Par ma mo en réponse au commentaire de laurent maestrati le 24/02/2013 à 09:56

D'accord.

Mais quel rapport ?

23/02/2013, 10:59 | Par ma mo en réponse au commentaire de XipeTotec le 23/02/2013 à 10:54

Quel est le discours journalistique ? 

Grillo brise le mur du silence, mais cela suffit-il ? Que nous propose-t-il ? 

25/02/2013, 15:16 | Par chiara.v en réponse au commentaire de ma mo le 23/02/2013 à 11:14

Il serait peut-être bon de ne pas employer le mot "fasciste" à toutes les sauces, et de ne pas convoquer Mussolini, comme vous le faites plus loin, avec autant de légèreté... Vous n'aimez pas les excès de Grillo, mais vous, vous ne faites pas dans la dentelle... J'ajouterai que, pour son ami Stefano Benni, qui le connaît bien, Grillo n'a rien à voir avec Mussolini, mais évoquerait plutôt le Jack Nicholson de "Shining". Et qu'il a une femme très douce, qui ne lui fait pas payer des millions d'euros de pension alimentaire. Il est, par ailleurs, profondément antimilitariste, et préoccupé par les pb environnementaux. Qu'il préconise l'eneignement de l'anglais en maternelle n'est pas un crime, que je sache... A moins de vouloir sans cesse chercher des poux dans son abondante crinière.

25/02/2013, 19:20 | Par ma mo en réponse au commentaire de chiara.v le 25/02/2013 à 15:16

À quelle sauce déplaisante ai-je employé le mot fasciste ? Je crois que les propos de Grillo sont clairs.

Qu'il ait une femme "très douce", grand bien lui fasse.... (quel rapport ?!)

Nulle part je n'ai dit, ni pensé, que c'était un crime de proposer l'enseignement de l'anglais en maternelle. (je ne trouve que pas que ce soit une mesure urgente mais enfin...)

Je suis désolée de ne pas faire dans la dentelle : j'ai lu le programme et écouté ce que disait le monsieur, et mon intention n'a jamias été d'être "légère". Croyez-moi je ne prends pas du tout la question à la légère.

26/02/2013, 14:34 | Par Dominique C en réponse au commentaire de chiara.v le 25/02/2013 à 15:16

"Qu'il préconise l'eneignement de l'anglais en maternelle n'est pas un crime, que je sache... "

Bien sûr que ce n'est pas un "crime"...

Mais comme l'écrit Marie Morisset: "(je ne trouve que pas que ce soit une mesure urgente mais enfin...)" et c'est pour sûr un projet démagogique, qui peut avoir plus de conséquences négatives qu'on ne le pense... Car la langue anglaise est bel et bien le véhicule d'une idéologie, d'une vision du monde. Mais ce n'est pas que cela.

Le "consensus" sur le (supposé) "besoin" d'anglais n'est même plus critiqué, et pourtant c'est une assez grande stupidité à mon avis... Je m'exprimerai ailleurs à ce sujet, mais on peut trouver des pistes dans ce billet et cet autre.

Pour ma part, j'avoue ne pas trop avoir suivi ce qui se passe en Italie depuis quelques années, mais le billet de Marie me semble assez lucide...

28/02/2013, 17:13 | Par Ourse Blanche en réponse au commentaire de ma mo le 23/02/2013 à 10:59

allez vois le programme de 5 etoiles,ce n'est pas lui,mais des groupes de citoyens et c'est super!

23/02/2013, 23:50 | Par Jean Bachèlerie en réponse au commentaire de XipeTotec le 23/02/2013 à 10:54

Tout à fait d'accord le PD se veut un parti centriste et dieu sait s'il en fait des efforts, au point qu'il faut se demander ce qui en fait encore un parti de gauche.

Seuls les medias dominants, le présentent sans rire comme un parti de gauche ou centre gauche.

En fait le centre ayant toujours été à droite, le PD est la gauche de la droite!

Le résultat est là, Italie en crise, aprés 10 ans de Berlusconi, et un an de Monti, le PD ne décolle pas dans les sondages, et plafonnent à 30/33%!

 

la raison est simple, qu'est ce qui différencie économiquement et au plan social le PD, du parti de Monti, voire même des politiques économiques et sociales menées par Berlusconi ?

 

Le peuple italien a compris, il n'est pas masochiste et ne suit pas ce parti social libéral, parti de la régression économique et sociale, comme ses maîtres  les 1% à qui appartiennet le monde, et les partis qui les soutiennent les néolibéraux.

 

 

 

23/02/2013, 10:58 | Par ma mo

Je n'ai absolument pas peur du rassemblement populaire, au contraire. Je ne demande que cela. Mais le peuple doit se rassembler autour d'idées claires, de luttes justes. 

24/02/2013, 11:29 | Par Guy en réponse au commentaire de ma mo le 23/02/2013 à 10:58

Vous dites "le peuple doit". De qui émane une telle injonction. Justement, n'est-ce pas tout le temps ça, les devoirs du peuple, jamais la possibilité qu'il puisse décider par lui-même.

Comme pour beaucoup, ce gars me fait penser à l'année 80 avec l'initiative de Coluche. Aussi, je me dis qu'aujourd'hui, nombreu-x-ses iraient de leur "populiste" à son endroit.

Le plus grave, en Italie, me semble t-il, a été la promotion de Monti pour faire le sale boulot, alors que la classe politique prenait le vert, histoire de se refaire une virginité et revenir faire la belle devant les scrutins.

Alors, que ce gars, et ses suivants, viennent mettre la pagaille, je trouve ça très bien. Qu'en plus, Berlusconi, fasse la cerise sur le gâteau et je serai comblé.

Ne pas oublier qu'ici, en France, à lire les sondages et sentir l'humeur collective, nous ne sommes pas des plus heureu-x-ses avec nos gouvernants.

26/02/2013, 14:39 | Par Dominique C en réponse au commentaire de Guy le 24/02/2013 à 11:29

"Qu'en plus, Berlusconi, fasse la cerise sur le gâteau et je serai comblé."

C'est dangereux et à mon avis pas très malin de souhaiter le pire, comme "choc" salutaire... Un choc peut très bien produire des effets indésirables. Iriez-vous, par exemple jusqu'à souhaiter le retour de Sarko pour secouer les puces à un Hollande qui ne tient pas ses promesses?

28/02/2013, 17:35 | Par Ourse Blanche en réponse au commentaire de ma mo le 23/02/2013 à 10:58

debile on se dirait au PC ,finito les partis!!

01/03/2013, 18:52 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Ourse Blanche le 28/02/2013 à 17:35

Oui, Youpiieee!  faisons comme dans la libye de Khadafi ! !!! C'était un vrai démocrate lui au moins !

23/02/2013, 12:47 | Par Yvan Najiels

Flippant...

Déjà que Coluche en vérité était assez poujado...

23/02/2013, 13:47 | Par gerald rossell

Pour Grillo

"C’est formidable, internet. "

Le credo de Berlus était

les 3 "i"

-internet

-impresa

-inglese

23/02/2013, 14:17 | Par ma mo en réponse au commentaire de gerald rossell le 23/02/2013 à 13:47

À propos du troisième i : dans la section "instruction" du programme du mouvement de Grillo, on peut lire aussi : "Insegnamento obbligatorio della lingua inglese dall’asilo"

23/02/2013, 20:12 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de ma mo le 23/02/2013 à 14:17

merci pour votre article qui éclaire différemment celui intitulé "Italie: Grillo, l'empêcheur de voter en rond" signé de la rédaction de Médiapart et qui conforte mon désabonnement.

Courage, ne lachez rien dans ce contexte mou.

23/02/2013, 23:42 | Par XipeTotec en réponse au commentaire de gerald rossell le 23/02/2013 à 20:12

Merci de confirmer à travers l'ensemble de vos messages que le Front de gauche ne sera jamais le Front populaire. Voilà une chose qui est claire, comme dirait Marie Morisset.

24/02/2013, 07:42 | Par Pong en réponse au commentaire de gerald rossell le 23/02/2013 à 20:12

Bonjour,

pourriez vous indiquer les autres raisons, ça m'intéresse.

Cordialement.

23/02/2013, 15:06 | Par bernard uguen

Je crois que vous avez tort.

En fait, le mouvement des 5 * a réussi a donné une exposition politique  au "mouvement des indignés", c'est trés bien. C'est une sorte de "révolte citoyenne" qu'on est bien incapable de concrétiser en France actuellement.

23/02/2013, 16:23 | Par Segesta3756 en réponse au commentaire de bernard uguen le 23/02/2013 à 15:06

Merci de préciser cela Bernard, je ne fais partie de ce mouvement, mais il y a beaucoup de choses intéressantes qui ont été promues par Grillo et le mouvement de participation populaire qu'il a engendré, c'est une réelle nécessité en Italie, et il faut dire que les initiatives populaires ne sont pas l'exclusivité du mouvement des 5*, il y a les collectifs pour le réinvestissement de l'argent exproprié aux entreprises mafieuses aussi, par exemple. Il y aurait beaucoup à dire sur le mouvement de participation populaire. Mais je voudrais insister sur une donnée que les français ont peut-être un peu de mal à assimiler, alors regardez ce tableau, un pris au hasard sur le net, mais significatif : 

classement mondial (sur 100): France 14e place Italie 23e place, respectivement 78,93/100, et 53,45/100.

http://www.vincentabry.com/web-index-le-classement-mondial-internet-par-tim-berners-lee-18671

Autrement dit, l'Italie est très en arrière par rapport à la France pour ce qui est de la révolution numérique. Alors que Grillo insiste sur cet aspect c'est heureusement normal...!

 

 

23/02/2013, 16:58 | Par ma mo en réponse au commentaire de bernard uguen le 23/02/2013 à 15:06

Je crois qu'il faut absolument essayer d'aller voir ce qu'il y a derrière cette révolte citoyenne. 

