Ven.
01
Aoû

MEDIAPART

Connexion utilisateur

«Moi, députée française, étrangère pendant la moitié de ma vie»

À l'Assemblée, ce discours-là fut le seul moment de grâce d'une semaine enragée. Mardi, en plein cœur du débat sur l'identité nationale, quand Marietta Karamanli (PS) est montée à la tribune après deux heures sans queue ni tête, elle a parlé cinq petites minutes, avec son accent irrépressible, et les travées se sont tues, sur 180 degrés.

Devant cette représentante de la nation française, née Grecque à la veille de la dictature des colonels, même le ministre de l'immigration et de l'identité nationale, scotché sur son banc, a relevé le nez. Mais Eric Besson l'a-t-il bien entendue?

 

«Je voudrais vous faire part de mon expérience, celle de devenir française», a raconté Marietta Karamanli, «étrangère pendant moitié de [sa] vie», dans un hémicycle quasi vide. D'abord, la députée a expliqué sa décision d'émigrer: «Je suis née dans un pays où l'État, jusque dans les années soixante-dix, avait la tentation de délivrer un certificat de loyauté», exigeait «un serment de bonne conduite». Ce genre de politique, «ça froid dans le dos»...

 

Avec émotion, elle a ensuite détaillé son arrivée en France à 20 ans, mue par le désir, par l'amour d'un «pays qui a le goût des autres», qui «croit à l'école», «à une morale laïque», «une morale qui se suffit à elle-même, sans besoin d'un prêtre ni d'un chef qui décide».

 

Dans les travées, on entendait les mouches voler.

 

Surtout, elle a décrit sa certitude, «d'emblée», dès ses premiers pas dans l'Hexagone, qu'elle «pourrait y vivre pour toujours». Ce «sentiment d'appartenance», «nul Etat ne peut le prescrire, ni l'interdire», a résumé Marietta Karamanli. Eric Besson l'a-t-il bien écoutée?

 

Au micro, l'élue de la Sarthe a cité Jacques Ancel, géographe persécuté par les nazis, mort en 1943: «Un État se marque sur une carte, mais une nation est une communauté morale plus malaisée à circonscrire (...). Ce serait puérilité que de tracer des sentiments dans le rigide cadre des territoires». Eric Besson a-t-il, un jour, lu Jacques Ancel?

 

Pour Marietta Karamanli, le «sentiment» d'être française (fait «de sensations» et d'«une conscience») appartient à la seule sphère intime: «Il est périlleux que ce soit l'État qui cherche à dire ce que ça signifie, à cadrer un sentiment. En la matière, il ne peut dire le vrai». «Parler de l'identité nationale comme de quelque chose d'objectif et d'immuable, qu'il faudrait "valoriser" [comme le prétend le site du ministère], c'est impossible».

 

A l'intention du groupe UMP, dont une centaine de députés ont signé une proposition de loi visant à interdire les drapeaux étrangers lors des cérémonies de mariage, la socialiste a enfin parlé de ses quatre enfants (âgés de 3 à 18 ans), «qui se sentent tous français» et «qui aiment tous leurs origines étrangères»: «Petits, ils dessinaient des drapeaux français, a-t-elle confié. Mais aussi grecs!». «Allez comprendre», Monsieur Besson...

 

A sa descente de tribune, les travées de gauche comme de droite ont applaudi. Ses camarades socialistes lui ont caressé l'épaule, la main, le visage. Et puis un collègue UMP lui a fait passer un petit mot: «Merci, vous avez répondu à toutes mes questions...» A la fin de la séance, quand le ministre a repris la parole pour répondre à la vingtaine d'élus qui s'étaient exprimés, il avait préparé de quoi répliquer à chacun des orateurs de l'opposition. Mais pour Marietta Karamanli, qui venait d'exposer ses tripes devant la nation, il n'a pas eu un mot.

 

Tous les commentaires

11/12/2009, 10:06 | Par Vingtras

A une autre époque et dans d'autres circonstances,Philippe Henriot qui sautait sur la moindre occasion pour stigmatiser les résistants-terroristes,n'eut pas la moindre parole concernant les fusillés de Chateaubriand...ou ceux de "l'affiche rouge".

Eric Besson est donc le digne successeur de celui qui exaltait l'identité française au micro de Radio-Paris.

11/12/2009, 10:45 | Par Fantie B.

"elle a parlé cinq petites minutes, avec son accent irrépressible, et les travées se sont tues, sur 180 degrés."

Par cette phrase, vous m'avez donné d'abord le désir d'entendre par moi même ces 5 minutes, Mathilde Mathieu.

Et puis arrivée à la fin de votre texte, je n'en sens plus le besoin.

L'effet de l'intervention de Marietta Karamanli, que vous avez si bien su faire vivre pour nous, me suffit.

Dont la non réponse de Besson. Il a prouvé en ne répondant pas que son débat sur l'identité nationale n'a pas lieu d'être, puisque des paroles comme celle de Marietta Karamanli n'y rencontrent pas d'écho.

11/12/2009, 17:32 | Par Diogène Junior en réponse au commentaire de Fantie B. le 11/12/2009 à 10:45

Mêmes impressions à la lecture. Merci à l'auteur?

12/12/2009, 15:55 | Par taremener en réponse au commentaire de Diogène Junior le 11/12/2009 à 17:32

le type d'article qui me fout la chair de poule et les larmes aux yeux.! Je cours lire l'intervention de cette camarade députée qui me rend un peu plus de ma fierté d'être socialiste. Merci !

12/12/2009, 10:15 | Par michel velut en réponse au commentaire de Fantie B. le 11/12/2009 à 10:45

Le silence de Besson est un aveu....La preuve,s'il en fallait une,que ce faux "débat" a été imaginé pour déranger les immigrés...Ceux qui ne sont pas "de souche",ignoble expression qui doit donc désigner les descendants directes des gaulois??? Le plus triste dans cette affaire,c'est que nous tenons notre culture en particulier de l'invasion (horreur!)romaine et de la grèce antique.DEMOCRATIE / architecture,langue....viennent d'Athène et de Rome...

12/12/2009, 15:26 | Par jjbranchu en réponse au commentaire de michel velut le 12/12/2009 à 10:15

et de l'invasion Franque !

