Sam.
01
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Faute de pouvoir dégraisser un mammouth déjà bien efflanqué, Darcos s'attaque aux organes vitaux !

Les RASED (Réseaux d’aides spécialisées) sont, pour les écoles maternelles et élémentaires, comme le foie pour le corps humain, ils aident à digérer les « gros morceaux » et servent de réserve d’énergie pour les enfants, les familles et les enseignants !

« Hétérogénéité » est le terme pudique qui, à l’école, désigne tout ce qui constitue un obstacle à son fonctionnement fluide ! toutes ces différences spécifiques (sociales, linguistiques, cognitives et psychologiques) qui, dans les classes, compliquent la mission de l’enseignant.

Avant 1990, c’étaient les GAPP (Groupes d’aide psychopédagogique) qui intervenaient auprès des enfants pour tenter de combler ces différences et adoucir les effets de la compétition scolaire. Comme leur action était limitée aux secteurs les plus « hétérogènes », ils furent remplacés par les RASED moins sédentaires et offrant des aides plus diversifiées et plus en lien avec les adultes.

C’est pourquoi ils furent plébiscités par les familles et les enseignants en 2003, lors du grand « débat national sur l’avenir de l’école » organisé par Luc Ferry. Par la suite, de nombreuses académies ont fait l’effort de les développer… forcément en sacrifiant d’autres moyens : les classes d’adaptation et les classes de perfectionnement jugées moins performantes dans la durée et créatrices de filières d’échec !

C’est Luc Ferry qui, le 2 septembre dernier sur Europe 1, révéla en l’approuvant, l’intention de Xavier Darcos de supprimer finalement aussi les RASED en faisant croire qu’ils n’étaient plus nécessaires depuis que, dans le cadre de la « semaine de 4 jours », les enseignants étaient obligés de s’occuper eux-mêmes des « élèves en difficultés » 2 heures par semaine !

Ce tour de passe-passe confondant « difficulté scolaire » et « difficulté spécifique » n’a pas échappé aux communautés éducatives qui n’ont pas oublié que, seulement 5 ans auparavant, elles avaient réclamé à ce même Luc Ferry (qui leur avait donné la parole lors de 21000 réunions publiques !) l’extension des RASED pour que l’école française soit dotée à l’avenir des mêmes services que les autres pays modernes.

Mais cela ne suffit pas à expliquer qu’en 3 semaines, la pétition « sauvons les RASED » ait recueilli 110 000 signatures ! C’est qu’au-delà de la défense d’un dispositif vital pour l’école, les citoyens se rendent compte que faute de savoir négocier avec les Français les objectifs de régionalisation fixés par l’Europe (où les service d’aides spécialisés des écoles sont le plus souvent gérés par les Régions), ce gouvernement préfère supprimer, purement et simplement, les quelques moyens dont la République dispose pour soutenir ses enfants et humaniser son école !

Merci de soutenir ce cri d’alerte !

Philippe Lemercier

Psychologue de l’Education nationale

Membre du SNP Syndicat National des Psychologues

 

 

Tous les commentaires

09/11/2008, 18:34 | Par Christel

Encore une onformation a cote de laquelle j'etais passee a cote, difficile quand on est pas directement dans le milieu de suivre les mauvaises idées de Darcos &Cie.. celle là en est definitivement une. Je le confirme pour avoir vu certaines de ces psy a l'oeuvre auprès d'élèves. esperons que la mobilisation sera forte et suffira a un recul de cettes mesure, ou la signe t on la petition?

09/11/2008, 22:24 | Par Liliane Baie

La suppression des RASED risque fort d'amener les parents à se tourner vers le service public de la pédopsychiatrie, aussi engorgé que la psychiatrie générale, et donc permettre aux seuls parents pouvant assumer des soins non remboursés de trouver une aide pour leurs enfants. Inutile de dire que, si c'est ce qui se produit, cela ne va pas améliorer l'égalité des chances...

11/11/2008, 22:24 | Par Philippe Lemercier en réponse au commentaire de Liliane Baie le 09/11/2008 à 22:24

Vous avez parfaitement raison de conclure sur la question de l'égalité des chances et la place des services payants par contre, il faut savoir que les RASED ne s'occupent pas des mêmes difficultés que les services de pédopsychiatrie. Il n'y a pas de psychothérapeutes ni de rééducateurs (psychomotriciens ou orthophonistes). Les RASED s'occupent éventuellement des conséquences scolaires de ces troubles soignés en pédopsychiatrie mais pas des troubles eux-mêmes. La partie vraiment spécifique de ces aides (comme celle des services semblables dans les autres pays d'Europe) et qui constitue sa raison d'être logique et vitale c'est l'hétérogénéité des performances, c'est à dire au bout du compte l'effet de la diversité humaine sur la performance globale d'un groupe. Il y a donc trois spécialités au travail dans les RASED : - le psychologue qui analyse la nature des difficultés et réalise parfois des suivis (non thérapeutiques car ils ne concernent que l'adaptation et la motivation scolaire) - les maîtres et maîtresses dites "G" (lettre dans le classement des formations spécialisées de l'Education nationale) dont le travail consiste à réguler la dynamique personnelle de l'enfant dans ses relations et son travail (attention gestuelle, visuelle et auditive, participation, ...) - et les maîtres et maîtresses dites "E" qui s'occupent de mobiliser et de développer les compétences et les stratégies cognitives nécessaires à la réussite scolaire. Bref, ces aides sont les réponses au constat déjà très ancien (1905) qu'il ne suffit pas de mettre des enfants dans une classe pour qu'ils apprennent... même avec le meilleur des enseignants ! et toutes les différences ne relèvent pas de la "pathologie" ou du "handicap". Ce sont des différences normales. C'est pourquoi les services payants type Acadomia (considérés comme des "services aux personnes" bénéficiant d'allègements d'impôts) qui pour l'instant ne proposent que du soutien scolaire pourraient tout à fait se croire autorisés à ajouter des services spécialisés dont les objectifs seraient les mêmes que ceux des RASED ! ce qui serait tout de même une grande gifle à l'égalité des chances ! Cependant, l'expérience prouve que les services extérieurs même lorsqu'ils sont en relation avec l'école ont un effet qui n'est pas durable : c'est la raison pour laquelle les GAPP ont été remplacés par les RASED. La pertinence de la formule RASED c'est de pouvoir accompagner la scolarité souplement d'année en année en aidant, par une présence dans l'école et parfois dans la classe, à la compréhension de chaque situation. L'attaque des RASED, organe vital de l'école insuffisamment développé et insuffisamment soutenu par l'institution scolaire toujours prête à les sacrifier, est donc bien une attaque de l'idée d'enfance telle qu'elle s'est développée dans notre civilisation (relire Ariès) c'est à dire un être qui n'est pas un modèle réduit d'adulte soumis aux mêmes exigences de travail et de lutte pour sa survie que ses aînés mais un être en développement réclamant des conditions spécifiques pour grandir étape par étape en apprenant à dépasser chaque difficulté qui se présente à lui. Merci de l'intérêt que vous portez à ces questions fondamentales.

10/11/2008, 16:43 | Par prevalli

la petition est a signer sur www.sauvonslesrased.org

Newsletter