Croyez-moi, le réveil des peuples, je suis absolument pour. Mais je le répète : il faut savoir pour quoi on veut lutter, ce que l'on veut combattre, ce que l'on veut défendre. L'indignation ne fait pas un programme politique.

Mussolini a séduit les indignés de l'époque, je me permets de le rappeler...

23/02/2013, 18:58 | Par bernard uguen en réponse au commentaire de ma mo le 23/02/2013 à 16:58

c'est avec cela que vous clôturez vos commentaires, et les discussions..... "Mussolini a séduit les indignés de l'époque, je me permets de le rappeler..."

xénophobie, fascisme...populisme  etc etc ...    je crois que vous allez un peu fort. Vous croyez que notre attitude, droite et gauche confondues vis a vis des roms, en France soit meilleure ??

Vous avez la même méthode pour dévaloriser un mouvement que l'oligarchie en place et les partis tradionnels.

23/02/2013, 20:29 | Par ma mo en réponse au commentaire de bernard uguen le 23/02/2013 à 18:58

Je ne cesse de dénoncer les dérives xénophobes de Valls et du gouvernement actuel, croyez-moi. Je ne veux donner de leçons à personne. Je ne vois pas en quoi mes propos se rapprochent de ceux de l'oligarchie....

Vous trouvez que j'y vais un peu fort, mais avez-vous lu mon texte ? Je m'appuie sur les mots de Grillo...

24/02/2013, 00:08 | Par XipeTotec en réponse au commentaire de ma mo le 23/02/2013 à 20:29

Oui vous donnez des leçons de morale en faisant un procès à charge. Très concrètement, qui soutient actuellement un premier ministre non élu, avec la droite et les fascistes du MSI, en Italie ? Grillo ou Bersani ? Qui veut s'allier avec le représentant de Goldman Sachs après les élections ? Grillo ou Bersani ?

24/02/2013, 08:43 | Par ma mo en réponse au commentaire de XipeTotec le 24/02/2013 à 00:08

Mais je n'ai jamais parlé de Bersani! Je n'ai jamais dit que l'alternative à Grillo était Bersani. Et je ne l'ai jamais pensé! Ne mélangez pas tout.

24/02/2013, 13:09 | Par XipeTotec en réponse au commentaire de ma mo le 24/02/2013 à 08:43

Oui vous ne parlez pas des gens en place, qui sont "favoris" aux élections et qui détruisent la démocratie. Mais vous tremblez de peur face au peuple,

24/02/2013, 14:19 | Par ma mo en réponse au commentaire de XipeTotec le 24/02/2013 à 13:09

J'ai dû mal m'exprimer, vous n'avez visiblement rien compris à ce que j'essaie de dire

25/02/2013, 11:43 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de ma mo le 24/02/2013 à 14:19

Vous vous êtes exprimée très clairement mais il n'est pire sourd que qui ne veut entendre.

J'admire votre patience.

25/02/2013, 19:21 | Par ma mo en réponse au commentaire de Virgil Brill le 25/02/2013 à 11:43

Merci. Vous me rassurez.

23/02/2013, 15:23 | Par [email protected]

Vous voulez tuer le reve dans sa coquille. Le M5S n'a pas besoin de vous . Vous parlez de Melenchon homme de gauche avec ses 30 000€ de revenus mensuel. Pauvre peuple de gauche. Le programme duM5S est incomplet mais a le merite d'exister. Il impose a ses représentants de ne pas se rendre dans les emissions de television . Parfait . De s'appuyer sur internet pour diffuser son message , choisir ses representants et s'ouvrir au monde . Et Mediapart alors ! Vous ne partagez pas les principes du mouvements , c'est votre droit , n'en degoutez pas les autres SVP merci.

23/02/2013, 17:13 | Par ma mo en réponse au commentaire de [email protected] le 23/02/2013 à 15:23

Cher Victor, 

J'essaie justement de ne pas parler seulement des "principes" du mouvement, mais aussi de son contenu! J'ai le droit de m'exprimer, vous n'êtes pas obligé de me lire ou d'être d'accord, mais ne me demandez pas de me taire, s'il-vous-plaît.

Le programme du M5S n'est pas seulement incomplet, il est aussi bancal sur un grand nombre d'éléments.

23/02/2013, 17:42 | Par [email protected] en réponse au commentaire de ma mo le 23/02/2013 à 17:13

Marie.

Loin de moi l'idée de vous interdire d'exprimer votre pensée. Depuis trois ans je partage la vie des Italiens et il me semble que le M5S estune opportunité pour eux. Au pire cela sera un retour a la case départ ,ils en sont conscients dans leur grande majorité, comme nous l'avons vecu en 68. Ecouter : Berlusconi , Bersani, Fini, Casini ,qui ont collectivement mené l'Italie ou elle en est aujourd'hui. Monti qui,  l'a tout simplement et modestement "sauvée". Vous pousse tout naturellement vers le M5S et son discours parfois destructeur. Le contenu du programme , incomplet, sera complété en temps voulu par les elus aux qualités incontestables. Melanchon je vous le laisse. 

23/02/2013, 18:27 | Par ma mo en réponse au commentaire de [email protected] le 23/02/2013 à 17:42

Je garde Mélenchon avec plaisir, quoique je sois prête à le partager :-)

Je comprends votre vision des choses et je sais qu'elle est partagée par beaucoup mais le problème c'est que nous ne savons pas comment le programme sera conplété. C'est cela qui m'inquiète et les discours de Grillo laisse présager le pire. L'on ne sait que trop qu'un rassemblement autour de la seule colère peut déboucher sur des horreurs. Je comprends réellement que les Italiens aient envie et besoin d'un réel renouveau, mais j'ai beaucoup lu cette phrase "meglio saltare nel buio che continuare a morire lentamente" et je crois que cette façon de voir les choses est beaucoup trop dangereuse. 

23/02/2013, 18:44 | Par [email protected] en réponse au commentaire de ma mo le 23/02/2013 à 18:27

Parmis mes amis Italiens qui voteront M5S il y a : des jeunes env 30 ans, un dentiste 45 ans ,une rentiere 45 ans, un prof de golf 55ans, des retraites, entre autres. "Meglio saltare nel buio che morrire lentamente " . Lo condivido anche se e pericoloso. Adesso la ringrazio della sua proposta ma Melanchon lo lascio a lei. Bien a vous.

28/02/2013, 17:19 | Par Ourse Blanche en réponse au commentaire de ma mo le 23/02/2013 à 17:13

On se marre,le programme  5 Etoiles,et pas Grillo,comme vous voulez le personnaliser,est tres bon,vous êtes encore dans l' esprit des partis,des controles,mais c'est fini,les gens qui sont dans ce mouvement sont vraiment tres tres bien,alors votre peur de changer de façon de voir la vie  parait si derisoire qaund au enjeu de survie de tout le Vivant.

23/02/2013, 18:35 | Par [email protected] en réponse au commentaire de Juliette BOUCHERY le 23/02/2013 à 17:56

Juliette , je ne retrouve pas l'ecrit de ma source ,mais il me le confirme par telephone. Allez sur le net et cherchez salaire melanchon.les 20 000 sur y sont + son patrimine. Il devrait preciser au peuple de gauche comment il a reussi .La politique peut etre...... bien a vous. 

23/02/2013, 19:16 | Par Juliette BOUCHERY en réponse au commentaire de [email protected] le 23/02/2013 à 18:35

Je viens de le faire. Je note déjà que dans le message précédent, vous "l'accusiez" de gagner 30 000 € par mois. Dans la réponse que vous me faites, on est à 20 000. Et quand je tape "salaire mélenchon" comme vous me le recommandez, je trouve 6 000 et quelques, plus effectivement une indemnité parlementaire qui hausse la donne, mais qui atteint tout au plus dans les 12 000 €. On est loin de 30 ou même de 20. De plus, il faut faire attention aux sources, qui affirment avec beaucoup d'aplomb des choses qui ne sont pas forcément vraies... comme vous venez de le faire.

Car la source sur laquelle j'ai atterri en premier lieu, Politique.net, est clairement connotée. J'ai ouvert un autre article, censé expliquer les causes de la crise financière mondiale, et la première personne citée était M. Sarkozy. Et les raisons données pour la crise... ne sont pas tout à fait celles que je donnerais personnellement. Any questions ?

23/02/2013, 19:34 | Par lespioux en réponse au commentaire de Juliette BOUCHERY le 23/02/2013 à 17:56

non c'est faux c'est: 120000€ par jour   mdr les bouffons 

 

23/02/2013, 21:41 | Par lairderien en réponse au commentaire de [email protected] le 23/02/2013 à 15:23

Vous décrédibilisez en donnant de faux chiffres sur les revenus de mélenchon.

Il suffit de vérifier sur internet ce que touche un député européen français (ce qu'est mélenchon et qui constitue son seul revenu) pour savoir que vous ressortez sans vérifier les conneries de la propagande anti-mélenchon.

C'est totalement contre-productif pour que vous soyez pris au sérieux.

24/02/2013, 02:59 | Par lespioux en réponse au commentaire de [email protected] le 23/02/2013 à 15:23

Ou vous étes trés mal informez sur les gens que vous insulter chose qui est flagtrante vu votre haine du peuple de gauche,en reprenant les arguments de la droite la plus dure et réactionnaire," le revenu de Mr Mélenchon est de 30 000€ mensuel" avec pour seul PREUVE le toujours aussi ridicule "homme de gauche",vous étes son percepteur pour étre aussi affirmatif, ou sont les preuves ,ont veux des preuves.....

Ou vous ne lisez pas l'italien, chose qui aux vus de"Vous voulez tuer le reve dans sa coquille" superbe envolée lyrique mais cachant votre inculture du programme M5S.

Mais cacher vos idées en y mélant Médiapart n'est pas digne.

Si votre model est:Le programme duM5S est incomplet mais a le merite d'exister. Il impose a ses représentants de ne pas se rendre dans les emissions de television.

alors bonjour la démocratie.

Et que le pauvre peuple de gauche ne vous tracasse pas il ne fait que vous entourer...et oui et lui est ouvert au monde.

