Mer.
30
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Il est fou, Afflelou

"Une guerre de tranchée contre les riches", pleurniche monsieur Afflelou. Je ne sais pas s'il a très bien réalisé ce qu'il disait, mais, en tout cas, il s'en va. A Londres. Où il peut être assuré que les obus qui tombaient dru sur sa tête ne risquent pas de l'atteindre. La guerre de tranchée s'oppose à la guerre de mouvement. Monsieur Afflelou l'a compris. Il prend ses jambes à son cou. Mais il ne part pas sans biscuit, j'imagine, étant donné le prix de la vie à Londres - à moins qu'il n'ait trouvé une colloc avec quelques pauvres riches comme lui. Faut-il lui rappeler que les moyens mis en oeuvre pour cette guerre sont disproportionnés - d'un côté, un gouvernement qui brandit des menaces qui ne feraient pas peur à de petits enfants, les services fiscaux débordés, les français qui en attendent quelque efficacité pour réduire les injustices criantes qui caractérisent notre pays - de l'autre, des pauvres riches accablés de taxes qui leur laissent, malgré tout, de quoi vivre très confortablement et qui refusent de payer leur quote-part au redressement des finances publiques, et qui partent avec armes et bagages et, surtout, avec leur fric. Que les pauvres paient des impôts, rien de plus normal ; que les riches en paient, c'est une attaque insupportable au dur labeur qui est le leur pour accumuler des millions, un refus de reconnaître leur génie propre...

           Rassurons-nous, il y a encore des gens aisés qui vivent en France. Plusieurs échos me signalent les difficultés auxquelles sont soumises des entreprises qui peinent à récupérer les sommes que leur doivent leurs clients. Le travail est fait, le client ne paie pas. Il n'a plus de sous ? Pas du tout. Ce ne sont pas les gens modestes dont l'honnêteté naïve est bien connue, mais les plus gros clients - qui profitent de l'occasion. Tout comme les banques ont profité de l'occasion pour continuer à payer des salaires exorbitants à leurs dirigeants,  avec l'argent public, mais, parce que c'est la crise, savez-vous, se font beaucoup prier pour prêter de l'argent aux particuliers.

           Le monde est fou. Il faudra des années pour retrouver une certaine morale - que l'on a vite rangée au magasin des objets démodés, avec l'aide des prétendus philosophes qui causent à la télé et qui se sont courageusement élevés contre les discours" moralisateurs" qui critiquaient la toute-puisssance du fric. Il faut avoir l'esprit complètement faussé pour oser une couverture d'un magazine avec une photo de Depardieu et ce titre à arracher des larmes aux chômeurs en fin de droits - un homme blessé -. Il faut avoir perdu le bon sens et tout d'abord celui des mots que l'on emploie. Dernier exemple : Valérie Pécresse a eu cette formule géniale sur l'histoire récente de l'UMP : A une crise démocratique, il fallait une réponse démocratique. A qui madame Pécresse fera-t-elle croire que le même mot puisse avoir le même sens dans sa phrase / une crise démocratique désigne, à l'évidence, non pas le caractère de la crise qui a secoué l'UMP, comme on aurait dit une crise socialiste, ou centriste, mais une crise de la démocratie, ce qui est tout autre chose. Quand je vous dis que les gens déparlent !

Tous les commentaires

23/12/2012, 12:51 | Par grain de sel

Affreux loups... Civisme, patriotisme, partage, esprit de solidarité, voilà des mots qui seront bientôt devenus désuets. Et ils n'ont même pas honte !

23/12/2012, 15:18 | Par patrick rodel en réponse au commentaire de grain de sel le 23/12/2012 à 12:51

J'adore ce jeu de mots, chère Grain, continuons de défendre bec et ongles ces mots qui sont aussi des armes avant d'être engloutis par la monosémie...

 

23/12/2012, 15:15 | Par patrick rodel en réponse au commentaire de Liliane Baie le 23/12/2012 à 13:03

                                  Je suis tout à fait d'accord sur la démarche qui consisterait à y regarder à deux fois avant d'acheter une paire de lunettes ; et même lorsqu'on m'en propose deux pour le prix d'une...Mais quel boulot pour faire prendre cosncience aux citoyens des armes qui sont les leurs ! je sais bien qu'ils n'en sont pas dépourvus, mais il faut qu'ils s'en emparent - c'est tout le problème auquel s'affronte Henri Guillemin dans ses bouquins sur l'histoire des révolutions - si ce sont des armes réelles, le pouvoir a vite fait de les récupérer, par la force s'il le faut ; s'il s'agit d'armes détournées, le pouvoir a tout un arsenal législatif pour se prémunir de leur emploi : exemple : la loi qui interdit les appels au boycot ; celle qui condamne comme atteinte à la propriété les détournements de publicité ; celle qui condamne pour diffamation les critiques qui dénoncent tel ou tel abus ; et j'en passe sûrement des  codes entiers !

24/12/2012, 01:26 | Par Liliane Baie en réponse au commentaire de patrick rodel le 23/12/2012 à 15:15

Bonjour Patrick Rodel

C'est vrai qu'il y a la loi contre l'appel au boycott. Mais on peut agir dans le sens d'un éclairage des choix de consommation des citoyens sans que ce soit du boycott. Si l'on peut dire, par la pub, qu'une lessive lave plus blanc, il me semble que l'on peut rappeler les choix éthiques et fiscaux des grosses entreprises : libre aux consommateurs de se servir de ces informations, ou pas... Je pense que des juristes pourraient nous aider à connaître les limites à ne pas dépasser. Sans cette connaissance, les consommateurs restent dans un silence prudent qui neutralise toute velléité d'action.

Et il me semble qu'il y a diffamation seulement si l'information donnée est reconnue comme fausse.

