Jeu.
02
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Qu'est-ce qui vous indigne?

Le Monde m'avait demandé un (tout) petit texte sur "ce qui m'indigne". Voici ci-dessous ce que j'avais écrit – ce texte est paru amputé de la moitié dans Le Monde daté du 1er janvier.

 

Le soldat Manning est en prison. Il a 23 ans et risque d'y rester 50 ans : on l'accuse d'être la source des informations publiées par Wikileaks. Voilà ce qu'il dit : « Si rien ne se passe, ça veut dire que l'homme est maudit en tant qu'espèce. Mais je veux continuer à croire à la société. Je veux que les gens voient la vérité. » Presque tous les politiques appellent à la répression contre Wikileaks, arguant même parfois que « la transparence illimitée, c'est le totalitarisme ». Sont-ils incultes au point d'ignorer que le totalitarisme est l'exact contraire, l'opacité sans faille ? Indignations : contre la punition du Juste, et contre les arguments de tricheur qui la justifient.

Delon, Depardieu et d'autres, hilares, applaudissant debout à la prestation chantée de Poutine, les avez-vous vus ? Cette absolue indifférence à la morale, cette cécité volontaire (Politkovskaïa, qui est-ce ? Khodorkovski quoi ? Tchéka qui ?), et tout cela pour du fric, ou, pis encore, peut-être par pure et simple vanité. « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire », disait Einstein. Ceux-là font déjà un peu pire, dans les chansons et le pognon.

Indignation face à toutes les maladies du pouvoir et du profit, devant l'égoïsme et la pusillanimité des puissants. Devant le cynisme glorifié, les milliards des uns et la misère des autres, et les ricanements devant le mot de solidarité. « C’est cela, justement, que je ne puis pardonner à la société contemporaine : qu’elle soit une machine à désespérer les hommes », écrivait Camus.

Tous les commentaires

02/01/2011, 13:37 | Par Marie Lavin

Merci de ce que vous dites sur le totalitarisme, j'avais avec stupeur (et c'est euphémique!) entendu M. Védrine expliquer sans qu'aucun journaliste ne le reprenne que la Chine de Mao était le summum de la société transparente, amnésie ou ignorance? S'il est bien un système confit dans le secret et la langue de bois érigée en système c'est le maoïsme, Simon Leyx l'avait à l'époque hurlé dans le désert.

Le Monde a déjà retiré sur son site la possibilité de publier quelques lignes sur nos motifs d'indignation, Médiapart ne pourrait-il, sous une forme à déterminer, lancer une consultation similaire?

02/01/2011, 14:36 | Par Velveth en réponse au commentaire de Marie Lavin le 02/01/2011 à 13:37

Pourquoi pas ?

J'ai néanmoins remarqué que ceux qui s'indignent se révoltent rarement.

C'est le cas de nombre journalistes ou internautes compassionnels.

02/01/2011, 14:53 | Par Annie Lasorne en réponse au commentaire de Velveth le 02/01/2011 à 14:36

+ 1

02/01/2011, 14:58 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Velveth le 02/01/2011 à 14:36

Vous vous êtes trompés de billet, camarades.

Ce débat sur indignation, exaspération, insurrection, révolte, exécration, révolution a déjà eu lieu ailleurs, ces jours derniers.

Ce sont surtout ceux qui ne s'indignent pas qui se révoltent rarement.

Et ce sont souvent les gens indignes les plus révoltants...

Allez, bonne année révolutionnaire, camarades.

02/01/2011, 15:17 | Par Velveth en réponse au commentaire de JoëlMartin le 02/01/2011 à 14:58

Calmos , JoëlMartin.

Ce n'est qu'un fil de discussion sur Internet...

02/01/2011, 19:34 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Velveth le 02/01/2011 à 15:17

Ben oui, c'est un fil de discussion.

Chacun dit ce qu'il a envie de dire.

Vous aurais-je insulté en vous appelant "Camarade" ?

Si oui, je retire volontiers ce mot.

Mais je maintiens ce que j'ai écrit.

03/01/2011, 09:52 | Par laser en réponse au commentaire de Velveth le 02/01/2011 à 14:36

@ Velveth

Ce n'est pas l'indignation qui est à redouter c'est une certaine forme de révolte qui méne dans l'impasse : celle qui génère l'esprit d'orthoxoxie et le dogmatisme !

Il faut se méfier notamment des "partis-églises" et autres chapelles .....

L'indignation doit pouvoir raviver aujourd'hui la conscience de la souveraineté du citoyen et sa " réappropriation "de la politique.

 

03/01/2011, 18:02 | Par Simon CHARBONNEAU en réponse au commentaire de Velveth le 02/01/2011 à 14:36

Votre remarque est tout à fait pertinente pour ne pas dire impertinente !

Le système actuel se contente tout à fait des indignations et protestations à condition qu'elles n'aient aucune conséquence pratique !

03/01/2011, 22:44 | Par Jean-François COFFIN en réponse au commentaire de Velveth le 02/01/2011 à 14:36

La révolte est-elle tout simplement possible ?

Intellectuelle, elle est sans effet avéré, sans impact sur la réalité des pratiques à moins qu'elle ne procède d'une personnalité en vue (S. Hessel),

Verbale, dans le cercle privé, elle est bien tolérée lorsqu'elle s'inscrit dans une sphère militante, lorsqu'elle fait écho à un point de vue partagé,

Verbale, exprimée à distance d'une opinion conforme, elle expose aux sarcasmes, à l'ironie, à l'agressivité de ceux qui ne veulent rien entendre de ce qui perturbe leur perception de la réalité,

Verbale, exprimée dans la sphère publique, la révolte est dangereuse. Elle expose à des risques dont les agents peuvent se réclamer de la loi, de l'ordre public, de la norme, de ce qui est considéré comme l'expression d'une irresponsabilité....

La révolte.... qui s'y risque s'expose et peut craindre au mieux l'indifférence, au pire la répression sous ses formes les plus diverses.

L'air du temps est au mécontentement, à une certaine dépressivité, à l'effondrement des idéalités,...

Peut-il évoluer vers ce qui serait une révolte concrète contre cet ordre social et économique qui semble avoir fait le pari de notre soumission ?

02/01/2011, 23:17 | Par Algui en réponse au commentaire de [email protected] le 02/01/2011 à 19:46

Vedrine: Fils de (voir article sur mitterand sur le site, je crois) et au conseil d'administration de LVMF , avec Bazire (celui de la campagne Balladur.....) et plein de copain expert en transparence, selon Michel et Monique Pinçon dans 'Le président des riches.

03/01/2011, 16:51 | Par Géraldine Delacroix en réponse au commentaire de Marie Lavin le 02/01/2011 à 13:37

Bonjour

Voici une édition ad hoc

http://www.mediapart.fr/club/edition/indignations

03/01/2011, 17:28 | Par isis32 en réponse au commentaire de Marie Lavin le 02/01/2011 à 13:37

"Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants ; c'est l'indifférence des bons". MARTIN LUTHER KING

Personnellement ça m'indigne, et ça m'effraie; et ça me renvoie toujours à Primo Lévi,dans ses réflexions de fin d'ouvrage, sa propre vie de déporté "Si c'est un homme"

"Les monstres existent, mais ils sont trop peu nombreux pour être dangereux; ceux qui sont dangereux ce sont les hommes ordinaires, les fonctionnaires prêts à croire et à obéir sans discuter comme Eichmann, comme Hoss, le commandant d'Auschwitz, comme Stangl, le commandant de Tréblinka, comme vingt ans après, les militaires français, qui tuèrent en Algérie, et comme trente ans après, les militaires américains qui tuèrent au Viet-nam".

Relisons Primo Lévi;

Notre époque, en Europe ne connait plus de camps,certes.

Et que dire de tous ces oubliés du quotidien, de l'indifférence ordinaire -surement de la nôtre- du renoncement à vouloir faire changer les choses.

Mais l'espérance est toutefois dans l'Homme

" Que nos résolutions prennent racine dans la richesse du monde et puisent leur forces dans la beauté de tous nos engagements." Ch Bassetto.

02/01/2011, 14:40 | Par passifou

On notera que ceux qui pardonnent souvent beaucoup aux hommes ne pardonnent rien aux systèmes, quant à ceux qui pardonnent aux systèmes, ils ne pardonnent rien aux hommes.

D'un côté l'humain devant l'humaine condition, de l'autre la dictature, celle de l'inhumaine condition.

D'un côté le jardinier de foisonnantes et sans limites diversités, de l'autre le clonage stérile d'un lui-même qui se mire, se duplique, et se renvoie à l'infini.

On ne fera pas l'économie dans l'étude de ce qui nous indigne, mais surtout dans celle de la possibilité d'en finir, de cette faculté étrange à se regarder d'abord soi-même.

C'est parce qu'ils sont capables de se considérer sans horreur particulière eux même, que les Delon, Depardieu et autres si pleins et si contents d'eux-même, peuvent considérer avec approbation un Poutine.

02/01/2011, 15:02 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de passifou le 02/01/2011 à 14:40

Oui.

Et souvent, ceux qui ne pardonnent rien aux autres se pardonnent tout à eux-même.

Et vice-versa.

"Si on devait tolérer aux autres tout ce qu'on se permet à soi-même, la vie ne serait pas tenable." Courteline.

Bonne année, Monsieur Siméoni.

03/01/2011, 22:53 | Par Jean-François COFFIN en réponse au commentaire de passifou le 02/01/2011 à 14:40

Ils les considèrent comme les simples passagers d'un système auxquels il ne contribuent en rien malgré les apparences.... Cet argument est régulièrement avancé comme explication de la fureur ou de la soumission des hommes, dépassés par le système qui les embarquent.... Y rester pour ne pas être débarqué.... le soutenir pour échapper provisoirement à ce risque.... Que dire d'un Poutine ? Héritier d'un dispositif de contrôle politique et social d'une puissance inouïe devenu le miroir de ses propres excès...