12/12/2009, 22:55 | Par Anne Houssay en réponse au commentaire de jjbranchu le 12/12/2009 à 15:26

et des normans, des goths, des visigoths, des ostrogoths, des huns, des sarazins, des germains, des saxons, des helvètes, des ottomans, des libanais, des lorrains, des piémontais, des albigeois, des arméniens, des basques, des cévenoles, des provençaux, des picards, des mongols, des alsaciens, des marocains, des russes, des indiens, des syriens, des algériens, des vietnamiens, des lithuaniens, des égyptiens, des laotiens, des palestiniens, des burgondes, des perses, des jurassiens, des marsiens, des corses, des territoires d'outre mer, des bretons, des romanichels, des babyloniens, des grecs, des tsiganes, des sangs-mélés, des orphelins, des batards d'autrefois, des enfants de père inconnu, des demi-frères et soeurs, et j'en passe et des meilleures ...

12/12/2009, 10:39 | Par michel velut en réponse au commentaire de Fantie B. le 11/12/2009 à 10:45

Le silence de Besson est un aveu....La preuve,s'il en fallait une,que ce faux "débat" a été imaginé pour déranger les immigrés...Ceux qui ne sont pas "de souche",ignoble expression qui doit donc désigner les descendants directes des gaulois??? Le plus triste dans cette affaire,c'est que nous tenons notre culture en particulier de l'invasion (horreur!)romaine et de la grèce antique.DEMOCRATIE / architecture,langue....viennent d'Athène et de Rome...

12/12/2009, 11:26 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de michel velut le 12/12/2009 à 10:39

Et les Huns, hein ? Et les Sarrazins, montés au moins jus qu'à Poitiers ? et les Espagnols qui ont laissé leur nom propre dans des coins de Bretagne ? Et les Vickings et leurs incursions ? Et.. et... ...

17/12/2009, 17:23 | Par GMM en réponse au commentaire de michel velut le 12/12/2009 à 10:39

oui et voir Besançon et son architecture Espagnole comme pas mal de villes de Franche comté...... la France c'est ça, un emsemble, elle est muliple, indéfinissable, et j'en suis fier.

Amusant que ce soit un hongrois de neully qui nous permette de clamer haut et fort que nous sommes fiers de cette France multiple.

12/12/2009, 11:59 | Par zolive en réponse au commentaire de Fantie B. le 11/12/2009 à 10:45

Bravo, tout comme vous.

"les travées se sont tues, sur 180 degrés." m'ont mis en haleine. Et la fin sur besson qui répond à tous sauf à elle.

Mathilde Mathieu vous dites concisément et avec force ce qui doit retenir notre attention.

Tout est dit donc.

11/12/2009, 10:48 | Par Christel

Merci de nous raconter ces cinq minutes. J'en suis toute émue sans les avoir entendues, personnellement, je suis sure que M. Besson n'a rien entendu, ou plutôt si, il a entendu, pas écouté.

11/12/2009, 10:54 | Par profil_inactif_28112

Voilà donc une nouvelle "nazie", apparemment pas au courant que "Mediapart" a décrété qu'il fallait refuser de débattre de l'identité nationale. Honte à elle.

Et à part ça, Georges Frêche va bien ?

11/12/2009, 11:19 | Par JMG92 en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 11/12/2009 à 10:54

@ Boddisatva

 

Le week-end arrive, reposez-vous, vous en avez grand besoin ...

11/12/2009, 17:34 | Par Diogène Junior en réponse au commentaire de JMG92 le 11/12/2009 à 11:19

Bien dit ! Je crois qu'il y a quelques places aux urgences du Centre hospitalier Sainte-Anne (pour Boddisatva, c'est en psychiatrie…).

11/12/2009, 14:32 | Par Florent Pommier en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 11/12/2009 à 10:54

avant d'utiliser le mot nazi, tâchez de réfléchir. c'est un mot lourd de sens... il faut peser ses mots.

11/12/2009, 15:12 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de Florent Pommier le 11/12/2009 à 14:32

Cher Florent Pommier,

Je l'ai mis entre parenthèses, et l'objet de mon commentaire était juste de faire du réactif. En fait ce n'est pas tellement la pétition de "Mediapart" qui m'agace, mais l'article d'Antoine Perraud sur Jacques Bainville. Alors depuis, dès que je vois une contradiction entre la volonté affichée du site de refuser de débattre et la pratique, je lâche un sarcasme.

Il est clair que cette députée est libre et n'a pas à obéir aux injonctions de "Mediapart" à refuser le débat au nom du dernier délire germanopratien pseudo anti-raciste.

Autrement je suis d'accord avec vous, évidemment.

11/12/2009, 16:13 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 11/12/2009 à 15:12

Vous confondez guillemets et parenthèses, Beber, c'est fâcheux, non ?

11/12/2009, 16:17 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 11/12/2009 à 16:13

Oui, c'est fâcheux. D'autant que je milite pour que les journalistes de "Mediapart" corrigent leurs articles avant de les publier.

11/12/2009, 18:28 | Par Freuderic en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 11/12/2009 à 16:17

Je vais finir par croire que vous êtes un genre de Frédéric Levebvre. Vous cherchez toujours midi à quatorze heures même quand la vérité d'un fait est simple à comprendre quitte à aller ailleurs chercher une autre vérité plus ou moins construite de toutes pièces mais allant plus dans votre perception des choses. Comme si qu'être tétu chez vous, était signe d'intelligence, de stabilité et de sagesse. vous devriez peut-être usé un peu plus de votre intelligence du coeur et pas seulement celle de votre cerveau. Les deux je vous assures, forment un couple quasi parfait tant qu'on sait garder son calme.

12/12/2009, 12:06 | Par zolive en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 11/12/2009 à 10:54

la preuve que médiapart n'est pas sectaire et sait donner la parole à tous.

Là où vous vous permettez de traiter cette femme de nazie, même avec des guillemets. Vous êtes pitoyable. C'est tout ce que vous avez retenu de ce texte ? Vous ne savez que parler d'un à côté sans parler du fond ? Que d'essayer de squizer les débats ? Que de troller les commentaires ? Bref, vous pensez quoi de son intervention ? En fait, vous vous comportez comme Besson qui ne répond pas...