24/12/2012, 14:06 | Par jacqueline corbiset en réponse au commentaire de Liliane Baie le 24/12/2012 à 01:26

 Il y a bien longtemps que je n'engraisse plus les éxilé fiscaux : qu'ils soient acteurs, entrepreneurs....

que tous les consommateurs corvéables à merci en fassent autant !!! Il leur faudra bien faire preuve

d'un peu d'humilité ?? Chiche !!!

 

25/12/2012, 08:46 | Par Hamster jovial en réponse au commentaire de Liliane Baie le 24/12/2012 à 01:26

Réhabilitons le boycott comme désobéissance civile! Du reste, il y aurait bien des moyens de l'organiser en évitant les condamnations en justice. Par ex., à partir d'un site web francophone domicilié  en GB ou en Belgique. ça pourrait auussi servir contre les entreprises qui méprisnt les libertés publiques et les droits sociaux, ou l'environnement, comme IKEA au moment de la révélation du flicage des syndiqués et des clients.

23/12/2012, 14:41 | Par dominique gautier

Dans un monde atteint de pléonexie la nouvelle forme de guerre est bien entre les très très très riches et le reste de la population

Quant à Me Pécresse son subconscient lui fait sans doute  avouer sans le vouloir qu'effectivement au delà des tribulations de son partie c'est bien aujourd'hui la démocratie qui est en cause avec les politiques menées. 

24/12/2012, 14:09 | Par jacqueline corbiset en réponse au commentaire de dominique gautier le 23/12/2012 à 14:41

croyez vous vraiment que nous sommes encore en démocratie ?

23/12/2012, 15:08 | Par dianne

J'ai trouvé son intervention très distrayante : des sanglots dans la voix, le type qui a fait fortune en l'espace de quelques années parle de fiscalité "confiscatoire"... On se demande où il en serait autrement...

Là, peut-être ?

Le fonds d'investissement britannique rachète 57,05% du capital détenu par Bridgepoint et 20,14% de celui dont dispose Apax. Alain Afflelou, lui, conserve ses 21,97%.

Le groupe, qui a réalisé l'an passé un chiffre d'affaires de 785 millions d'euros avec 1083 magasins franchisés, est valorisé près de 800 millions d'euros par des connaisseurs du dossier. Lion Capital, qui s'est déjà illustré en France en rachetant notamment l'enseigne Picard Surgelés en 2010, conduira cette acquisition aux côtés d'Alain Afflelou et de la direction de son enseigne.

http://www.lefigaro.fr/societes/2012/04/30/20005-20120430ARTFIG00586-le-fonds-britannique-lion-capital-rachete-afflelou.php

24/12/2012, 10:58 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

24/12/2012, 11:32 | Par jozebear68

Oui le monde et ses valeurs sont fous. Je fais du fric, je t'en pique, je t'em.... et alors?

Comme dit un élève à mon frère de prof "je vais gagner plus que toi en dealant de la beu connard"

On coupe quelques têtes?

24/12/2012, 13:33 | Par Jacques QUEVA

een dernier ressort::

qui osera inventer le label "EX-FI" à apposer sur tous articles, toutes pubs, et autres signalant un exilé fiscal....

OSONS nom de dieuu!

 

24/12/2012, 14:09 | Par TakuanSoho

Pouvons nous nous permettre de rapeller à monsieur Afflelou que les impôts qu'il paie (ou est censé payer car je pense que son équipe d'optimisation fiscale est excellente) lui sont intégralement reversés (et bien plus) par l'état au comptoir de ses magasins franchisés, merci le trou de la sécurité sociale ! La fortune de ce monsieur a été faites sur le compte de l'état français et donc, du peuple français et de ses voisins (belgique, Suisse, Espagne, Luxembourg, etc). P.S. : Dans la guerre tranchée, c'est le peuple qui a servit de chair à canon, les généraux, dont ce monsieur fait partie, festoyaient dans les chateaux bien loin des lignes et se félicitant du nombre de morts de la journée !

24/12/2012, 16:31 | Par jfpiechowski@yahoo.fr

Il ne s'agit pas d'appel à un quelconque boycott,réagissons avec bon sens sur le choix de notre fournisseur de lunettes ;  regardez bien dans les rues piétonnes et les centres commerciaux de nos villes , nous avons l'embarras du choix !!!

24/12/2012, 16:54 | Par dianne

Dans presque tous les cas, il s'agit d'enrichir des professions dites libérales qui font des marges à deux chiffres sur des produits chinois remboursés par la sécu.

25/12/2012, 08:38 | Par Hamster jovial

C'est bien qu'il soit parti à Londres. La Belgique ne peut quand même pas accueillir toute la richesse du monde.

25/12/2012, 11:46 | Par max angel

La réponse à cette fuite d'un nouveau "traître à la patrie" est simple : boycott de ses magasins français. Il faudrait être vraient c... pour aller se faire appareiller chez ce guignol.

A quand des autocollants faciles à poser sur les vitrines et les produits de ceux qui fuient leur devoir de citoyens, contribuer aux charges du bon fonctionnement de l'Etat : Peugeot, Auchan, LVMH, Afflelou, Décathlon and co ?

Cela ne va pas être facile de faire ses courses. Je sais. Mais devons-nous continuer à être tondus, pillés, ridiculisés, méprisés et dire merci ?

25/12/2012, 11:50 | Par JoëlMartin

Cet affreux loup doit être privé d'élections.

25/12/2012, 16:02 | Par patrick rodel en réponse au commentaire de JoëlMartin le 25/12/2012 à 11:50

si seulement !

26/12/2012, 06:23 | Par Oural

Excellent papier, merci !

26/12/2012, 07:22 | Par LUC JARDIE

La solution : Boycott de sa marque ...

Newsletter