Sam.
25
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Rétrospective 2010 du pouvoir en place : mots pour maux

Au fil de l’actualité quotidienne, au tout début de son règne, N. Sarkozy a donné l’image du chef arrogant, tout puissant, à la personnalité narcissique, hyperactif et forcément enclin au passage à l’acte verbal. On se souviendra « casse toi pauv’con ! » Tous les jours, une réforme annoncée comme un écran de fumée, les unes plus futiles que les autres ! Une façon, pensais-je, de voiler le pire à venir, de manipuler les esprits mais plus grave encore du « plaisir à rendre l’autre fou ! » D’ailleurs, sur la messagerie électronique, les copains faisaient circuler sa photo sous titrée « il est telle heure, je vois ce que vous faites.. » Le persécuteur désigné dirions-nous sauf que nous ne sommes pas dans une réalité faussée. Oui, cela peut défouler de bon matin ! D’ailleurs UMP ou entreprise de démolition des liens sociaux en mouvement ou « Union pour un mouvement ploutocrate » serait plus appropriée ! Classe laborieuse et magnats du trésor !Dans son palais de président, encadré par les deux G à la fois conseillers et vice premiers ministres, il reçoit régulièrement « les excuses » des ministres d’ouverture ayant pris l’initiative d’une prise de position politique sans avis préalable des deux prompteurs élyséens. C’était « l’Avent » de la crise ! Le décor est planté. Pendant ces deux dernières années, il a fallu « survivre » aux discours stéréotypés de la présidence, aux idées sorties du chapeau tel le calamiteux « épisode Môquet » soit dit en passant célèbre militant communiste, symbole de la résistance française. Arrive « l’appel du 18 juin » du Général, emblème d’une France éternelle, 18 à 20 mots à apprendre par cœur pour le Bac de quoi requinquer une image identitaire après le débat désastreux sur l’identité nationale ! Vive la présidentielle 2012 !

En matière de taxe bancaire, certains pays du G 20 ne veulent pas en entendre parler et pour cause, ils ne connaissent pas de faillite remboursée par leurs contribuables. Ils supputent entre autre, que « taxer les banques pourraient permettre à certains de se faire un peu d’argent.. (dixit la France et la Grande Bretagne) »Au final, serions-nous dupes de toutes ces manœuvres ?Tout ceci dans un climat de tension sécuritaire, clivage des bons et des méchants et ce n’est pas si simple en l’écrivant. Je dirais que les plus affaiblis, handicapés mentaux, ethnies déplacées, sans papiers, chômeurs ou travailleurs sans toit sont les cibles d’une juridicisation permanente. Quelle réussite historique dans cette débâcle politique ! Un nouveau vocabulaire économique certes, « d’état province », de « réforme territoriale » qui se fond dans « le chaudron de la mondialisation ! »

Alors de qui le parti socialiste va-t-il lancer « sa fusée révolutionnaire » et donner enfin à la démocratie ses voix participatives ! Demandez le programme chez celui qui nous dit :

- « Qu’ils s’en aillent tous ? » - « Rien n’est pire que le rêve qui ne débouche sur rien ? » - « La France ne s’en sortira pas en alignant ses salaires sur ceux des pays émergents »- « Je ne suis pas faux-cul, je dis toujours ce que je pense et tant pis si çà ne plaît pas »- « Nous devons lutter contre toutes les peurs, et n’avoir peur de rien pour nous-mêmes »- « Deviens ce que tu es »- « Etre élu, c’est un mandat pas un métier »- « Je suis fatigué du spectacle de militants socialistes ou de dirigeants socialistes qui donnent l’impression d’être plus en colère contre d’autres socialistes que contre la droite »

Tous les commentaires

01/01/2011, 14:53 | Par Raphael JORNET

vous vouliez nous couper le moral avant le saut vers 2011 ? gagné !!!

merci à vous !Sourire

03/01/2011, 00:02 | Par Mariethé FERRISI

C'était avant de faire sauter le bouchon du 31 ! La prochaine fois j'essaierai une partition "allegro", "crescendo" mais la chute est toujours dou-lou-reu-se !

A bientôt !

Newsletter