13/12/2009, 17:54 | Par eltrigo en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 11/12/2009 à 10:54

Justement elle a refusé de débattre : elle a dit que l'identité nationale appartenait à la sphère intime et que cela n'avait aucun sens d'en débattre pour que l'état UMP en donne ensuite sa définition...

11/12/2009, 11:10 | Par Thomas-Luis

Monsieur Boddisatva écrit-il au premier, second ou troisième degré ?...Subtil ou lamentable ?

11/12/2009, 11:21 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Thomas-Luis le 11/12/2009 à 11:10

subtilement lamentable ?

11/12/2009, 12:58 | Par Jacques Bolo en réponse au commentaire de Fantie B. le 11/12/2009 à 11:21

Apparemment, ce que Boddisatva veut dire, c'est que contrairement aux postures anti-débat, cela participe bien de la question de l'identité nationale. Ce qui est exact. Plus généralement, il ne sert à rien de prétendre qu'on ne débat pas, alors qu'on débat de cette question très souvent. Par contre, il est bon de diffuser les opinions de ceux qui ont quelque chose à dire, comme dans cet article. (J'ai déjà parlé ailleurs de ceux qui croient bien faire, mais n'en sont pas capables - voire sont contradictoires - et feraient mieux de se taire).

 

A propos de Georges Frêche, Boddisatva fait simplement référence à la position douteuse du PS à son égard, qui correspond bien localement, comme c'est notoire, à des appels du pied aux pieds-noirs pro FN. Ce qui est aussi exact.

 

On peut ne pas apprécier le mauvais esprit (ou son aspect un peu trop systématique), mais la mauvaise foi ne vaut pas mieux. Comme ce genre de mauvaise foi concerne précisément ce genre de débat, c'est la mauvaise foi qui est franchement répugnante.

 

17/02/2010, 16:31 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de Jacques Bolo le 11/12/2009 à 12:58

-

11/12/2009, 12:05 | Par dianne

Merci, cette intervention est émouvante en effet.

Texte intégral

http://www.mariettakaramanli.fr/spip.php?article182

13/12/2009, 18:12 | Par Kaky en réponse au commentaire de dianne le 11/12/2009 à 12:05

Merci de m'avoir donné l'opportunité de lire ce discours.

13/12/2009, 18:12 | Par Kaky en réponse au commentaire de dianne le 11/12/2009 à 12:05

Merci de m'avoir donné l'opportunité de lire ce discours.

11/12/2009, 11:31 | Par gourdon

Oui, c'est très vague les notions d'identité, mais le débat politique doit laisser ce débat aux philosophes, il y a urgence à ne pas débattre, à faire avancer les économies des peuples et l'Europe qui se fendillent, à lutter contre la droite réactionnaire de notre pays qui est pétainiste et qui l'ignore. Le débat ne doit pas avoir lieu, comme l'a signifié Médiapart, pour des raisons évidentes.

Pour ma part, quand j'entends Obama je me sens français et j'entends dans ses phrases Archie Shep, et quand un homme rentre chez moi je l'embrasse et je me sens très proche de Liliam Thuram ou de Yannick Noah ou de Gires, ou de Tigana, ou de Barthez, ou de Zidane, mais c'était une autre époque, que les moins de vingts ans......... et pourtant je suis jeune! et très loin, mais alors très très loin de Laporte, à des années lumières, mais comme disait mon grand père la bêtise est la chose la plus difficile à distribuer, mais son abondance fait que ceux qui la porte savent la faire partager aux masses.

11/12/2009, 11:50 | Par raymond.chermat@orange.fr

Bravo Marietta !

 

1 2 suivant

Mercredi 11 novembre 2009 3 11 11 2009 18:06

Identité, Qui suis_je ? Suis-je Français ? Identité ? Qui suis-je ? Suis-je Français ?

Comme chaque être humain, je suis.
-- Je viens d'où ?
Je suis né en Bretagne
-- Je pars où ?
Au large ! Paris, Bretagne, Auvergne, Maroc, Indochine, Paris, Bretagne, Paris, Algérie, Paris, Bretagne.
--Je reste où ?
En Bretagne.

Né en Bretagne je parle la langue, à l'école primaire pendant la connerie humaine - guerre 1939-1945 - il devint " "obligatoire " de chanter une certaine chanson dont je me souviens de trois mots : Maréchal nous voilà...... Notre institutrice dont le mari était prisonnier en stalag nous donnait à manger les biscuits dits de " Pétain " mais nous n'avons jamais chanté, Ni Maréchal nous voilà ! Ni la Marseillaise !

En Bretagne quand je m'y promène j'ai des émotions. En 1978 j'ai vu les rochers roses de Ploumanac'h couverts de pétrole, j'ai pleuré.

J'ai été au Maroc - 1950 - du temps du protectorat qui prit fin en 1956. Nous y avons fait de belles et mauvaises choses.

J'ai été en Indochine, Hanoï - 1951-1953 - . De belles choses y avaient été réalisées - Ecoles, Universités, hôpitaux, Instituts Pasteur et caetera... Par la connerie humaine institutionnalisée nous avons tout détruit. J'ai pleuré. Là, nous avons taché notre drapeau de sang. Pur ? Impur ? En tous cas je l'ai vu rouge. D'aucuns y ont chanté la Marseillaise et, ses mots ont aidé à égorger, brûler, par le feu du napalm - que la France fabriquait - des fils, filles, compagnes et compagnons innocents. Des " légion d'honneur " furent distribuées.

J'ai été en Algérie - 1956 - Même constat de la connerie humaine insupportable.

En conséquence je constate qu'à visage découvert sans sourire et sans le respect de l'autre la France et la vie sont tristes.
Histoire vraie :
Je marche dans les rues de Plougastel Daoulas, je vois deux bretonnes habillées en costume régional avec la coiffe du pays et la boîte à gâteaux à la main, c'est dimanche, elles marchent bras dessus bras dessous assez tristement à la sortie d'une messe. Je vais vers elles et demande un renseignement en langue bretonne, elles me regardent des pieds à la tête visiblement surprises et éclatent de rire. La tristesse disparaît, elles me renseignent, me félicitent de parler la langue bretonne et repartent joyeuses.
Fais-je du puérilisme ? Si oui, tant mieux !