 

24/02/2013, 10:17 | Par [email protected] en réponse au commentaire de lespioux le 24/02/2013 à 02:59

Spero che adesso siete calmato.

Miei pensieri polici sono sempre stati di sinistra . A 16 anni in francia ero nelle " jeunesses comunistes". J'avoue qu'a 65 ans j'ai un peu evolué. Je ne me situe nulle part . Voi direte di destra ! C'est votre droit de me le reprocher. Ho letto il programma 5 stelle e anche la costituzione e la legge elettorale italiana "il porcellum". En italien bien evidemment. Je partage l'avis de Grillo sur le principe de ne pas participer aux emissions de la television italienne , la regardez vous ?

Un Franco Italien né a Brescia et qui savoure une retraite , bien méritée apres 42 années de travail , dans son pays de naissance. Passionato della vita politica italiana , a laquelle je consacre pas mal de temps simplement a comprendre comment un pays aussi beau et un peuple aussi touchant a pu mérité un systeme politique nauseabond . Le M5S est un reve pour bon nombre d'Italien. Je vous laisse a vos certitudes , acceptez que d'autres ne les partagent e abbiono il dubbio.

Bien a vous.

Vittorino Pasolini.

PS: per Melanchon mi sono sbaliato.

25/02/2013, 11:50 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de [email protected] le 23/02/2013 à 15:23

30 000 € de revenus mensuels pour Mélenchon ? Vous voule rigoler ! En fait, c'est 300 millions d'euros. Et en plus il mange des petits enfants à tous les repas. Si, si, je vous assure. On ne sait pas s'il les égorge avant ou s'il préfère les gober vifs. Vous qui êtes si bien renseigné, vous en avez peut-être idée ?

 

23/02/2013, 17:00 | Par ma mo en réponse au commentaire de Giorgio Fismodi le 23/02/2013 à 15:28

Je crois aussi...

24/02/2013, 19:21 | Par grain de sel en réponse au commentaire de Giorgio Fismodi le 23/02/2013 à 15:28

"En général, quand on se dit ni de droite ni de gauche, c'est qu'on est de droite."

Absolument d'accord. Et on en a aussi, en France, des comme ça ! Et on en a aussi qui n'en ont rien à foutre des immigrés, rien à foutre des questions internationales, rien vraiment à foutre des questions économiques.. et qui se contentent de jouer à fond la démagogie en faisant mine de se passionner pour le social. Mais ce n'est qu'un faux nez pour tenter de ratisser plus large...

23/02/2013, 15:31 | Par la garnie

curieusement je trouve des similitudes frappantes entre cette italie et la france, une population agée qui vit dans la peur de l'autre (non pas xenophobe mais intrinsèquement raciste), une répulsion animale à toute forme de réflexion un tant soit peu intellectuelle, une lâcheté à l'égard des jeunes dont l'addition sera présenté après la mort de ces décideurs, le culte de l'égoisme de classe et de l'entre soi...

Ahhh les intérêts fondamentaux de la france....

Les années à venir vont être assez rigolotes pour celles et ceux qui auront encore un peu de pognon....

23/02/2013, 17:07 | Par ma mo en réponse au commentaire de max angel le 23/02/2013 à 15:38

Entièrement d'accord. Merci!

23/02/2013, 17:07 | Par ma mo en réponse au commentaire de max angel le 23/02/2013 à 15:38

Entièrement d'accord. Merci!

23/02/2013, 16:15 | Par betelgeuse

Que chacun de nous essaye de balayer devant sa porte, Beppe grillo ne se présente pas en France que je sache. Les italiens sont assez intelligents pour décider tous seuls qui ils veulent élire. De plus pour bien comprendre la situation politique et économique de l'italie il ne suffit pas de lire des livres, mais y vivre. 

23/02/2013, 17:14 | Par ma mo en réponse au commentaire de betelgeuse le 23/02/2013 à 16:15

J'y ai vécu, et même si mon corps n'y est plus (quoique j'y retourne plusieurs fois par an), je continue un peu d'y vivre, à ma manière. Pas seulement par les livres.

Il ne s'agit pas de donner des leçons aux Italiens, comme vous semblez le laisser entendre, mais simplement d'informer, et d'écrire ce que je pensais d'un sujet brûlant en ce moment et avec qui je ne cesse de discuter avec mes amis et connaissances italiens ces jours-ci.

23/02/2013, 19:32 | Par betelgeuse en réponse au commentaire de ma mo le 23/02/2013 à 17:14

Pour qui allez-vous vôter si ce n'est pas trop indiscret? Et vos amis sont-ils comme les miens sans emploi ou alors ceux qui travaillent gagnent-ils  500 euros par mois? Bien à vous.

23/02/2013, 22:42 | Par ma mo en réponse au commentaire de betelgeuse le 23/02/2013 à 19:32

Je ne suis pas italienne et ne voterai pas demain.

Et oui, beaucoup de mes amis sont sans emploi, ou dans des situations plus que précaires. Pourquoi ?

24/02/2013, 07:46 | Par betelgeuse en réponse au commentaire de ma mo le 23/02/2013 à 22:42

Cet échange d'opinions m'aura appris, au moins, qu'il ne faut pas mettre d'accent circonflexe sur le O de voter. Vivant à l'étranger depuis de nombreuses décénies j'ai souvent eu l'occasion d'entendre toutes sortes de critiques concernant les défauts des italiens. J'en venais même à me demander si j'étais vraiment un personnage aussi vicieux ( ce n'est pas une blague ). En lisant les commentaires j'apprends en plus que je suis xénophobe. What else?

23/02/2013, 17:11 | Par Cesco en réponse au commentaire de betelgeuse le 23/02/2013 à 16:15

Franco-Italienne, née en France, je suis intéressée par la situation politique du pays où je vis : la France, mais également de l'Italie. Une partie de ma famille vit dans le Latium, l'autre, dans les Pouilles. Deux régions très différentes l'une de l'autre, et où j'aime aller régulièrement.  D'autre part, un de mes fils est étudiant à Milan, et je découvre d'autres aspects de l'Italie : la vie actuelle des étudiants, la situation en Lombardie, ses colocs originaires de la Vénétie... Vous pouvez donc imaginer que l'on peut être Français, vivre en France et se sentir également interpellée par la vie politique du pays d'à côté.

Je suis loin d'être la seule dans ce cas...

Et si l'on vous suit : on ne regarde pas ce qui se passe en Allemagne, ni en Angleterre, ni aux Etats Unis, ni nulle part ailleurs parce qu'on n'y vit pas?

Savez-vous aussi que l'on peut quelquefois avoir un point de vue différent lorsqu'on essaie de regarder de l'extérieur? Les deux vues s'enrichissent l'une l'autre, justement.

23/02/2013, 18:36 | Par Libourette en réponse au commentaire de Cesco le 23/02/2013 à 17:11

 entierement d'accord!

 

 

23/02/2013, 19:58 | Par betelgeuse en réponse au commentaire de Cesco le 23/02/2013 à 17:11

C'est quand même un comble! Vous lisez les informations sur Mediapart ou bien dans Ciné Revue? Vous n'avez pas assez de problèmes chez vous  en France sans vouloir vous préoccuper, en plus, de ce qui se passe en Italie? Les millions d'italiens qui vôterons Beppe Grillo sont-ils selon vous des débiles mentaux ou bien des gens qui en ont marre d'être gouvernés par des escrocs?

23/02/2013, 22:36 | Par Cesco en réponse au commentaire de betelgeuse le 23/02/2013 à 19:58

Vous comprenez quand vous lisez? Vous avez une drôle de manière de répondre...

Désolée, mais j'ai écrit sincèrement ce que je pense et ressens...On peut ne pas être d'accord et débattre mais là, franchement, je ne vois pas ce que vous voulez démontrer... 

24/02/2013, 00:50 | Par betelgeuse en réponse au commentaire de Cesco le 23/02/2013 à 22:36

Je m'excuse. Bonne nuit

23/02/2013, 20:14 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de betelgeuse le 23/02/2013 à 16:15

"Les italiens sont assez intelligents pour décider tous seuls qui ils veulent élire."

 

"un popolo di stronzi" affirmait F Fellini, ne vous déplaise

24/02/2013, 07:49 | Par betelgeuse en réponse au commentaire de gerald rossell le 23/02/2013 à 20:14

Va fanculo ignorante

24/02/2013, 08:45 | Par ma mo en réponse au commentaire de betelgeuse le 24/02/2013 à 07:49

Vous adressez-vous à Fellini ?

24/02/2013, 11:49 | Par betelgeuse en réponse au commentaire de ma mo le 24/02/2013 à 08:45

Non à Gérald Rossell. Fellini est mort vous ne le saviez-pas?

25/02/2013, 19:22 | Par ma mo en réponse au commentaire de betelgeuse le 24/02/2013 à 11:49

À nouveau, je souris.

24/02/2013, 14:04 | Par betelgeuse en réponse au commentaire de ma mo le 24/02/2013 à 08:45

Quand vous êtes en compagnie d'un de vos amis italiens c'est par ce terme que vous l'appelez? J'imagine la scène " Ciao! Che piacere  rivederti St...zo  " Beh! Perché mi guardi in quel modo? Ti assicuro l'ha detto Fellini. Ah  se l'ha detto Fellini allora è come se fosse un complimento. Dimmelo ancora una volta, mi dà una gioia immensa.

24/02/2013, 14:20 | Par ma mo en réponse au commentaire de betelgeuse le 24/02/2013 à 14:04

Mi piacerebbe risponderLe ma non capisco nemmeno perché mi dica quelle cose..

26/02/2013, 14:46 | Par Dominique C en réponse au commentaire de ma mo le 24/02/2013 à 14:20

Hé oui, Marie, ce n'est pas vous qui avez commencé sur ce terrain, mais Gerald Rossel qui est désabonné, et rappelons-nous que De Gaulle pour sa part, traitait les Français de "veaux". OK c'est moins insultant que "merdes" (littéralement "étrons").