02/01/2011, 14:31 | Par Sébastien Balibar

Cher Michel,

je partage ton indignation et celle de Stephane Hessel sur presque tous les points que vous soulevez, principalement sur l'absence totale de vergogne avec laquelle Sarkozy et sa clique creusent l'ecart de richesses entre leurs amis riches et les très pauvres qui sont millions en France. Cela devient insupportable et je crains fort que 2011 nous apporte une explosion de conflits sociaux.

Mais j'hésite à te suivre sur Wikileaks. Je ne crois pas que toutes les vérités soient bonnes à dire en public, je ne crois pas justifiable d'exiger la transparence totale en toutes choses. Ne confions-nous pas tous parfois quelques pensées à quelques proches sous le sceau du secret? La soi-disant nécessité de transparence exige-t-elle de ne jamais mentir, même par omission ? J'en doute.

Il y a surtout, à mon avis, une sorte de contradiction au départ de Wikileaks, qu'on retrouve à Wikipedia, et même dans le soutien, apparemment sans faille, que Mediapart apporte à Wikileaks: c'est l'anonymat. Comment se fait-il que ces nouveaux apôtres de la transparence se cachent derrière des pseudonymes ? Wikileaks "protège ses sources" et tout journaliste d'investigation sur sujets sensibles n'a pas le choix de faire autrement. Donc la transparence a des limites!

Quant à Wikipedia, tu sais bien que n'importe qui peut y écrire n'importe quoi, en se croyant auteur d'un article d'encyclopédie tout en se sachant protégé par son anonymat (son pseudonymat si l'on préfère). Je ne crois pas que la vérité sorte spontanément de l'échange libéré mais anonyme d'informations.

De même, sur Mediapart, les lecteurs qui commentent se cachent eux aussi derrière des pseudonymes, ce qui leur donne une impression de liberté: liberté de tenir des propos injurieux ou d'étaler leur ignorance sans le moindre risque. Je crois donc que cette histoire de transparence soi-disant nécessaire est contraire au comportement des amis et soutiens de Wikileaks.

Je crois de plus que le résultat de l'entreprise Wikileaks risque fort d'alimenter les extrêmes pour qui il n'y a plus de solution démocratique vu que tous les hommes (et femmes, évidemment) sont pourris.

Excuse moi d'être un peu long. Mais c'est une occasion pour moi de demander une nouvelle fois que Médiapart lance enfin un débat sur le pseudonymat des commentaires.

Amicalement (car notre amitié est, elle, parfaitement transparente)

02/01/2011, 15:47 | Par Alain CABOS en réponse au commentaire de Sébastien Balibar le 02/01/2011 à 14:31

Merci pour votre contribution, Sébastien, à cet excellent papier de Michel Broué.

Votre invitation à un vrai débat sur le pseudonymat n'est-il pas un appel à ré-interroger ce que signifie et implique la participation (pour reprendre le mot clé de Média - part) des abonnés/lecteurs ou plus simplement "clients" et que soient rendues explicites et appliquées les conditions à réunir pour que ces contributions renforcent et enrichissent ce média ?

03/01/2011, 01:26 | Par Michel ALBA en réponse au commentaire de Sébastien Balibar le 02/01/2011 à 14:31

Vous confondez un peu tout. Quand on parle de transparence au sujet de Wikileaks, il ne s'agit en aucune manière de la vie privée de chacun ou des sources d'information des journalistes mais de la transparence concernant le fonctionnement de l'Etat. Vous confondez sans arrêt la société et l'Etat. La société doit exiger la transparence de l'Etat mais l'Etat doit respecter l'opacité de la société par des lois, celles notamment qui protègent les journalistes et leurs sources.

03/01/2011, 08:05 | Par Sébastien Balibar en réponse au commentaire de Michel ALBA le 03/01/2011 à 01:26

Monsieur Alba,

je comprends que vous puissiez me faire cette critique, cela prouve que ma rhétorique manquait de clarté. Je précise donc:

- n'est ce pas Wikileaks qui confond tout en érigeant la transparence, la transparence tout court, en principe fondateur? Cette confusion n'est-elle pas dangereuse?

- si j'associe (sans les confondre) Wikileaks et Wikipedia c'est parce que leur nom lui meme prouve qu'ils ont un principe en commun, le principe "Wiki" .

- je remarque enfin que Wikipedia utilise et Mediapart admet (encourage?) l'echange d'informations ou d'opinions sous pseudonyme et que cela pose problème, à mon avis. Je crois qu'il faut prendre ses responsabilités quand on s'exprime en public et je ne suis pas convaincu par les arguments de différents commentateurs sur le devoir de reserve de certains fonctionnaires: écrire sur la mecanique quantique ou sur l'utilisation de pseudonymes n'a rien a voir avec le devoir de reserve de certains fonctionnaires (à moins qu'on confonde tout...).

est ce plus clair ? Je le souhaite

Cordialement

 

03/01/2011, 08:31 | Par pmabéché en réponse au commentaire de Sébastien Balibar le 02/01/2011 à 14:31

@ Sébastien Balibar

Monsieur,

je ne comprends pas bien. Dans le même commentaire, vous en appelez au secret et à la suppression de l'anonymat. J'ai tenté de comprendre en allant consulter Wikipedia, je n'ai pas compris, serait-ce un effet d'une transition de phase de type inconnu ?

Imaginez qu'à partir de vos travaux, ou de votre vie personnelle, vous écriviez un roman policier ou de science fiction, mettant en scène des personnages voisins de vos proches, signeriez-vous de votre nom ?

Pensez-vous que si nos gouvernants savaient (avaient su) que tous leurs "petits" arrangements avec les lois et la morale, finiraient un jour sur la toile, il en produiraient (auraient produit) autant ?

Moi, je ne suis personne, contrairement à ce que mon nom semble indiquer :

Pierre Merlin

avec respect

à l'auteur du billet : j'ai mis votre article sur ma "Facebook". Ah, Le Monde !

Les bonnes habitudes sont disparues, les mauvaises sont restées.

03/01/2011, 09:40 | Par Sébastien Balibar en réponse au commentaire de pmabéché le 03/01/2011 à 08:31

décidément, on ne se comprend pas.

Je crois qu'il n'y a pas de principe de transparence absolu applicable en toutes circonstances: il y a des notes d'employés d'ambassades qui ne sont que des notes confidentielles, des impressions passagères non vérifiées par exemple, et qui ne sont pas à prendre comme des opinions officielles de gouvernements à publier. Cela est pour Wikileaks.

Je crois aussi que l'usage de pseudonymes à grande echelle sur internet (Wikipedia, Mediapart) n'est pas souvent une bonne chose. Pour quelques ecrivains ou journalistes, soit. Mais pour des auteurs d'articles sur Wikipedia ou pour des commentaires sur Mediapart, je crois que cela permet de faire passer pour de l'information ce qui n'en est pas toujours.

en résumé, je crois que le secret se justifie dans certains cas et pas dans d'autres; est ce enfin clair ?

Cordialement

Sebastien Balibar

 

03/01/2011, 09:46 | Par Raphael JORNET en réponse au commentaire de Sébastien Balibar le 03/01/2011 à 09:40

"en résumé, je crois que le secret se justifie dans certains cas et pas dans d'autres; est ce enfin clair ?"

c'est très bien résumé! : c'est convenir que c'est parler pour ne rien dire. On avance.

Reste à définir ce qui relève du secret, et qui en décide, et qui se laisse faire... pour l'ordre et pour l'intérêt supérieur, bien entendu...

 

03/01/2011, 13:33 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Raphael JORNET le 03/01/2011 à 09:46

Le secret me paraît s'imposer si sa levée peut tuer.

03/01/2011, 15:29 | Par florence gaillard en réponse au commentaire de JoëlMartin le 03/01/2011 à 13:33

 

C est légitime de penser ainsi , mais justement si on ne veut plus qu il y ait des morts pour préserver le secret , il faut préférer la transparence . En fait bien peu de choses méritent cette exception que peut constituer le secret , la plupart des évènements qui ont été mis au secret concernent des financements occultes , des corruptions , qu on protégea en tuant .

Par rapport à votre point de vue " Le secret me parait s imposer si sa levée peut tuer " , le mien est " Choisissons la transparence afin qu on ne tue plus "

03/01/2011, 19:07 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de florence gaillard le 03/01/2011 à 15:29

@Florence Gaillard

"si on ne veut plus qu il y ait des morts pour préserver le secret..."

J'ai dit l'inverse, comme vous le rappelez : "Le secret me parait s imposer si sa levée peut tuer"

Je ne veux pas préserver le secret, je souhaite préserver des vies humaines.

Si la levée d'un secret permet d'éviter des tueries, j'applaudis la transparence. Si la levée d'un secret expose une source, je suis contre.

Bonne année de la part d'un adepte de la trasparence "canardesque".

 

03/01/2011, 20:49 | Par florence gaillard en réponse au commentaire de JoëlMartin le 03/01/2011 à 19:07

Bonne année , merci .

On ne prend pas le problème sous le meme angle . On ne peux qu etre daccord avec ce que vous dites .

La levée du secret en tant que système , dans lequel nous baignons pour l instant , aura pour conséquence de limiter les dérives de nos dirigeants , donc de limiter leurs actions pour les cacher . C est en cela et pour d autres raisons , essentiellement un Oui donné à la Vie , que plein de gens soutiennent sans restriction Assange et le jeune soldat qui a eu le courage de parler .

je me suis rendue sur votre blog , vous aussi vous parlez !

