Jeu.
27
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

La menace F. Bayrou?

Alors que l'on croit probablement écartée la menace Le Pen pour la Gauche ( un peu vite, car un score pour F. Hollande au premier tour de 20-23% , possible avec la montée en "vases communiquants" de J.L. Melenchon, rouvrirait à notre avis la question), on n'accorde pas d'attention à la situation qui risque de s'ouvrir au soir du premier tour avec la qualification vraisemblable de N.Sarkozy et d'un candidat de Gauche:

Pense-t-on que quoi que ce soit retiendrait N.Sarkozy, menacé de tout perdre, de s'engager explicitement, formellement, devant les Français à nommer F. Bayrou premier Ministre s'il était réélu et contre l'appel de celui-ci à voter pour lui au second tour ?

Pense-t-on que F. Bayrou, une nouvelle fois éliminé de la course à l' Elysée et connaissant les pouvoirs réels du premier Ministre selon la Constitution s'il consent à s'en servir ( cf. Chirac et Balladur sous Mitterrand et Jospin sous Chirac ), pense-t-on qu'il n'irait pas, voire ne le proposerait pas le premier?

F. Bayrou serait ensuite en mesure d'appeler pour les Législatives à la formation de cette "majorité centrale" qu'il appelle de ses voeux , faisant élire des députés sur cette perspective et d'abord sous les étiquettes d'un Centre probablement plus facile à autonomiser vis à vis de Sarkozy et à largement unifier cette fois sous sa direction.

Et, malheureusement, c'est encore probable dans cette hypothèse où la Gauche aurait été défaite une nouvelle fois à la Présidentielle, en situation de trouver assez rapidement un groupe plus ou moins important de députés  socialistes pour marcher avec lui, le P.S. lui même étant menacé de scission... ( ce qui pourrait à terme favoriser aussi la formation d'un nouveau parti unfiant les formations du Front de Gauche et les socialistes refusant les sirènes Bayrouistes, devinez sous la direction probable de qui...?)

F. Bayrou est l'une des personnalités politiques préférées des français, et on ne peut guère douter que cette formule, dès avant le second tour, serait assez attractive sur une large partie de l'électorat, ayant l'avantage de limiter le Pouvoir de N.S. sans les "risques", pour les craintifs, de la Gauche ,qui plus est largement divisée...

Une cohabitation inédite se profilerait, peut-être même camouflée en "Union Nationale" pour ménager la dignité d'un Président quand-même partiellement défait?

Partisans de F.Hollande, de J.L. Melenchon, d' E. Joly, on prend vite conscience du risque ? 

 

 

Tous les commentaires

06/04/2012, 17:03 | Par Philippe Riès

Salut Marc,

Pour du subliminal, c'est du subliminal!

 

06/04/2012, 18:08 | Par Marc Daniel LEVY en réponse au commentaire de Philippe Riès le 06/04/2012 à 17:03

Acte Manqué ( ?) ! Le titre est "parti tout seul" avant le "corps" du texte ...

Voilà, c'est réparé, mais sur MDP, on tire plus vite que son ombre !

06/04/2012, 17:59 | Par GBA92

Menace ? A quel sens ? Un danger pour le pays ? Un danger électoraliste pour les 9 autres impétrants à cette élection ? Une menace pour l'un des deux finalistes autoproclamés par le monde médiatique et sondagier ? On voudrait pouvoir élaborer un début de raisonnement même si tout le monde l'a bien compris ceci est bien plus charnel et bien plus émotionnel que rationnel.

06/04/2012, 18:07 | Par JoëlMartin

Menace ? Oui. La menace qu'on en prenne encore pour cinq ans de sarkozysme, même teintée de bayrouisme.

06/04/2012, 22:31 | Par Marc Daniel LEVY en réponse au commentaire de JoëlMartin le 06/04/2012 à 18:07

@JoëlMartin

Sur le fond, c'est bien ma crainte aussi bien sûr, d'autant que les deux sont en accord, au moins, pour nous mettre encore plus à la diète pour cause ..de "dette " et dans leur opposition commune, comme une "marque de fabrique",  à la Gauche dans toutes ses composantes et à ses propositions, mêmes les plus modestes, pour ouvrir une autre voie.

06/04/2012, 18:20 | Par bourbaky

Puisque Bayrou est un homme de droite ad vitam éternam la menace dont vous parlez est plausible sauf s'il veut remettre çà en 2017 auquel cas il a tout intérêt à l'echec de Sarkozy, prélude à la décomposition de l'UMP.

Reste aussi que Bayrou n'est pas propriétaire des voix de ses électeurs et qu'un bon nombre d'entre eux ne le suivront pas dans un éventuel ralliement au Sarkolepenland.

06/04/2012, 21:53 | Par Marc Daniel LEVY en réponse au commentaire de bourbaky le 06/04/2012 à 18:20

Vous pensez vraiment que des électeurs qui auraient déjà voté pour lui au premier tour et seraient assurés de le voir diriger le gouvernement, avec les larges pouvoirs garantis par la Constitution, quoi qu'en aurait N. Sarkozy ( rappelez-vous les différentes expériences de cohabitation, et leurs Présidents un peu réduits à... la guerilla..) , vous pensez qu'ils seraient si nombreux à refuser le vote Sarkozy à ces conditions ? Dont on peut, en plus, faire confiance à F. Bayrou pour qu'il les expose avec vigueur , talent et clarté ?