Toute critique, toute insulte collective à l'adresse d'un pays, d'un peuple, d'un groupe humain est stupide. Dans chaque groupe il y a des tendances, des opinions majoritaires etc... mais il y a surtout des individus, qui souvent peuvent être manipulés.

25/02/2013, 11:54 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de betelgeuse le 23/02/2013 à 16:15

Les italiens sont assez intelligents pour décider tous seuls qui ils veulent élire.

Vous avez parfaitement raison.
Comme dit Berlusconi.

23/02/2013, 16:37 | Par [email protected]

Francoitalien né a Brescia , Lombardie, je parle Italien. Depuis ma retraite j'y séjourne les 2/3 de mon temps . J'y ai des amis dont je partage les interrogations et les espoirs. Il est triste au quotidien de constater le decalage entre un pays et un peuple merveilleux et une classe politique nauséabonde. Bien sur ils l 'ont elue ce qui leur donne le droit de dire aujourd'hui en echos a Grillo "tutti a casa". J'ajouterais les bons reviendront bien evidemment.

23/02/2013, 16:53 | Par Cesco

Il me semble aussi que Grillo est bien utilisé par les pouvoirs en place.

D'une part, son ascension permet d'occulter les autres "petits partis" et je pense en particulier à Ingroia et Rivoluzione Civile qui ont à la fois une analyse et un programme, mais dont on parle à peine, si ce n'est pour indiquer au détour d'une phrase qu'ils ne sont crédités que de 4% des voix et basta!

D'autre part, "taper" sur Grillo comme je l'ai entendu hier soir sur France Inter (émission Partout Ailleurs d'Eric Valmir dont j'attendais mieux) ou comme ce matin sur France Culture avec Ockrent (mais là, j'étais moins surprise!) permet surtout de ne pas répondre aux problèmes, aux raisons d'être révolté.

En effet ce personnage est dangereux pour les raisons que vous analysez très clairement, mais dans les médias on se contente de ne relever que son caractère "populiste, clownesque". Hier soir, l'un des analystes italiens expliquait qu'il rassemble tous ceux qui sont contre quelque chose (le Turin-Lyon, la privatisation de l'eau...), il les appelait "ceux qui disent non". Plus tard dans l'émission, une journaliste lui faisait remarquer "que ces préoccupations écologiques, par exemple, concernent en majorité des jeunes qui se retrouvent donc dans ses meetings et sont prêts à voter pour 5*" Réponse de notre "analyste" : "Et oui, vous voyez ce sont tous ceux qui disent non!" Et?... rien de plus! Nous donne-t-il son avis, sa position sur les problèmes réels évoqués dans la question? Ne se rend-il pas compte que c'est précisément son attitude (à lui et ses semblables) qui pousse les gens dans les bras du clown? 

Je crois qu'ils en sont tout à fait conscients et qu'ils jouent avec le feu. Ils pensent que la soupape Grillo fonctionnera juste ce qu'il faut pour attirer les mécontents, les "indignés" de tous bords, en les détournant ainsi de toute autre réflexion, en occultant les propositions bien plus dérangeantes pour leur caste.

Même si 5* arrive à quasi égalité avec Bersani, même si leur nombre d'élus devenait une force de déstabilisation d'un futur gouvernement, ils croient qu'il sera toujours temps de les décridibiliser facilement. Il fallait entendre Ockrent ce matin : ses constatations (même formulées sous forme de pseudo-questions) ne portaient même pas sur "ce peuple qui dit non", elle annonçait déjà l'orientation de l'après élection en listant les plus grotesques propos de Grillo comme son souhait qu"Al quaeda attaque l'Italie", comme ses accusations que "tout va mal à cause des Américains, des Israéliens, etc".

Grillo est comme un bouclier, on laisse les gens se griser, exprimer leurs colères (souvent légitimes) et désarrois de toutes sortes, sans oublier les mesquineries individuelles mais l'oligarchie en place pense qu'une fois qu'il aura joué son rôle de soupape et de pompe à voix au détriment des propositions plus dérangeantes pour elle, il sera toujours facile de s'en débarasser. C'est un jeu dangereux mais est-ce que c'est la première fois qu'on s'en sert pour berner et occuper le peuple?

ps 1 : parmi les nombreux commentaires sur Grillo (y compris sur l'article qui lui est consacré dans Mediapart) on met en avant son absence des médias traditionnels, le fait que ce sont ses meetings à l'extérieur, qu'il aille à la rencontre des "vrais gens", son côté "anti-système"... laissez-moi rire : il a parfaitement géré son plan média, comme les autres, il s'est adapté à sa "cible" comme tout produit qui veut conquérir ses parts de marché!

ps2 : sur la "caution" Dario Fo, la personne et l'écrivain sont estimables par le parcours et les prises de position passées, mais pour avoir lu l'un de ses derniers ouvrages, L'Apocalypse différée, grande a été ma déception. Non pas qu'il y raconte des bêtises, mais ce qu'il expose dans cet ouvrage et la forme qu'il a choisie m'ont réellement laissée sur ma faim! Rien d'innovateur, une compilation de ce que l'on peut savoir sur la fin des énergies fossiles et les solutions possibles... Même si j'apprécie la forme de la fable, il y manque ici la puissance, l'innovation... c'est trop bêta, j'avais l'impression qu'il s'adressait à un peuple naïf et décervelé... un peu comme Grillo? mais là je suis peut-être sévère...

 

 

 

24/02/2013, 11:48 | Par bernard uguen en réponse au commentaire de Cesco le 23/02/2013 à 16:53

la preuve qu'un Grillo est nécessaire en France , c'est que l'on a encore Ockrent à "France Culture"..

25/02/2013, 17:10 | Par ronaldi en réponse au commentaire de Cesco le 23/02/2013 à 16:53

Il me semble que Beppe Grillo joue en Italie le même rôle que celui de Mélanchon en France...une

soupape de sécurité pour canaliser les mécontentements...

en y regardant de plus près on note des similitudes entre les deux hommes !!!

25/02/2013, 19:14 | Par Cesco en réponse au commentaire de ronaldi le 25/02/2013 à 17:10

Vous pourriez développer sur les similitudes?

Et par ailleurs je conseille (à ceux que ça pourrait intéresser) la lecture de "Beppe Grillo : le populisme 2.0 par Giulano Santoro et Wuming2 http://dormirajamais.org/grillo/

Et également, sur le même site :http://dormirajamais.org/democratie/

25/02/2013, 19:23 | Par ma mo en réponse au commentaire de ronaldi le 25/02/2013 à 17:10

La grande différence, c'est que Mélenchon a un discours cohérent, construit et intelligent et propose une réelle alternative aux politiques menées actuellement.

26/02/2013, 10:04 | Par XipeTotec en réponse au commentaire de ma mo le 25/02/2013 à 19:23

Si votre regard sur le mouvement populaire de Grillo est aussi pertinent que votre analyse sur Mélenchon, alors tout s'explique. Que pensez-vous d'ailleurs du concept de "guerre civile" appliqué à la guerre d'Algérie ?

28/02/2013, 17:25 | Par Ourse Blanche en réponse au commentaire de ma mo le 25/02/2013 à 19:23

Pitié,vous confondez info et desinfo,on se fout de Melenchon ,20 ans de PS ca plombe,ca coule.On a compris que vous devez être au FDG,grrrrrrr

23/02/2013, 17:26 | Par Jacques Bolo

C'est bien de ne pas se faire d'illusion sur Beppe Grillo.

C'est mieux de ne pas se faire d'illusion sur le peuple.

Ne pas se faire d'illusion du tout.

23/02/2013, 18:31 | Par Libourette en réponse au commentaire de Jacques Bolo le 23/02/2013 à 17:26

Ne pas rendre le peuple responsable de l'inconscience des illusionnistes, des populistes. Que leur "bêtise" ne retombe pas sur le peuple. Le peuple, d'ailleurs, je ne sais pas exactement ce que c'est. Le mot a trop servi à tout. Je préfèrerais parler des populations, des gens réels qui subissent la crise et sont à distinguer nettement de ceux qui la gèrent, l'entretiennent, après l'avoir créée sciemment (les financiers et politiques qu'ils manipulent et qui sont les hommes de la gauche sociale libérale et de la droite néolibérale - il n'y a pas grande différence entre les deux!).

En m'éloignant un peu (un peu seulement) du sujet, je renvoie au film passionnant retransmis sur Arte Jeudi soir " : Cleveland contre Wall Street". Il peut sûrement être vu en Replay.  Pour ne plus avoir aucune illusion sur les origines bancaires de la crise, la collusion des pouvoirs en place et de la finance et chercher les solutions ailleurs que dans le populisme.

25/02/2013, 09:15 | Par Jacques Bolo en réponse au commentaire de Libourette le 23/02/2013 à 18:31

Le peuple a les illusionnistes qu'il mérite.

26/02/2013, 15:08 | Par Dominique C en réponse au commentaire de Jacques Bolo le 25/02/2013 à 09:15

Le problème principal résidant dans ce qu'on met derrière le mot "mérite"!!!

QUI "mérite" quoi? Et qui ne "mérite" pas?

Quand on nait dans une famille aisée ou fortunée, qu'on reçoit une bonne éducation, a-t-on plus de "mérite" qu'un-e pauvre bougre-esse qui déjà au départ ne voit pas plus loin que le bout de son nez, mais en outre est gavé-e de tant de programmes abrutissants... qu'il/elle ne saura pas prendre d'autre voie que celle de la démagogie, ou de ce qu'il /elle croit être un moindre mal?

Certain-e-s croient à la nécessité d'une éducation populaire, d'une démarche émancipatrice... je suis de ceux-là! Et le mépris ne fait généralement pas partie de ce que je ressens envers les gens du bas de l'échelle.

27/02/2013, 20:49 | Par Jacques Bolo en réponse au commentaire de Dominique C le 26/02/2013 à 15:08

Outre le fait d'être un peu con, ce qui n'est la faute à personne, je faisais plutôt référence aux gogos qui ont un peu cru aux dogmes populaires - avec la particularité qu'ils participaient aux falsifications. Quand on dénonce un copain par conformisme ou qu'on truque les chiffres, on le sait.

