Dim.
20
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Comunisme, nazisme et libéralisme économique

L'idée n'est pas de lancer une polémique dont je n'ai pas le temps de défendre un point de vue qui s'affirme irrésisistiblement comme l'atteste la contribution Thomas Cantaloube. Il s'agit seulement de l'énoncer.

Les horreurs du communisme restent tabou pour défendre l'image d'Epinal d'un parti (cf. affaire Krachtvenko). D'où les tentatives de certains à vouloir distinguer l'intensité du mal dans l'horreur pour exonérer le communisme ou lui trouver une excuse, comme il a existé des ésthètes pour faire l'éloge du régime khmer.

.

Le nazisme et le communisme procèdent d'un même matérialisme politique d'où est également issu le libéralisme économique. La synergie de l'économie de marché et du sytème concentrationnaire chinois l'illustre. L'analyse bouscule les certitudes et dérange la bonne conscience du système actuel.

.

Faire une telle affirmation ligue rapidement contre soi toutes les mauvaises foi. C'est ce qui arriva à Soljénitsyne.

.

La réflexion du prix Nobel a été parasitée ou prise en otage par la polémique, puisque l'hypothèse devenait trop difficile à contredire. La dispute provoquée par Ernst Nollte en témoigne. Il est donc difficile de réfléchir à la parenté, en conscience, de systèmes qu'il semble intéressé de maintenir différents, en apparence. Les points Godwin sont le moyen de disqualifier aujourd'hui le débat. Georges Orwell, Hannah Arendt, Fritz Lang, Franz Kafka auraient tous eu des points Godwin.

.

Des ouvrages confirment l'idée que 14-18 fut une guerre idéologique voulue et déclenchée par la France. Avancer cela est encore plus révolutionnaire que de faire un parallèle entre le nazisme et le communisme. Cela menace la légende républicaine, "Le mythe national".

.

Le travail de Thomas Cantaloube participe à une réflexion d'avenir. Tant historique, dans la compréhension d'un passé trop idéalisé et idéologisé, que politique, par l'analyse des derniers évènements.

.

La victoire du PJD au Japon procède d'une réaction de lassitude de l'opinion à une mentalité ayant totalement éclipsé la dimension humaine de la société. Le mépris de l'humain caractérise les régimes nazis, communsites et libéraux. Le libéralisme économique agit tout aussi sournoisement et cruellement.

.

L'appel de Martine Aubry à tourner la page du matérialisme témoigne d'un renouveau très important de la pensée politique française.

Tous les commentaires

31/08/2009, 13:21 | Par jean_paul_yves_le_goff

.

"L'appel de Martine Aubry à tourner la page du matérialisme "

.

Si Martine Aubry lance un appel à tourner la page du matérialisme, c'est peut-être qu'elle a lu "La Double Pensée" de Michéa, peut-être même dans les extraits que j'ai eu l'avantage de placer sur Médiapart pendant cet été.

.

Si Martine Aubry a vraiment l'intention de rénover la vie politique française, via la rénovation du PS, il me semble qu'elle a un moyen en or à sa disposition, c'est de retourner à la vie civile. Reprendre son premier métier, si elle s'en souvient.

.

Si elle veut lutter, effectivement, contre le cumul des mandats, sans attendre qu'il y ait débats compliqués, suivis de votes plus ou moins traffiqués sur la question, elle peut d'une simple signature, mettre un terme aux siens; car il est plus que probable qu'elle en a déjà fait suffisamment.

.

Cela étant, j'approuve l'idée d'une réflexion qui réunirait ensemble les thèmes de nazisme, communisme et libéralisme; je suggèrerais même que l'on recherche en quoi cette trilogie se distingue de l'humanisme.

.

jpylg

Newsletter