03/01/2011, 20:38 | Par pmabéché en réponse au commentaire de JoëlMartin le 03/01/2011 à 13:33

Bien sûr, je suis d'accord, mais les publications de Wikileaks n'ont tué personne, même si les cris d'orfraie ont résonné.

Et le secret tue plus surement et plus "industriellement".

@ JoëlMartin sans aller bien loin, qui se souvient de la révolte des Bamilékés (après l'indépendance) et, surtout, de sa répression, combien de morts, dans le secret ?

Sans garantie de secret, vraisemblablement, pas d'intervention.

@ S. Balibar : On peut détenir des infos, et ne pas pouvoir signer, mais penser que l'intérêt public exige que l'info soit communiquée.

Les distances entre un renseignement opérationnel militaire, et une intime conviction, et une preuve juridique sont grandes. Certain exige l'anonymat. Je crois que la tolérance, dans le domaine des commentaires, est la moins mauvaise solution.


 

04/01/2011, 11:16 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de pmabéché le 03/01/2011 à 20:38

@pmabec

"Sans garantie de secret, vraisemblablement, pas d'intervention."

Il me semble que nous sommes d'accord. J'ai écrit un peu plus haut :

"Si la levée d'un secret permet d'éviter des tueries, j'applaudis la transparence. Si la levée d'un secret expose une source, je suis contre."

Bonne année.

03/01/2011, 09:56 | Par did91 en réponse au commentaire de Sébastien Balibar le 02/01/2011 à 14:31

Le pseudonymat comme vous dites est souvent nécessaire malheureusement, sinon on ne dirais jamais ce que l'on pense. Lorsque l'on constate qu'une simple remarque sur un forum technique, ou un forum de consommateurs est conservée des années, il devient impératif d'utiliser un pseudonyme. Cela revient à la différence entre l'oral et l'écris dans la "vrai vie". Oralement on a le droit de se tromper, d'avoir un coup de colère, il ne reste pas de trace. Imaginez un ado qui dis une grosse bétise sur un forum, et qui la traîne dix ans après, alors qu'il ne pense plus du tout la même chose.

03/01/2011, 15:59 | Par Raphael JORNET en réponse au commentaire de did91 le 03/01/2011 à 09:56

oui, tenez, voilà qui me fait penser aux 35 heures et manuel valls: s'il s'était exprimé sous pseudo, il n'aurait pas souffert aux primaires prochaines...

03/01/2011, 18:59 | Par Annie Lasorne en réponse au commentaire de Raphael JORNET le 03/01/2011 à 15:59

Raphael vous tenez une idée ! Proposons au ténors du PS, de chacun prendre un pseudo...

 

03/01/2011, 19:10 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Annie Lasorne le 03/01/2011 à 18:59

Oui mais si DSK prend comme pseudo "Ségo", il lui fera dire exprès des c...

Et vice-versa...

Et y a pas qu'au PS.

Regardez, ce fourbe de Nagy-Bocsa, il a pris comme pseudo "Sarko", et on voit le résultat !

05/01/2011, 08:01 | Par ptetmai en réponse au commentaire de JoëlMartin le 03/01/2011 à 19:10

Si les Médias avait des couilles, ils ne nous bassineraient pas avec Sarkozy qui déjà devrait s'écrire Sarközy et se prononcer Sarkezi Avait-il le droit de se faire présenter aux présidentielles sous la première partie seulement de son patronyme ? Dans quel but ? Pour faire plus français ? On sait désormais (Wikileaks) que sa campagne a été en partie payée par des riches sionistes usaméricains (au point que l' "honnête" Chirac s'en soit inquiété) , qu'il est atlantiste et aime beaucoup l'anomalie étatique sioniste dénommée Israël Il y avait facilement mieux pour sortir les Français défavorisés de ... leurs difficultés. Même la douteuse franco-française Ségo ne pouvait pas faire pire malgré ses inquiétants défauts dont témoignent ses collaborateurs socialistes à Poitiers .

03/01/2011, 19:30 | Par Raphael JORNET en réponse au commentaire de Annie Lasorne le 03/01/2011 à 18:59

oui, annie, mais ils ne sont pas faciles à joindre...!!! dèja en eux.

03/01/2011, 10:28 | Par david20cent en réponse au commentaire de Sébastien Balibar le 02/01/2011 à 14:31

Alors on fait comment? On demande de photocopier sa carte d'identité? Pour toi l' anonymat c'est "david20cent"? Je peux tout aussi bien considérer que " Sébastien Balibar" est tout autant un pseudo ...alors on fait comment. On jure sur la bible? Moi je peux te jurer tout ce que tu veux sur n'importe quel bouquin. Tu t'en prends à tout le monde ...et surtout à internet libre pour chacun d'y écrire ce qu'il veut et ou il veut.

Pour l'instant j'ai encore le droit d'écrire et tu n'y peux rien...je m'en fous de tes histoires de Wikipédia et "gnagnagna tout le monde peut y écrire ce qu'il veut "...c'est juste un argument. Explique moi pourquoi tu veux savoir mon nom? Je te le donne David Vincent . Voilà ...tu en fais quoi?

( Le tutoiement est bien entendu volotairement imposé :)

03/01/2011, 19:18 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de david20cent le 03/01/2011 à 10:28

J'atteste que Sébastien Balibar s'appelle bien Sébastien Balibar et qu'il est un authentique physicien, c'est un ami.

Michel Broué s'appelle bien Michel Broué, et il est un authenique mathématicien. C'est un ami.

Nous étions tous les trois à la soirée organisée par Mediapart et Politis pour tresser des couronnes à Claude Allègre, un authentique charlatan.

Mais peut-être que "Claude Allègre" est le pseudo commun aux jumeaux Bogdanoff...

A moins que ce ne soit le contraire.

En revanche, je ne m'appelle pas JoëlMartin, mais Joël Martin.

PS - Le pseudo ne protège que des éventuels sarcasmes de ses relations, employeurs ou "bons amis". Mais il ne protège pas pas des flics.

03/01/2011, 12:01 | Par esprit.destricteur en réponse au commentaire de Sébastien Balibar le 02/01/2011 à 14:31

En ce qui me concerne, j'utilise l'anonymat pour ne pas être fiché plus que de raison et je ne vois guère d'alternative.

Pour écarter les propos injurieux, il y a les modérateurs - voire la justice dans les cas les plus extrêmes.

Quant à la bêtise, on n'y peut rien!

03/01/2011, 19:19 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de esprit.destricteur le 03/01/2011 à 12:01

Le pseudo n'abrite pas du fichage. les flics savent qui vous êtes.

03/01/2011, 15:56 | Par florence gaillard en réponse au commentaire de Sébastien Balibar le 02/01/2011 à 14:31

Sébastien ,

C est pas tres sympa ce que vous écrivez là :

"Quant à Wikipedia, tu sais bien que n'importe qui peut y écrire n'importe quoi, en se croyant auteur d'un article d'encyclopédie tout en se sachant protégé par son anonymat " .

On peut contribuer sur Wikipédia sans prétention mais avec sérieux . L important pour la plupart des contributeurs n est pas de jouer les académiciens mais de participer à cette oeuvre commune qui est , à mon sens , un des trésors d internet . Quand parfois les articles sont un peu confus , cela signifie que le sujet est sensible et cela aussi est une indication .

 

04/01/2011, 06:20 | Par Stone en réponse au commentaire de Sébastien Balibar le 02/01/2011 à 14:31

"Je ne crois pas que toutes les vérités soient bonnes à dire en public"

Oui, surtout pour les arnaqueurs.

04/01/2011, 18:14 | Par jean jacques chiquelin en réponse au commentaire de Sébastien Balibar le 02/01/2011 à 14:31

je vous rejoins sur la question de l'anonymat, qui mérite un débat et une réflexion, en tout cas autre chose que "c'est la loi du web c'est nouveau c'est la liberté d'expression c'est bien point barre ". J'ai écrit trois chroniques sur le sujet en 2008 sur mon blog quand j'étais journaliste à l'observateur. Elles n'épuisent pas le sujet, elles pointent les défauts de l'anonymat en matière d'information. Un des paradoxes actuels est que les plus fervents partisans de l'anonymat se recrutent parmi ceux qui vont faire confiance à quelqu'un qui écrit sous pseudo sans savoir de qui il s'agit, alors qu'il retireront cette confiance à priori à quelqu'un qui signe au prétexte qu'il est journaliste. En disant celà je ne cherche pas à défendre le statut de journaliste, mais plutôt, ce qui me parait fondamental dans l'appréciation de la qualité d'une information, l'identification de sa source. Prendre pour argent comptant ce qui s'écrit de façon anonyme, cela a toujours existé. Mais avec le web le problème change d'échelle, et cela risque de devenir une habitude. L'anonymat est une liberté même dans les sociétés démocratiques. Il faut savoir qu'en matière d'information, il facilite la désinformation et la manipulation. C'est un des risques de l'effacement de la frontière entre une information sourcée et une anonyme prise comme telle. je précise à toutes fins utiles que ce n'est pas parce qu'elle est sourcée qu'une information est véridique et que l'on peut se dispenser de la vérifier.

06/01/2011, 01:23 | Par Stone en réponse au commentaire de jean jacques chiquelin le 04/01/2011 à 18:14

Le lecteur n'est pas idiots non plus car il nous et possible à tous de recouper les sources et les informations avec un minimum de recherche sur le web.

Mais vous savez même un pseudo peut être grillé, au bout d'un moment, sur le web.

02/01/2011, 15:08 | Par JoëlMartin

Oui, Sébastien. La transparence pour les autres mais pas pour soi...

Et la transparence ne devrait mettre aucune vie en danger et s'arrêter à la vie privée.

C'est utopique.

Cela dit, l'opacité est un instrument de pouvoir oppressif bien connu et trop utilisé.

Alors que faire ?

Bonne année et toutes mes amitiés à Michel et à toi.