23/02/2013, 18:45 | Par juan23

Merci pour l'information et le point de vus que vous nous faites partager.
Une chose me semble clair : lorsque l'on dit que l'on n'est ni de droite ni de gauche, c'est que l'on est de droite.Cela m'avait mis la puce à l'oreille lorsque j'avais entendu parler du mouvement cinq étoiles.
De plus ça ne coûte pas cher à Beppe Grillo de dire qu'il est du coté du mouvement des indignés, mais tout cela, comme vous l'ananlysez minutieusement, est de la démagogie pure et dure,et rien d'autre.

23/02/2013, 19:07 | Par mtb74

Merci pour cet article salutaire.

23/02/2013, 21:50 | Par ma mo en réponse au commentaire de mtb74 le 23/02/2013 à 19:07

Merci à vous.

23/02/2013, 20:15 | Par Pierre Roc

Eh bien, merci pour ce billet salutaire. Si je peux me permettre, avez-vous jeter un œil à leurs mesures économiques (pas le discours, mais les mesures concrètes, en ces temps de démagogie carabinée, il vaut mieux s’en tenir aux mesures) ? Rien sur la fiscalité ? Sur la politique monétaire ? Sur les banques ? Sur le tissu industriel ou touristique italien ? etc.

23/02/2013, 21:50 | Par ma mo en réponse au commentaire de Pierre Roc le 23/02/2013 à 20:15

J'y ai jeté plus qu'un oeil (sourire) mais pour vous répondre précisément, j'aimerais prendre le temps d'y jeter une deuxième oeillade, si vous me le permettez. Je vous récris dans les jours à venirs avec, je l'espère, des réponses précises.

Merci beaucoup pour votre commentaire, en tout cas.

23/02/2013, 21:27 | Par C&V

 

Ce que le mouvement de B. Grillo represente est la preve du coma actuel de la politique comme profession.

Il faut bien connaitre l'histoire de la Casta Italienne installée au pouvoir et en connivence avec la finance pour comprendre le cri de rage et de desespoir de ces jeunes qui voient que leur futur a été déjà vendu à la finance.

Sortir de l'Euro, Union dans laquelle deux jeunes parents se suicident apres avoir porté leurs enfant à la creche (voir en Grece). C'est déjà tout seul le meilleur des programmes Economiques et Social. Refuser de payer la Dette Illegitime c'est encore mieux !

Le mouvement de Grillo vous-nous apprendra aussi que la politique comme profession va vers sa fin et de même la démocratie representative où ces bouffons (voila les vrais CLOWNS) de politiciens actuels promettent juste le contraire de ce qu'ils feront quand seront (bien installés, TB payés, super-privilégiés et) en face aux financiers internationaux qui les dominent...

Cette démocratie réprésentative à l'ere d'internet n'a plus vraiment de sens. 

On se rendra mieux compte de tout cela quand la Grande France sera aussi dans la GRANDE MMM... ou ces politicens vendu ont porté l'Italie, la Grece. Nous n'en sommes pas trop loin : 5-10 ans pas plus (un 2e mandat de NS aurait suffit !).

La Grece, l'Italie, le Portugal tous Pays presqu'iles ne sont rien d'autre que des Laboratoires Experimentaux pour tester jusqu'à,où peut-il pousser le Nouvel Ordre Neoliberale (NWO).

La disparition des Etats, Le "Grand Marché transatlantique" qui soumette et integre  volontairement l' Europe au lois US ne seront que les premiers etapes.

Le mouvement de Grillo, est un crie de desespoire des indignés Italien, qui refusant la Politique comme profession est en train d'ouvrir les yeux à tous ceux qui n'y croyent plus....(2000 PM entreprenaires suicides en Italie en moins que 3 ans !!!) : àpres que la Piovra Neo-Liberale  est passée et la Troika à legitimé ....

Croyez vous que les familles de ces Italiens qui y ont laissé leur vie veulent encore avoir a faire avec de NS, FH, Papadopulos, Berlusconi, Monti, (Ex Presidente de la section Europeenne de la Trilaterale, organisation Criminale internationale ... voir Rockefeller+ Brezinski sur le NET) etc... tous hommes soumis ou même placés à gouverner par et pour la Finance ?

Finalement je comprends l'envie de ne pas parler aux journalistes ....

Vous informez-vous  encore via la Pravda Française (TF1..) ?

Bien sur que NON ! Alors vous devriez comprendre ....plutot que critiquer ...

En Italie ce mouvement de jeunes qui refuse les politiciens professionnel quoi qu'il faisse ne fera pas pire que ceux qui vendent leur futur aux financiers.... 

On comprends que les politiciens Professionnel de gauche les appellent fascistes et ceux de droite les appellent Communistes ... Ces jeunes qui veulent prendre en main leur destin SANS DELEGUER aux malhonnets FONT PEUR à TOUS !!!

Cordialement,

23/02/2013, 21:48 | Par ma mo en réponse au commentaire de C&V le 23/02/2013 à 21:27

Vous savez, le malaise italien, je le connais, je le comprends. Ce que vous dites, je l'entends. Et un mouvement comme celui de Grillo aurait pu être précieux, voire miraculeux mais une fois de plus, il ne suffit pas d'être en colère pour proposer une réelle alternative à ce que l'on veut combattre. Quant à refuser de payer la dette, là-dessus aussi, je vous suis complètement mais je n'ai entendu nulle part Grillo parler d'annulation de la dette, bien au contraire. Il veut la réduire (j'en parle dans mon texte)

23/02/2013, 22:34 | Par C&V en réponse au commentaire de ma mo le 23/02/2013 à 21:48

Merci d'avoir pris le temps de lire mon point de vue (et de repondre).

Je reste de l'avis que des supposés incompétents (jeunes qui souhaitent defendre eux même leur futur) ne peuvent pas faire pire que que des supposés compétents (politiciens professsionnel) qui n'ont aucune motivation de bien faire (et s'opposer aux puissants-financiers : Rotschilds Rockfeller et leur piovres).

D'ailleurs l'utilité fondamentale et même la nécessité de ce mouvement et de son succès viens du fait de faire savoir la voix haute à ces "grands illuminé de la politique" (à 95% soumis et-ou corrompus) que s'ils ne font pas leur devoir de representants et défenseurs des droits des citoyens alors on n'a plus besoin d'eux et on peux commencer a s'en debarasser ... 

Si nous ne nous révoltons pas contre la Finance, d'ici ici 5-10 ans nous vivrons la même situation en France : on le voit dans la vie de tous les jours, comment elle se dégrade chaque jours de plus pou les citoyens lambda . . . . Dans ce sens j'aurais préféré un article sur cela plutôt que des critiques à un mouvement qui dénoncé la malhonnêteté et inutilité voir la nuisibilité infinie des Castes politiques qui entretiennent les citoyens d'Europe avec leur comedie jour par jour et laissent (et cachent) une poignée de familles de Financiers gouverner la planete et laisser crever les autres dans l'indifference generale..

Cordialement,

 

24/02/2013, 08:50 | Par ma mo en réponse au commentaire de C&V le 23/02/2013 à 22:34

La révolte contre la finance est, pour moi aussi, une nécessité absolue, et même, une urgence. Mais cette révolte pourrait passer par l'annulation de la dette, par exemple, ce que Grillo n'envisage pas du tout : au contraire, comme je le dis dans mon texte, il veut réduire les dépenses de l'état!

Le danger de Grillo et de son mouvement n'est pas seulement, selon moi, l'incompétence. C'est ce que j'ai essayé d'expliquer dans mon texte. Bien sûr qu'ils peuvent faire pire que Monti, Bersani et Berlusconi (pour ne citer qu'eux) réunis. Bien sûr que si.

Je ne sais pas si vous lisez l'italien mais cette phrase de Gramsci me semble intéressante : "Il fascismo si è presentato come l’anti-partito, ha aperto le porte a tutti i candidati, ha dato modo a una moltitudine incomposta di coprire con una vernice di idealità politiche vaghe e nebulose lo straripare selvaggio delle passioni, degli odi, dei desideri. Il fascismo è divenuto così un fatto di costume, si è identificato con la psicologia antisociale di alcuni strati del popolo italiano."

 

24/02/2013, 16:28 | Par kirios1 en réponse au commentaire de C&V le 23/02/2013 à 21:27

je suis globalement d'accord avec vous , mais quand vous écrivez :

"Vous informez-vous  encore via la Pravda Française (TF1..) ?" , là , je ne suis plus d'accord .

considérez vous que les téles publiques comme France 2 avec Pujadas , avec "des paroles et des actes" , qui n'a qu'un objectif  diriger l'information comme il le veut , avec France 5 et "c'dans l'air ",  avec Calvi et "ses spécialistes" Cool (qui sont souvent des militants politiques camouflés) qui prechent toujours pour la même paroisse  , participent à une information objective du citoyen ? et je ne parle pas des médias  privés ou  les Apathie et les Joffrin se branlent de l'information objective .

24/02/2013, 19:06 | Par C&V en réponse au commentaire de kirios1 le 24/02/2013 à 16:28

Bonjour,

 

en gros je pense d DP et son TF2 de Calvi etc les mêmes belles choses que de TF1.

Tout a fait d'accord avec vous.

D'ailleur on n'echappe pas, le (ex-) mythique LIBERATION appartient aux Rothschilds (actionnaire majoritaires). Donc cela explique bien comment la commedie a été organisée et parfaitement dirigée !

Je ne regarde plus la tele ! Je m'informe sur internet : il faut savoir choisir les infos et les intox mais au moins il n'y a pas que de l'enfumage !!!

Tout a fait d'accord avec vous.

 

26/02/2013, 15:13 | Par Dominique C en réponse au commentaire de C&V le 24/02/2013 à 19:06

L'essentiel du système mediatique est corrompu: TF1 mais aussi Canal et  les chaînes publiques!!! Les dominants reflètent toujours la vision de leur classe (ou des classes qui sont au-dessus d'eux), et servent les intérêts des puissants.

