Lun.
22
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Tout ça pour ça?

La populace a voté et le Peuple éduqué se réveille avec un mal de crâne. Ce matin, j’entends, je lis les commentaires, les déclarations politiques, une nouvelle force de gauche ici, un élan par là ou encore un espoir de je ne sais quoi ailleurs. La blonde et ses lieutenants fachos jubilent le sourire carnassier à pleine bouche.

A quoi pourrait bien servir une nouvelle force de gauche, si la xénophobie, le racisme et les petits comportements minables de l’individualisme ont un boulevard de représentation ? Nous voulions un changement de société, je souhaitais participer à cela dans une véritable idée d’éducation populaire où le discours politique devait être le porteur d’autre chose qu’un vulgaire catalogue de promesses qui ne seront jamais tenues. Et quoi ? C’est une pauvre France qui s’est déplacée dans les bureaux de vote, portée qu’elle est par les paroles inconscientes manipulant la haine, la bêtise, la méchanceté et le mensonge.

La nouvelle force de gauche réelle, seule, dramatiquement seule et inaudible à la majorité silencieuse devra faire son autocritique. Quelle sera désormais la priorité du débat politique de gauche. Le changement de société ? La lutte contre les marchés financiers ? L’humain d’abord ? Ou bien la primaire, prioritaire et nécessaire lutte contre ce fascisme galopant vers l’avenir de nos enfants ?

J’entends déjà les permanents politiques, bien au chaud dans leurs petites situations confortables nous répondre que c’est un tout, que le débat d’idées est nécessaire, ou encore que c’est un formidable espoir ces 11% puisqu’ils n’étaient pas là il y a cinq ans de cela. Baratin tout cela ! Il est temps de se rappeler de février 1934. Il est temps d’orienter toute la lutte politique de gauche contre cette marée brune. Jean Luc Mélenchon l’a dit avec raison. A la fin il ne restera qu’eux face à nous ! Ce n’est pas le moment de faire les chochottes.

Tous les commentaires

23/04/2012, 08:01 | Par françois périgny

"la nouvelle force de gauche réelle" est une minorité silencieuse.

25/04/2012, 13:13 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de Virgil Brill le 23/04/2012 à 08:23

Salut Virgil,

Je découvre ce fil, et te propose donc à propos d'éducation populaire ce petit billet.

Auquel j'ajoute ici cette remarque que m'inspira en son temps le communiqué de victoire d'Attac au lendemain du référendum de 2005 : c'est une supercherie, campagne électorale et éducation populaire sont parfaitement inconciliable.

On éduque un citoyen, on n'éduque pas un électeur.

Et, pour mieux préciser ma pensée : nous, citoyens, ne pouvons nous coéduquer que dans l'exercice de la délibération que constitue nos disputes.

Certainement pas à travers la prescription univoque d'un quelconque vote partisan.

Cela s'appelle du prosélytisme, parfaitement légitime, mais en aucun cas de l'éducation.

Il y a là usurpation.

 

 

23/04/2012, 11:48 | Par Grain de Sel (HV)

D'accord avec vous, Olivier Perraz. D'ailleurs je venais juste de laisser un commentaire disant grosso merdo la même chose à:

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-jacques-birge/230412/nous-etions-seuls-nous-sommes-cinq-millions#comment-1981365

23/04/2012, 12:41 | Par Grand Pan

http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/francois-hollande-et-le-changement-34805

 

Tous derrière Hollande ... un avant-goût des discours du quinquénnat ... 

 

déjà que la confusion a envahit les parts de cerveaux disponibles de mes contemporains (qu'entend pu' rien), le débit heurté d'Hollande va sans doute raviver l'intérêt des citoyens pour la politique ... nous v'la bien !!!

23/04/2012, 18:33 | Par Vingtras en réponse au commentaire de Grand Pan le 23/04/2012 à 12:41

J'apprécie votre coup de gueule et je le partage > mon billet intitulé "Le rêve improbable"

23/04/2012, 19:20 | Par Grand Pan

allez voir ça ... 

 

http://vimeo.com/40739456

23/04/2012, 19:42 | Par [email protected]

"La populace" comme vous dites, est confrontée à des difficultés, que pour la plupart d'entre nous, "peuple éduqué" et abonnés médiapart, n'avons pas idée.

Ne les jugeons pas, tentons de comprendre leur vote contestataire, sans jamais le dédramatiser.

Les résultats d'hier soir auraient dû choquer, comme ceux de 2002. Libé aurait du faire la même une ce jour, que celle qu'ils avaient fait au lendemain du 21 Avril 2002, un "NON " blanc en pleine page sur fond noir. Car même si le FN ne se retrouve pas cette fois si au second tour, sa force est au moins similaire à celle de 2002.

Cette "populace", c'est le peuple, celui qui trime, qui se lève toujours plus tôt, pour faire les 40 bornes qui séparent leur domicile de leur lieu de travail, et pour rentrer toujours plus tard, histoire de faire quelques heures sup défiscalisées et ainsi pouvoir changer les pneus lisses de la 205.

Ceux qui sont emmerdés toute la journée par des chefs d'équipe propulsés là par connivence, qui ravalent leur colère de peur de perdre leur boulot payé 1050 euro net après 15 ans d'ancienneté.

C'est cette colère et cette frustration qui se sont exprimées hier soir.

Le minimum qu'on leur doit, c'est du respect et de l'écoute.

Ainsi la gauche pourra peut-être un jour récupérer enfin son électorat historique, car oui, ce peuple, c'est le peuple de gauche.