Il me semble,malheureusement, que c'est un ticket gagnant pour un report maximum des voix de Bayrou sur Sarkozy...et encore plus malheureusement, pour la captation d'une partie non négligeable des voix "centre-gauche" de F.Hollande du premier tour. 

06/04/2012, 18:40 | Par -

Si F. Bayrou ose se rallier à Sarkosy après ce quinquennat injuste malsain vulgaire , après ces 5 années où ce président n'a céssé de diviser les français ,de les brutaliser , d'attiser toutes les haines à sa portée  et  de se moquer du monde ...  Alors F. Bayrou est un opportuniste vaniteux qui ressemble à Sarkosy et qui fera passer sa décision comme un sacrifice pour sauver ce pays !  Ce serait abjecte ... comme Rama Yade toujours alliée de sarkosy !

Les français ne sont pas dupes !

J'espère que F. Bayrou est un authentique humaniste et qu'il ne rentrera pas dans le dernier coup de poker de Sarkosy , qui doit déjà avoir ce sourire carnassier et haineux 

qu'il ne réussit pas à dissimuler !

 

 

06/04/2012, 18:45 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de - le 06/04/2012 à 18:40

Et j'espère que si Bayrou cède aux sirènes sarkozystes, ce qui me décevrait énormément, ses électeurs se détourneront de lui.

06/04/2012, 21:57 | Par Marc Daniel LEVY en réponse au commentaire de JoëlMartin le 06/04/2012 à 18:45

JoëlMartin,

Voir ma réponse à Bourbaky ci-dessus .

07/04/2012, 13:21 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Marc Daniel LEVY le 06/04/2012 à 21:57

Je l'ai lue.

Nous sommes d'accord à trois heures d'intervalle... Clin d'œil

06/04/2012, 21:50 | Par Monic

Qu'importe puisque cela ne change rien à la situation internationale et européenne pour les peuples occidentaux et non occidentaux. On pense ces élections comme si c'était une époque normale sans difficultés majeures alors que c'est tout le contraire qui se passe. Ce n'est pas pour rien que le Front de Gauche ramasse autant de personnes ayant une volonté du changement et surtout de justice. Le Front de Gauche démontre que le pari des gouvernements occidentaux de voir leurs citoyens continuer à se réfugier dans le divertissement est perdu. Actuellement aucun gouvernement du monde de l'ère de la civilité digitale (Internet), n'est en sécurité contre l'indignations de ses citoyens. Si la colère a accompli sont travail efficacement, de nouvelles architectures vont apparaître dans la participation politique. N'oublions pas que la République romaine naîtra par la force de l'indignation du peuple romain contre l'aristocratie étrusque (cf. au mythe/légende ou à la réalité de la fameuse histoire du viol de Lucrèce par Tarquin vers le 5ième siècle av. J.C. d'après Tite Live et al.). Laissons les ruines écrouler l'ancien monde, Bayrou ou pas Bayrou, la ruine et la rouille continuent de plus belles à ronger les vieilles certitudes de la politique politicienne. Mélenchon a raison de dire que seul l'avenir comptera non les jeux politiciens. Du moins l'espoir réside en cet espoir. Temps difficile n'est-ce pas d'avoir besoin d'espoir pour espérer (voir la Grèce et ses suicidés, puis l'état du monde). Merci.

06/04/2012, 21:56 | Par menane

1/ Mauvais jugement. Bayrou n'entrera pas dans un gouvernement Sarko. Ce serait se déconsidérer et se déjuger.

2/ Contrairement à ce qui est avancé ici ou là, la majorité de ses électeurs ne se tournera pas vers Sarko s'il n'est pas au second tour. Je dis "à pista de naz" 2/3 Hollande, 1/3 sarko, 1/3 blanc. Le problème étant Mélenchon qui ne passe pas auprès des MoDem qui sont des modérés, et qui défavorise Hollande.

 

07/04/2012, 15:57 | Par Marc Daniel LEVY en réponse au commentaire de menane le 06/04/2012 à 21:56

Menane,

Qui a parlé d'un " gouvernement Sarko" ?  Il s'agirait plutôt d'un Gouvernement Bayrou sous Sarkozy...


A-t-on parlé d'un " gouvernement Chirac" pour le gouvernement de Jospin ?

07/04/2012, 08:34 | Par hector carignan

Pour Bayrou, et d'ailleurs par seulement pour lui ! le problème ce n'est plus la présidentielle, ce sont les législatives... Un premier ministre de cohabitation doit avoir une majorité parlementaire, c'est bien le moindre ! Le Modem peut constituer un groupe charnière, mais un socle gouvernement  ? L'Union nationale, à défaut d'une 6 ème république largement imaginaire, nous vaudrait un retour à la 4 ème ? Commencer dans la posture de De Gaule et  finir en président du conseil MRP, tel serait le destin grandiose de François Bayrou ?

Newsletter