23/02/2013, 21:57 | Par KBAL

Je me souviens d'avoir été sur cette place de la Bastille avec une amie italienne pour soutenir l'avènement d'une nouvelle république plus démocratique. Mon amie, découvrant la présidentielle "a la française" était perplexe face a la doxa républicaine et la rhétorique de Mélanchon. Et je peux la comprendre... J'ai entendu parler par d'autre amis italiens que Beppe avait invité dans sa formation des fascistes de Casapound. Comment peut-on admettre cela? La crise sévère qui touche l'Italie, et ce depuis de longues années, ne peut quand meme pas justifier une ouverture aux  fascistes.Quand à "Porca putana", je ne sais pas l'origine exacte mais je ne pense pas que ce soit une injure aux femmes. Pour avoir été souvent en Toscane, c'est une expression assez usuelle la-basa! En tout cas l'Italie regorge aussi de résistants et de luttes acharnées comme le mouvement no.TAV

 

24/02/2013, 08:55 | Par ma mo en réponse au commentaire de KBAL le 23/02/2013 à 21:57

J'ai évoqué cette ouverture à Casapound dans mon texte. Lorsque les néofascistes ont demandé à Grillo s'il était antifasciste, il leur a répondu que l'antifascisme ne le regardait pas et que quiconque partageait les convictions du mouvement 5 étoiles pouvait y entrer sans problème.

Ici aussi, on entend le mot "putain" ou "pute" à tout bout de champ : cela justifie-t-il son emploi dans des discours publics faits devant des centaines de milliers de personnes ? Peut-être... 

Bien sûr que l'Italie regorge de résistants dont je partage les luttes et les convictions! 

23/02/2013, 22:15 | Par profil_inactif_320944

J'ai arrêté de lire à la mention de Mélenchon comme référence, quel gag !

Un Mélenchon politicien professionnel qui a voté la privatisation de la monnaie avec enthousiasme (Maastricht), qui fait avaler des anacondas à des fans sous syndrome de Stockhölm, soi-disant défendant une insurrection citoyenne, mais ayant refusé d'utiliser la seule arme qu'il avait, mettre une condition au vote Hollande "I am not dangerous" (for the 1%) : un référendum avant les élections législatives sur le scrutin proportionnel intégral aux élections législatives, qui aurait donné du pouvoir aux progressistes, pouvoir dont Mélenchon ne veut pas, toujours, en trotskyste, du côté du manche.

Mélenchon, en "démocrate", censure cette question sur son blog.

Le vrai bouffon, un bouffon sinistre, menteur, c'est lui, au moins Grillo il est drôle.

Mélenchon a voté une résolution impérialiste sur la Libye.

A fait semblant l'ignorer l'existence du club le Siècle.

A soutenu Bachelot dans l'affaire H1N1, Fréféric Mitterrand dans l'affaire "justice de classe".

Un franc-maçon, or franc-maçons = mafia politico-financière

24/02/2013, 00:46 | Par XipeTotec en réponse au commentaire de profil_inactif_320944 le 23/02/2013 à 22:15

En France, les franc-maçons sont du côté de la République, contrairement aux partis de droite. Ce n'est donc pas un argument acceptable. En revanche, le sommet a été atteint quand Mélenchon a déclaré que la Guerre d'Algérie était une "guerre civile". Je crois qu'il ne faut pas se tromper de personnage et confondre un populiste sincère (ou tout ce qu'on veut), qui du reste a toujours été à gauche, comme Grillo, avec un démagogue opportuniste issu de l'appareil politique social-démocrate, l'un de ceux qui nous ont précipité dans le gouffre en défendant le traité de Maastricht.

24/02/2013, 03:06 | Par lespioux en réponse au commentaire de XipeTotec le 24/02/2013 à 00:46

Cool

24/02/2013, 08:16 | Par profil_inactif_320944 en réponse au commentaire de XipeTotec le 24/02/2013 à 00:46

Xi

Je souscris entièrement à votre résumé à la fin.

J'évoque des réseaux politico-financiers franc-maçons, comme il en existe d'autres ... en d'autres termes, l' "establishment", la République des copains et coquins, si vous préférez ... comme ce "fils de" qui usurpe le pouvoir au Conseil constitutionnel, a aidé ses copains harceleurs sexuels en censurant une loi sans laisser un délai, annulant toutes les procédures en cours, forfaiture.

Ou cette solidarité Woerth-Cahuzac ...

Les exemples sont innombrables.

24/02/2013, 08:53 | Par ma mo en réponse au commentaire de XipeTotec le 24/02/2013 à 00:46

Si vous trouvez que Grillo est à gauche, je crois que j'aurais besoin que vous m'expliquiez ce que vous entendez par "gauche"...

24/02/2013, 13:51 | Par XipeTotec en réponse au commentaire de ma mo le 24/02/2013 à 08:53

Ne pas être du côté des dominants.

Contrairement au Parti démocrate de Bersani, par exemple, qui est présenté par tous les journalistes comme "la gauche". Ou contrairement à vous quand vous considérez que l'opposition à l'orthodoxie économique est "d'extrême-droite".

24/02/2013, 15:57 | Par mtb74 en réponse au commentaire de XipeTotec le 24/02/2013 à 13:51

Simplicius Simplicissimus vous salue bien !

25/02/2013, 19:25 | Par ma mo en réponse au commentaire de XipeTotec le 24/02/2013 à 13:51

Qu'entendez-vous par l'"orthodoxie économique" ? Auxquels de mes propos faites-vous référence ?

Votre définition de la gauche est pour le moins troublante... 

26/02/2013, 10:19 | Par XipeTotec en réponse au commentaire de ma mo le 25/02/2013 à 19:25

L'orthodoxie est "une doctrine considérée comme la norme de la vérité". Par exemple, pour le FDG, qui se réfère de manière centrale à Jacques Généreux, sorte d'économiste officiel, ou à Boccara (PCF) la monnaie unique peut être réformée par une meilleure gouvernance de la BCE (réformes institutionnelles, modification de la politique monétaire). Ce que j'appellerai un "libéralisme à visage humain" (l'humain d'abord). Le FDG est donc plutôt aligné sur le point de vue des économistes bancaires et s'inclut ainsi dans le courant des économistes orthodoxes "réformateurs", du genre Artus, de Natixis. D'un point de vue politique, une sortie de l'euro n'est donc même pas envisageable puisque ce n'est pas la monnaie qui est un problème mais la gouvernance de l'euro. Au contraire, pour les économistes hétérodoxes (genre Lordon, Sapir, économistes atterrés), c'est l'architecture même de la monnaie unique qui n'est pas viable. Voilà un bon exemple. L'orthodoxie vous conduit donc à dire que la sortie de l'euro est une mesure "d'extrême-droite" dans votre billet.

24/02/2013, 03:06 | Par lespioux en réponse au commentaire de profil_inactif_320944 le 23/02/2013 à 22:15

Cool 

28/02/2013, 17:26 | Par Ourse Blanche en réponse au commentaire de profil_inactif_320944 le 23/02/2013 à 22:15

Yes!!!!!!!!!!!!!

24/02/2013, 03:07 | Par lespioux

Deux aveugles Rigolant

24/02/2013, 08:20 | Par profil_inactif_320944

En France je m'abstiens, tous des bouffons.

Si Grillo se présentait en France, je voterais Grillo !

Il devrait faire une liste aux élections européennes, ce serait excellent.

24/02/2013, 09:10 | Par profil_inactif_320944

Mélenchon, politicien professionnel qui a voté l'institutionalisation de la privatisation de la monnaie avec enthousiasme (Maastricht), soi-disant défendant une insurrection citoyenne, a refusé d'utiliser la seule arme qu'il avait, mettre une condition au vote Hollande "I am not dangerous" (for the 1%) : un référendum avant les élections législatives sur le scrutin proportionnel intégral aux élections législatives, qui aurait donné du pouvoir aux progressistes, pouvoir dont Mélenchon ne veut pas, toujours, en ex trotskyste, du côté du manche.

Mélenchon, en "démocrate", censure cette question sur son blog.

24/02/2013, 11:47 | Par hoteldunord51 en réponse au commentaire de profil_inactif_320944 le 24/02/2013 à 09:10

c'est qui les progressistes dont vous parlez ?

24/02/2013, 14:25 | Par Calgonite en réponse au commentaire de profil_inactif_320944 le 24/02/2013 à 09:10

Mélenchon ne publie sur son blog que les commentaires le mettant en valeur (j'ai testé)... drôle de conception du débat, n'est-il pas ?

24/02/2013, 10:01 | Par Pierre Avril

Merci pour votre billet : en tout cas, il appelle une refléxion : entre les clowns et les technocrates, mon coeur balance ? c'est un bien triste constat de la vacuité d'un certain nombre de politiques, marqués du sceau de l'impuissance qu'ils ont bien voulu patiemment construire.

Comme on ne parle plus dans le vrai, dans la réalité : les deux options:

  • les prises de position politiques n'ont plus aucune importance, donc technocratie
  • ou bien on est dans un monde virtuel d'expression , donc on peut dire n'importe quoi.

le clown blanc, le technocrate, l'auguste, l'autre....

24/02/2013, 11:59 | Par am31

Dimanche 11 heure 45.

Le programme des autres candidats, et pour nous en particulier, celui de la gauche. est-il moins criticable. Des inconnus politiques feront-ils pire que les maîtresses pulpeuses de Berlu ou les affidés de la mafia?

le problème n'est pas ce que raconte Beppe, le problème est que les italiens, tellement désemparés, sont prêts à voter M5S et même Berlusconi.

. Mais avons nous des leçons à donner aux italiens?

24/02/2013, 14:21 | Par ma mo en réponse au commentaire de am31 le 24/02/2013 à 11:59

il ne s'agit pas de donner des leçons.

si ce que raconte Beppe ne vous intéresse pas, je ne sais pas quoi vous dire. Moi ça m'intéresse.

