Dim.
26
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

La Mirifique Surprise de la Primaire (réponse à Marine Turchi, article sur Hollande du 16/10/2011.

 

Sarkozy-Hollande: quinze années de «Je ne t'aime pas, moi non plus»

16 octobre 2011 | Par Marine Turchi

Lire aussi

«Il est toujours gentil au début, et après ça se gâte. Il se fera le cuir dans quelques années», avait lâché Nicolas Sarkozy. Réplique du futur premier secrétaire du PS, en face de lui: «Vous, gentil, vous ne l'êtes ni au début ni à la fin.» C'était en mai 1999, peu avant les élections européennes. Les deux hommes, têtes de liste PS et RPR, s'affrontaient sur TF1.

 

N. Sarkozy en 1999 face à F. Hollande N. Sarkozy en 1999 face à F. Hollande

Ce soir-là, Nicolas Sarkozy laisse au placard le costume du méchant. «Je voudrais dire que ce n'est pas un affrontement entre deux hommes. Non, c'est un affrontement entre deux projets politiques. J'ai toujours dit, moi, que l'on ne voyait pas assez la différence entre la droite et la gauche.»A François Hollande de lancer la première flèche: «Moi, j'avais prévu depuis longtemps de débattre avec Philippe Séguin.» Une allusion au remplacement au pied levé de Sarkozy à la tête de la liste RPR, après la défection spectaculaire de Séguin.

 

F. Hollande en 1999 face à N. Sarkozy F. Hollande en 1999 face à N. Sarkozy

A l'arrivée, un «débat vieux jeu entre quadras», selon Libération, avec «des chiffres parfaitement révisés». Même Chirac s'est ennuyé devant sa télé: «C'était un combat de petits vieux. Insupportable!», se plaint-il à des proches.Le député de Corrèze a joué la carte d'une Europe sur deux jambes (oui à la mondialisation, mais avec une Europe sociale), coupant l'herbe sous le pied à son adversaire du RPR. Lorsque le générique se lance, le micro n'est pas encore coupé. «Tiens, j'te file mon programme», dit Hollande à Sarkozy, passant du vouvoiement au tutoiement.

Aujourd'hui, Brice Hortefeux concède que «le résultat fut très équilibré». Mais deux semaines après, la liste de Hollande écrase celle de Sarkozy dans les urnes (plus de neuf points d'écart). Le maire de Neuilly termine troisième et entame sa deuxième traversée du désert.

Les partisans de Hollande aiment ressortir cet épisode de 1999 pour en faire un argument: si l'ancien premier secrétaire du PS peut battre Nicolas Sarkozy, c'est parce qu'il l'a déjà fait. Le positionnement plus central de leur champion, pensent-ils, est un atout de taille pour battre le locataire de l'Elysée en 2012.

 

 

L'éditorialiste Alain Duhamel a animé deux débats entre les deux rivaux (dont l'un sur le plateau de «Mots croisés» avant les européennes de 1999 – voir l'émission). Un partout, selon lui. «Souvent quand quelqu'un domine l'autre, il le domine assez régulièrement et là ce n'était pas le cas», raconte-t-il (voir la vidéo à 9'40).«Ni proches, ni amis», selon Sarkozy, les deux hommes se connaissent bien. «On ne s'est jamais vraiment quitté. C'est assez logique qu'on se retrouve», expliquait Hollande en 2004. Même âge (57 ans en 2012), tous deux élus pour la première fois députés en 1988, ils ont connu une ascension parallèle au sein de leur parti respectif et poursuivent le même but: l'Elysée.

 

Ah ! J'adore vos articles. Toujours bien documentés. Cruels pour ceux qui ont la mémoire courte.

Après Ubu Roi, le ludion de Neuilly la Mafieuse, nous voilà bientôt avec Flanby Ier, Roi du Consensus.

Dormez braves gens !

Le PS a réussi son pari : faire parler de lui.

Dans la "société du spectacle", il n'y a que cela qui compte.

Or, cela faisait des mois et des mois, que la presse unanime, n'oublions pas que les patrons de presse, à quelques exceptions près sont plutôt de droite, voire du centre droit, nous prédisait que le "meilleur candidat pour battre Sarkosy est F. Hollande".

Id est. Tout ce battage, toutes ces pages noircies, tout cet investissement dans une primaire "spectaculaire" pour nous retrouver avec celui qui nous avait été désigné par "l'opinion publique".

Ah ! Les braves gens, persuadés d'avoir exercé leur "libre choix".

Que j'ai bien fait de rester chez moi ! De ne pas participer à cette mascarade de démocratie. Même si, au deuxième tour de la présidentielle je me vois contraint d'aller urner un bulletin Hollande pour nous débarrasser du Caïd du Fouquet's.

Ce qui n'est peut-être pas inéluctable.

Sarkosy sera-t-il Le Candidat de la droite ? Le seul ?

La Justice ne le rattrapera-t-elle pas ? On peut rêver...

Le Bayrou peut-il créer une surprise ? Mélanchon va-t-il réussir à incarner la gauche de Montebourg à L.O. ? Marine Le Pen va-t-elle continuer à illusionner son électorat et réunir sur son nom tous les mécontents primaires ?

 

L'américanisation du paysage politique français est bien partie.

Le "parti démocrate" vient de "réussir sa primaire". Maintenant, levée de fonds. Débauchage des intellos de service, des vedettes du sport, du théâtre, du cinéma et du macramé. Comités de soutien. Affiches partout. Et coup de peinture orange sur la rose du PS pour qu'elle fasse vraiment Hollande.

Et puisque nous sommes dans la rénovation, le progrès, le changement en douceur, pourquoi ne pas la remplacer par la "tulipe au poing". Cela aurait un petit côté Fanfan, cape et épée, carpe et diem. Pardon, carpe & lapin.

Autant en rire. Mais qu'est-ce qu'être de gauche aujourd'hui, avec un tel champion ?

Tous les commentaires

17/10/2011, 09:45 | Par Annie Lasorne

17/10/2011, 10:12 | Par Chris43

Qu'est-ce qu'ils sont marrants (?) ces intellectuels qui n'arrivent pas à digérer que le "peuple" réel ne coïncide jamais avec leur "peuple" idéalisé.

Et dire qu'il va falloir se les farcir pendant toute la campagne électorale !

17/10/2011, 10:37 | Par Annie Lasorne en réponse au commentaire de Chris43 le 17/10/2011 à 10:12

Eh ! oui ! mon pauvre Chris, il va falloir vous faire à l'idée que de nombreux français ont une plus haute estime de ce que sont la République et la Démocratie. Libre à vous de vous contenter d'une certaine idée de la médiocrité. C'est un droit d'avoir l'ambition d'une certaine qualité et c'est un devoir de lutter pour.

 

18/10/2011, 11:48 | Par Chris43 en réponse au commentaire de Annie Lasorne le 17/10/2011 à 10:37

Vous n'avez aucune idée de ce que sont mes idées sur la démocratie et la république!

Ce que je déplore - litote - c'est la vanité et l'égotisme de ces discussions, qui ne traduisent qu'un mépris ( certes involontaire !) des gens. Facile d'attribuer la médiocrité aux politiques , media et consorts: nous sommes en démocratie et certaines idées ne trouvent pas un support majoritaire, point barre.

 

Ce n'est pas en traitant les gens de "manipulés" que vous vendrez vos idéaux: ils se rendent bien compte ainsi que vous luttez contre eux, et non pas avec eux.

Ils vous demandent de quoi sera fait demain, et comment on y va, et vous leur parlez de l'année prochaine !

Newsletter