Mer.
30
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Ma démission du MoDem

 

Montreuil, le 8 mai 2011

 

 

Lettre ouverte à Monsieur François Bayrou, Président du MoDem

 

 

 

 

Monsieur le Président - cher François,

 

Alors que les campagnes internes au MoDem débutent pour réélire nos représentants à la tête des Mouvements Départementaux, alors que la campagne pour l'élection présidentielle se profile, il est temps de vous dire ma volonté : je quitte le MoDem.

Cette décision n'a rien à voir avec un coup de tête ; rien à voir, non plus, avec une quelconque rancœur. Mais, par amitié pour un certain nombre de militants et par gratitude pour le chemin parcouru ensemble – après tout, vous m'avez témoigné suffisamment de confiance, il y a trois ans, pour me laisser conduire une liste aux municipales (et pas dans n'importe quelle ville, ni face à n'importe quels ténors de la politique française) – je tiens à tenter de vous expliquer ce choix.

Je pourrais invoquer quelques moments difficiles vécus à l'intérieur du parti et vous exprimer mon désaccord avec telle ou telle méthode, ainsi que ma fatigue face à certaines pratiques florentines. Revenir sur quelques incompréhensions devant des choix de gouvernance interne ou de stratégie externe. Vous dire les pilules, évidemment amères, qu'il fallut avaler à deux ou trois reprises. Mais, vous énumérer cette litanie eût été pénible à écrire et à lire. Pire, fournir ces motifs comme explications de ma décision eût été mentir – à vous, comme à moi.

La raison bien plus profonde est que je ne trouve plus, dans ce qui est dit par le MoDem, les arguments qui m'ont poussée à m'engager auprès de vous.

Vous étiez dans le juste, lorsque “aux tout débuts”, vous dénonciez le modèle de société porté par l'UMP et son candidat, Nicolas Sarkozy. De mois en mois depuis mai 2007, nous avons tous eu la désagréable surprise de constater que les craintes partagées s'avéraient fondées et, même, que la situation se dégradait encore plus vite que nous ne l'avions craint.

Bouclier fiscal des débuts du quinquennat, lois liberticides, main-mise sur les médias, cadeaux faramineux faits aux banques sans aucune contre-partie, mépris revendiqué des élites universitaires et enseignantes, casse de l'école et de la santé publiques, Grenelle de l'Environnement savamment détricoté, discours de Dakar et de Grenoble, désastres de la politique étrangère menée en Tunisie, en Égypte ainsi qu'avec nos partenaires européens historiques et j'en oublie bien sûr… Tout ceci, couplé avec une incapacité terrible à construire une politique de relance économique, nous a tous indignés et trop souvent tétanisés.

Permettez-moi, à ce stade, de citer Aimé Césaire : « Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde ». Il me semble que nous en sommes là. Mon engagement politique repose sur cette certitude : il convient – aujourd'hui plus que jamais – d'être ferme dans nos convictions. Inventifs, curieux et réellement novateurs dans nos propositions. L'heure n'est plus aux “compromis fades” (pour reprendre l'expression que vous avez utilisée afin de résumer ce que Bernard Stasi détestait plus que tout) fussent-ils énoncés dans l'espoir que les indécis puissent rejoindre, un jour, la cohorte des électeurs acquis.

Si je suis d'accord avec l'idée que la situation actuelle réclame de grands rassemblements, un esprit d'ouverture et de solidarité, je suis convaincue qu'il s'agit de les construire sur des socles politiques – philosophiques – solides. Or depuis des mois, je ne trouve plus que des positions très… mouvantes au MoDem.

Comment continuer à fustiger la politique menée par un parti, l'UMP, tout en privilégiant au plan local les alliances avec, précisément, ce parti (cf. les cantonales) ?

Comment ne pas avoir voté contre la loi LOPPSI 2 au Sénat ?

Comment souhaiter soutenir les PME et les familles en imaginant une hausse de la TVA ?

Comment dénoncer la politique fiscale aberrante du gouvernement, tout en proposant un amendement concernant la “niche” (odieuse ?) des indemnités pour accidents de travail jusqu'à présent non fiscalisées ?