24/02/2013, 12:39 | Par dianne

"Grillo défend des idées de droite et d’extrême-droite. Son mouvement est donc un mouvement de droite. Et de nouveau, perplexité. J’ai l’impression que dans les journaux, l’on parle souvent de lui comme d’une force plutôt de gauche. "

Oui parce qu'il a pour profession initiale "comique". Donc forcément proche du peuple. Tout ce qui fait dans l'outrance pour dénoncer-dézinguer le pouvoir est forcément populaire. Il n'est que de voir le succès de ces  pitres qui flinguent à tour de bras en rab du journal télé... Un peu le syndrome Dieudonné. Comme si Soral avait écrit le programme d'un "Fronte di sinistra" (en référence malicieuse au  Front de Gauche que vous citez en ouverture du billet.)

Au sujet du meeting du 18 mars, je me souviens m'être dit "c'est la première fois que l'on ne peut pas approcher JLM. La garde du grand parti est en train de le phagocyter. C'est mal barré malgré l'affluence."

24/02/2013, 14:33 | Par Calgonite

Sérieusement, ne pensez-vous pas que Monti est bien plus inquiétant que ce "clown", révélateur d'une société au bord de l'explosion à cause notamment de ce Monti non-élu, et qui envisage de récidiver en magouillant avec Bersani ?? Eh oh !!! Réveillez-vous !!!

 

24/02/2013, 15:07 | Par munstead en réponse au commentaire de Calgonite le 24/02/2013 à 14:33

Bizarre de toujours reprendre cet argument du "Mont non élu" alors que Beppe Grillo n'est pas élu et ne se présente même pas à ces élections, ce qui lui évitera de rendre des comptes par la suite ou de devoir prendre des décisions à travers ses votes au parlement.

24/02/2013, 16:33 | Par Calgonite en réponse au commentaire de munstead le 24/02/2013 à 15:07

Qui vient de mettre en pratique son plan ultra-libéral troïkanien en Italie ?
Quels en sont les résultats ?
Avant de réagir préventivement, il faudrait quand même analyser la situation à posteriori, non ?

24/02/2013, 18:45 | Par Libourette en réponse au commentaire de Calgonite le 24/02/2013 à 14:33

Pour avoir lu le billet de Marie Morisset et l'ensemble de ses réponses aux commentaires, je ne vois pas qu'elle pense que Monti vaille mieux!. Je dirais même plus : il me semble qu'elle le trouve encore plus dangereux! C'est mon cas en tout cas.

25/02/2013, 08:10 | Par Muriel Thirion

La question dans tous ces commentaires semble être de savoir si Beppe Grillo est dangereux pour la démocratie. Ses idées seraient-elles pernicieuses? Si le mouvement 5 étoiles était au pouvoir rendrait-il les Italiens plus malheureux? Je crois que ce qu'il révèle surtout, c'est la confiance limitée (!) que certains Italiens ont dans leurs représentants politiques. S'il évite les medias c'est bien parce qu'ils ne sont guère indépendants. S'il fustige l'Europe, c'est bien parce que ce qu'elle exige des populations est inacceptable. Est-ce si étonnant de s'inquiéter pour notre avenir et celui de nos enfants? Certes, il n'est pas le "sauveur". Mais il semble qu'il fait entendre d'autres voix. Rien n'est plus mortifère que la pensée unique.

25/02/2013, 19:30 | Par ma mo en réponse au commentaire de Muriel Thirion le 25/02/2013 à 08:10

Justement, quelles voix fait-il entendre ?

28/02/2013, 17:29 | Par Ourse Blanche en réponse au commentaire de ma mo le 25/02/2013 à 19:30

Celles  des ecolos ,des artistes,des intellos,des electrons libres,des assoces qui font que la vie est encore vivable,vraiment formidable ce qui se passe.

26/02/2013, 09:51 | Par diversity en réponse au commentaire de Muriel Thirion le 25/02/2013 à 08:10

Les gens n'ont toujours pas compris que c'est Bruxelles qui tire toutes les ficelles et que tant qu'on ne sortira pas de ce machin on se fera entuber par Bruxelles et Washington qui veulent la mort des nations d'Europe.

25/02/2013, 09:13 | Par [email protected]

Voilà une analyse utile et qui va nous permettre de prendre de la distance dans notre rapport à ces 'bêtes de scénes' qui captivent et nous fascinent. Merci de cette contribution à remettre de l'analyse er donc de la distance dans notre rapport au discours

25/02/2013, 12:01 | Par D2R2

Je comprends, ayant lu les thématiques de ce blog, que les préoccupations de Marie Morrisset sont plus tournées vers des Partis-Politiques-Traditionnels que vers un débat sur la Démocratie.

Pour comprendre le succès de Beppe Grillo, je pense qu'il faudrait poser franchement la question suivante: est-il normal qu'en DÉMOCRATIE la fonction d'Élu-du-Peuple soit une profession ?

Il me semble normal que les gens s'indignent d'être gouvernés par des individus qui ont fait de leur fonction d'Élu un gagne-pain. Donc je ne m'étonne pas du succès de Beppe Grillo. Et je ne m'en inquiète pas, car il ne se présente pas aux suffrages. Qu'importe son programme puisqu'il il ne cherche pas à être élu.

Le jeu des tenants du pouvoir, c'est à dire des Partis Politique traditionnels, y compris ceux constituant le Front de Gauche, est de décrédibiliser tous ceux qui porteront atteinte à leur pouvoir. Donc à les traiter de clowns, populistes, irresponsables, etc ...

25/02/2013, 19:32 | Par ma mo en réponse au commentaire de D2R2 le 25/02/2013 à 12:01

Qu'importe son programme ? 

Alors on décide de ne pas s'intéresser aux idées que proposent Grillo et ses "grillini" et de l'applaudir, simplement parce qu'il refuse que la politique soit une profession? C'est exactement cela qui est en train de se passer et qui me semble si dangereux.

26/02/2013, 10:00 | Par D2R2 en réponse au commentaire de ma mo le 25/02/2013 à 19:32

Où est le danger, expliquez moi.

Le plus important n'est-il pas que les Citoyens s'intéressent à la façon dont ils sont gouvernés ?

Si certains sont élus sur la liste de Beppe Grillo avec comme programe "renvoyez les tous (tous les corrompus, car ils le sont tous) à la maison !", ne sera-ce pas un premier pas vers un gouvernement raisonnable ?

Croyez-vous que ceux qui ont voté pour ce non-programme sont tous des idiots-irresponsables-incompétents ? Je ne le crois pas.

Pour les élections de 2014 en France, ne pensez-vous pas qu'il faudrait que dans chaque commune française se présentent des "listes Citoyennes" échappant au contrôle des Partis Politiques constitués ? La compétence, le bon sens, l'altruisme, sont-ils l'apanage des professionnels de la politique ??? (je mets en gras l'altruisme, car c'est ce qui manque le plus en politique-professionnelle, vous ne croyez pas ?)

Le parallèle de ce qui se passe en Italie aujourd'hui avec le rejet par référendum en 2005 du traité pour une Constitution européenne montre que le Peuple a quand même du bon sens. Mais bien entendu, c'est très gênant pour le Pouvoir en place, partout, et il n'est pas douteux que tout sera fait pour que les médias ridiculisent la chose.

28/02/2013, 17:31 | Par Ourse Blanche en réponse au commentaire de D2R2 le 25/02/2013 à 12:01

Vous arguments ne tiennent pas la route,aors cessez de ridiculiser toute la sociéte italienne et ces têtes créatrices qui ont votés 5 Etoiles et pas GRillo,vous êtes une reactionnaire de gauche comme Melenchon,et alors,desinfo quand tu nous tiens

25/02/2013, 16:25 | Par Calgonite

AVANTI POPOLO !

Les résultats des élections italiennes ne seront connus que dans la soirée et les commentaires craignant qu’ils ouvrent une ère d’instabilité vont bon train. Sous-entendu : que la mise en œuvre d’un programme « réaliste » poursuivant ce qu’à engagé Mario Monti rencontre de grandes difficultés.

Figure emblématique d’une politique qui n’a procuré une accalmie qu’en s’abritant sous le parapluie de la BCE, Mario Monti a d’ores et déjà perdu son pari. De même que Silvio Berlusconi, désormais tout entier consacré à son propre sauvetage. Le « Tsunami-tour » que Beppe Grillo a effectué dans tout le pays a par contre payé, lui permettant de cristalliser les rejets, mais aussi d’affirmer quelques idées force fédératrices. Si l’on prend également en compte la baisse de la fréquentation électorale (voire la désertion des urnes dans le Sud du pays), c’est de toute évidence le phénomène le plus important : les Italiens ont trouvé l’occasion d’exprimer à la fois leur rejet de l’austérité et du monde politique.

Après avoir fait chuter le gouvernement de centre-droit, les Bulgares qui scandaient hier « Les partis dehors ! » et « Stop à la mafia! » ne disaient pas autre chose, et la « marée citoyenne » qui a monté en Espagne ce même week-end pour s’opposer au « coup d’État des marchés » ainsi qu’à la corruption n’avait pas d’autres objectifs.

Les références péjoratives au « populisme » ne vont pas manquer dans les commentaires, comme si le recours à la volonté populaire était en soi à ce point méprisable. Ne voulant voir dans ces profonds courants agitant l’opinion que chose subalterne de gens déraisonnables, exaltés et cibles de toutes les manipulations. À les écouter pourtant, des revendications précises sont à chaque fois formulées, opposées au flou qui caractérise désormais le discours politique, la franchise proclamée consistant à ne pas faire de promesses !

Quelques combinazioni politiques seront sans doute nécessaire pour que la victoire électorale de Pier Luigi Barsani, le leader du parti démocrate, se traduise par une majorité au Sénat italien. Laissant entière une question sur laquelle il s’est peu exprimé : que va-t-il faire ? Parmi les dirigeants européens, il n’est pas le seul à s’interroger à ce propos. La réponse du pragmatisme est un peu courte par les temps qui courent. Un gouvernement élu va succéder à l’intermède Monti, mais comblera-t-il la vacance du pouvoir que la presse italienne souligne, qui ferait mieux de parler d’absence de programme.