Qu'elle est mon identité ? Je sais que je ne sais pas !
Est-ce ainsi que l'on devient citoyen du monde ?
Une mondialisation par la régionalisation serait-elle salutaire ?
Être humain, sur terre, devrait suffire comme identité.


Emblavons le bon grain

Raymond Chermat

Par Raymond Chermat - Publié dans : philosophie politique
Ecrire un comme 

12/12/2009, 07:50 | Par garulfo en réponse au commentaire de raymond.chermat@orange.fr le 11/12/2009 à 11:50

Votre texte me donne des frissons. Non de peur mais d'émotion. Merci. Je suis alsacien et français parce que je le veux et c'est tout. Il est triste qu'on ne laisse pas chacun choisir en toute simplicité. Je suis à ce propos surpris qu'on doive dorenavant fournir un état civil complet de ses parents pour renouveler sa carte d'identité (mes parents ont-ils changé d'état de naissance depuis ? A quand le certificat sur plusieurs générations ? Mais où est l'oppresseur qui nous y force ? Ah, oui, les lois d'exception ont été votées sans pressions de l'occupant)) Mon arrière grand père a fait la première guerre mondiale "du côté" allemand, il n'était pas alsacien. Il a ensuite décidé de vivre en France, il a dit à ses enfants :"à compter de ce jour, nous sommes français" et ils étaient français. C'est ainsi que ça devrait se passer. Je n'ai pas encore parcouru le monde mais je m'y intéresse sans regard trop discriminateur, un homme est un homme qui pour moi a la même valeur au Bengladesh, en Irak, au Darfour ou dans un world trade center. Ce débat m'effraie. Je pense qu'on ne peut se dire Français avec un grand f et proposer, euh, imposer ce pseudo débat.

12/12/2009, 22:00 | Par Luciole Camay en réponse au commentaire de garulfo le 12/12/2009 à 07:50

Vous avez raison de souligner qu'il faut justifier d'être Français dorénavant pour renouveler sa carte d'identité, l'Etat français "se dédit", se nie en quelque sorte, un de ses sbires a délivré une carte d'identité il y a dix ans mais cette majorité actuelle fait comme si c'était un autre Etat avant lui, on doit re-justifier qu'on est bien Tartempion en produisant à chaque renouvellement un extrait de naissance de moins de trois mois : que ce soit initialisé avec Hortefeux ou Besson, c'est quand même Nicolas Sarkozy, un Français de souche hongroise, qui semble bien à l'origine de cette lumineuse idée !

11/12/2009, 11:53 | Par sylviane ruen

Je me sens tellement en phase avec cette députée.

Une élue qui sait dire et faire comprendre son point de vue.

Cela me rappelle qu'il y a bien longtemps, une mienne collègue, à l'accent rock and roll qui m'a fait découvrir les bars à bière. Une mémorable virée, un itinéraire savoureux, un souvenir ému. Originaire de Paris je n'avais jamais remarqué ces vitrines discrètes. Mais elle, le savait depuis sa Roumanie natale.

Elle adore Paris. Je ne sais plus rien d'elle, sauf qu'elle nous avait adopté entre meilleur et pire. Que pense-t-elle de ces saletés d'interrogations à la mors-moi la basket ?

 

 

11/12/2009, 12:04 | Par Mouna

Merci pour cet article.

Moi, française de puis ma naissance mais fille d'étrangers nés hors de France, je tremble aujourd'hui de devoir faire un nouveau passeport et une nouvelle carte d'identité.

 

11/12/2009, 13:07 | Par Christophe Pebarthe

Un bel article et un discours efficace, racontant une expérience mais recourant aussi à la réflexion. En ajoutant les remarques ironiques et amusées de Marcel Detienne ici-même, l'affaire est entendue.

Il est tout de même triste de constater que cette intervention d'une élue du peuple n'a pas eu droit à une grande médiatisation et, par contraste, que nombre de ses collègues soient d'une si grande ignorance (sans doute pour plaire au président de la République, orfèvre en la matière).

11/12/2009, 14:13 | Par blizz

Merci de nous avoir fait partager ce beau discours et decouvrir Jacques Ancel. Plus de médiatisation et de réflexion serait effectivement nécessaire sur ce discours aussi clair, émouvant car construit à partir d' une expérience vécue et élargi à la notion de Nation et d'état, français ici en l'occurence.

11/12/2009, 14:51 | Par Colza

Sans doute que si Mr Besson n'a pas fait de commentaire et même, semble ne pas avoir entendu, c'est que, dans son esprit, le débat sur l'identité nationale n'est que le cache-sexe d'arrières pensées beaucoup moins présentables.

Le temps n'est peut-être pas si lointain où il faudra justifier être français de souche, de race et de religion catholique pour avoir droit à une carte d'identité.

11/12/2009, 17:46 | Par Robert Crémieux en réponse au commentaire de Colza le 11/12/2009 à 14:51

Le temps n'est en effet pas si lointain, dans le passé s'entend. Je suis né en 1943 et ma mère gardait sur elle à cette époque mon certificat de baptême, visé par le commissariat...

11/12/2009, 15:02 | Par Marteljea

Je suis heureux d'être Français et pouvoir entendre autre chose que le n'importe quoi du Président Camembert.

Merci encore Marietta Karamanli d'avoir exprimé au nom des français ce qu'est vraiment la France.

Je souhaite que nous mettions en place une discussion afin de créer une pétition qui jette hors de France tous politique influant une politique hostile à la France et aux vraies valeur de la France.

Merci encore.

Jean-Pierre

11/12/2009, 15:16 | Par profil_inactif_28112

Grâce au lien donné par Mathilde Mathieu, j'ai pu lire l'intervention de Madame Karamanli, et franchement ça ne casse pas des briques. Elle découvre qu'il y a quelques avantages dans la culture française par rapport à la culture grecque, sans doute pourrait-on faire la découverte inverse sur d'autres points (par exemple la solidarité familiale), mais bon elle n'était pas là pour ça.

De plus ce qu'elle raconte est affligeant de banalité dans le sens où des millions de Français sont immigrés, ou enfants ou petits-enfants d'immigrés. Et si ses parents avaient été collabos au lieu d'être résistants, est-ce que ça aurait diminué ou augmenté l'intérêt de son propos ? Personne n'est responsable de son hérédité.Un jour on peut espérer qu'elle existera par elle-même, si elle reste femme politique dans la durée.