 

24/04/2012, 08:59 | Par [email protected]

Quel mépris dans votre billet ! La populace, c'est qui ? Je hais profondément celui que j'appelle l'Affront national car je pense que c'est ce qu'est ce parti, mais juger de manière aussi lapidaire les gens qui ont voté pour lui n'apporte rien au débat.

Vous vous cachez la tête sous l'aile si vous croyez que seule la lutte contre cette idéologie fera évoluer les choses. Il faut manger, dormir, se loger, s'éduquer, se soigner. C'est là qu'est le combat. Et cela sera un vrai combat, je crois même une guerre. Mais pas une guerre d'insultes.

24/04/2012, 09:10 | Par [email protected]

Dans l'immédiat, il faut voter Hollande. Sarko II serait un magnifique engrais pour la fleur vénéneuse.

 

Ensuite il faut s'en prendre aux causes: inégalités, démoralisation sociale. Donc voter à gauche, en juin, tout en développant la mobilisation "de terrain".

 

Marcher et frapper ensemble.

24/04/2012, 09:20 | Par olivier perriraz

@ KEVIN GEORGES, d'abord je ne suis pas aussi sûr que vous que les électeurs qui choisissent l'extrême droite, soient ceux que vous décrivez, mais plutôt les petits commerçants, agriculteurs (dont la situation n'est pas plus enviable que les prolos smicard) ou retraités de la petite bourgeoisie. Pour ma part, mon activité professionnelle m'amène chaque semaine au contact des ouvriers, salariés et techniciens de tous les secteurs possibles qui sont en proie aux délocalisations et plans sociaux. Certes, parmi eux il en a qui font ce choix politique, le nier serait stupide, mais ce ne sont pas la majorité bien au contraire. Si les citoyens font l'effort du vote et en conscience choisissent le pire, ce n'est pas en les apitoyant que nous feront avancer quoi que ce soit. C'est pourquoi je parle de populace, qui ne réfléchie plus, ne lit plus, ne regarde pas ses voisins, qui jalouse, qui méprise, sans dialogue, sans ouverture d'esprit, avec comme seul argument l'invective et la stigmatisation que leur sert cette méprisable blonde et ce minable président... il faut parfois la secouer cette Populace... "Les français sont des veaux" disait De Gaulle qui n'avait pas tout à fait tors. Si nous avons un Peuple d'imbéciles, c'est à nous minorité éduqué ou consciente de lui ouvrir les yeux, sans jouer encore de l'apitoiement, ce qui ne veut pas dire qu'il faut se comporter en Pol Pot...

24/04/2012, 10:39 | Par olivier perriraz en réponse au commentaire de [email protected] le 24/04/2012 à 10:11

C'est vrai qu'il vaut mieux rester dans son coin à observer les choses sans broncher, sans se mettre en colère, juste en commentant...

La stigmatisation de certaines catégories me rappelle quelques choses...

Un jour on est venu pour chercher tous les Juifs.
Cela ne me concernait pas
Moi je n'étais pas Juif, je n'ai rien dit, j'ai laissé faire. On les a emmené, on ne les a plus jamais revu.
Un autre jour on est venu pour chercher tous les Noirs Cela ne me concernait pas. Moi je n'étais pas Noir, j'ai rien dit, j'ai laissé faire On les a emmené, on ne les a plus jamais revu.
Une autre fois on est venu pour chercher tous les Arabes. Cela ne me concernait pas. Moi je n'étais pas Arabe, j'ai rien dit, j'ai laissé faire. On les a emmenés et on ne les a plus jamais revu.
Un autre jour on est venu pour chercher tous les Communistes.
Cela ne me concernait pas.
Moi je n'étais pas Communiste, je n'ai rien dit, j'ai laissé faire. On les a emmené on ne les a plus jamais revu.
Un jour encore on est venu pour chercher tous les Démocrates.
Cela ne me concernait pas
Moi je n'étais pas Démocrate, je n'ai rien dit, j'ai laissé faire, on les a emmené on ne les a plus jamais revu.
Puis un jour on est venu me chercher, pour m' arrêter. Moi aussi Je n'avais rien fait, j'ai crié, j'ai appelé, vous n'allez pas laisser faire?? Personne n'est venu pour m'aider, car Il n'y avait plus personne. Ils m'ont emmené, on ne m'a plus jamais revu.

A vous de voir!

 

24/04/2012, 10:07 | Par GaM

Comme je vous suis!

Comme se suis avec vous!

Mais la Majorité Silencieuse ne fera jamais son "autocritique", éditocrates, système audio-visuel et journalistes vendus l'en empêcheront promptement! Elle pourra très vite tout oublier en regardant la dernière série US à la mode, entre deux pages de pub et une psalmodie de Joffrin ou Zemmour...

C'est tellement désespérant!

 

Voter Hollande et attendre l'austérité qu'il nous imposera forcément, conformément aux ordres du FMI....

24/04/2012, 10:16 | Par GaM

J'irai voter Hollande et j'aurai vu ça :

Hollande se marre avec le RSA


 

 

Pas d'avenir, pas de vision de monde, juste la bassesse, le FMI et l'éditocratie au pouvoir, et je serai complice (c'est le meilleur!)

 

24/04/2012, 10:26 | Par hendrik davi

D'autant plus que tout n'est pas si sombre, la gauche monte, le FN baisse dans certains endroits...

http://blogs.mediapart.fr/blog/hendrik-davi/230412/depuis-2002-l-extreme-droite-recule-dans-les-villes

 

Newsletter