25 février 2013 par François Leclerc

26/02/2013, 09:49 | Par diversity

Barroso et Van Rompuy Monti Draghi etc... ne sont-ils pas des clowns de Washington ? Qui veut  nous précipiter vers le grand marché transatlantique pour finir de nous anéantir sinon Washington ? Oui retrouvons nos frontières, retrouvons un juste protectionnisme, les nationalistes comme vous dites ne sont pas FORCEMENT des Le pénistes, cessez cet amalgame nauséeux ! Il est normal pour une nation de se défendre contre ces ingérences étrangères insupportables. La seule solution est de sortir de l'UE et de l'euro si on ne veut pas crever sur place. Hollande et cie ces autres clowns de Washington et des marchés n'ont toujours pas compris ça ou ils sont trop vendus, trop lâches.

26/02/2013, 09:48 | Par diversity

Les clowns inquiétants sont ceux qu'on rencontre à Bruxelles !

26/02/2013, 09:59 | Par diversity

Comment les gens peuvent-ils trouver normal que des instances étrangères telles que la "Troïka" mettent leur nez dans leurs affaires, au nom de cette immense supercherie qu'est l'Europe, comment peuvent-ils supporter que leurs impôts aillent vers ces instances étrangères pour payer une soi-disant dette qui de toute façon ne sera jamais remboursée et reviendra toujours dans les poches des banquiers ? Il faut vraiment être débiles pour supporter ça aussi longtemps, alors que la solution, c'est étrange que PERSONNE n'en parle serait de sortir de ce merdier dangereux en sortant de l'UE et de l'euro. Washington serait dénudé, il recevrait une bonne claque dans la gueule ainsi que tous ceux qui ont intérêt à ce que l'euro perdure. Il faut savoir que l'Europe est le cheval de Troie de l'empire atlantiste. Les gens n'ont toujours pas compris ça. Il faut vraiment arrêter de regarder TF1, France 2 arrêter d'écouter ces radios minables et de lire ces journaux minables à la solde de tous ces vautours.

26/02/2013, 15:37 | Par Dominique C

... J'ai lu les commentaires jusqu'à peu près la moitié ou les deux tiers... Je remercie en tous cas Marie de son billet et les commentateurs-débatteurs...

Les liens m'ont permis de découvrir le collectif Wu Ming,  en étant passée par le site Dormirajamais...  Etonnant: Wikipedia  a des versions de l'article Wu Ming en allemand, anglais, espagnol basque et portugais, mais pas en français!!!

27/02/2013, 19:01 | Par jocegaly

Curieux article. Je n'arrive pas à percevoir l'objectif de cet article... Alors finalement on ne fait pas la fine bouche sur Monti ou Berlusconi et on démonte le Grillo sans le connaître? Etonnante manoeuvre. Pour aboutir à quoi , ou , en d'autres termes: "quel en est le but?".

01/03/2013, 09:37 | Par Alfred Leclercq

Le programme est une espèce de liste souvent vague et confuse.

connaissez vous un programme politique qui ne le soit pas?

03/03/2013, 23:12 | Par Le journal de personne

Révolte à l'italienne

Le temps est venu de mettre des claques

http://www.lejournaldepersonne.com/2013/03/revolte-a-litalienne/

À la gauche comme à la droite

Qui nous braquent et nous arnaquent

C'est à nous maintenant de vider leurs sacs.

Nous savons tous ce qu'il faut faire... mais Personne ne le fait

Nous savons tous ce qu'il ne faut surtout pas faire... mais tout le monde le fait

Parce que chacun est devenu l'ennemi juré de tous les autres

Le culte des intérêts a contaminé toute la culture

Le sens du profit a fait de nous des morts sans sépulture

Parce qu'on nous a appris à tuer pour vivre

Et à nous entretuer pour survivre.

Pas pour la rendre, mais pour garder la monnaie

Quelques uns passent ... tous les autres trépassent

Et qu'est-ce qu'on demande à ceux qui sont à la ramasse?

De s'auto-dépasser ? j'ai bien dit : s'auto-dépasser?

C'est l'austérité pour ceux qui réclamaient de l'autorité.

L'impasse qui va devenir notre seule et unique interface.

Vous ne le savez peut être pas mais les politiques peuvent nous sortir de là ...

Mais aucun, je dis bien aucun, aucun ne le fera!

Parce que chacun d'entre eux ne songe qu'à sa légende personnelle

Tous les gouvernants sont tenus par les couilles :

Tous trempés de la tête au pied dans les mêmes magouilles

Leur mission : Durer et nous faire endurer!

C'est le système : celui de la prostitution à toutes les échelles

Qui se fait passer pour une résignation universelle...

Le capitalisme est à mourir... de rire !

C'est la capitulation des plus grands...

Et la décapitation des plus petits...

C'est le monde qui perd la tête :

Qui rêve de victoires et accepte la défaite.

Voici venu le temps... de passer à l'attaque

Êtes-vous volontaires ?

Parce que c'est l'État que l'on braque.

Les économiques, les politiques, la république

Que l'on va mettre à sac!

Parce que j'ai envie de reprendre mes billes

Pour les mettre entre les mains

De ceux qui ont le même défi :

Nous débarrasser de toutes les billes...  

04/03/2013, 01:14 | Par Dominique C

Je souhaite apporter un élément au débat, à savoir cette interview sur le site de Wu Ming

Intervista a Wu Ming: «Grillo cresce sulle macerie dei movimenti»

extrait:

"Quest'intervista a cura di Roberto Ciccarelli, che ringraziamo, appare oggi a tutta pagina su «Il manifesto». Più chiari e diretti di così non riusciamo a essere, è la sintesi di tutto quel che pensiamo del M5S e della sua relazione con la crisi/assenza dei movimenti. Non abbiamo il tempo e le energie per tradurla in altre lingue, se ci sono volontari, si facciano avanti senza remore.]
-

Quella di Grillo è una strategia diversiva. Serve a spingere l’«indignazione», tanto celebrata nelle acampade spagnole o negli occupy americani, lontano dalle piazze italiane. Più la crisi diventa feroce e più le scariche di risentimento vengono fatte confluire in un comodo format, quello del blog del Capo dei Cinque Stelle che solletica il giustizialismo giacobino contro la «casta» e le sue maschere. Per Wu Ming, il collettivo dei cinque scrittori autori di Q, (come Luther Blissett), 54 e Altai, il movimento 5 stelle ha inquadrato le energie potenziali di una rivolta contro l’austerità in una gabbia discorsiva che fa la parodia del conflitto politico, lasciandolo amministrare da «un’organizzazione settario-aziendale» (la Casaleggio&Associati) e dalla guida simbolica di Beppe Grillo. Per loro il radicalismo pentastellato «amministra la mancanza di movimenti radicali in Italia». La tesi esposta con determinazione in un articolo sul sito di Internazionale, è stata ampliata su «Giap», l’influente blog dei Wu Ming, interrompendo il silenzio attonito dei movimenti che hanno attraversato l’ultimo decennio, da Genova alle campagne sui beni comuni.

Voi dite che Grillo non è un incendiario ma un pompiere, perché pratica la sistematica occupazione dello spazio discorsivo dei movimenti: la No-Tav, l’acqua bene comune, la scuola e l’università, il reddito. E lo ricolloca in una cornice che definite di «destra». Potete spiegare che cosa significa?

La nascita del grillismo è una conseguenza della crisi dei movimenti altermondialisti di inizio decennio. Man mano che quel fiume si prosciugava, il grillismo iniziava a scorrere nel vecchio letto. Nei primi anni, i liquidi erano ancora «misti», e questo ha impedito di vedere cosa si agitava nel miscuglio, oltre ad attenuare certe puzze. In seguito, la crescita tumultuosa del M5S è divenuta a sua volta una causa – o almeno una concausa importante – dell’assenza di movimenti radicali in Italia, per via della sistematica «cattura» delle istanze delle lotte territoriali, soprattutto di quelle più «fotogeniche». Non c’è lotta «civica» su cui il M5S non abbia messo il cappello, descrivendosi come suo unico protagonista. Temi, rivendicazioni e parole d’ordine sono stati cooptati e rideclinati in un discorso confusionista e classicamente «né-né», cioè che si presenta come oltre la destra e oltre la sinistra. È un discorso che accumula sempre più contraddizioni, perché mette insieme ultraliberismo e difesa dei beni comuni, retorica della democrazia diretta e grillocentrico «principio del capo», appoggio ai No Tav che fanno disobbedienza civile e legalitarismo spicciolo che confonde l’etica col non avere condanne giudiziarie. Quest’ultimo aspetto era già evidente al primo V Day, quando dal palco Grillo accomunò Daniele Farina del Leoncavallo a gente in odore di mafia, solo perché anche lui aveva «condanne». Già tutto questo tanfa di cultura di destra, ma a essere destrorso è innanzitutto il racconto dell’Italia che fa Grillo.

Ecco, qual è il racconto di Grillo?

C’è un «Popolo onesto» (dato per indiviso al suo interno, niente classi, niente interessi contrapposti) e c’è una «Casta corrotta» descritta come esterna al «Popolo». Per risolvere i problemi dell’Italia, bisogna eleggere «le persone oneste», che non prenderanno «decisioni di destra» o «decisioni di sinistra»: prenderanno le decisioni «giuste». In questo, la retorica del grillismo è affine a quella del tanto odiato governo Monti: le questioni sono tecniche, non politiche. E’ un frame semplicistico e consolatorio, che rimuove le contraddizioni, non tocca le cause della crisi e offre nemici facili da riconoscere. (...)"

 Il est possible que je me mette à sa traduction en français, puisque c'est une demande de la Wu Ming fondation...

04/03/2013, 01:17 | Par Dominique C

On peut aussi butiner dans cette recherche

Newsletter