Lun.
22
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

 

Thématiques du blog

 

Flash spécial - Barack Obama lit mon blog!

J’ai récemment annoncé avec tambours et trompettes que je lançais ma Stopwatch Obama pour mesurer le temps que cela prendrait au nouveau président des Etats Unis de mettre en place la clôture définitive et catégorique de Guantanamo, le centre de détention illégal réservé aux prisonniers étrangers. Surpassant toute espérance, il a signe un ‘executive order’ a cet effet aujourd’hui même. (Et franchement, je ne peux pas m’empêcher d’imaginer que c’est un peu grâce à moi. Et ma Stopwatch.) Pour le voir de vos yeux vus, cliquez ici http://www.huffingtonpost.com/2009/01/22/obama-and-guantanamo-unde_n_159849.html.


‘chuis un peu fâché quand même parce que ça m’a couté bonbon, la Stopwatch. Et elle est déjà totalement inutile.
 

Toutefois, c’est agréable d’avoir raison tous le temps donc je m’en countrefous du temps et de l’argent perdus. Et j’invite tous mes copains français à saluer la promesse tenue. Parce que c’est pas le genre de choses qui arrive tous les jours.

 

Et si quelqu’un sur Mediapart est intéressé par une Stopwatch quasi-neuve (modèle Décathlon de luxe) je vous fais un prix d’ami.

Tous les commentaires

22/01/2009, 21:09 | Par Samuel Dixneuf

Bravo ! (à toi et à Baracko) ! Pour la stopwatch ça va, merci :-)

22/01/2009, 21:16 | Par Christine Marcandier

Une question d'abord : est-ce que la Stopwatch marche aussi pour la sphère politique française ? parce que je connais des réformes (en particulier universitaires) que j'aimerais voir stoppées, sinon un quinquenat dans son ensemble... Si ça marche, prix d'ami ou pas, je prends ;-)

23/01/2009, 09:42 | Par Robert McLiam Wilson en réponse au commentaire de Christine Marcandier le 22/01/2009 à 21:16

j'ai lu la notice. Apparemment, on peut la programmer pour la politique francaise mais pas avant 2012. Sorry.

23/01/2009, 10:23 | Par Christine Marcandier en réponse au commentaire de Robert McLiam Wilson le 23/01/2009 à 09:42

Damned ! ;-)

22/01/2009, 21:42 | Par Dominique Wittorski

Vous avez de la chance, passke, moi, j'écris à l'Empireur des français depuis des mois et des mois, et je suis absolument pas sûr qu'il ait lu une seule ligne, malgré les escouades qu'il a pour scruter internet... Ou alors il fait rien que le contraire de c'que j'écris pour faire rien qu'à m'énerver ! Bravo à vous. Et bravo à Baracco Bama, qui a l'oeil.

23/01/2009, 09:56 | Par Robert McLiam Wilson en réponse au commentaire de Dominique Wittorski le 22/01/2009 à 21:42

Ca m'aide pas de lire 'passke'. j'essaie d'apprendre cette langue glorieuse. Continuez vos efforts de contacter l'Empireur (avec ou sans stopwatch). Vous avez raison, c'est certainement, bravo Baracco. C'est pas juste qu'il va fermer Guantanamo. Selon Senator Russ Feingold (en v.o.) 'he has signed orders to close Guantanamo, suspend the military commission system, subject all interrogations to the guidelines in the Army Field Manual, end long-term CIA detentions, require humane treatment of detainees consistent with the Geneva Conventions, and guarantee the International Committee of the Red Cross access to all prisoners held by the U.S. government, and announced a return to the presumption of FOIA disclosure under the Clinton administration. That is a breathtaking list, and the beginning of change that is long overdue.' C'est plutot pas mal pour les premiers jours!

22/01/2009, 21:46 | Par Christine Marcandier

C'est toute la différence - comme le montrait magistralement l'article de Sylvain - entre un président intellectuel et... le nôtre. Il a décidément bon goût Obama...

22/01/2009, 22:24 | Par Grain de Sel (HV)

Moi j'avais pas de Stopwatch mais j'avais parié que ce serait la toute première mesure et dès le premier jour (ou au pire le deuxième). J'ai rien gagné. Mais je suis contente !!!!

