Ven.
19
Déc

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Boycott

Il y a quelque temps de cela, à Tel-Aviv, je rentrais chez moi dans un début d’orage avec sous le bras ma copine Dafna, un paquet de pâtes et une bouteille de vin… quand nous nous rendîmes compte qu’il nous manquait un ingrédient essentiel à la soirée qu’on se mijotait : la sauce tomate. Pas de problème, entre chez elle et chez moi il y a le mini-market à la devanture rouge, il n’y a qu’à y passer en chemin. Ah, non ! Dafna est catégorique : on peut pas y aller. Ben on a pas trop le choix, sauf si tu veux manger des pâtes au beurre mou. Non, non, on peut pas.

Dafna m’explique : quelques jours plus tôt, elle et son copain Max faisaient leurs courses au mini-market où ils avaient pris leurs habitudes depuis leur récent emménagement dans le quartier. Les jeunes hommes qui y travaillent étaient devenus des copains et Max discutait foot avec le caissier quand Dafna a débarqué en trombe, une boîte d’œufs à la main… des œufs produits en territoires occupés, par des colons.

Dafna et Max s’empressent d’expliquer au caissier et à leurs nouveaux amis tout le mal qu’ils pensent de la revente des produits des territoires.

Ils font face d’abord à une incompréhension opaque (maisqu’est ce que tu t’en fous d’où viennent tes œufs, toi ?), puis à une certaine dérision (t’as qu’à acheter des œufs iraniens, si t’en trouves !)… qui se transforme vite en agacement (après tout, il faut bien qu’ils vivent de quelque chose, les colons, non ?) qui vire à l’incompréhension haineuse de part et d’autre (ben non, justement, je voudrais qu’ils crèvent ! tu n’as pas le droit de dire ça, antisémite !)

Bref, Dafna et Max étaient sortis fâchés à vie avec le mini-market… et il était hors de question d’y retourner.

En même temps, la seule idée d’avoir à refaire un bon quartd’heure en sens inverse…

Sous la pluie.

Dans le froid.

Tout ça pour un misérable pot de sauce tomate. Qui plus est produit en Italie.

Et si tu y allais, toi ? me suggère Dafna… après tout ils ne te connaissent pas… et puis, après, on n’y retournera plus jamais, jamais, jamais !

 

Je repense à cette anecdote parce que, récemment, la question du boycott d’Israël revient sur la table de différentes manières et que j’ai beaucoup de mal à me positionner, même si je sens bien que je devrais avoir quelque chose d’intelligible à dire sur le sujet au delà du mollasson et usuel: « c'est compliqué». Comme cette tribune dans le Monde, par exemple : http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/09/15/israel-cible-de-ken-loach-par-ariel-schweitzer_1240779_3232.html

 

Lors de mon dernier voyage en terre sainte, j’avais ramené deux cartouches de cigarettes israéliennes, des « Noblesses », totalement cheap là-bas, exotique en diable ici. Je les propose à mon entourage avec largesse, d’autant que passé les trois premiers paquets et l’excitation de la nouveauté, le tabac brun a fini par m’écoeurer un peu. Je passe sur les mauvaises blagues (éh ! elles vont pas m’exploser à la gueule tes clopes, si ?) et sur les commentaires con-cernés avec froncement de sourcils et frémissement des lèvres indignés, of course (mais comment peux-tu ? tu escomplice un point c’est tout… cette clope c’est l’occupation !)…

Le fait est que je ne sais pas trop quoi répondre.

C’est à dire, je dis :

Non, ma clope ne va pas t’exploser à la gueule et non ma clope ce n’est pas l’occupation.

Mais à part ça…

Je pense, non je sais, qu’il faut activement refuser d’acheter quoi que ce soit qui est produit dans les colonies. Je pense, non je sais, qu’il faut surveiller où sont produits les légumes et les fruits et les œufs et les poules qu’on achète en Israël. La vague « bio », outre l’agacement tout à fait légitime qu’elle provoque (parce que c’est une« vague », parce qu’elle est parfaitement floue) a ceci de particulier en Israël que la plupart des produits « bio » israéliens sont produits dans les territoires… Les poules élevées en plein air, dans les grands espaces « vides » ou plutôt « vidés », les fruits et légumes cultivés sans pesticides dans les nouvelles grandes étendues vertes où l’eau abonde, étrangement, depuis peu.

 

Il faut refuser de toucher quoi que ce soit qui vienne des colonies… Et oui, cela peut vraiment changer quelque chose, si vraiment tout le monde s’y met, au boycott. L’exemple de l’Afrique du Sud délaissant l’Apartheid parce que le travail de sape sur son économie devenait trop lourd à porter est le meilleur argument en sa faveur.

 

Mon problème c’est quand ce boycott s’étend à tout ce qui a trait à Israël. Tout Israël. Là, j’ai du mal parce que je trouve qu’il serait dommage de priver nos yeux et nos oreilles des films de Sivan ou de Folman… et j’en passe, et des meilleurs… ou des moins bons, d’ailleurs, mais si souvent tellement intéressants.

Et les livres ! Et les photographes ! Et lespeintres ! Et les musiciens !

C’est à dire : les travaux critiques de l’occupation, mais pas seulement…

Mais en même temps, force est de constater qu’on a du mal à imaginer un boycott efficace s’il est sélectif. D’autant qu’en Israël, les colonies sont financées par l’état. Et que pour prendre le mal à sa source, il faudrait bien évidemment boycotter l’état d’Israël. Alors…

 

Je ne peux pas me souvenir sans un dégoût diffus de la description d’un oncle de Nadav qui parlait du temps béni d’avant l’occupation en des termes lyriques : c’était génial, on y allait tout le temps, en Palestine… ! La bouffe était bonne, les légumes pas chers ! On remplissait son frigo pour un rien ! On pouvait même acheter des meubles !

Mais, sans fausse ingénuité, il est terriblement vrai queles premiers rapports entre les peuples sont économiques, non ? Au temps d’avant les bouclages sur les territoires, des Palestiniens travaillaient en Israël, allaient au cinéma en Israël, tombaient amoureux en Israël… Ils avaient rarement des rapports d’égal à égal avec les Israéliens, ne rêvons pas… mais ils avaient des rapports, ce qui aux vues de la présente situation n’est pas peu de chose.

 

Quand je raconte l’anecdote de la sauce tomate à un ami français, il soupire: tu vois, si tu n’habitais pas en Israël…

Les trois petits points c’est pour le sous-entendu.Sous-entendu dans lequel il faut entendre : tu n’aurais pas ce genre de problèmes glauques et minables, tu aurais la conscience tranquille, tu ne participerais jamais, jamais, jamais à l’occupation de façon active ou larvée, de façon ouverte ou planquée, tu ne ferais pas partie de cette immondice qu’est la soumission d’un peuple par un autre, même de façon passive, même sans t’en rendre compte.