Claude Allègre InnocentRireInnocentIndécis

PS - J'vous ai bien eu avec mon pseudo, hein ! (désolé, j'ai pas encore totalement récupéré du réveillon).

 

02/01/2011, 15:26 | Par nonaR

Le problème n'est pas de dire ou ne pas dire la verité, d'avoir ou de ne pas avoir de mauvaise pensées, de dire tout ce que l''on fait ou de le taire par volonté ou omission, ns sommes piégés par notre cybersiècle ,qui change notre rapport au temps , a l'espace.La vitesse a laquelle circulent ces milliards d'infos et images, la caméra qui enregistre tout ,sons et images, ne ns permet plus d'etre libre....c la mondiale parano qui ns attend

02/01/2011, 17:06 | Par mistral 07

Le pseudonymat permet tant de déversements sans intérêt aucun. Il me semble que la qualité des débats gagnerait beaucoup à sa suppression comme le prouve majoritairement les posts assumés par l'identité de leurs auteurs. Mais on peut comprendre qu'il y ait des intérêts commerciaux dans la démarche de Mediapart.

03/01/2011, 14:46 | Par jmv en réponse au commentaire de mistral 07 le 02/01/2011 à 17:06

@Daniel Wirz,

Cela ne changerait rien. Il suffit d'entendre les propos tenus par des gens "responsables", "sérieux", "intelligents" et "à visage découvert" tels que :

  • Nadine Morano : "Avec internet vous faites entrer les pédophiles dans la chambre de vos enfants" ;
  • Hortefeux : "Quand il y en un, ça va, c'est quand il y en a plusieurs qu'il y a un problème" ;
  • François Fillon : "Meteo France n'avait pas prévu qu'il neigerait à Paris" ;
  • Nicolas Sarkozy lors de ses voeux : "j'ai une pensé pour NOS otages" (Sic. j'ignorait que la France détenait des otages !!!!) ;
  • Roger Karoutchi (après le "Cas'toi pauv'con") : "NS a bien fait, à sa place j'aurai mis mon poing dans sa figure" ;
  • Ségolène Royale qui a osé "les idées que j'ai défendues lors des présidentielles n'étaient pas les miennes" ;
  • etc.

Je ne suis pas sûr des tournures exactes, mais les idées y sont... et ce n'est qu'un tout tout petit florilège que nous pouvons faire grossir à l'envi.

J'aurais voulu que ces phrases soient anonymes ou qu'elles soient révélées par Wikileaks... j'aurais moins honte et serais moins désespéré de la nature humaine.

Finalement je préfère de loin les "posts", anonymes, souvent nuls (sans grande conséquence que de vous faire perdre votre temps de lecteur), mais parfois excellents que les phrases "petites ou grandes" de nombreux "personnages publics" qui ont oublié qu'ils ne sont "publics" que parcequ'ils en ont un. Mais ont surtout oublié le caractère "exemplaire" d'une intervention publique.

Signé : Pseudonyme (parceque c'est mon droit qui n'interfère avec le droit de personne et que mon identité n'apporterait rien de plus a ces propos.)

02/01/2011, 19:19 | Par zadig

"les lecteurs qui commentent se cachent eux aussi derrière des pseudonymes(...) (...) Le pseudonymat permet tant de déversements sans intérêt aucun.(... )etc....

braves naïfs patenôtres, sauf erreur nous ne sommes pas dans le monde des Bisounours loin de là ! Exprimée "démasqué", la moindre opinion politiquement incorrecte, marginale, non conforme à la pensée unique-eunuque, sur un forum, peut coûter des flots d'insultes,de virus ordi, de représailles dans votre vie privée et autres joyeusetés . Mieux vaut donc être "anonyme" et vivant que "transparent" et mort!!! CQFD. Après, dans la "vraie vie" à chacun son combat. Sans le masque.C'est une autre affaire.

02/01/2011, 19:34 | Par Alain CABOS en réponse au commentaire de zadig le 02/01/2011 à 19:19

Au moins, zadig, ça a le mérite d'être clair : Médiapart, enfin - pour les pseudonymes -, un endroit de décompression, de défouloir, où je puisse me lâcher sans entraves aucunes ...

On l'avait bien décrypté tellement ça saute aux yeux, mais ça va mieux en le disant clairement comme vous le faîtes ici

Bien à vous

02/01/2011, 19:38 | Par V PORS en réponse au commentaire de zadig le 02/01/2011 à 19:19

le pseudo n'est pas.....obligatoire. Rien n'interdit d'écrire sous son nom, de désigner le terrier où l'on se cache, et d'avancer visage à découvert.....de l'indignation à l'acte, il faut bien se mettre à faire l'acteur. Sans rôle pré ecrit. sans costume. sans nom de scène.

02/01/2011, 20:24 | Par Leséparges en réponse au commentaire de V PORS le 02/01/2011 à 19:38

Débat absurde : des quantités d'écrivains, de journalistes et de blogueur écrivent sous pseudo par nécessité : il s'agit de protéger sa vie privée , sa vie professionnelle , etc . Faut il rappeler le devoir de réserve qui interdit à beaucoup de parler de ce qu'il sait . Ainsi un magistrat , un policier, un enseignant, un éducateur, un responsable dans une entreprise ou ailleurs , ne peuvent plus s'exprimer .Je ne dis plus rien

Oh certes , quand on est d'accord , aucun risque d'être désavoué et même ça pourrait favoriser des carrières ! Innocent

Ca pourrait renverser les perspectives !!! Money Money Money...

Non, on écrit sur un site , conformément à une charte , à des règles . Ensuite aux modos de les faire respecter .

Tiens ! Il y a actuellement un fil actuellement sur la résistance .

J'attends de lire leur dénigrement parce qu'ils avaient des pseudos .!!!

Vraiment, effectivement , il y en a qui planent .

Ls.

02/01/2011, 20:22 | Par Quinine

C'est amusant, cette chasse aux pseudonymés et cette condescendance paternaliste de ceux qui ne le sont pas. Ces donneurs de leçons de courage et d'honnêteté acceptent-ils de se balader dans la rue, dans l'ascenseur, dans les transports publics, bref, dans la vie en arborant à leur revers leur carte d'identité ? Et qui me dit qu'Alain Cabos s'appelle vraiment Alain Cabos, ou Daniel Wirz, Daniel Wirz ? Et comment M. Cabos (si c'est son nom) fait-il la différence entre contribution de hautes tenue z'et volée, d'une part, et défoulement décompressant, de l'autre ? Et que pense-t-il des écrivains et des journalistes qui publient sous des pseudonymes ? Des lâches, des inhibés en pleine désinhibition, eux aussi ? Et plutôt que de stigmatiser les pseudonymés et d'insinuer que ceux-ci manquent de courage ou se cachent pour mieux déverser leurs idioties sur la Toile, ces braves donneurs de leçons ne pourraient-ils concevoir un instant que l'anonymat est aussi et surtout une forme de pudeur ?

02/01/2011, 21:25 | Par Alain CABOS

Quinine,

Tous mes respects !

Dieu que communiquer est difficile dans le non-virtuel et l'expérience en la matière dans le virtuel n'est pas triste !

Le coeur de mon message, je l'ai explicité un peu plus haut comme suit : "Votre invitation à un vrai débat sur le pseudonymat n'est-il pas un appel à ré-interroger ce que signifie et implique la participation (pour reprendre le mot clé de Média - part) des abonnés/lecteurs ou plus simplement "clients" et que soient rendues explicites et appliquées les conditions à réunir pour que ces contributions renforcent et enrichissent ce média ?"

Loin de moi l'idée de chasser les pseudonymes !

En revanche, débusquer

  • les faux semblants,
  • la participation à 3 balles qui polluent les débats derrière un faux nez,
  • les expressions que l'on ne s'autoriserait pas à utiliser en face à face ...

oui, je ne veux pas croire que vous vous y opposiez ?

En tout état de cause, cette ressource que représente les abonnés d'un tel site pourrait être un merveilleux effet de levier de croissance mais le "machin" qui se développe dans bien des débats pourrait malheureusement avoir l'effet totalement inverse.

Mais ne vous y trompez pas, Quinine, je ne voudrais surtout pas vous faire sortir de vos gonds et si c'était le cas, veuillez m'en excuser à l'avance.

03/01/2011, 10:44 | Par david20cent en réponse au commentaire de Alain CABOS le 02/01/2011 à 21:25

Cher Alain CABOS ( en majuscule hein) pourquoi vous exprimez vous ici alors. Pour y lire mes propos d'incultes et sans interet...Vous pouvez fort bien créer votre propre espace d'expression dont vous serrez le "modo supreme" et si le succés déborde l'espace de votre blog ( c'est pas un gros mot) pourquoi pas poursuivre par le journal en ligne...Non? Et pour chasser les pouilleux de votre espace il y a un moyen très simple ...le prix. Je peux juste vous dire que pour moi il faut sacrifier quelque chose pour sortir 9€ par mois...Et en face à face je vous le dirais certainement autrement ...Pour l'instant je te dis simplement que j'ai autant de droits que toi...

02/01/2011, 22:10 | Par LOUISIANE

Un bel exemple le journal Le Monde ....Indignez vous ! mais pas trop..

Michel Broué merci beaucoup pour cet article, pour ces magnifiques références à des hommes qui pensaient juste.

Merci d'avancer des motifs d'indignation qui touchent au système et pas uniquement aux Droits de l'homme si souvent bafoués par ceux qui en parlent ou semblent agir comme un grand nombre d'Etats comme le notre et aussi d'ONG etc...des motifs d'indignation qui petit à petit vont nous pousser à agir plus fermement.

Suivons de près l'Islande et ses efforts d'organisation démocratique ... la marche internationale contre la précarité et surtout le vol des terres ...partout sur la route des gens se mobilisent, réfléchissent, agissent, rien n'est répercuter dans les médias, mais d'ici leur arrivée en 2012....