22/01/2009, 23:06 | Par Dominique Bry

Je dirais bien à Sa Royauté : Stop ! And Watch ! (variante de "écoute et apprends au lieu de dire des bêtises...") Mais je ne suis pas très sûr que Madame Royal lise mes commentaires...

23/01/2009, 09:35 | Par Robert McLiam Wilson en réponse au commentaire de Dominique Bry le 22/01/2009 à 23:06

Ne desesperez pas. Si vous posez un drapeau sur votre balcon, elle va vous lire, j'en suis sur.

23/01/2009, 09:47 | Par Dominique Bry

Un drapeau américain ? Français ? Brésilien ? Merci de votre aide. Thanks for helping...

23/01/2009, 10:21 | Par Robert McLiam Wilson en réponse au commentaire de Dominique Bry le 23/01/2009 à 09:47

Excusez moi. J'ai fait une betise enorme. Je suis un etranger tres inculte. Il faut le poser dans votre foyer (si je comprends l'expression 'chaque foyer' ce dont je doute). En revanche, le drapeau de Nepal est tres, tres joli.

23/01/2009, 16:58 | Par Dominique Bry en réponse au commentaire de Robert McLiam Wilson le 23/01/2009 à 10:21

je reparais... en perdant le fil de la discussion, mais... 'chaque foyer', c'est en référence à son côté Mary Poppins pour nous inventer des mots incompréhensibles ? ou en référence aux Chem Cheminée Chem chem cheroo ?

23/01/2009, 19:47 | Par Robert McLiam Wilson en réponse au commentaire de Dominique Bry le 23/01/2009 à 16:58

ok, merci, c'est gentil. maintenant, je comprends. on apprend facilement avec la musique.

23/01/2009, 10:30 | Par Christine Marcandier

Alors là je dis non ! (pour le drapeau français dans le foyer, étant un chouïa concernée, aussi lol). Mais on a un Jasper Johns (enfin la repro, malheureusement...) dans l'escalier, ça marche ? jasper-johns-flag.jpg Et je dis chapeau bas pour votre sens du second degré lexical français !

23/01/2009, 11:10 | Par Georges de Furfande

Désolé d'être rabat joie, mais en quoi est ce que la signature de l'Executive Order constitue une fermeture effective de Guantanamo ? Il suffit de lire l'article concernant les difficultés d'application pour voir qu'il y a loin de la décision de fermeture à la fermeture. Alors gardez votre Stopwatch en action !

23/01/2009, 14:34 | Par Robert McLiam Wilson en réponse au commentaire de Georges de Furfande le 23/01/2009 à 11:10

Je sais que c’est un peu agaçant de voir Barack couvert d’éloges simplement parce qu’il n’est pas George Bush. Mais, ce n’est pas rien, en même temps, qu’il ne soit pas George Bush. Si on commence avec ca, on commence bien. 1. Pour fermer une institution née d’une décision politique en dehors du système législatif, il faut d’abord le décider, puis l’annoncer, puis, en donner l’ordre. Voila tout. Et ça, c’est fait, n’est-ce pas? 2. Il se trouve que l’Executive Order est précisément l’outil adéquat (et le seul) qui puisse annuler un autre executive order. 3. Les conditions de détentions des prisonniers de Guantanamo ont déjà sensiblement changé. Les fonctionnaires américains ne plaisantent pas avec les executive orders présidentiels. Ils avancent avec moult précautions, parfaitement conscients d’être susceptibles de devoir répondre de leurs actes devant la justice, dans le cadre de plusieurs types d’enquêtes ; qu’elles soient ordonnées par le Congrès, le Sénat, le Grand Jury ou même des Special Prosecutors. Ils savent qu’ils peuvent être amenés à témoigner à tout moment, mais jamais à quels sujets ni devant quelle cour. 4. Obama a instantanément guéri le body politic comme on dit là-bas. La Maison Blanche est redevenue un refuge de la légalité, pas l’endroit d’où on détourne la loi. C’est un changement fondamental pour un pays en possession d’une constitution écrite. L’Amérique devient juridique au sens le plus profond du terme. 5. En de fait, la fermeture de Guantanamo pourrait prendre du retard, précisément si l’on veut agir dans le souci du respect des droits des détenus (évidemment, le rapatriement de prisonniers dans des pays où ils seront à nouveau en danger peut entraîner des complications.) 6. Et, pardonnez-moi, mais cela se passe en ce moment même. Guantanamo ferme (présent de l’indicatif). 7. Je vais quand même garder ma petite Stopwatch. Je fais du sport parfois.