Le ministre de l'immigration lui-même vient de se séparer de son épouse usagée pour s'installer avec une jeune étudiante maghrébine dont on ne doute pas que les dossiers administratifs "pré-identité nationale" ne connaitront pas de retards, à l'instar du dossier de naturalisation de la nouvelle Madame Sarkozy.

La seule chose qui est intéressante mais quand même banale c'est de nous dire du bien de la France, alors que le microcosme a pour habitude de cracher dessus (je pense à l'ancienne Madame Sarkozy déclarant à "Libération" être fière de ne pas avoir "une goutte de sang français" dans les veines).

Petite contribution au débat sur l'identité nationale de cette dame, donc, qui aura peut-être du coup les honneurs d'une mention sur le site d'Eric Besson, à l'instar d'un Edwy Plenel ou d'un Arnaud Montebourg.

11/12/2009, 15:49 | Par Mathilde Mathieu en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 11/12/2009 à 15:16

@Boddisatva

Mon billet de blog ne prétendait pas vendre un discours révolutionnaire pour la pensée moderne, mais visait simplement à rapporter l'émotion sincère que le récit de Mme Karamanli a déclenchée chez ses collègues députés... et chez moi. C'est tellement rare, quand on observe la faune parlementaire depuis les tribunes presse, que ça méritait -me semble-t-il- d'être relevé!

Ne gâchez pas les petits plaisirs que mes heures d'observation depuis mon strapontin me réservent...

Bien cordialement,

11/12/2009, 15:53 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de Mathilde Mathieu le 11/12/2009 à 15:49

Chère Mathilde Mathieu,

Je reconnais qu'à l'écrit un texte peut entraîner de toutes autres réactions que quand on l'écoute en direct. Je pourrais encore faire du mauvais esprit sur les possibles raisons pour lesquelles cette députée n'a pas été trop interrompue, mais je m'abstiendrai.

 

Bon week-end

11/12/2009, 16:46 | Par patrick 44 en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 11/12/2009 à 15:53

La simplicité du propos en fait justement toute la valeur car il est perçu comme "vécu ". Cela a dû échapper à votre critique systématique. Il n'en reste pas moins que je préfère cent fois être représenté à l'Assemblée par cette dae socialiste que par votre Eric Raoult ou votre Besson.

11/12/2009, 20:24 | Par Freuderic en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 11/12/2009 à 15:53

Ce qui est évident est forcément simple mais seulement pour ceux partageant la même vision d'une chose. Par contre béber , vous voulez toujours rendre complexe les choses pour faire croire que la vérité est ailleurs et que tout ce qui est raconté ici à partir du moment que vous n'êtes pas d'accord, est faux. Vous êtes le roi de l'intox.

11/12/2009, 21:26 | Par artman en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 11/12/2009 à 15:53

J'espère qu'en réalité vous êtes drôle dans la vie, Babar666, parce que sur Mediapart vous êtes plutôt "droopyesque". Ce n'est pas l'enthousiasme qui vous étouffe. Nul n'est obligé de s'enthousiasmer, certes, mais votre côté systématiquement rabat-joie est assez exceptionnel. Sa constance ne nous procure pas vraiment de surprises au fil des fils. Ah tiens vous m'en donnez le bourdon. You know what ? Je vais de ce pas me boire un petit verre de Bordeaux...

 

Merci pour votre article, Mathilde, il "sonne bien" et fait entrer un peu de bon air dans cette atmosphère un peu frelatée...

12/12/2009, 00:58 | Par hedou en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 11/12/2009 à 15:53

je suis curieux de connaitre ces raisons ???

13/12/2009, 18:35 | Par cloclo en réponse au commentaire de Mathilde Mathieu le 11/12/2009 à 15:49

11/12/2009, 15:10 | Par patrick 44

N'ayez crainte Colza, ce temps là n'est pas pour demain, sinon il nous faudrait chasser le Président de la République et son épouse...ce qui ferait beaucoup pour la sanctification d'un dogme erroné.

11/12/2009, 17:02 | Par dianne

Et ben, dites donc, ça a chauffé ! La sincérité est une denrée si rare dans le domaine du débat politique qu'elle provoque des réactions en chaîne quand par hasard elle s'exprime. Merci Mathilde Mathieu de ne pas avoir utilisé de filtre pour décrire ce moment-là. Il vous restera bien quelques lecteurs naïvement enthousiastes, dont moi. Clin d'oeil

11/12/2009, 17:31 | Par Colza

@ patrick44

J'allais répondre "Et pourquoi pas?"

Mais ça aurait été faire le jeu de ceux que l'on critique.

Bonne journée... ou soirée.

11/12/2009, 18:09 | Par Camille Goldman

Un jour, alors que j'avais besoin d'une carte d'identité nationale, la cinquantaine passée, j'appris que je n'étais plus (vraiment) français alors que je suis né à Paris d'un père juif d'Algérie et d'une mère juive polonaise tous les deux naturalisés depuis de longues années et morts aujourd'hui.

Mon sang ne fit qu'un tour.

Je me suis vu le temps d'un instant déchu de cette nationalité. Je me suis vu aussi quitter la République, Voltaire et Montaigne que mon père m'avait enseignés. J'avais aussi douté du respect que je porte à cette fabuleuse devise: Liberté, Egalité, Fraternité.

J'ai donc presque pris le chemin inverse de la députée Marietta Karamanli à cause, je pense, des lois Pasqua. Le Président du Tribunal d'Instance, chargé de me rétablir dans mes Droits, en buttant à deux reprises dans l'énonciation de mon patronyme me rappelait que ma citoyenneté ne serait jamais tout à fait acquise. Il le confirma donc dans ce qui tout au long de ma vie, m'avait consruit: la preférence pour l'Universalité, la Justice, le Droit pour les sans-droits, les sans-travail, les sans-logis. Ne serait il pas temps de dire à Besson que de regarder un match de foot le jour de son mariage fait de lui un anti-France à savoir celle des valeurs de tolérance, de laïcité et de partage....Et oserai je dire d'Amour.