Je sais qu’il a raison. Donc je me retiens de dire que l’occupation d’un peuple par un autre en France ou ailleurs, a d’autres manières insidieuses de s’immiscer dans le quotidien. Parce que ce n’est pas lesujet.

 

Ce qui nous ramène à la question : est-ce bien raisonnable de vivre de connivence avec un état puisque derrière tout système étatique se cache des petits et des grands crimes ?

Il faudrait pouvoir être libre de cette participation.

En inventer une autre, évidemment subversive, qui ne serait pas fondée sur l’exclusion des autres dans un repli sur soi auto-suffisant et présomptueux… puisque force est de constater que nous habitons, tous, le mêmemonde unique.

 

Sur ce, shana Tova, une bonne année !

Tous les commentaires

16/09/2009, 18:59 | Par JoHa

A gut yohr, Naruna,

Joha

16/09/2009, 19:07 | Par Fantie B.

Votre billet tombe à pic pour répondre à des interrogations, Naruna.

Certains abonnés de Mediapart ont en effet écrit que toute non résistance active est une complicité.

Mais active comment ? et non résistance à quoi ?

Comme vous je pense qu'il est absolument nécessaire de faire la discinction entre Israël et ses colonies.

Entre le choix de vivre en Israël (ou aux USA ou, ou... c'est quoi les pays innocents sur la planète Terre, au fait ?!)

Et le soutien aux colons.

 

Et d'ici, on peut soutenir les personnes qui ont choisi de vivre en Israël, et pas les colons.

Boycotter les produits des colonies me semble (au moins pour les Israéliens) une résistance active.

18/09/2009, 16:25 | Par pmmabéché

.

16/09/2009, 19:53 | Par Vertubleu

Boycott Total !!! à tous produits et/ou services émanant d'un pays dont le régime est officiellement qualifié depuis hier par l'ONU et son porte parole M Goldstone de criminel de guerre et par certaines facettes mêmes de criminels contre l'humanité (officiel dans le texte, grave atteinte à l'humanité (sic).

Jane Fonda ;

Ken Loach ;

Naomi Flein et de nombreuses autres personnalités font désormais publiquement savoir que tout contact avec des ressortissants et/ou des soutiens extérieurs lobbyistes de ce pays, et tant qu'il ne changerait pas de régime, consistait en une collaboration tacite et une extension DES CRIMES qui durent maintenant depuis un demi-siècle et toujours impunis à ce jour !!!!

Boycott à Montpellier aussi, et dans toutes les villes de France !!!!

@ +O-NE

17/09/2009, 08:33 | Par Naruna Kaplan de Macedo en réponse au commentaire de Vertubleu le 16/09/2009 à 19:53

Klein, Naomi Klein

17/09/2009, 12:05 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de Naruna Kaplan de Macedo le 17/09/2009 à 08:33

Oui.

@ +O-NE

17/09/2009, 16:21 | Par Velveth en réponse au commentaire de Vertubleu le 17/09/2009 à 12:05

J'ai retenu de votre sympathique billet la phrase que je fais mienne:

"Et oui, cela peut vraiment changer quelque chose, si vraiment tout le monde s’y met, au boycott. L’exemple de l’Afrique du Sud délaissant l’Apartheid parce que le travail de sape sur son économie devenait trop lourd à porter est le meilleur argument en sa faveur."

Oui, boycottons. Oui, la France, l'Europe doivent boycotter Israël (on ne va pas trier avec les bantoustans colonisés)

Y compris si cela doit nous priver d'échanges culturels pendant qqs années.

17/09/2009, 19:56 | Par Michel93 en réponse au commentaire de Vertubleu le 17/09/2009 à 12:05

Vertubleu: "Jane Fonda ; Ken Loach ; Naomi Flein et de nombreuses autres personnalités font désormais publiquement savoir que tout contact avec des ressortissants et/ou des soutiens extérieurs lobbyistes de ce pays, et tant qu'il ne changerait pas de régime, consistait en une collaboration tacite et une extension DES CRIMES qui durent maintenant depuis un demi-siècle et toujours impunis à ce jour !!!!"

Sacré Vertubleu, encore une déclaration tonitruante agrémentée d’un certain flou... Tous les ressortissants israéliens ou seulement ceux qui soutiennent la politique de leur pays ? Ce n'est pas du procès d'intention (cf. nos échanges à propos du fameux sac). En fait, quand je vous relis, ce n’est pas si flou que cela. Il s’agit bien de tous les ressortissants israéliens, ce qui ne cadre pas du tout avec ce que les signataires ont en tête.

Extrait de la lettre :

« En tant que membres du monde de la culture, notamment du cinéma, nous sommes troublés par la décision du TIFF de réserver une place de choix à Tel Aviv et de s’être ainsi rendu complice, intentionnellement ou pas, de la machine de propagande israélienne », écrivent les signataires.

«Nous ne visons pas les cinéastes israéliens dont les œuvres sont inscrites au programme du festival », poursuivent les auteurs de la protestation. Mais nous dénonçons l’instrumentalisation du festival, par une campagne de propagande au service d’un régime d’apartheid », ajoutent-ils.

http://www.lepost.fr/article/2009/09/05/1682804_le-festival-de-toronto-accuse-de-propagande-israelienne.html

NB : en fait, Jane Fonda aurait retiré sa signature. Mais de nombreuses autres personnalités ont signé, dont un cinéaste israélien, Udi Aloni.

http://www.guardian.co.uk/film/2009/sep/16/toronto-festival-israel-tel-aviv

18/09/2009, 10:34 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de Michel93 le 17/09/2009 à 19:56

Vous avez raison sur le texte exact Michel93, qui ne vise que le festival du cinéma dont il s'agit, mais il y aura d'autres actions d'ampleur envisagées n'en doutons pas.

Quant à Jane Fonda, non seulement sa signature est maintenue à cet appel, mais elle ne manquera pas de s'engager encore plus avant dans ce mouvement, ainsi qu'elle l'avait d'ores et déjà admirablement fait contre la guerre du Vietnam.

Boycott Total !!! Non à L'Apartheid et aux massacres de civils !!!

@ +O-NE

18/09/2009, 15:54 | Par Michel93 en réponse au commentaire de Vertubleu le 18/09/2009 à 10:34

(Jane Fonda) C’était une hypothèse émise après avoir lu une phrase de l’article du Guardian : "Fonda initially threw her weight behind the declaration but has since backed away amid a furious campaign against the protest."

Mais j’étais resté prudent, d’où l’emploi du conditionnel.