Comment tenir aussi peu compte, malgré les déclarations d'intention, des impératifs écologiques qu'ils n'ont pas été inclus dans votre discours du congrès de décembre concernant la relocalisation de l'industrie française ?

Plus près de moi : comment voter contre le retour en régie publique de la gestion de l'eau ?

Ce ne sont que des exemples, mais ils représentent bien mon désaccord croissant avec les idées professées par le MoDem.

Je me suis engagée dans l'action politique à vos côtés avec deux envies : faire partie de celles et ceux qui “pousseront” pour infléchir l'évolution actuelle de notre pays afin de le rendre – enfin – plus heureux, plus réconcilié avec l'Histoire mondiale en marche, plus ouvert aux autres, à nouveau prêt à répondre aux extraordinaires enjeux – sociaux, écologiques, économiques – qui se posent à nous. Et, au plan local, afin de participer à la construction de solutions porteuses d'espoir et de “bien vivre ensemble” pour la ville et le territoire où je vis.

À ces deux niveaux, je ressens la nécessité d'exigences sociales et écologiques nettement plus affirmées, de plus d'innovations politiques, de plus de cohérence entre les idées et les stratégies préconisées. Je quitte donc le MoDem pour rejoindre Europe Écologie Les Verts – et je le fais sans regret, ni rancune, mais avec conviction et enthousiasme.

Néanmoins, je tiens à vous remercier de m'avoir donné l'opportunité d'apprendre… tout ce que j'ai appris. Et je souhaite assurer de la persistance de mon amitié tous ceux que j'ai appréciés au sein du Mouvement – au premier rang desquels, vous me permettrez de nommer Jean-Luc Bennahmias – ainsi que tous “mes” proches, les militants de Montreuil, avec lesquels nous avons vécu cette belle aventure humaine que fut la campagne des municipales de 2008.

Je vous remercie de m'avoir lue, Monsieur le Président, et vous souhaite beaucoup de courage pour la période qui s'ouvre.

 

Mireille Alphonse

Ancienne tête de liste aux municipales de Montreuil (93), référente locale du MoDem

Ancienne Vice-Présidente du MoDem de Seine-Saint-Denis

 

Tous les commentaires

12/05/2011, 09:12 | Par âge du faire

En effet, les paroles ne comptent pas, pour établir une personnalité.Si bien qu'on nous fait voter pour du VENT.

Seuls les ACTES sont révélateurs.

Vous avez bien appris en vous mobilisant, ce que devraient faire, beaucoup de ceux qui suivent les beaux parleurs.

12/05/2011, 09:58 | Par Leséparges

Effectivement le nini n'est pas une solution politique surtout s'il penche systèmatiquement vers la droite .

La politique est surtout affaire de rapports de force et il est nécessaire de s'ancrer dans le cadre d'un parti qui rassemble pour peser .

Et vous avez compris , malgré des analyses judicieuses , que le centrisme sera toujours l'appoint pour la droite et la manière de faire échec à toute opposition .

Bonne route , bien que EELV ne soit pas ma tasse de thé .

A moins qu'il entre dans un processus d'union plus que jamais nécessaire .

Ls.

12/05/2011, 11:40 | Par bdemun

Déjà entre les deux tours de la présidentielle 2007, le président de Modem ne savait pas faire la différence entre un homme dont le programme politique était : moins de démocratie ("je fais tout") et une femme politique dont le programme était : plus de démocratie ("nous allons faire").

Aux élections législatives qui ont suivi, la grande idée du Modem a été de mettre Marielle de Sarnez face à Yves Cochet porteur d’idée démocratique plutôt que face à un député conservateur aliéné à son maître et aux richesses visibles de type Claude Goasguen.

La crédibilité du Modem s’en est trouvée à jamais terni au centre comme parti démocratique, écologique et d'avenir.

13/05/2011, 11:09 | Par ALI BABA

La démarche politique de François Bayrou est si évidemment personnelle (au sens de "destin personnel") que je suis toujours étonné de voir des personnes de qualité s'égarer avec lui.