Pour le soldat Manning que pouvons nous faire? je suis partante.

Quant à Hubert Védrine, un homme à F Mitterand, cela dit tant de choses... Pourquoi passer autant de temps à sa mauvaise foi ?.de cet homme qu'avons nous à attendre, habile, intelligent certes, comme tant et tant de gens... mais tant de zones d'ombre dans son comportement personnel et professionnel.... à quoi bon s'y arrêter.

Quant à la peur du communisme, elle a donné des ailes aux avides destructeurs, à un capitalisme qui détruit notre planète et pourtant nous ne pouvons soutenir les excès passés des pays dits rouges.

Soyons confiants, nos jeunes sont en marche autrement, sans rage, mais avec détermination et l'évolution numérique va les aider à changer les choses, la fracture touche aussi très fortement les générations...et tous ces veux barbons...

 

03/01/2011, 08:40 | Par pmabéché en réponse au commentaire de LOUISIANE le 02/01/2011 à 22:10

@ Louisiane

Il y avait, quelque part ici ou sur

ReadWriteWeb Francemais j'ai perdu l'adresse, un moyen de soutenir le soldat Manning

 

02/01/2011, 22:30 | Par [email protected]

Oui à la transparence quand il s'agit des libertés publiques en danger de mort.

La démocratie a un coût et ici la vérité ne serait pas bonne à publier : éloignez nous du tous pourris qui fait le jeu des extêmistes de tout poil et des vautours de la finance... et des bonus... et tout

Merci Monsieur BROUE

 

 

02/01/2011, 23:22 | Par sylviane ruen

Je ne sais pas s'il faut dire toujours la vérité , en tant que personne. L'exigence d'une transparence complète et intransigeante me glace. Pour autant il faut bien que les systèmes politiques, économiques soient suffisamment clairs et lisibles pour avoir une utilité quelconque. Comment adhérer aux idées, aux systèmes qui pratiquent l'obscur, le faux-semblant, l'irrationnel ??? Nous en somme la. Plus que jamais on tend a manipuler, travestir, gauchir les infos a notre disposition. Dur de faire un travail de citoyen. S'indigner c'est le premier stade, assumer sa position en devenant un opposant est déjà un début. Ensuite vient l'action, et la c'est le plus délicat. Avancer masque ou non? Pour ma part, on sait qui je suis. Rien. Minuscule grain de rien propulsée dans le grand bain pour un temps indéfini. Mais je me donne le droit de n'être pas une victime consentante. De dire non, d'essayer de comprendre et d'agir a mon niveau. Le B a BA de la citoyenneté, on est nombreux a faire comme cela, et nombreux aussi a vivre couches, larvaires, lâches, silencieux, peureux et pitoyables. Et l'on peut passer d'une catégorie l'autre sans même rien ressentir. On vieillit, on baisse les bras et le mal est fait. Qui tient la balance ?

03/01/2011, 00:11 | Par Jean-Charles Duboc

Et bien ce qui m’indigne ce sont les vœux du « Capitaine Haddock » pour 2011 :

http://www.mediapart.fr/club/blog/jean-charles-duboc/010111/mes-voeux-pour-2011-un-gang-bang-avec-karla

« Haddock » est un vrai primitif incapable de juger de la gravité de la situation internationale et de l’impasse dans laquelle se trouve la planète.

Un vrai guignol qui n’a aucun sens de l’histoire.

Malgré les vœux calamiteux du « Capitaine Haddock », je vous souhaite à tous une bonne année!...

JCD

03/01/2011, 00:43 | Par Lincunable

la phrase d'einstein est épatente; problème: ce n'est pas par wikileaks qu'on sait que poutine fait bien le mal et ce n'est toujours pas par lui qu'on sait que la diplomatie est l'art de faire la guerre par d'autres moyens, ce qui nous éloigne de la vérité énoncée sauf à l'appeler pravda

03/01/2011, 05:53 | Par Le journal de personne

Je t’ai dans la peau
Aucune résolution individuelle ne mettra jamais un terme à nos querelles.
Nous avons besoin d’une résolution collective… être plusieurs à prendre la même résolution… comment on appelle ça déjà ?
Une révolution…
Sans faire couler la moindre goutte de sang. Sans armes et sans vacarme…


http://www.tueursnet.com/2011/01/je-tai-dans-la-peau/

03/01/2011, 07:56 | Par Annie Madarasz-Bauchet

J' ai le sentiment que l' objet ou les objets d'indignation dépendent fortement du vécu des chacun et de chacune.

Pour ma part ce qui m' indigne, m' indigne depuis que j' ai l' âge de comprendre le monde dans lequel je vis.

Dans les années 50, j' accompagnais ma mère aux halles à Paris. Nous attendions la "cloche" pour sauter dans les wagons poubelle pour récupérer les fruits et légumes invendus. J 'étais trop jeune pour être indignée mais assez grande pour me poser des questions sur les raisons qui poussaient autant de personnes, jeunes et vielles à faire "les poubelles" dès 7 heures du matin.

50 ans plus tard, quand je vois des reportages sur les "glaneurs" qui cherchent fruits et légumes dans les poubelles à la fin des marchés, (étudiants, personnes à la retraite, mères de famille, SDF,etc...), je constate que l' indignation est surement nécessaire mais vraiment insuffisante.

Appartenant à un milieu modeste, j'ai lutté et je lutte toujours à mon niveau et avec mes moyens pour un partage plus juste des richesses mais aussi pour un partage de la Culture avec un C majuscule.

 

03/01/2011, 09:01 | Par JoëlMartin

A une phrase telle que : "L'indignation est un frein à la révolte.", je préfère de loin celle d'Anne Madaras-Bauchet : " l'indignation est sûrement nécessaire mais vraiment insuffisante." car elle me paraît mieux coller à la réalité.

Concernant l'indignation suivie ou non d'effets, la réalité me paraît être celle-ci. Il y a en gros deux catégories d'indignés : ceux qui se contentent de s'indigner, et ceux qui cherchent à porter remède aux situations qui les indignent en agissant là où ils le peuvent. Ainsi firent entre autres l'Abbé Pierre et Coluche. Ainsi font au quotidien les gens de la Cimade, et des deux secours, catholique et populaire (par ordre alphabétique). Ainsi font, sans tapage médiatique à la BHL, une multitude d'anonymes bénévoles qui aident au quotidien des seniors isolés, jouent de la musique dans les hostos et les maisons de retraite, font du soutien scolaire et de l'alphabétisation dans les ZEP, etc.

Les indignés utiles n'ont souvent pas le temps matériel de songer à la révolte, mais ils sont aussi révoltés qu'indignés et mettent leurs actes en accord avec leurs paroles. C'est ce qui différencie les indignés de terrain et les indignés en charentaises, qui "regardent sans rien faire."

A part ça, cher Michel, je m'indigne que Le Monde ait caviardé la moitié de ton texte, mais là, je ne peux pas y faire grand chose, à part te remercier de nous avoir donné l'occasion de le lire en entier.

Bien à toi.

03/01/2011, 09:50 | Par JPH21


Un pseudo n’est pas une garantie d’anonymat ; Une
recherche avec les moyens d’investigations du pouvoir perce facilement celui
qui se croit protégé par un pseudo… Alors trêve d’irréflexion !


03/01/2011, 09:54 | Par Raphael JORNET en réponse au commentaire de JPH21 le 03/01/2011 à 09:50

pas que ceux du "pouvoir"...

03/01/2011, 19:20 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Raphael JORNET le 03/01/2011 à 09:54

Vous avez raison tous les deux.

03/01/2011, 10:08 | Par Eric FAVEY

l'indignation est souvent salutaire

mais ce sont les causes qui la nourrissent qui sont importantes.

Après tout, les profiteurs du capitalisme de la démesure, les héritiers permanents de l'accumulation matérielle et culturelle, les cumulards de pouvoirs petits et grands, les corrupteurs de l'esprit public....devraient aussi avoir de bonnes raisons de s'indigner des atteintes à leurs prérogatives, des entraves à leurs entreprises!

Plus que l'indignation, ce sont les faits qui la motive, les valeurs qui la fonde et l'engagement collectif qu'elle promeut qui importe!

C'est aussi la volonté transformatrice qu'elle doit susciter...la société d'aujourd'hui n'étant compréhensible par les Hommes d'aujourd'hui qu'à condition d'être présentée comme transformable. Et elle l'est! C'est notamment la fonction de la culture et du rapport social avec elle qui est la source même de cette capacité. Mais elle est vaine sans l'agir, sans l'agir collectif. N'est-ce pas là que réside la fonction de politique, dans la capacité qu'elle donne plus ou moins à l'action publique, pas celle des pouvoirs publics seulement, celle de citoyens associés aussi, pour faire société et construire une alternative à la seule contemplation du monde.

"faire société"...allez fait un détour sur le site de la Ligue de l'Enseignement... www.laligue.org. Il y a là le manifeste de son dernier congrès "Faire société". C'est la manifestation d'une indignation partagée dans un mouvement d'éducation populaire et l'expression d'une volonté redonner le "goût de l'avenir" pour vivre mieux, plus justement et fraternellement.

 

03/01/2011, 10:24 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Eric FAVEY le 03/01/2011 à 10:08

"l'indignation est souvent salutaire mais ce sont les causes qui la nourrissent qui sont importantes."

Bien sûr. Ces causes sont assez importantes pour susciter l'indignation.

Et susciter surtout l'action qui s'ensuit si l'indignation n'est pas que de facade.

Je me permets de vous renvoyer à mon précédent commentaire, qui, en évoquant l'indignation menant à la solidarité au quotidien, me paraît en accord avec votre phrase évoquant l'action : "de citoyens associés aussi, pour faire société et construire une alternative à la seule contemplation du monde."