12/12/2009, 22:17 | Par Luciole Camay en réponse au commentaire de Camille Goldman le 11/12/2009 à 18:09

Je comprends votre souffrance et mesure tout de même ma chance d'être bretonne de naissance, avec un apport vendéen, des parents français tous deux, papiers en règle, privilège incommensurable. Pour l'heure, on laisse tels quels les naturalisés français nés d'un parent étranger dès lors que l'autre est français, et on ne clive pas encore entre Parisiens et Lyonnais ou Corses, entre urbains et provinciaux. Bravo à cette dame qui a exprimé son ressenti en public, elle va aider à balayer le terrain ! Rien d'étonnant non plus que ce soit Besson qu'on ait chargé de brandir pareil épouvantail ! Détesté par la gauche, utilisé par la droite, il est grillé !

11/12/2009, 18:50 | Par Freuderic

Comme je le dit depuis le début, ce débat est faussé puisqu'une identité n'est pas un point fixe dans le temps ni quelque chose de mort tel un objet dans un décor. Sans oublier qu'une identité n'est pas constituée seulement de nos points communs mais aussi de ce qui nous diffère. Omettre de prendre en considération ce qui fait que l'autre est différent de nous, c'est omettre une partie de son identité. C'est vouloir l'assimiler à un modèle prédéfini par quelqu'un voulant étiqueter pour mieux contrôler. D'où vient d'ailleurs le terme"contrôle d'identité". L'absurde, c'est que vous aurez beau avoir un identité convenable sur la forme par des papiers en règles et une allure de "bon français" comme il aurait été prédéfini, rien n'empêchera que dans le fond, vous pouvez être le pire des salops. Voila donc le programme de l'UMP. Dans un premier il terrorise et dans un 2e temps, il propose sans avoir l'air la solution miracle au problème de l'ambiance insécuritaire qu'il a su placer et maintenir comme prioritaire, la mythologie du monde parfait grâce à un peuple à l'identité prédéfinie comme étant l'identité du "bon français", c'est à dire avec celui qu'on ne risque rien.
Bon j'espère en tout cas avoir été assez clair des mes explications

11/12/2009, 18:50 | Par phili15

Je retiens deux choses: l'identité nationale est de l'ordre de l'intime!...Tout comme sa foi et ses croyances. Cela fait parti intégrante de sa propre indentité. Nulle philosophie, nulle politique ne peux donner un cadre à ce sentiment d'appartenance.

La deuxième chose, est qu'il semblerait qu'il n'y a pas seulement des gens de gauche qui s'abonnent à MEDIAPART

17/02/2010, 16:31 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de phili15 le 11/12/2009 à 18:50

-

11/12/2009, 18:53 | Par phili15

Moi je connais des Français qui se prennent pour des Américains, est ce bien légal Mr Besson ?...

11/12/2009, 19:24 | Par Mathilde Mathieu en réponse au commentaire de phili15 le 11/12/2009 à 18:53

@phili15

Pendant la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy était décrit par le PS comme un «néoconservateur américain à passeport français», dans un texte largement écrit par Eric Besson, alors socialiste ("Les inquiétantes ruptures de Nicolas Sarkozy")...

11/12/2009, 20:11 | Par jacqueline chaisaz

Merci Mathilde M. de nous avoir fait partager ce "petit" discours. D'authentiques paroles" ; du vécu." Ce qui se conçoit bien s'enonce clairement", ce qui n'est pas le cas de tous les internautes. N'est-ce-pas Bod?

11/12/2009, 20:49 | Par jean marie padovani

Ces cinq minutes d'émotion et d'intelligence valaient le détour.

11/12/2009, 22:26 | Par michbret

Merci Mathilde Mathieu d'avoir attiré mon attention sur ce discours.

Votre article est excellent et m'a réellement donné envie de lire l'intégrale de l'intervention de Marietta Karamanli (dont j'ignorais complètement l'existence).

 

Je comprends que les députés ait écouté sans interruptions (sauf une), même s'ils étaient moins de 20 sur les bancs de l'UMP.

 

Tout y est avec pudeur, sincérité et profondeur. Un vrai changement par rapport aux débats qui ont précédé!

 

Là aussi, je comprends que même au sein de l'UMP certains l'aient applaudie ou personnellement félicitée. Car, par dessus les différences partisanes, il reste encore des hommes et femmes honnêtes à l'UMP.

 

Ce serait une erreur de croire qu'ils sont tous à l'image de Mr Besson ou Sarkozy.

 

Oui, ces 5 minutes valaient bien le détour.

 

Encore Merci.

12/12/2009, 00:56 | Par SAINE COLERE

Merci Mathlide Mathieu,de nous avoir fait partager , ces 5 minutes de reelle emotion .

12/12/2009, 01:46 | Par jean-benoit l'héritier

Nous étions donc au moins deux à l'entendre cette jolie brunette, merci de me la rappeler, la force de sa position dans cette assemblée, c'était simplement ce passage d'un "nous" à un "je", si simple. "Voilà mon histoire", et elle ne racontai que d'après son histoire.

Et curieusement c'est cet emploi du singulier mis à nu qui, au sein de ces discours de français formels, lui a permis de réemployer tout aussi simplement le vrai "nous" de son histoire, de ses histoires, de ses enfants, et toutes ces trajectoires diverses, grecque (elle), antillaise (son mari) et maghrebine (l'un des amours de ses enfants). L'objet de son discours n'était pas un simulacre de croyance mais l'attention réelle qu'elle porte pour son monde, dont la France, mais pas que.

Elle a dévoilé ici la vrai complexité de sa géographie physique et mentale, que les frontières orgueilleuses n'arrêtent pas.

13/12/2009, 18:28 | Par Kaky en réponse au commentaire de jean-benoit l'héritier le 12/12/2009 à 01:46

Merci pour ces précisions

12/12/2009, 02:38 | Par did91

Bonjour,je rejoins d'une manière plus simple (simpliste ?) ce qu'a dis raymond chernat.