Jane Fonda n'a en effet pas retiré sa signature. Voici l’article où elle s’explique :

http://www.huffingtonpost.com/jane-fonda/expanding-the-narrative_b_286406.html

Sur le premier point… Vous reconnaissez donc êtes donc allé un peu vite en besogne. Et vous voulez boycotter tous les ressortissants israéliens. Ou je me trompe ?

18/09/2009, 16:04 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de Michel93 le 18/09/2009 à 15:54

Vous ne vous trompez pas Michel93.

Ce me paraît normal, comme nous l'avions fait pour l'Afrique du Sud à l'époque, même dérives = même démarche oppositionnelle.

Nous ferons également une manif pour que le match de Foot "Bordeaux / Tel Aviv" tout prochainement programmé n'ait pas lieu.

Nous demanderons également aux binationaux de clarifier leur position vis-à-vis de ce régime d'Apartheid par des déclarations officielles, voire même des abandons de citoyenneté.

@ +O-NE

19/09/2009, 10:11 | Par Michel93 en réponse au commentaire de Vertubleu le 18/09/2009 à 16:04

Votre réponse m'avait échappé.

Mais vous vous rendez compte de ce que cela veut dire de boycotter TOUT ce qui est israélien, et notamment TOUS les ressortissants israéliens? Jouer au grand inquisiteur, je ne vois ce que cela va vous rapporter puisque vous considérez qu'aucun moyen utilisé par l'opposition israélienne n'est assez radical. D'ailleurs, pour rester cohérent, il vous aurait fallu "boycotter" les citoyens sud-africains réfugés politiques en Europe, parce qu'ils avaient choisis de se débiner...

Je continuerais, ne vous en déplaise, à aller voir des films israéliens comme des films palestiniens (difficile de voir la différence d'approche parfois), pas ceux de "Lieberman" bien entendu.

21/09/2009, 20:28 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de Michel93 le 19/09/2009 à 10:11

Oui, sauf qu'à partir d'aujourd'hui et à la différence d'hier je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour vous en empêcher sur le sol de la France des Droits de L'Homme, qui n'a strictement rien à voir, ni à faire non plus, avec un quelconque élément abondant financièrement de prés ou de loin avec un Etat raciste, fasciste et criminel de guerre et de surcroît contre l'humanité.

N'en doutez surtout pas.

@ +O-NE

21/09/2009, 21:18 | Par Naruna Kaplan de Macedo en réponse au commentaire de Vertubleu le 21/09/2009 à 20:28

HAHAHA

(désolée, je sais qu'il ne faudrait pas répondre et laisser courir et tout et tout, mais je me marre doucement)

21/09/2009, 21:38 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de Naruna Kaplan de Macedo le 21/09/2009 à 21:18

Rendez-vous dans quelques heures à Washington entre Barack Hussein Obama (que la Paix soit avec lui) Abbas et Big Pig Bibi Netanyaou, on verra bien si vous rirez autant après cette nouvelle rencontre au sommet.

A demain soir Naruna et n'abusez pas trop de sauce tomate en attendant.

@ +O-NE

22/09/2009, 00:21 | Par Michel93 en réponse au commentaire de Vertubleu le 21/09/2009 à 21:38

Vertubleu, l’élément abondant vous recommande:

- "Tu n'aimeras point" d'Haim Tabakman, un film qui évoque le boycott d'une boucherie.

- "A propos d'Elly", de Asghar Farhadi, un merveilleux petit film. Israélien? non, iranien.

Bien le bonsoir, Naruna.

24/09/2009, 10:56 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Michel93 le 22/09/2009 à 00:21

@ Vertubleu : je n'ai aps compris votre : "un quelconque élément abondant financièrement"

(J'espère du moins ne pas l'avoir compris).

17/09/2009, 11:19 | Par Lincunable

Merci Naruna Kaplan pour ce très beau billet,

Tout d'abord, je dirai que le boycott est une arme de guerre qui peut être contre-productif : c'est ainsi qu'en coupant les approvisionnements de Napoléon en produits des Antilles les anglais lui ont permis de développer la culture continentale de la betterave à sucre = gros succès commercial !!! Il faut donc y regarder à deux fois quand on manie l'arme du boycott souvent à double tranchant et qui ne vaut pas seulement pour les israéliens mais aussi pour les palestiniens.

Ensuite, il est étonnant qu'on ne puisse trouver des oeufs de ferme que dans des colonies décrétées et construites à la va vite avec voeu d'autarcie et pas dans les kibboutzim ou moshavim historiques dont la fonction nourricière dépasse les frontières du pays.

Enfin, le plus sûr moyen de lutter contre les colonies sauvages me parait être non pas de s'en prendre au marchand du coin dont les sources d'approvisionnement sont peut-être limitées voire imposées, mais à la knesset qui fait la pluie et le beau temps dans le domaine du démantèlement de colonies, des permis de construire et des permis de démolir.

chana tova anticipée.

Enfin, s'il fallait boycotter

17/09/2009, 12:05 | Par jamesinparis

 

L'UE doit construire et implanter ses relations extérieures en accord avec les condition requises par le droit international, incluant les lois qui contribuent à la protection des droits de l'Homme.

00000703.gif

 

 


L'Accord d'Association entre l'UE et Israël a été signé le 20 novembre 1995, et est entré en vigueur le 1er juin 2000. L'Article 2 de l'Accord d'Association évoque la "clause des éléments essentiels", engage l'UE et Israël à baser leurs relations sur le respect des Droits de l'Homme et des principes démocratiques.

Les éléments principaux de l'Accord sont:

  • Respect des droits de l'Homme et des principes démocratiques;
  • Stabilité politique et développement économique de la région à travers l'encouragement à la coppératin régionale;
  • L'accent est mis sur la paix, la sécurité et sur le besoin de contribuer à la stabilité et à la prospérité de la région Mediterranéenne, de promouvoir la compréhension et la tolérance;
  • Lutte contre la xénophobie, l'anti-sémitisme et le racisme;
  • Mise-en-place de 10 sous-comités qui s'occupent chacun des aspects techniques des engagements du Plan d'Action.

Texte entier de l'Accord

 

17/09/2009, 12:15 | Par jamesinparis

International Federation of Human Rights (FIDH) :

OPEN LETTER ON THE OCCASION OF THE EU-ISRAEL ASSOCIATION COUNCIL 15 JUNE 2009

http://www.euromedrights.net/usr/00000022/00000051/00000160/00003028.pdf

17/09/2009, 14:36 | Par jamesinparis

Gaza, crimes de guerre, crimes contre l’humanitépublié le jeudi 17 septembre 2009

par Alan Gresh

La mission des Nations unies sur les événements de Gaza a rendu son rapport le 15 septembre, disponible en anglais sous le titre : « Human Rights Situation in Palestine and Other Occupied Arab Territories. Report of the United Nations Fact Finding Mission on the Gaza Conflict ». C’est un texte de plus de 570 pages, résultat du travail de plusieurs mois mené par la commission présidée par le juge sud-africain Richard Goldstone, un ancien membre de la cour constitutionnelle de son pays et un ancien procureur du tribunal pénal international sur l’ex-Yougoslavie (TPIY) et sur le Rwanda (TPIR).

