Mer.
26
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Lizé contre Mediapart et Waeselynck 07 septembre 2013 | Par Philippe Waeselynck

 https://blogs.mediapart.fr/mot-cle/enseignement-catholique

Enseignement catholique: un monde idéal pour les syndicalistes (qui contestent)

Thématiques du blogFNOGEC . Lachaud . Mediapart . convention collective . enseignement catholique . enseignement privé . harcèlement . heures de délégation . justice . loi CENSI

 

35 Réactions

10 Recommander

Ajouts Favoris

alerter

Partager

@Envoyer

Imprimer

Augmenter

Réduire

Lizé contre Mediapart et Waeselynck07 septembre 2013 |  Par Philippe Waeselynck

 

De retour après mon départ en juillet 2013, à la suite des "censures mediapartiennes", je signale à ceux qui peuvent venir, que je suis convoqué devant le TGI de MONTPELLIER statuant en correctionnelle par une citation directe exercée par M Cédric Lizé, chef d'établissement catholique du collège Maintenon à Sommières (Gard) pour diffamation, à la suite d'un article que j’écrivis en avril-mai 2012.

L'audience a lieu jeudi 12 septembre 2013 à 14 heures.

J'attends l'avocat de Mediapart (qui ne risque pas grand chose).

Mediapart est également cité devant le TGI de MONTPELLIER.

L'intérêt est double.

D'une part il y a les puissants qui ont assez de fric et de froc pour aller devant le TGI (l’enseignement catholique) et Mediapart qui sera certainement représenté par Me MIGNARD, et de l'autre un citoyen ordinaire, syndicaliste,  qui se présentera sans avocat (et sans l'aide de son syndicat, le SNEIP-CGT).

Les riches d'un côté (l'enseignement catholique et mediapart) et ceux qui ont le pouvoir contre un citoyen lambda, le syndicat national n'ayant pas le courage de défendre ses syndiqués et responsables.

J'ai écrit au président du TGI et à l'avocat général pour avoir accès à mon dossier pénal, en vain et par 2 fois,  sans aucune réponse de ces fonctionnaires qui sont si sûrs du code de procédure pénal, même lorsque que la France est condamnée pour défaut d'équité lors des jugements par la cour européenne.

En effet, la convention européenne prévoit que tout citoyen puisse se défendre lui-même, alors que le code de procédure pénal français oblige tous les citoyens à passer par le biais d'un avocat.

Mais, cela, la France ne veut pas le changer, même si récemment, le conseil constitutionnel a changé un article pour que des documents puissent être transmis aux parties directement plutôt qu'aux avocats.

En France, il faut passer par un avocat, qu'on le veuille ou non.

 J'ai demandé à des témoins de venir témoigner devant le TGI, et vraisemblablement, la présidente refusera que je puisse interroger les témoins, alors que l'avocat de Cédric Lizé pourra le faire. C'est ainsi que la Justice fonctionne en France! C'est ce que la France appelle un procès équitable.

 

Ce procès changera certainement de ce que les juges sont habitués à entendre.

Je remettrai en cause le procureur (dans son principe), qui est une aberration de plus en plus critiquée au niveau de la cour européenne, car ces gens habillés de noir ne sont pas des juges indépendants au sens de la jurisprudence de la cour européenne ou internationale, dans les pays développés.

De plus, le procureur de MONTPELLIER n'a rien fait contre Cédric Lizé, chef d'établissement catholique à Sommières, alors que 3 agents publics qui subissent un harcèlement de sa part depuis 3 à 4 ans, ont porté plainte contre Cédric Lizé auprès du Procureur de Montpellier.

Non seulement, le Procureur de Montpellier n'a rien fait, mais de plus, il a classé sans suite 2 plaintes des 3 salariés, sans diligenter la moindre enquête et en transformant un plainte réelle de "harcèlement moral" en "menaces et chantage', faits qui ne sont pas réprimés par le code pénal.

Autrement dit, puisque le code de procédure oblige le Procureur à motiver les "classements sans suite", le Procureur de MONTPELLIER a modifié purement et simplement le libellé même de la plainte pour justifier son classement sans suite, sans aucune enquête.

Il est vrai qu'en France, le droit pénal social est particulièrement malmené, ce qui permet aux employeurs de citer devant le TGI en correctionnelle un responsable académique syndical, alors que c'est le chef d'établissement catholique qui harcèle des salariés, qui, comme par hasard sont tous à la CGT!

 Il faudrait vraiment être fou pour imaginer que M Cédric Lizé exerce une discrimination contre la CGT!

Tous les commentaires

20/09/2013, 15:15 | Par PARTIE2

Institution privée catholique, syndicat... je soutiens sa démarche...ce qu'il combat semble dérisoire pour certains...pourtant il est essentiel qu'il le fasse...la justice vient du peuple, c'est ce qu'on appelle faire "jurisprudence", et non pas la justice de ces gouvernements qui changent les loi au grès de leurs besoins. 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Newsletter