Il a parfois de grandes fulgurance mais cela, à mon sens, ne suffit pas à en faire un homme d'état sur lequel on puisse compter.

Allons Mireille, il y a tant de combats à mener !!! courage,

 

13/05/2011, 13:32 | Par Passifou

Nous souffrons d'un déficit de représentation légitime, à gauche, au centre et à droite, et d'une inflation de représentations illégitimes.

Elles tiennent par les systèmes et les coteries qui se soutiennent, un peu comme dans les médias, la téléphonie mobile, et tant d'autres secteurs. Nous souffrons d'une entente entre les forces dominantes, qui font des alliances réelles ou objectives, pour empêcher les forces vives de s'exprimer dans une vraie libre concurrence politique.

C'est pour cela que les outsiders ont tant de succès.

Bien sûr un François Bayrou, original au centre, tentait les vocations, comme Ségolène Royal tente à juste raison une gauche écologiste. Mais les attentes des Français vont bien plus loin que sur ces créneaux qui ne recouvrent pas l'ensemble des idées.

Le meilleur exemple, c'est bien sûr l'Ump, qui réussit finalement à rassembler de force sur les idées du FN, la gauche soi-disant moderne, le parti radical, et ce qu'on appelle sans rire, la droite sociale.

Chaque désignation de tout parti, représente la plupart du temps une vraie idée, qui présidait à sa naissance, et que l'on ne retrouve ni dans la structure, ni dans les hommes ou les femmes qui prétendent les défendre.

Sarkozy le premier, et le pire, et tant d'autres qui le suivent de plus ou moins près, dans tous les bords, ont montré les limites des partis, par leurs comportements, comme les médias traditionnels se sont disqualifiés pour toujours à propos d'une information un peu équilibrée.

Il faut du nouveau, et pour cela, il faut croire en quelque chose, et avoir assez d'énergie et de courage pour le proposer.

Il faut nous les souhaiter à tous, qu'on soit d'où l'on veut, droite, centre ou gauche, dès lors qu'on vise au bien public, dans l'honnêteté, et la vérité.

Pour retrouver un jeu socio-politique qui soit vivant, et non plus mortifère.

Merci pour votre billet très édifiant.

13/09/2011, 14:27 | Par misol

quitter le Modem peut être, mais pour aller où ?? je n'ai plus aucune confiance en les politiques de tous bords, qu'ils soient des hommes ou des femmes, de gauche ou de droite! triste .. donc je reste au Modem

15/09/2011, 09:34 | Par cogilp en réponse au commentaire de misol le 13/09/2011 à 14:27

à MISOL,

Bonjour, quitter le MODEM pour aller ou ?, c'est vrai ! mais au MODEM, ce qu'il faut avant tout c'est liquider les arrivistes....

Les idées de François BAYROU sont toujours claires mais, son entourage laisse à désirer : les sénateurs par exemple qui pactisent avec les félons et l'UMP au sein de l'union centriste et qui, orientent la politique du MODEM ????

Je suis quant à moi dans le même état d'esprit que vous !

J'ai donné la base de ce que je pense devoir être notre programme :

- Tout d'abord supprimer toutes les niches fiscales et, abolir tous les privilèges (à ce propose la réaction d'ARTHUIS ne vous surprend t'elle pas ? Comment peut il tomber des nues en apprenant les avantages à la retraite, comme il est tombé des nues lorsqu'il a appris la prime exceptionnelle de 3000 euros qui devaient être versées aux sénateurs ???

Je n'ai aucune confiance en ces gens là avec qui certains voudraient s'allier : PAS MOI.

- J'ai défini la base de notre programme :

l'EGALITE de tous les citoyens du point de vue social (même grille de salaires et calculs de la retraite) - fiscal et pénal, suppression des immunités aux élus lorsqu'ils sont poursuivis pour des affaires 'ayant rien à voir avec leur mission

Du point de vue de l'économie : lutter contre les délocalisations afin de relancer la PRODUCTION LOCALE en sanctionnant aux frontières les mauvaises qualités.....

Le reste viendra ensuite......naturellement....

Newsletter