Mar.
29
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Xinjiang: la répression en images

Dans le Xinjiang, où vivent 20 millions de Chinois dont 9 millions de Ouïghours, la chaîne Current News a pu se procurer les images de la répression brutale contre cette minorité ethnique.

 

Si vous avez du mal à voir la vidéo, voici le lien du site Current News ici

 

 

Après la capitale régionale Urumqi, où les affrontements ont fait au moins 150 morts le 5 juillet et où les Ouïghours sont désormais minoritaires, les troubles se seraient étendus à Kasghar, capitale culturelle et religieuse de la province chinoise à 1.000 km de là, y faisant 100 morts. Le parti communiste chinois qui continue d’alimenter l’amalgame entre minorités ethniques et terrorisme et qui brandit le spectre de l’agitation de « forces extérieures » avait pourtant donné quelques signes de bonne volonté. Pour la première fois dans l’histoire du parti communiste chinois, les cinq gouverneurs des provinces autonomes du Tibet, du Xinjiang, de la Mongolie, du Ningxia et du Guangxi pouvaient afficher leurs origines tibétaines, ouïghoures, mongoles, huis ou zhuang. Mais si l’on y regarde de plus près, le gouvernement chinois n’est pas si bien intentionné que cela. En effet, dans ces provinces, les puissants secrétaires généraux du parti sont immanquablement de l’ethnie Han au pouvoir en Chine. L’empire du milieu qui prend très au sérieux les menaces séparatistes des Ouïghours, des musulmans turcophones, veut à tout prix éviter que les émeutes sociales qui secouent le Xinjiang ne s’étendent au reste de la Chine. La situation est si explosive que Pékin maintient depuis quinze ans Wang Lequan, membre chinois du bureau politique du PCC, au poste de secrétaire général de la province en dépit des règles internes qui limitent ce mandat à dix ans. Depuis les années 1990, le pays mène en effet une politique active de colonisation de la région par des travails migrants de l’ethnie Han avec pour objectif déclaré de « promouvoir la stabilité ». Résultat, les Hans qui ne représentaient que 4% de la population du Xinjiang il y a soixante ans, sont plus de 40% aujourd’hui. Victimes de discrimination à l’embauche systématique, sous prétexte que leur niveau culturel est très bas (dixit le sus nommé Wang Lequan), les Ouïghours, laissés pour compte du développement de leur région, sont aujourd’hui désespérés.

 

Tous les commentaires

08/08/2009, 19:07 | Par POJ

La région est connue pour abriter le centre de recherche nucléaire de Lop Nor où les Chinois vont sauter leurs bombes nucléaires. http://fr.wikipedia.org/wiki/Lop_Nor Il est aussi réputé pour héberger de nombreux camps du système concentrationnaire chinois mis à contribution dans la fabrication de produits destinés à l'exportation, dont les jouets. http://fr.wikipedia.org/wiki/Laogai Si la réaction de la Turquie pose les limites de son intégration dans l'UE http://www.alterinfo.net/Xinjiang-Erdogan-parle-de-genocide-,-des-musulmans-soutiennent-les-ouighours_a34364.html Le comportement de la Chine lui même témoigne d'une certaine manière de son opposition à l'intégration de la Turquie dans l'UE http://www.mediapart.fr/club/blog/p-ohl-juchs/080709/la-chine-milite-contre-l-adhesion-de-la-turquie-dans-l-ue Ces évènements participent au débat sur l'adhésion de la Turquie à l'Europe. http://www.mediapart.fr/club/blog/p-ohl-juchs/060709/turquie-europe-elles-ont-autant-y-perdre-l-une-que-l-autre Tout est dans le non-dit, comme en témoignent les jouets destinés à l'occident produits par la main d'oeuvre concnetrationaire.

Newsletter