Cette mission s’est rendue à deux reprises à Gaza ; le gouvernement israélien lui a interdit l’accès à la Cisjordanie et à Israël, mais elle a pu entendre des témoins israéliens (dont le père de Gilad Shalit) à Amman. Elle a aussi effectué un certain nombre d’auditions publiques (sur son programme détaillé lire, « United Nations Fact Finding Mission on the Gaza Conflict. », qui donne les liens avec les auditions.

 

A écouter les commentateurs des médias, à lire la presse, on a l’impression que le rapport renvoie dos à dos les deux protagonistes, Israël et le Hamas. Effectivement, le rapport affirme que les deux sont coupables de « crimes de guerre », voire de « crimes contre l’humanité ». On serait donc dans une sorte d’équilibre... En fait, rien n’est plus faux. Et la lecture du rapport (on peut se demander si ceux qui en parlent l’ont lu), est accablante avant tout pour Israël.

 

Un des éléments les plus intéressants du rapport est la chronologie détaillée au chapitre III des événements entre le 18 juin 2008, date de la signature d’un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas sous l’égide de l’Egypte, et le début de l’offensive israélienne. Il apparaît clairement du travail de la commission que :

- Israël n’a pas respecté ses engagements d’ouvrir les points de passage à Gaza et a maintenu une politique de blocus contre la population, la privant des denrées de première nécessité ;

- le cessez-le-feu a été, en gros, respecté par les deux parties jusqu’à début novembre ;

- le début de l’escalade a eu lieu le 4 novembre, à la suite d’une incursion israélienne.

 

Cela confirme que, contrairement à ce que reprennent la plupart des médias et aussi le président de la République, ce n’est pas le Hamas qui a rompu le cessez-le-feu.

 

Autre point fort du rapport, le lien fait entre l’offensive contre Gaza et l’ensemble de la politique israélienne. Ainsi, selon le point 1674 du texte, cette opération est dans la continuité des « objectifs politiques israéliens concernant Gaza et les territoires occupés dans leur ensemble. » On ne peut donc comprendre l’offensive israélienne comme un seul ensemble d’objectifs militaires. Le point 1675 explique que cette offensive ne peut être vue indépendamment de « la politique de blocus qui a précédé l’opération et qui représente, selon la commission, une punition collective infligée intentionnellement par le gouvernement israélien au peuple de Gaza ».

 

http://www.france-palestine.org/article12617.html

 

Je ne sais pas ce qu'il faut de plus pour boycotter un état hors la loi.Mais à quoi servira ce boycott...? Les USA fournira une aide de $ 2,775 milliards de dollars à Israël pour l’année fiscale 2010, conformément à un accord signé par les États-Unis et Israël en 2007 destinée à fournir $30 milliards de dollars à Israël en forme d’aide militaire sur dix ans.

 

Si dans le cadre d'un Boycott internationale d'envergure, Israel a besoin de plus de fonds, les USA fourniront plus. A mon avis il n'y a pas de limite à ce soutien.

Mais reste tout de même le portée symbolique d'un tel acte...

Merci pour ce beau billet.

 

BOYCOTT, DIVESTMENT, AND SANCTIONS (BDS)http://fr.wikipedia.org/wiki/Boycott,_d%C3%A9sinvestissement_et_sanctions

 

 

Pour information : Aux Etats-Unis, un amendement introduit en 1977 dans

l'Export Administrative Act

rend illégal au niveau fédéral le boycott ou la participation à un échange incluant le boycott de l'État d'Israël pour les citoyens américains.

http://www.bis.doc.gov/complianceandenforcement/antiboycottcompliance.htm

 

17/09/2009, 19:05 | Par Michel93 en réponse au commentaire de jamesinparis le 17/09/2009 à 14:36

Autant aller à la source, ça pourrait aider par la suite... L'article de Gresh est paru le 16 septembre sur son blog:

http://blog.mondediplo.net/2009-09-16-Gaza-crimes-de-guerre-crimes-contre-l-humanite

17/09/2009, 20:47 | Par jamesinparis en réponse au commentaire de Michel93 le 17/09/2009 à 19:05

Oui, merci.

17/09/2009, 13:18 | Par Zeituna

"tu n’aurais pas ce genre de problèmes glauques et minables, tu aurais la conscience tranquille, tu ne participerais jamais, jamais, jamais à l’occupation de façon active ou larvée, de façon ouverte ou planquée, tu ne ferais pas partie de cette immondice qu’est la soumission d’un peuple par un autre, même de façon passive, même sans t’en rendre compte. "

Je ne suis pas du tout d'accord. Je pense qu'en etant en france, on est tout a fait complice rien que du fait qu'une partie importante de ces colons sont francais et donc proteges par l'etat francais qui est donc de fait complice et qui ne remet pas en cause leur droit a la double nationalite (et meme a la triple nationalite dans certains cas, l'exeption israelienne) alors qu'on en parle pour les franco-africains en consideration de leurs terribles diificultes identitaires et de leur manque de patriotisme...

Ceci n'est qu'un exemple, je ne crois absolument pas qu'on soit plus coupable ou complice ici ou la, au moins tu ne te caches pas d'une evidence.

Chouette papier, merci de soulever une question qui m'est aussi quotidienne.

 

17/09/2009, 14:27 | Par Lincunable

"Le Premier ministre israélien s'est déclaré favorable à un accord qui permettrait à l'Etat hébreu de poursuivre sa politique d'implantations tout en reprenant des pourparlers de paix avec les palestiniens" = il est clair qu'avec de telles déclarations qui s'apparentent plutôt à une déclaration de guerre, il n'y a pas grand chose à attendre pour un processus de paix.

chana tova anticipée renouvelée.

17/09/2009, 14:49 | Par Vertubleu

Le jeune homme, disposant de la double nationalité "Franco-Israelienne" assassin à coups de couteau en 2002 à Paris, du commissaire de Police Monsieur Alexis Marsan est toujours libre en Israel, et n'a jamais été incarcéré pour cet acte, ni même extradé.

Les médias n'en n'ont pas parlé, ni même dénoncé la position éhontée de soumission des autorités Françaises en la matière.