PS - Ce fil traite finalement deux sujets : l'indignation, sujet du billet de Michel Broué et les pseudos et leur corollaire, le secret, sujet déjà abondamment débattu sur quantité d'autres fils.

 

03/01/2011, 10:27 | Par shadokskaîa

A propos de Wikileaks, et pour faire mon intello de base, je lance un petit rapprochement historique : dans ce qui créa conflit insupportable et plus que sanglant en notre vieille Europe, il y eut le schisme protestant. Et l'un des reproches majeurs des catholiques était que les protestants prétendaient avoir accès direct au Livre.

Accès direct au Livre, aux sources, sans que les discours ne soient préparés, pédagogisés, tronqués, malaxés : HERESIE.

On n'évolue guère, semble-t-il.

Ironie de l'histoire, les hérétiques d'antan fuirent vers une contrée neuve où personne ne les poursuivrait pour leur capacité à vouloir être des hommes libres, responsables et capables de choisir seuls : vers où fuiront les hérétiques créés par ce pays neuf devenu un vieillard en si peu de temps ?

03/01/2011, 10:30 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de shadokskaîa le 03/01/2011 à 10:27

Dans la forêt amazonienne ?

 

03/01/2011, 13:48 | Par livia vincent en réponse au commentaire de JoëlMartin le 03/01/2011 à 10:30

@Joël

Attendez la prochaine navette spatiale, dans la forêt amazonienne vous risquez de prendre un arbre millénaire sur la tête...

Dans le meilleur scénario, il reste 10863 jours Tout en bas!avant la fin quasi-totale des forêts tropicales! Amer indien -
 


http://terresacree.org/forevieg.htm 

C'est passionnant, vous avez un compte à rebours des m2 qui disparaissent.

Encore un sujet d'indignation qui va perdurer malgré le passage à l'action de pas mal d'indignés.

Mais on s'en fout, c'est loin l'Amazonie... Nos indignations sont sélectives par nécessité et notre "capacité à" vite épuisée.

03/01/2011, 13:56 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de livia vincent le 03/01/2011 à 13:48

Je propose l'Amazonie pour les persécutés car ils peuvent là-bas s'indigner, se révolter et renverser la vapeur comme le firent les persécutés qui traversèrent l'Atlantique il y a quelques 250 ans.

03/01/2011, 10:39 | Par cousine 24

Vous avez vu le billet sanieux d'Askolovitch dans le JDD contre Hessel?

03/01/2011, 10:42 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de cousine 24 le 03/01/2011 à 10:39

Non, merci pour l'info.

Askolovitch s'indigne contre Hessel ?

Si oui, c'est indigne...

03/01/2011, 16:55 | Par pierre morineau en réponse au commentaire de JoëlMartin le 03/01/2011 à 10:42

Mais ledernier "Marianne" aussi tente de discréditer l'indignation du vieil homme!

Il faut croire que cet homme gène terriblement les bonnes consciences...

03/01/2011, 10:57 | Par trullard

Nous sommes des millions à étre indignés , pourquoi tous ces gens ne montreraient pas leur indignation par un signe de reconnaissance? Que nous faudrait il pour pouvoir mettre un logo sur sa voiture , sa veste , sa casquette....

Qui a suffisamment de moyens pour lancer un vaste mouvement ou l'on pourrait se compter et savoir que l'on n'est pas seul à étre dégouté par tout ce que l'on voit , tout ce que l'on lit ... Peu importe si nous ne sommes pas tous du méme parti , du méme milieu , l'essentiel est de savoir que au dela de nos différences nous avons en commun la force de l'indignation , reste à transformer ce sentiment en mouvement massif et collectif.

APPEL à se reconnaitre , quand à moi je mettrai sur la plage avant de ma voiture une copie de la couverture du livret de HESSEL en attendant que l'on puiise trouver d'autres moyens plus adaptés.

Indignés de partout , unissez vous.

 

03/01/2011, 13:51 | Par livia vincent en réponse au commentaire de trullard le 03/01/2011 à 10:57

@alain

Oui c'est une bonne idée, ça.

Il faudrait juste trouve un sponsor pour produire un auto-collant.

J'ai déjà celui de La Hulotte sur mon pare-brise, ça lui ferait de la compagnie.Rire

03/01/2011, 11:39 | Par lacuzon

Votre billet est très bien et assez court. Qu'est ce que le Monde est allé couper la dedans? il y a des trucs qui ne leur plaisaient pas? je trouve très impoli de réclamer un court texte pour ensuite chatrer dedans. Autant ne pas publier et dire pourquoi. Pratiques pas acceptables.

03/01/2011, 12:50 | Par michel alboin

Sans commentaires, ce que le monde a coupé est la partie du texte en bleu :

Le soldat Manning est en prison. Il a 23 ans et risque d'y rester 50 ans : on l'accuse d'être la source des informations publiées par Wikileaks. Voilà ce qu'il dit : « Si rien ne se passe, ça veut dire que l'homme est maudit en tant qu'espèce. Mais je veux continuer à croire à la société. Je veux que les gens voient la vérité. » Presque tous les politiques appellent à la répression contre Wikileaks, arguant même parfois que « la transparence illimitée, c'est le totalitarisme ». Sont-ils incultes au point d'ignorer que le totalitarisme est l'exact contraire, l'opacité sans faille ? Indignations : contre la punition du Juste, et contre les arguments de tricheur qui la justifient.

Delon, Depardieu et d'autres, hilares, applaudissant debout à la prestation chantée de Poutine, les avez-vous vus ? Cette absolue indifférence à la morale, cette cécité volontaire (Politkovskaïa, qui est-ce ? Khodorkovski quoi ? Tchéka qui ?), et tout cela pour du fric, ou, pis encore, peut-être par pure et simple vanité. « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire », disait Einstein. Ceux-là font déjà un peu pire, dans les chansons et le pognon.

Indignation face à toutes les maladies du pouvoir et du profit, devant l'égoïsme et la pusillanimité des puissants. Devant le cynisme glorifié, les milliards des uns et la misère des autres, et les ricanements devant le mot de solidarité. « C’est cela, justement, que je ne puis pardonner à la société contemporaine : qu’elle soit une machine à désespérer les hommes », écrivait Camus.

Questions subsidiares pour départager les commentateurs :

- Quelle en est la raison de cette censure ? Juridique ? Mais Einstein et Camus n'attaqueront pas en justice pour diffamation ... D'autres pourraient peut-être.

- La médiatrice Véronique Maurus nous avancera-t-elle des raisons techniques.

- " A la suite de l'immense succès du petit livre de Stéphane Hessel, "Le Monde" a demandé à des personnalités de divers horizons de commenter leur propre sujet d'indignation." Ces autres personnes ont-elles aussi été censurées ? S'en sont-elles indignées ? Cela dépendait-il de leur "horizon" ? Le Robert, dans ses exemples cite « De gros nuages couraient d'un horizon à l'autre » (Camus).

- Michel Broué sera-t-il à nouveau autorisé à s'exprimer dans le monde, s'il le souhaite ?

- etc.

 

03/01/2011, 13:30 | Par livia vincent

@ TOUS

C'est bizarre cette résurgence récurrente de l'anonymat .

Le simple bon sens et un peu de réflexion objective permet de comprendre que ce n'est pas possible.

Quelques raisons ont été indiquées et pas des moindres.

J'aimerais qu'on s'interroge plutôt sur les raisons de cette revendication d'identité à l'égard des posteurs.

Je n'ai jamais eu aucun problème sur sites et forums avec les posts insultants : il suffit de les ignorer. Ce n'est pas difficile, que diable !

03/01/2011, 13:41 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de livia vincent le 03/01/2011 à 13:30

Ce n'est pas difficile... Cela dépend de l'intensité et de la fréquence des insultes, intensité et fréquence plus élevée chez les anonymes.

Comme par la Poste.

Tous les pseudos n'ont pas une âme de corbeau, mais les corbeaux du Net sont plus nombreux chez les pseudomisés que chez les "patronymisés".

03/01/2011, 14:07 | Par livia vincent

@Michel Broué

Le Monde vous a-t-il fourni une explication ? Plus assez de place, sans doute..

Une citation leur aurait sans doute suffi, parce que vu ce que vous avez écrit, qu'ont-ils donc supprimé ?

http://www.lesperipheriques.org/article.php3?id_article=555

 

03/01/2011, 14:08 | Par camel mekrez

Que d'indignations ?
Ces indignations ne sauraient être efficaces que s'il y a un débouché politique au sens noble du terme.
Autrement, cela ne reste que l'expression d'un sentiment de colère qui permet d'évacuer le stress cumulé sans toutefois être efficace.
Le soldat Manning a fait ce qu'il lui semblait être son devoir de citoyen face certainement à son indignation entre le discours officiel des diplomates et la réalité des positions politiques concernant les personnels et les états.
Son geste suscite un début de débouché politique dans le sens ou ses révélations éclairent le citoyen et par la même positionnent l'approche politique de chacun des pays concernés.
Wikileaks n'est qu'un élément de la transparence actuelle dût à la démocratisation d'internet et de ses outils. Hortefeux n'a t' il pas été condamné sur une vidéo prise à son insu et qui a été diffusé sur le WEB ?
De même, l'abandon de l'anonymat dans tous commentaires responsabilise les débats et permet une plus grande réflexion sur ses propres positionnements politiques, sociaux, juridiques.

03/01/2011, 14:12 | Par profil_inactif_28112

On aurait aimé lire Michel Broué dans ces colonnes quand "Mediapart" crachait sur Wikileaks (ça a quand même bien duré 3 semaines).