Pas besoin de faire tout un "cinéma" sur le sujet, pas besoin d'aller chercher en afrique, en asie ou ailleurs. Sous vos yeux là........mes parents ont autour de 70/75 ans, ce n'est pas si vieux! jusqu'a 8 ans ma mère ne parlait pas un mot de français ! elle ne connaissait que le breton. Cette génération, on leur a interdit de parler le breton, l'état a nié la culture bretonne , la langue bretonne. Aujourd'hui je suis qui ? quoi ? qu'elle est mon identité ? mon drapeau ? le noir et blanc ? une seule loi de Pétain n'a pas toujours pas été abrogé, c'est sa refonte des régions et la séparation de la Loire Atlantique du reste de la Bretagne ! ! Personne ne me rendra mes origines ma culture, ma langue perdue !! Tout ce mal qui a été fait aux bretons ! quand sera t'il réparé ?

12/12/2009, 12:33 | Par menane en réponse au commentaire de did91 le 12/12/2009 à 02:38

Pas seulement aux Bretons, Gwendal, mais aussi à nous, enfants de Corse, et à tous les autres, Occitans, Alsaciens...

Il me semble qu'on a le droit de se sentir Breton français, Corse français, etc...

Une de mes grand'mères était toscane avant son arrivée en France à 13 ans. Pauvre, elle a appris seule la langue française, la lecture du français et son écriture,maladroite par manque de moyens. Voilà comment on est français.

12/12/2009, 18:05 | Par robespierre1715 en réponse au commentaire de did91 le 12/12/2009 à 02:38

Deux précisions:

les régionalistes avaient plutôt le vent en poupe pendant la Révolution nationale, car c'est celà aussi la Terre pétainiste. Nombreux sont ceux (pas tous évidemment) qui ont aussi été charmé par la propagande allemande sur l'Europe Nouvelle.

enfin, nous avons hérité de beaucoup d'autres choses de Vichy: la fête des mère, le Capes, ou encore des prémisses de l'ENA.....

12/12/2009, 22:29 | Par Luciole Camay en réponse au commentaire de robespierre1715 le 12/12/2009 à 18:05

Il y a eu des "collabos" dans toutes les couches de la société, vous avez raison de le souligner, c'était tabou de dire ouvertement qu'on était contre le Maréchal dans la Bretagne profonde, très conservatrice, renfermée sur elle-même (ma grand-mère catholique très pieuse et plutôt conservatrice, quand le droit de vote a été accordé aux femmes, disait à sa maisonnée "vous n'avez pas besoin de savoir pour qui je vote", parce qu'elle votait à gauche mais craignait que cela se sache...). Des antisémites aussi pullulaient en France et en Bretagne, infiltrés ou carrément proclamés ! Alors voilà, ce serait tellement bien de ne plus jamais revivre ce genre de dérives en France, puisque nous sommes évolués maintenant. Je suis contente que ça rouspète ! Ce "débat" malséant a mis le feu aux poudres ! Signe qu'il suffisait de le lancer aussi clair et net pour que le ministère de "l'identité nationale accolé à l'immigration" fasse enfin horreur !

13/12/2009, 18:34 | Par cloclo en réponse au commentaire de did91 le 12/12/2009 à 02:38

12/12/2009, 08:14 | Par garulfo

De tous ces commentaires émerge une notion simple : l'amour. De la France (ou de son épouse...). Je n'avais jamais ouvert les yeux sur cette notion. Elle permet pourtant d'expliquer les choix de chacun, du résistant au grec. Il semble qu'être français, c'est aimer la France. Pour cela pas besoin de papier, d'ancêtres, de religion ou de toute autre notion. Si cela éclate certain, reste à définir la France. Pour ma part c'est l'idée qu'on s'en fait et là on rejoint une vision personnelle et un choix qui devrait rester libre et faire la grandeur de cette France que j'aime.

12/12/2009, 12:45 | Par bjm

"Voilà donc une nouvelle "nazie", apparemment pas au courant que "Mediapart" a décrété qu'il fallait refuser de débattre de l'identité nationale. Honte à elle.Et à part ça, Georges Frêche va bien ?

 

Nazie... Décréter...

 

Mais cette députée Française d'origine grecque n'a pas débattu.

 

Elle a témoigné.

 

Nul ne lui a répondu.

 

Non seulement il a tout faux, le pseudomisé à géométrie variable actuellement masqué par un nom qui fait plutôt penser au Zen qu'aux éructations coutumières du personnage, mais il emploie des procédés rhétoriques parfaitement glauques : glissement, amalgames, déformation des propos et emploi odieux d'un mot universellement honni.

 

Tout cela dans quel but ?

 

Ce "beber machin" a-t-il besoin de dénigrer, salir, être systématiquement négatif pour exister?

 

Si oui, c'est pathétique.

 

Bravo, Mathilde pour l'émotion réelle que fait passer votre article.

Cette dame a réussi à clouer le bec à un Besson qu'on imagine très bien regarder ses chaussures à ce moment-là.

 

Comme si ce traître gluant ressentait quelques secondes ce qui pourrait ressembler à de la honte...

 

Joël Martin, invité de bjm

 

 

12/12/2009, 13:54 | Par sisilisko

Juste dire la justesse de votre article, sa pertinence dans un moment où tout peut basculer.

Etonnement aussi devant le persiflage de ce monsieur au nom évocateur de paix...

Je vis en province, loin de St germain des Prés, et pourtant j'ai signé l'appel de Médiapart. Même pas urbaine, en pleine campagne.

Je suis d'origine italienne, grecque, suisse et sans doute un peu arabe grâce à notre mer commune, la Méditerranée. Ai grandi en achélème, à Marseille. Ai eu des amies de coeur arabes, grecques, espagnoles, arméniennes et j'en passe. Toutes françaises aussi.

Sylvie Durbec

Et je ne renonce à aucune de ces origines car elles déplacent toutes un peu en donnant du jeu les lignes qui tranchent les cous au nom de l'identité nationale.

Pérec parlait de la grande hache de l'histoire.

Faisons en sorte que s'éloigne de nous cette volonté totalisante.