Fini le double langage, le deux poids deux mesures, maintenant il faut prendre des vraies sanctions vis-à-vis de ceux qui se croient au-dessus de toute Loi humaine, qui volent la terre des autres, qui tuent impitoyablement des civils et qui organisent l'Apatyheid au sein de leur société.

Laissez germer l'idée que certains seraient des "sous-hommes" et d'autres des "sur-hommes" du fait d'une appartenance ethno-religieuse particulière est inadmissible au XXIème siècle.

Boycott total !!! Et Sanctions Internationles Efficaces !!!

@ +O-NE

23/09/2009, 23:05 | Par liberty en réponse au commentaire de Vertubleu le 17/09/2009 à 14:49

Le type dont vous parlez est actuellement emprisonné en Israël pour meurtre par egorgement.

 

23/09/2009, 23:24 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de liberty le 23/09/2009 à 23:05

S'il n'avait pas été laissé en liberté par les autorités Françaises en 2002 ce nouveau drame qu'il a récemment commis à Tel Aviv, en égorgeant un chauffeur de taxi arabe, ne se serait effectivement pas produit.

@ +O-NE

17/09/2009, 16:58 | Par Lincunable

Pour les plus optimistes, Netanyahou aurait lâché du lest à ses extrêmistes mais envisagerait d'accepter le moratoire américain. Il me semble qu'on n'a encore jamais vu un gouvernement israélien céder à des moratoires extérieurs.

17/09/2009, 17:17 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de Lincunable le 17/09/2009 à 16:58

"aurait" et "envisagerait" = conditionnel.

Rien n'est encore fait, et on connaît la musique maintenant.

Des actes, des vrais, ou rien à négocier.

@ +O-NE

17/09/2009, 17:11 | Par Naruna Kaplan de Macedo

Pour prolonger le débat: http://www.lapaixmaintenant.org/article1988

Uri Avneri, de Gush Shalom, est l'un des plus intéressants critiques de l'occupation et de la politique israélienne.

17/09/2009, 18:18 | Par jamesinparis en réponse au commentaire de Naruna Kaplan de Macedo le 17/09/2009 à 17:11

Uri Averni souligne dans son article l'énorme effet qu'avait le boycott international vis à vis du régime en Afrique du Sud. Surtout morale. Cependant, je trouve ses arguments contre un boycott intérnational à l'encontre de l'état d'Israel faibles : cela les pousserait dans un "état de siège" psychologique déjà assez prononcé suite à la Shoa : "tout le monde est contre nous". Certes il y a des différences entre l'apartheid en Afrique du sud, et l'apartheid en Israel et les territoires palestiniennes occupées, mais le peuple entier assiégé est celui des palestiniens. Le confort psychologique des israeliens ne devrait pas nous faire oublier cette réalité insupportable et inhumaine. Selon Averni le conséquence politique de ce repli psychologique des israeliens serait la monté des extremes en israel, coupant tout dialogue. Mais c'est déjà le cas.

Comme il affirme bien l'efficacité du boycott vis à vis du régime de l'Afrique du Sud, je crois qu'une politique internationale de Boycott, Désinvestissement et Sanctions pourrait aider à lutter contre l'innomable, un régime étatique coupable de crimes de guerre et crimes contre humanité à l'encontre du peuple palestinien, et dont il dépossède sans relâche de ses terres, le maintenant dans un blocus qui est à lui seul un crime contre leur humanité.

Appeler à une "stratégie à pincettes" dans les circonstances ne me semble pas repondre à l'urgence et la gravité des faits. L'appel à un Boycott International me semble au moins porteur d'un geste fort et symbolique

Bien à vous.

18/09/2009, 11:08 | Par Velveth en réponse au commentaire de jamesinparis le 17/09/2009 à 18:18

Je partage totalement le point de vue de jamesinparis.

17/09/2009, 17:20 | Par Lincunable

Je ne suis pas très sûr des données mais j'ai cru comprendre qu'il y aurait actuellement environ 300 000 colons implantés en Cisjordanie sur une centaine de sites. Bon,évidemment, ce n'est pas négligeable. On ne peut pas rapatrier tout le monde d'un seul coup. Il faudrait déjà commencer par geler le mouvement d'implantations et envisager un retrait. Même Ariel Sharon l'avait admis pour Gaza. Alors, pourquoi pas Netanyahou ? Il espère quoi dans la fuite en avant ?

17/09/2009, 18:26 | Par Arpège

Commentaire effacé suite à erreur sur le destinataire (la faute aux onglets).

Ne vous dérangez pas, je sors..

Sourire

17/09/2009, 18:23 | Par Arpège

Oups désolée : erreur sur le destinataire.

Enchantée, je corrige et je m'en vais.

Sourire

17/09/2009, 19:51 | Par rs232

Pas compris, moi, le coup du mini-market :

"Les jeunes hommes qui y travaillent étaient devenus des copains et Max discutait foot avec le caissier quand Dafna a débarqué en trombe, une boîte d’œufs à la main… des œufs produits en territoires occupés, par des colons.

Dafna et Max s’empressent d’expliquer au caissier et à leurs nouveaux amis tout le mal qu’ils pensent de la revente des produits des territoires."

 

17/09/2009, 23:13 | Par Marc Zalcman

Le problème du boycott de TOUT ce qui est Israélien ce n'est pas de devoir se priver des choses intéressantes qui proviennent d'Israël mais de priver de voix les artistes et intellectuels, qui sont pour la plupart des militants de la paix.

17/09/2009, 23:43 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Marc Zalcman le 17/09/2009 à 23:13

Bien d'accord.

Pas question pour moi de boycotter des gens avec qui je suis d'accord parce qu'ils soutiennent des idées ou actions qui m'intéressent !

Et la culture n'est pas un produit. Pas ce que j'entends par culture, en tout cas.

18/09/2009, 00:12 | Par Michel93 en réponse au commentaire de Fantie B. le 17/09/2009 à 23:43

Euh, d'ailleurs, qu'est-ce que nous ferions ici? ;o)

18/09/2009, 07:27 | Par Campagnol

Quand on lit des Israeliens qui demandent, eux-mêmes, la mort dans l'ame, que l'on boycotte leur pays, parce qu'ils ont besoin d'aide extérieure, parce qu'il ne reste plus rien d'autre à faire, on ne peut qu'être impressionné.

18/09/2009, 08:36 | Par Lincunable

d'accord sur ce point avec Marc Zalcman, FantieB, Michel93 et Campagnol.

Mais si l'on peut être impressionné, on peut comprendre aussi : quand on est mlilitant de la paix et israélien et que la seule réponse des gouvernements successifs depuis 50 ans c'est : on ne peut pas faire la paix avec ces gens-là, donc la seule méthode pour se faire respecter c'est d'imposer nos propres conditions contre vents et marées, il n'est pas illogique de penser qu'un boycott économique extérieur est le seul moyen de faire changer l'état d'esprit en Isarël. En voyez-vous d'autres ?