Dès lors il devrait s'estimer heureux que "Le Monde" ait cru pertinent de lui demander son avis sur le sujet, tant il n'était pas évident que son portefeuille soit placé au même niveau que ses idées quand il a été sollicité. Et je suppose que les lecteurs du"Monde" n'ont rien su de ce gag.

Bonne année 2011

Cordialement

03/01/2011, 14:16 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 03/01/2011 à 14:12

Toujours planant dans les hauteurs de la pensée, Boddibéber...

Mais ce cordial penseur haut-de-gamme semble faire une petite fixette sur le portefeuille.

Jaloux, béber ?

03/01/2011, 14:25 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de JoëlMartin le 03/01/2011 à 14:16

Cher JoelMartin,

Dans votre logique ce serait plutôt l'ex-porteur de parts de peep-show que je devrais jalouser...en tout cas en-dehors du fait que son association a racolé au départ sur la base de la défiscalisation de l'IR et de l'ISF au titre d'un investissement à "Mediapart" je ne sais rien de la situation de fortune de ce monsieur, qui n'a peut-être rien à voir avec cette thématique publicitaire. Même si c'est cette dernière que j'ai retenu.

Cordialement

03/01/2011, 14:26 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 03/01/2011 à 14:25

Contrairement à vous, Béber, j'ignore tout du monde du pipe chaud.

Je vous laisse retourner à votre visionneuse.

03/01/2011, 14:31 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de JoëlMartin le 03/01/2011 à 14:26

Cher JoelMartin,

Vous ne lisiez pas "le canard enchaîné" en 2004 ? La carrière de cet éminent actionnaire de "Mediapart" ayant réalisé des investissements exotiques à Strasbourg à l'insu de son plein gré y était abondamment détaillée.

Il est vrai que depuis Fabrice Arfi nous a enseigné qu'il s'agissait d'un journal sarkozyste, mais bon...

Cordialement

03/01/2011, 15:00 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 03/01/2011 à 14:31

Je n'ai pas votre mémoire (sélective), Beber.

Quant au compte-rendu non distancié du grotesque pamphlet de Laske & C°, qu'a écrit Fabrice Arfi, ce n'est pas ce qu'il a fait de mieux.

Il a fait de grands progrès depuis, il est devenu un excellent journaliste maintenant qu'il vérifie et recoupe.

S'il l'avait fait pour les assertions fantaisistes de ces deux lascars, tous deux virés du Canard pour faute déontologique, il aurait évité de dire par exemple que le Journal de Carla B. était alimenté par des confidences de l'Elysée. Il lui suffisait de lire n'importe quel épisode de ce journal, il aurait constaté que tous les échos rapportés avaient déjà été publiés antérieurement ailleurs. Et s'il avait téléphoné au Canard, il aurait appris que l'auteur est Frécéric Pagès, du même Canard, également initiateur du canular Botul.

Mais Fabrice Arfi est excusable. Avait-il vraiment le besoin de s'informer, tant la lecture du Canard semaine après semaine exhale le sarkozysme le plus inconditionnel?

03/01/2011, 15:03 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de JoëlMartin le 03/01/2011 à 15:00

Cher JoëlMartin,

Pourquoi parlez-vous de mémoire sélective ? Y aurait-il d'autres repris de justice parmi les actionnaires de "Mediapart" ?

Cordialement

03/01/2011, 15:06 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 03/01/2011 à 15:03

Je parle, béber, de votre mémoire sélective concernant les articles du Canard.

Quant aux repris de justice, vous en trouverez un place Bauveau...

Cordialement...

03/01/2011, 14:30 | Par Valérie de Saint-Do

Askolovitch, Le Boucher, Zemmour s'exciteent contre Hessel, petits roquets de garde autour du lion.. La qualité de ses adversaires est la pub supplémentaire dont il n'vait pas besoin! Les roquets jappent et le succès d'Indignez -vous monte...

05/03/2011, 19:28 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de Valérie de Saint-Do le 03/01/2011 à 14:30

-

07/01/2011, 12:59 | Par Claudine FAURE en réponse au commentaire de Valérie de Saint-Do le 03/01/2011 à 14:30

De la part de ces trois individus, rien de vil ne saurait plus m'étonner.

Stéphane Hessel insiste sur la résistance à opposer devant l'injustice et l'indécence de la finance, entre autres. Ce qui ne pouvait laisser indifférent les porte-paroles de la pensée réactionnaire qui monte, qui monte.

Je ne suis rien alors je profite de mon anonymat pour garder mon nom -

@ Joél Martin : j'ai cru que vous étiez un latiniste fameux, ou un de ses proches - mais je plane dans mon tout petit univers.

03/01/2011, 14:53 | Par cousine 24

Pourquoi vous étonner, Bodi? Il n'y a pas eu assez de raison de s'indigner en 2010, sans compter les années précédentes?

05/03/2011, 19:28 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de cousine 24 le 03/01/2011 à 14:53

-

03/01/2011, 15:49 | Par POJ

Est-ce la citation d'Einstein qui les a géné ou la description des "ménages" du cinéma français ?

Je partage votre indignation et je suis très faché d'apprendre qu'elle fut en partie censurée par le Monde.

Bienheureux Belges, leur constitution en fait des gens libres :

Art. 25
La presse est libre; la censure ne pourra jamais être établie; il ne peut être exigé de cautionnement des écrivains, éditeurs ou imprimeurs.
Lorsque l'auteur est connu et domicilié en Belgique, l'éditeur, l'imprimeur ou le distributeur ne peut être poursuivi.

Reste à un quotidien d'information français de s'installer à Bruxelles pour garantir la liberté d'expression à ses journalistes. Beaucoup de bureaux y sont à louer en ce moment.

03/01/2011, 19:25 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de POJ le 03/01/2011 à 15:49

Bienheureux Belges et malheureux Hongrois...

03/01/2011, 17:30 | Par Claude Mardelet

le pseudonymat du coté de l'enclume et la transparence du coté du marteau bien sur , sauf que nous sommes tour à tour enclume et complètement marteau car l'homme est le seul animal qui ne se prend pas pour un animal .

03/01/2011, 17:41 | Par GILLES WALUSINSKI

Le chien qui avait mordu s'appelait Médor. Ce n'est pas son pseudo qu'on euthanasia !

03/01/2011, 19:29 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de GILLES WALUSINSKI le 03/01/2011 à 17:41

Médor, un toutou dressé par un contrepéteur pervers (pas moi) :

"Médor, mordez !"

Alors que moi, contrepéteur gentil (si, si), je dresse ainsi mon molosse :

"Médor, dormez !"

03/01/2011, 18:02 | Par Edith Gaudin

Merci à Géraldine Delacroix. Les voeux de Mr. Hessel (ainsi que son livre) sont très proches de mes pensées. Indignons nous, c'est nécessaire.Edith Gaudin

03/01/2011, 18:06 | Par daniel brucker

moi je suis pour une afichette du livre dehessel c'est mon non?n'en deplaise

03/01/2011, 18:06 | Par daniel brucker

moi je suis pour une afichette du livre dehessel c'est mon non?n'en deplaise

03/01/2011, 18:49 | Par Matematika

On peut aussi rajouter:

a) L'impossibilite de debattre en France du 11 Septembre 2001.

b) Le silence des medias sur les menaces pesant

sur la recherche fondamentale francaise.

 

03/01/2011, 19:32 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Matematika le 03/01/2011 à 18:49

On a débattu du 11 septembre sur Mediapart, en particulier sur les thèses complotistes.

Ont-elles ou non un fondement, il faudrait un peu de transparence sur ce sujet.

Idem sur la recherche fondamentale. On en a débattu ici.

 

03/01/2011, 22:08 | Par gerald rossell

ce qui mindigne

c'est que soit tronquée la citation de Camus

"C’est cela, justement, que je ne puis pardonner à la société politique contemporaine : qu’elle soit une machine à désespérer les hommes…"

03/01/2011, 23:50 | Par vladimircagan

@S. Balibar,

Votre comparaison entre Mediapart, Wikipedia et Wikileaks ne me parait pas pertinente.

On peut discuter, et d'autre le font dans certaines contributions, du bien fondé de l'anonymat ou pas.

Mais Wikileaks ne publie pas des opinions anonymes (ou pas). Il publie des documents, filtrés par quelques organes de presse, dont le Monde pour la France. La véracité de ces documents ne semble pas devoir être mise en cause, si l'on en croit les réactions virulentes des personnes ou états concernés.

On ne peut donc mettre sur le même plan les opinions sur Médiapart (ou autre journal électronique) ou les articles du Wikipedia (qui sont d'ailleurs suffisamment corrigés par bien des contributeurs pour être en général crédibles) avec la publication de documents secrets qui devraient être connus des citoyens dans toute démocratie digne de ce nom, sous réserve de la protection personnelle des individus.

Cordialement.

Vladimir Cagan

 

04/01/2011, 07:01 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de vladimircagan le 03/01/2011 à 23:50

Cher Vladimircagan,

"Mediapart" et "Wikileaks" n'ont en effet strictement rien à voir, à ceci près qu'ils sont sur le même marché de l'offre d'informations en principe confidentielles, ce qui explique sans doute que "Mediapart" ait d'abord attaqué "Wikileaks" avant de retourner sa veste, sous la pression constante de quelques-uns de ses abonnés, sans toutefois aller jusqu'à reconnaitre ses torts (encore la semaine dernière Vincent Truffy défendait en commentaire d'un de ses articles la thèse que "Wikileaks" n'apportait rien de nouveau qu'on ne saurait déjà, ce qui était la thèse officielle (cf notamment un article mémorable de François Bonnet et Thomas Cantaloube - il leur a fallu se mettre à deux pour casser du "Wikileaks") jusqu'à l'article d'Edwy Plenel récupérant "Wikileaks" à son compte.)