 

 

12/12/2009, 16:25 | Par Chris43

N'en déplaise à la condescendance de Boddivatsa, qu'il faille rappeler ce que cette députée a exprimé n'a rien de banal quand on entend ce qui se dit sur ce sujet. Je suis Français bien que n'ayant que très peu vécu en France: jeunesse en Afrique Noire, Afrique du Nord, Allemagne, et 37 ans aux Pays-Bas; je viens de prendre ma retraite à Anvers, n'ayant pas pu me «réhabituer» à la France. Pourtant je me sens toujours Français, débarrassé des aspects nationaliste des Français repliés sur leur Culture, un certain chauvinisme par méconnaissance des autres nations, dont je partage l'incrédulité devant ce débat mal né, mal posé et encore plus mal traité. L'exploitation des peurs, surtout combinée à un referendum conduit à la barbarie. Freud a dit beaucoup de choses justes là dessus, mais comme il n'est plus en odeur de sainteté, il faudra peut-être attendre que les cognitivistes (re)découvrent ses intuitions pour «rééduquer» les comportements, quoique.....

12/12/2009, 17:15 | Par Mithra-Nomadeblues_

Il se dégage aussi une grâce immense, à travers les mots de ce billet : que cela fait du bien de lire tout cela !

 

12/12/2009, 17:54 | Par Mathias Lavin

A la lecture de ce beau témoignage d'un témoignage, je me demandais ce qui avait pu "retourner", comme vous le décrivez, l'opinion des parlementaires de la majorité. Sans doute le fait que l'oratrice parle de son expérience. Les discours qui font autorité sont, aujourd'hui, ceux à la première personne. Personne, ne peut contester l'expérience d'un individu. Et l'UMP se tait, parce que c'est son fond de commerce de jouer l'individu contre le collectif.

HR, invitée par

12/12/2009, 22:06 | Par FK

 

Une très grosse bise à Marietta Karamanli et ses enfants!

 

C'est un bonheur de savoir que nous sommes tant, comme Marietta Karamanli, qui disons à Besson, que son dessein néo-pétainiste de rabaisser notre peuple est voué à l'échec! (notamment c.f la pétition de Médiapart)

 

Merci de ce reportage M.Mathieu.

 

12/12/2009, 22:33 | Par Luciole Camay

Ô que voilà un bel article suivi d'un débat qui met du baume sur les plaies !

13/12/2009, 06:25 | Par bolomig

Bravo! Madame Karamanli .Nous sommes nombreux (en France) à penser comme vous.

13/12/2009, 10:16 | Par tepougras

J'ai les larmes aux yeux! merci Mathilde pour votre article réconfortant.

et Merci à Marietta Karamanli.

Enfin je me reconnais dans cette France là

 

13/12/2009, 10:49 | Par Vertubleu

Seigneur, Dieu de la Trajectoire et de l'Explosion ;

Seigneur, Dieu du Pain Frais et des Matins Tranquilles ;

Seigneur, Dieu du Pardessus et du Minimun Vital, Mesure des Libertés ;

Affiche des Preuves que la Fraternité s'est assise à la Table du Traité, et convoiera les Espoirs des petits peuples, à l'image du sublime discours de madame Karamanli.

Au fait Seigneur, es-tu bien Français au moins ??

La question est très importante en ce moment, voire même fondamentale pour certains.

@ +O-NE

13/12/2009, 13:57 | Par cussou 1

Je suis né à Bordeaux. J'y ai vécu 25 ans. Aujourd'hui j'habite le Lot depuis 25 ans et je suis devenu Lotois de coeur. Mes enfants, nés Lotois, que deviendront-ils demain ? Ce ne pourra être que leur choix.

Durant 30 ans, j'ai travaillé dans environ 45 pays, la plupart du temps très bien accueilli. Souvent, en fermant les yeux, je revois tous ces gens avec qui j'ai partagé et échangé. Au souvenir de leur désir d'une meilleure vie, surtout pour leurs enfants, cela me rappelle que ma vie d'aujourd'hui c'est le fait du choix de mes arrières grands parents espagnols qui ont émigré dans les années 20 pour échapper à la misère de l'Andalousie.

Je m'opposerai toujours à tous ceux qui exigent pour vous reconnaître d'ici d'avoir quatre générations dans le cimetière du village.

 

14/12/2009, 17:24 | Par Gil Gosseyn en réponse au commentaire de cloclo le 13/12/2009 à 18:34

C'est vrai Cloclo. L'appel de Médiapart.

Mais, autant ne pas faire de la Politique c'est faire de la Politique et bien ne pas débattre n'est ce pas tout de même débattre ?

 

15/12/2009, 08:45 | Par pol

Merci pour ce billet, je n'ai pas regardé de débat évidemment. La violence de ce gouvernement qui pour défendre un miniscule clan joue les apprentis sorciers est terrible.

15/12/2009, 15:40 | Par domie

Je viens de regarder en redif l'intervention de Marietta Karamanli malheureusement interrompu par la chaîne et j'ai donc aussitôt la lire jusqu'à la fin sur son blog.

 

Si je vous disais que j'avais plus que la larme à l'oeil, j'aurais probablement l'air nou-nouille, et pourtant ! Si je vous disais l'immense fierté d'être française en entendant cette femme, moi qui suis petite-fille d'espagnols réfugiés en France sous le régime franquiste et à qui l'état français à demandé à ma pauvre mère de 70 ans née en France et mariée à un français de prouver le mariage de ses parents en Espagne (pendant une époque troublée) pour pouvoir récupérer sa CI qu'elle était simplement venu réactualiser. Ce n'est pas à la France que j'en veut pour ce que nous traversons mais à ce gouvernement inique, qui ne représente que lui-même mais pas les français.

16/12/2009, 00:38 | Par Pierre Fayollat

Beau texte, vrai texte.

26/01/2010, 10:25 | Par fxavier

Pour ce genre d'interventions, juste et terriblement pertinente, c'est bien le silence radio!

 

Déjà, quand on veut bien évoquer Vichy à propos des "sarkozies", il y en a qui s'indignent et quand cette député évoque les "colonnels" c'est le silence radio et télé

31/08/2010, 13:24 | Par Salt

@ Domie : bravo pour ces paroles très justes. Moi aussi, je partage "l'immense fierté d'être français" à écouter Marietta Karamanli.

16/09/2010, 17:07 | Par emile.michel6@orange.fr

Comme au temps de Vichy, l'ultra droite de 2007 est arrivée à tomber le masque de la grande dérive qu'ils ont bien cachée au peuple avec la meute des journalistes lèche ... du pouvoir de non questionnement.

 

Newsletter