18/09/2009, 17:38 | Par Michel93 en réponse au commentaire de Lincunable le 18/09/2009 à 08:36

Je n'avais pas bien lu votre commentaire, Lincunable. Jusque là, je ne m'étais exprimé que sur le boycott tout ce qui est israélien, parce que c'est mettre dans le même sac tout et son contraire, Michel Warschawski ... ou l'auteur de ce billet, et Lieberman par exemple.

Le boycott économique, c'est autre chose. J'y suis favorable. Je suis un peu "crevé" en ce moment, alors je n'ai pas prêté au débat toute l'attention requise.

Faut-il par exemple cibler le boycott économique pour éviter des chocs en retour? Je crois avoir récemment cité un passage d'un article d'Edward Saïd qui comportait quelques lignes sur son opposition à un boycott économique (mais il datait de 1998, donc bien avant l'attaque de Gaza). Il fondait son opposition sur le fait que la population arabe d'Israël allait souffrir d'un tel boycott. Oui, mais si genre d'argument avait prévalu à l'égard de l'Afrique du Sud...

18/09/2009, 09:02 | Par françois périgny

Boycott. Recension de tous les produits "made in Israel". On êut commencer par les avocats, oranges, pamplemousse... La saison va commencer.

Mais surtout le faire savoir. Mediapart = 16000 abonnés. Commencer par une annonce et une pétition sur Mediapart même. Créer un "buzz", ensuite. Puis un symbole. Les grandes manifestations pour la libération de Mandela n'ont pas été pour rien dans la chute finale de l'apartheid. Qui représenterait le mieux la cause palestinienne laïque ?

18/09/2009, 16:25 | Par Michel93 en réponse au commentaire de françois périgny le 18/09/2009 à 09:02

Ca fait des années que je refuse d'acheter des oranges "jaffa". Par contre, les avocats israéliens, je sais pas car je n'ai pas trop l'occasion de les fréquenter. Sérieusement: d'accord avec vous, Pierre Ferron.

Je connais une entreprise française qui s'est désengagée d'Israël, mais à cause de la crise. Le moment pourrait donc être propice à une campagne pour le boycott?

18/09/2009, 11:28 | Par Velveth

POUR INFO:

Par Palestine Solidarity Campaign > pscnews@palestinesolidaritycampaign.org
Dans une décision historique, les syndicats de Grande-Bretagne ont voté à une majorité écrasante pour s’engager à construire un mouvement massif de boycott, désinvestissement et sanctions contre Israël pour un règlement négocié basé sur la justice pour les Palestiniens.

boycott%20Israel.jpgshim.gifLa motion a été adoptée lors du Congrès annuel de la Fédération syndicale 2009 à Liverpool le 17 septembre par des syndicats représentant 6,5 millions de travailleurs dans tout le Royaume-Uni.
Hugh Lanning, président de Palestine Solidarity Campaign, a dit : « Cette motion est le point culminant d’une vague de motions adoptées lors des conférences des syndicats cette année, suite à l’indignation provoquée par la guerre brutale d’Israël sur Gaza, et elle reflète le soutien grandissant aux droits palestiniens. Nous allons travailler avec la Fédération syndicale pour développer une campagne massive de boycott des produits israéliens, en particulier les produits agricoles qui sont produits dans les colonies israéliennes illégales en Cisjordanie palestinienne. »
La motion appelle de plus le Conseil général de la Fédération syndicale à faire pression sur le gouvernement britannique pour mettre fin au commerce d’armes avec Israël et pour soutenir les initiatives visant à la suspension de l’accord d’association Union Européenne-Israël. Les syndicats encouragent également le désinvestissement des compagnies qui profitent des 42 ans d’occupation illégale d’Israël de Gaza et de la Cisjordanie.
La motion a été présentée par le Syndicat des Brigades du Feu. Les plus gros syndicats au Royaume-Uni, dont Unite, le syndicat du secteur public et UNISON, qui représente les travailleurs des services de santé, ont voté en faveur de la motion.
La motion condamne également la déclaration du 13 janvier 2009 en soutien à la guerre d’Israël sur Gaza faite par le syndicat israélien Histadrut, guerre qui a tué 1.450 Palestiniens en trois semaines, et elle demande que soient revues les relations de la Fédération syndicale avec Histadrut.
 

18/09/2009, 15:35 | Par jamesinparis

Israël convoque l’ambassadeur de Norvège pour protester contre le désinvestissement dans une société d’armement Par Amira Hass et Barak Ravid,

correspondants de Haaretz et The Associated Press -

 

Le directeur général du ministère des Affaires Etrangères, Yossi Gal, a convoqué, jeudi 03/09/09, l’ambassadeur de Norvège à Tel Aviv, Jakken Bjørn Lian, pour protester contre la décision de la Norvège de retirer tous ses investissements de la firme israélienne d’armement Elbit.

 

A la suite de la réunion, le ministère des Affaires Etrangères a fait savoir que « Israël envisagera d’autres mesures de protestation dans l’avenir ».

 

Le ministre des finances norvégien, Kristin Halvorsen, a annoncé, plus tôt dans la journée, lors d’une conférence de presse à Oslo que ce désinvestissement avait été décidé en raison de la participation d’Elbit à la construction de la « barrière de séparation » en Cisjordanie.

 

***

Quelle est la position de la France concernant les entreprises participant aux activités illégales, comme le mur d'annexion ou les colonies israeliennes ? 

18/09/2009, 15:45 | Par jamesinparis

Desmond Tutu appelle au boycott d’Israël lundi 31 août 2009

L’archevêque sud-africain Desmond Tutu, a dénoncé hier (29 août 2009) le fait qu’Israël fasse "payer aux Palestiniens le prix de l’Holocauste" et a rappelé que "Pas plus que l’Afrique du Sud, Israël n’obtiendrait la sécurité par les armes, mais seulement à condition de reconnaître et respecter tous les droits de l’homme ».

Dans une interview au quotidien Haaretz, le prix Nobel de la Paix répondait aux propos de Netanyahou qui, de passage à Berlin, a justifié une fois de plus a politique israélienne par l’holocauste.

 

Desmond Tutu en a profité pour approuver les récents propos de l’opposant israélien Neve Gordon, en faveur du boycott de son pays.

 

Il a rappelé la nécessité de sanctions contre Israël, et l’importance particulière du boycott sportif, ainsi que son efficacité pour combattre le régime d’apartheid en Afrique du Sud. « Comme nous vivions dans un pays entiché de sport, cela a permis de toucher les gens ordinaires. Cela a été l’un des outils psychologiques les plus puissants ».