Au départ "Wikileaks" souhaitait que les medias piochent dans son site, mais ça n'a pas marché et il a été contraint de s'associer à quelques quotidiens d'information de référence pour assurer une réelle diffusion aux documents qu'il récupère.

"Mediapart" est un pur produit du microcosme journalistique parisien et je serais étonné que "Wikileaks" ait entendu parler de cette petite publication.

Cordialement

 

04/01/2011, 11:23 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 04/01/2011 à 07:01

Wikileaks connaît forcément une publication, même petite, à partir du moment où s'y exprime l'illustre Beberboddisatva, l'immense et si cordial polémiste que l'UMP entier nous envie au point que Frédéric Lefèvre en est malade de jalousie...

04/01/2011, 07:52 | Par El Vidon

La censure au "Monde.fr", auquel je suis abonné, est une réalité : trois de mes "chroniques d'abonnés" ont été refusées à la publication :

- "Lettre à Mme la Médiatrice"

- "En route vers le Lndonistan"

- "La modération du Monde.fr : une censure qui n'ose dire son nom"

Si mon penchant est bien de persiffler et le pape et le roi (= le calife et le sultan), ce n'est jamais par l'insulte ou la calomnie, comme les lecteurs du "Monde" et de "Médiapart" peuvent le constater, car ces textes sont reproduits dans mes blogs de chacun de ces 2 médias (curieusement Lemonde.fr ne censure pas les blogs...).

NB : Ces 3 billets, ainsi que tous ceux qui n'ont pas été refusés, sont plus rapidement accessibles - et sous format PDF - sur mon site : www.liber-gratis. com.

04/01/2011, 20:38 | Par extralucide

Moi, ce qui m'indigne, c'esr que Le Monde existe encpre.

04/01/2011, 22:06 | Par samuelle

Merci Monsieur, d'avoir raprrocher des choses d'une sorte de lumière. C'est pire, mais on se sent moins seule.

Michelle

04/01/2011, 22:07 | Par samuelle

Merci Monsieur, d'avoir raprrocher des choses d'une sorte de lumière. C'est pire, mais on se sent moins seule.

Michelle

04/01/2011, 22:22 | Par samuelle

Merci Monsieur, d'avoir raproché des choses d'une sorte de lumière. C'est pire, mais on se sent moins seule.

Michelle

04/01/2011, 22:22 | Par Mihura

Moi ce qui m'indigne (de plus en plus) c'est cette collusion entre sphère publique (l'Etat) et sphère économique / financière. Qui dirige là ?

Quant à wikileaks ce sont ceux qui veulent l'empêcher de diffuser des infos qui sont du mauvais côté.

05/01/2011, 08:09 | Par ptetmai

Des propos de Stéphane Hessel m'indignent énormément On a pu lire récemment « Stéphane Hessel insista sur le fait que la création d’Israël est la réponse à l’événement le plus horrible du siècle passé et que ce pays puisse vivre en paix et déployer ses potentialités est son souhait le plus sincère …. » M.Hessel sait très bien que la Shoah ne fut qu'une excuse de plus pour les sionistes agressifs qui auraient commis leurs forfaits sans la Shoah qui, cyniquement, les arrangeait et dont ils ont peu chercher à limiter les dégâts humains réels dont on ne connaît pas le nombre puisque la loi Fabius-Gayssot nous oblige à croire au chiffre tabou de 6 millions. Monsieur Hessel qui va avec un certain courage en Cisjordanie et même à Gaza , avec son épouse, un peu aidé par son aura, approuve-t-il cet appétit toujours actuel au moins chez les colons fanatiques ? M. Hessel a-t-il entendu parler de l’insulte sioniste « Ne fais pas ton Juif-savonnette » ? Par delà le mythe , c’est bien le reflet d’un mépris pour les victimes de la Shoah . Et c’est Warshawski qui en parle au début d’un de ses livres. Donc la création d’Israël n'est pas la réponse à l’événement le plus horrible du siècle passé, d'autant plus qu'il y a eu de plus nombreuses autres victimes de cette triste guerre qui a pendant et après enrichit de nombreux juifs à titre individuel et l'anomalie étatique sioniste elle-même Son indignation , comme le battage médiatique dont il fait l’objet (au bénéfice du PS), est extrêmement interrogeante ! Et son soutien à Martine Aubry élue après traditionnelles magouilles m’indigne aussi

06/01/2011, 10:58 | Par Vivre est un village

Je m'indigne de la prochaine élection de Brice Hortefeux à la mairie de Vichy et je m'indigne parfois d'être bine seul à m'indigner...A tort, je l'espère!!!Je ne dis plus rienJe ne dis plus rienJe ne dis plus rien

 

06/01/2011, 13:56 | Par Albéric

C'est quand même un peu surprenant de voir remis en cause le droit à l'anonymat dans l'expression de ses opinions!

N'est-ce pas la base même de notre vie démocratique? Faut-il supprimer les isoloirs dans les bureaux de vote?

 

11/01/2011, 13:51 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Albéric le 06/01/2011 à 13:56

Dans l'isoloir, on dépose un bulletin de vote, pas des commentaires plus ou moins insultants...

07/01/2011, 13:16 | Par Claudine FAURE

Est-ce que les journalistes sont favorables à la levée sur le secret de leurs sources d'information ? Comment réagit un gouvernement qui a tant de choses à cacher ?

Hier soir j'ai regardé C dans l'air : le Mediator aurait-il été prescrit si le nombre des victimes avaient été connu du grand public ? Mais que pensez-vous du libre accès à votre dossier médical, sachant que les assureurs sont indiscrets, que les employeurs exigent de connaitre la vie privée de leurs employés etc. ? Désolée de vous agresser avec mes stupides questions.

08/01/2011, 06:02 | Par Edith LEVY

Il faut agir, en tant que citoyens, non seulement s'indigner : j'ai posté quelques lettres à des parlementaires européens pour exprimer mon opposition à la présidence de Mr. Orban, qui, dans son pays, abolit la liberté de la presse. Mais je souhaiterai que de nombreuses personnes prennent aussi ,simplement ,leur plume, car je me fais peu d'illusion sur les actions isolées.

09/01/2011, 08:45 | Par johnloulou

ce qui m;indigne ,

ce policier qui tua de trois balles dans le dos un homme enchaîne

ces 7 policiers qui firent de faut procès verbaux pour envoyer un homme en prison pour 20ans

ceci et tres tres grave , car la paroles des policiers et misent en doute a jamais

et toute les hautres soloperies que nous ne saurons jamais

11/01/2011, 02:43 | Par Tomasz H.

Cet INDIGNEZ-VOS me rappelle : en 2008, à Marseille, la comédienne-Metteur en scène, Marie FOUILLET encadrait la jeune compagnie LES ZAMBAS sur le THEME : QU'EST CE QUI VOUS FAIT VIOLENCE ?

Un an de travail qui aboutit à un spectacle (45 minutes) à visionner en ligne

 

http://www.pachamama-marseille.com/formatez-les-format-tele-quils-disaient-en-videos/

 

11/01/2011, 02:43 | Par Tomasz H.

Cet INDIGNEZ-VOUS me rappelle : en 2008, à Marseille, la comédienne-Metteur en scène, Marie FOUILLET encadrait la jeune compagnie LES ZAMBAS sur le THEME : QU'EST CE QUI VOUS FAIT VIOLENCE ?

Un an de travail qui aboutit à un spectacle (45 minutes) à visionner en ligne

 

http://www.pachamama-marseille.com/formatez-les-format-tele-quils-disaient-en-videos/

 

01/02/2011, 18:29 | Par Boris Carrier

commentaire édité.

22/01/2011, 12:25 | Par La Louve ἄλφα

Je reprends le titre du billet : Qu'est-ce qui vous indigne ?

Voilà pour moi aujourd'hui :

APPEL à la rédaction de MEDIAPART : le traitement de la crise ivoirienne, en conséquence

Je soutiens la demande de Sissoko et demande une vraie participation de la part de la Rédaction et un traitement de fond des ses questions avec des réponses ainsi que le suivi de ce thème par les journalistes dans le futur.

(et non pas comme sur certains sujets 3 petits tours pour calmer certains lecteurs et puis fini).

Des évènements graves se passent en Côte d'Ivoire, aussi grave qu'en Tunisie. La couverture médiatique doit être importante et suivie dans MDP.

(En Egypte, tous les jours des personnes s'immolent par le feu en protestation de la misère et des conditions de vie = on n'en parle pas. Pourquoi : mêmes raisons de fond. La chaîne TV égyptienne passe des films à l'eau de rose, comme d'habitude).

Quant à WIKILEAKS, MDP n'en parle pas (ou en a parlé si peu). Il y a de nouveaux éléments d'information qui passent à la trappe tous les jours à ce sujet. Je me demande pourquoi : "ne pas se mouiller", ne pas mécontenter une partie des lecteurs en ne reprenant que ce qui est contre (vu le début du traitement du sujet), par manque de moyens, parce que les journalistes ne sont pas d'investigation mais ne font que reporter à leur sauce des infos, sélectivement, déjà données par d'autres médias ?????

Quand au pseudo, je suis pour si on le désire et ce n'est pas pour me cacher car il est facile de savoir qui est derrière un pseudo. Un pseudo c'est aussi une identité, une affirmation de ce que l'on est.

24/01/2011, 08:43 | Par Vivre est un village

"Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde" (Albert Camus)

Merci pour cette citation qui me ramène à "mon" sujet : Nommer vichysme ce qui est pétainisme est rajouter au malheur du monde, au monde des vichyssois surtout !!!

Merci donc de tout coeur pour votre citation...

25/01/2011, 01:14 | Par chalouette

25/01/2011, 10:54 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de chalouette le 25/01/2011 à 01:14

C'est une très belle cause que vous défendez.

Merci. SourireSourireSourire

Newsletter