Ven.
24
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

IL FAUT LE DIRE : LA COLLECTIVITE EST NEFASTE POUR LES JEUNES ENFANTS.


DECLARATION EMANANT D'UNE INSTITUTRICE DE PETITE SECTION D'ECOLE MATERNELLE EN REPONSE A LA QUESTION SUIVANTE :
- « Ne pensez-vous pas que l'école est trop fatigante pour ces si jeunes enfants ? » :
- « Non, ça ne m'inquiète pas. C'est comme ça. Ils viennent de la crèche ou d'un autre mode de garde, après ils iront à la grande école. Oui, c'est fatigant, pour eux et pour moi, mais c'est comme ça. D'ailleurs ils savent très bien quand ils sont trop fatigués, ils deviennent
malades, comme ça ils se reposent. C'est comme ça ; et personne ne veut que ça change. Les
femmes ne retourneront pas à la maison. »

Discours confirmé par des mères qui répondent dans des forums internet (les pères ne se pensent pas autorisés) à d'autres mères qui désespèrent de voir leur enfant accepter l'école maternelle. Les premières supposent toutes d'emblée que les secondes  ont commis l'erreur fondamentale de ne pas avoir habitué leurs enfants à la collectivité en les mettant assez tôt à la crèche.Les réponses qui conseillent de retirer ces enfants de l'école sont rarissimes.

MENSONGE ET IMPOSTURE.
Ces parents n'ont pas délibérément trahi leurs enfants, ils n'ont été que complaisants auprès
des informations diffusées à leur intention.
Ces informations, ont été diffusées le plus souvent par des professionnels spécialistes de l'enfance.
Majoritairement mensongères, soit dans ce qu'elles prétendaient, soit par omission, Elles sont une imposture parce qu'elles ont pour intention (cachée) non de favoriser la bonne
santé et le bonheur des enfant, mais de justifier et servir les intérêts personnels des parents. Pratiquer l'imposture ne gêne pas ces spécialistes de l'enfance (associés aux journalistes de la presse
féminine) dans la mesure où le mensonge et l'imposture servent la « libération » de la femme
dans le cadre de l'idéologie féministe dont la critique est impossible.
Les vétérinaires ne sont pas contredits lorsqu'ils signalent qu'au moins deux fois sur trois, les
animaux qui présentent des difficultés de comportement sont ceux qui ont été séparés trop
précocement de leur mère. Par contre, lorsqu'il s'agit des humains la même affirmation suscite des réactions qui vont du
silence poli mais glacé à l'indignation virulente. Car la vérité défendue bec et ongles c'est que la mise en collectivité très précoce
est indispensable pour socialiser les nourrissons et jeunes enfants. Pour bétonne
définitivement la formule, les « spécialistes » ont ajouté que les enfants qui n'auraient pas été
habitués à la crèche et à l'école maternelle seraient moins bons que les autres à la grande école. Efficacité garantie !

La situation matérielle des parents (imposée par la surconsommation et la vie chère) associée
à leur désinformation organisée par le féminisme extrémiste qui s'est appliqué à déresponsabiliser ces parent font un barrage très efficace à la reconnaissance des besoins des enfants. Les
atteintes au psychisme infligés pendant la petite enfance sont niées ; lorsque ces atteintes sont trop visibles il y a  consensus entre les adultes pour accuser quelque gène, ce qui innocente tout le monde.
Pourtant, nombreux sont les adultes malades ou handicapés psychiques de tous niveaux  que
ces enfants deviennent. Une étude européenne (docteur ROBINE en France) estime à 75 % la masse de ces adultes atteints. Parmi ces 75 % l'étude distingue 30 % de personnes dont la vie quotidienne est gravement altérée.
Ainsi, les atteintes à la santé psychique/affective (et physique par répercussion) plombent de plus en
plus la société. Quand ces adultes fortement atteints seront une majorité il sera définitivement trop tard pour rétablir la situation.
05.11.2011
R.SAMUEL

 

Newsletter