 

Il a également souligné la "nécessité de frapper le régime d’apartheid au portefeuille, comme cela a été le cas en Afrique du Sud avec l’embargo sur les armes et le boycott économique."

 

Ce sont, a-t-il déclaré, ces sanctions qui ont "donné de l’espoir à notre peuple en lui montrant que le monde s’en souciait".

 

Lors de sa visite au village de Bil’in où se tiennent chaque semaine des manifestations contre le mur, il a fait le parallèle avec l’Afrique du sud “du temps où nous devions passer les check-points et où nous étions à la merci de l’arbitraire le plus total des policiers », tout en soulignant : « Toutefois, nous ne subissions pas de châtiments collectifs, tels que les démolitions de maisons sous prétexte que l’un de ses habitants soit soupçonné de ‘terrorisme‘ ».

 

L’archevêque Desmond Tutu a également accusé les organisations juives aux États-Unis, "d’intimider tous ceux qui critiquent l’occupation en les qualifiant d’antisémites". Il a rappelé comment ces lobbies avaient fait annuler ses interventions dans les universités américaines.

 

18/09/2009, 15:49 | Par jamesinparis

Israël : Boycottage, Désinvestissement, Sanction lundi 2 février 2009 par Naomi KLEIN

 

Il est temps. Plus que temps. La meilleure stratégie pour faire cesser l’occupation de plus en plus sanglante de la Palestine est qu’Israël devienne la cible d’un mouvement international de boycottage similaire à celui qui a permis de mettre fin à l’apartheid, en Afrique du Sud.

 

En juillet 2005, une vaste coalition de groupes palestiniens a jeté les bases d’un tel mouvement. Elle a appelé « toutes les personnes de conscience, partout dans le monde, à prendre des initiatives de désinvestissement à l’encontre d’Israël semblables à celles appliquées à l’Afrique du Sud pendant l’apartheid ». La campagne Boycottage, Désinvestissement, Sanctions (BDS) était née.

 

Le bombardement de Gaza suscite de nouveaux appuis à cette campagne planétaire de boycottage, y compris parmi les Juifs israéliens. Au début de l’agression, environ 500 Israéliens, dont de nombreux artistes et universitaires de renom, ont adressé une lettre aux ambassadeurs étrangers en poste en Israël. Cette lettre, qui établit un parallèle avec la lutte antiapartheid, réclame « l’adoption immédiate de sanctions et de mesures restrictives ». Pour les signataires, « le boycottage de l’Afrique du Sud a été efficace, mais on prend des gants blancs avec Israël. Le soutien international doit cesser ».

 

Malgré cet appel, plusieurs d’entre nous n’y adhèrent toutefois pas encore. Les raisons sont complexes, émotives et bien compréhensibles. Mais elles ne sont tout simplement pas justifiées, car les sanctions économiques est l’instrument le plus efficace dans l’arsenal non violent. Y renoncer est en quelque sorte se rendre complice des massacres commis par Israël. Voici les quatre principales objections à la stratégie Boycottage, Désinvestissement et Sanctions.

 

1. Des mesures punitives vont aliéner les Israéliens plutôt que les persuader La communauté internationale a essayé ce que l’on appelle « l’engagement constructif ». Ceci a lamentablement échoué. Depuis 2006, Israël ne cesse d’intensifier ses actions criminelles : expansion des colonies, déclenchement d’une guerre contre le Liban et punition collective des Palestiniens de la bande de Gaza par un blocus agressif. Malgré cette escalade, Israël n’a fait l’objet d’aucune mesure de rétorsion, au contraire. Les États-Unis envoient des armes et trois milliards de dollars d’aide à Israël chaque année. Durant ces trois dernières années, ce pays a bénéficié d’une amélioration de ses relations diplomatiques, culturelles et commerciales avec d’autres pays alliés. Par exemple, Israël est devenu en 2007 le premier pays non latino-américain à signer un accord de libre-échange avec le Mercosur. Au cours des neuf premiers mois de 2008, les exportations israéliennes vers le Canada ont augmenté de 45 %. Un nouvel accord commercial avec l’Union européenne vise à doubler les exportations de produits alimentaires israéliens transformés. Et en décembre, les ministres européens ont bonifié l’accord de partenariat entre l’Union européenne et Israël, une faveur attendue depuis longtemps par Jérusalem.

 

C’est dans ce contexte que les dirigeants israéliens ont lancé leur guerre contre Gaza : ils savent que cela ne leur coûtera pas grand-chose en termes d’échanges commerciaux ou diplomatiques. Il est significatif que l’indice de la Bourse de Tel-Aviv ait augmenté de plus de 10 % après la première semaine de guerre. Lorsque la méthode de la carotte ne fonctionne pas, le bâton est nécessaire.

 

2. Israël n’est pas l’Afrique du Sud

Bien entendu ! La pertinence d’un boycottage de type sud-africain réside dans le fait que la tactique du BDS peut être efficace lorsque des mesures plus faibles (manifestations, pétitions, lobbying) ont échoué. Les traits affligeants de l’apartheid se retrouvent dans les territoires palestiniens occupés : les cartes d’identité différenciées, les permis de déplacement, les maisons rasées au bulldozer, les déportations de populations, les routes réservées uniquement aux colons israéliens. Ronnie Kasrils, un haut responsable politique sud-africain, révèle que l’architecture de la ségrégation en Palestine (Gaza et Cisjordanie) est « infiniment pire que l’apartheid ». Ce constat a été fait en 2007, avant qu’Israël commence sa pression tous azimuts contre la prison à ciel ouvert qu’est devenue Gaza.

 

3. Pourquoi accuser Israël alors que les États-Unis et les pays occidentaux font la même chose en Irak et en Afghanistan ?

Le boycottage n’est pas un dogme, c’est une tactique. La raison pour laquelle la stratégie BDS doit être essayée est pratique  : dans un pays aussi petit et qui dépend autant du commerce, elle peut être efficace.

 

4. Le boycottage rompt la communication alors que nous avons besoin de dialoguer davantage

Je répondrai à cette objection par une histoire personnelle. Pendant huit ans, mes livres ont été publiés en Israël par une maison d’édition qui s’appelle Babel. Mais lorsque j’ai publié La stratégie du choc, j’ai voulu respecter le boycottage. Sur les conseils de militants du BDS, j’ai contacté un petit éditeur nommé Andalus, très impliqué dans le mouvement contre l’occupation israélienne et aussi le seul à publier en hébreu des livres de langue arabe. Nous avons conclu un contrat garantissant que tous les bénéfices du livre reviendront à Andalus, pas à moi. Je boycotte l’économie israélienne, pas les Israéliens. Mettre en place ce modeste plan a nécessité de nombreux appels téléphoniques et courriels entre Tel-Aviv, Ramallah, Paris, Toronto et la ville de Gaza.

 

Mon expérience est la suivante : si vous commencez une stratégie de boycottage, le dialogue s’accroît de façon considérable. L’argument selon lequel le boycottage nous couperait les uns des autres est illogique étant donné l’éventail de moyens de communication modernes dont nous disposons. Nous croulons sous les moyens de nous parler sans égard aux frontières nationales. Le boycottage n’interrompt pas la communication, au contraire.

 

Actuellement, plusieurs fiers sionistes sont prêts à répliquer qu’Israël produit plusieurs joujoux de haute technologie dans ses parcs de recherche, parmi les meilleurs au monde. C’est vrai, mais ils ne sont pas les seuls. Quelques jours après l’attaque de Gaza par Israël, Richard Ramsey, directeur d’une entreprise britannique de télécommunication spécialisée dans les services vocaux sur Internet, a envoyé un courriel à la firme technologique israélienne MobileMax : « En raison des actions du gouvernement israélien de ces derniers jours, nous ne sommes plus en mesure de travailler avec vous ou avec toute autre compagnie israélienne. »

 

Monsieur Ramsey a déclaré que sa décision n’était pas politique. « Nous ne pouvons pas perdre des clients, explique-t-il. C’est purement défensif sur le plan commercial. » C’est ce genre de calcul qui a conduit de nombreuses entreprises à se retirer de l’Afrique du Sud il y a vingt ans. Et c’est précisément ce calcul qui constitue l’espoir le plus réel de rendre enfin justice à la Palestine.

 

Article paru en anglais dans The Nation www.thenation.com, puis sur www.naomiklein.org

18/09/2009, 17:44 | Par Michel93 en réponse au commentaire de jamesinparis le 18/09/2009 à 15:49

Pas mal!

Avec en prime une phrase comme "Je boycotte l’économie israélienne, pas les Israéliens", je ne vais pas faire la fine bouche.

Obsédé? Oui, un peu.

19/09/2009, 00:54 | Par Marc Zalcman

OK, on passe au boycott de la Chine maintenant, histoire d'être un rien cohérent? Et pour les Iraniens, qu'est-ce qu'on fait?

19/09/2009, 10:45 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Marc Zalcman le 19/09/2009 à 00:54

@ Marc Zalcman : Je suis pour le boycott économique des pays qui ne respectent pas les résolutions internationales en matière de ségrégation des populations.

L'Iran ne rentre pas dans cette catégorie (et est déjà sous embargo - d'où des problèmes de santé pour sa population, je crois).

Quant à la Chine ou la Russie qui maltraitent aussi des populations minoritaires, ils font partie des pays à droit de veto, donc pas de résolution internationale contre eux, ni boycott économique n'est réaliste pour le consommateur - boycotter le gaz russe ? comment ? Les produits chinois : il faut pouvoir en trouver des alternatifs à prix voisins.

 

 

21/09/2009, 20:24 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de Marc Zalcman le 19/09/2009 à 00:54

Ni la Chine, ni l'Iran, ne sont des voleurs de terres me semblent-ils, et condamnés comme tels par l'ONU depuis 1948, pour irrespect des termes d'un plan de partage initial.

Les dirigeants Chinois et Iraniens ne sont pas prélevés dans une intelligenstia occidentale se situant essentiellement en Europe et aux USA et réimplantés sur des terres qui ne sont pas celles de leurs ancêtres, qu'ils auraient volés à d'autres en les expulsant et en les exterminant à petit feu dans le temps.

@ +O-NE

 

 

23/09/2009, 23:18 | Par liberty en réponse au commentaire de Vertubleu le 21/09/2009 à 20:24

La population arabe dans les territoires occupés a quadruplé ces ces 25 dernières années.

23/09/2009, 23:21 | Par liberty en réponse au commentaire de liberty le 23/09/2009 à 23:18

Par contre celle des tibétains...

21/09/2009, 18:01 | Par Michel93

Pas mieux, Fantie B.

Boycott d’un côté et pourquoi pas soutien de l’autre, au moins de manière symbolique ? J'achète mon huile d’olive auprès du Collectif Paix Palestine Israël de Saint-Denis (CPPI); elle est produite par les agriculteurs du village de Marda, près de la colonie d’Ariel, en Cisjordanie, affiliés à l’UAWC de Palestine - Union of Agricultural Working Committees. Voir : http://www.oxfamsol.be/fr/Union-of-Agricultural-Working.html

Le CPPI se fournit auprès du Philistin, commerce de soutien aux producteurs palestiniens.

21/09/2009, 20:04 | Par jamesinparis en réponse au commentaire de Michel93 le 21/09/2009 à 18:01

merci pour ces précisions...

 

Renforcer la sécurité alimentaire des ménages vulnérables de Cisjordanie

arton1287.jpg

Avec l’appui financier du Service d’aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO), Oxfam-Solidarité et son partenaire palestinien PARC mettent en oeuvre un projet de soutien à la production alimentaire familiale en Cisjordanie. Objectif : contrer l’insécurité alimentaire croissante dans la région.

 

22/09/2009, 10:16 | Par auborddufleuve

je voulais seulement dire qu'à force de raler contre l'origine israelienne des patates douces de ma supérette elles sont maintenant d'origine CEE.

 

Et que si on est très nombreux à s'y mettre on fera plier cet état raciste et colonialiste.

22/09/2009, 13:13 | Par jamesinparis

Un Israélien arrive à la conclusion douloureuse que c’est le seul moyen de sauver son pays.
Par Neve Gordon
Editorial d’opinion- Los Angeles Times
20 août 2009
http://www.latimes.com/news/opinion/commentary/la-oe-gordon20-2009aug20,0,1126906.story

version française sur : http://www.ujfp.org/modules/news/article.php?storyid=589

 

24/09/2009, 10:58 | Par Fantie B.

"Ni la Chine, ni l'Iran, ne sont des voleurs de terres." (Vertubleu)

Parlez en aux Kurdes, aux Thibétains etc.

24/09/2009, 11:40 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de Fantie B. le 24/09/2009 à 10:58

Ceux qui persécutent actuellement les Kurdes et les Tibétains, ne sont pas essentiellement une historique diaspora d'OGM (colons Russes et d'Europe de l'Est) importée en bloc sur les terres kurdes et tibétaines, la différence est notable, non ??

Ce sont également des gens du coin qui persécutent des gens du coin.

Dans le cas qui nous préoccupe, ce sont des Colons, pas pareil du tout.

@ +O-NE

24/09/2009, 11:34 | Par ISHTAR.

Existe-t'il une liste des produits "made in Israël" ? Ce serait sûrement une avancée que de la divulguer si c'est le cas.

Newsletter