23/01/2009, 15:36 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Robert McLiam Wilson le 23/01/2009 à 14:34

@ G. de Furfande : Ah, ce négatif... Vive la joie ! Un petit aperçu du philosophe de la joie, Clément Rosset : Trouvé par hasard en cherchant autre chose sur Google : propos de Le Philosophe et les sortilèges « À ceux qui ne cessent de déclarer qu’ils sont loin d’être satisfaits, Rosset oppose – sans ressentiment aucun – une approbation inconditionnelle de la joie. « (Christian Descamps (La Quinzaine littéraire, 16 juin 1985) Et sur « le sortilège des notions négatives » : “la valorisation des notions négatives, le “ prestige fascinant et ambigu de ce qui n’est pas par rapport à ce qui est, de ce qui serait « autrement » par rapport à ce qui est ainsi, de ce qui serait « ailleurs » par rapport à ce qui est ici ”. » « l’ivresse de la pensée, à force de vouloir la conduire “ anywhere out of the world ”, finit par ne plus lui faire saisir l’ici et le maintenant que par le biais de la nostalgie ou du regret – qui sont inexpérience de la joie. »( Robert Maggiori (Libération, 1er juin 1985)

23/01/2009, 11:49 | Par Claire Malbos

oh lala, tout de suite, le pessimiste ! Mais quand même, il faut bien décider de fermer pour pouvoir fermer, pas vrai ? Et relisez la "Breathtaking List", je lui mets des majuscules, elle est trop belle. Robert dear, pouvez-vous nous expliquer, enfin, euh, à moi surtout, ce qu'est ce "return to the presumption of FOIA disclosure under the Clinton administration". Je crois comprendre mais à mon avis je me trompe. Ca n'enlève rien à cette liste, elle est belle comme un premier jour ! Et puis, bon, au niveau du quotidien ras des pâquerettes qui trimballe son lot de grosse symbolique: au premier jour, annoncer le blocage des émoluments de ses collaborateurs et l'arrêt des concommittences du pouvoir avec les lobbies, ça pose son homme léééégèrement mieux qu'une grosse augmentation personnelle et un ratissage de toutes les possibilités de faire de même avec les potes industriels,et autres financiers d'eux-mêmes, à quoi nous avons assisté et assistons encore du côté de notre "homme de la situation autoproclamé"... pfff, combien de temps encore ? Pas vrai ? Claire

23/01/2009, 13:45 | Par Robert McLiam Wilson en réponse au commentaire de Claire Malbos le 23/01/2009 à 11:49

oops!

23/01/2009, 13:27 | Par Robert McLiam Wilson en réponse au commentaire de Claire Malbos le 23/01/2009 à 11:49

Je vous demande pardon. Je ne me suis pas rendu compte : FOIA = TheFreedom of Information Act, cette loi puissante qui garantit latransparence des actions du gouvernement américain en les maintenant sous la surveillance publique.

23/01/2009, 13:46 | Par Robert McLiam Wilson en réponse au commentaire de Claire Malbos le 23/01/2009 à 11:49

oops again.

23/01/2009, 16:25 | Par Georges de Furfande

Je ne suis pas le seul rabat-joie. Un exemple parmi d'autres 6 signs Gitmo policies may not change by Politico.com Friday January 23, 2009, 4:28 AM There may be less than meets the eye to the executive orders President Obama issued yesterday to close the prison at Guantanamo Bay and prohibit the torture of prisoners in American custody. Those pronouncements may sound dramatic and unequivocal, but experts predict that American policy towards detainees could remain for months or even years pretty close to what it was as President Bush left office. “I think the administration’s commitment to close Guantanamo is heartening; the fact they want to give themselves a year to do it, not so much,”, said Ramzi Kassem, a Yale Law School lecturer who represents prisoners like inmate Ahmed Zuhair, who was captured in Pakistan in 2001. “That would bring men like my client to eight years imprisonment for no apparent reason.” Here are a few of the delays, caveats and loopholes that could limit the impact of Obama’s orders: 1. Everyone has to follow the Army Field Manual—for now… Obama’s executive order on interrogations says all agencies of the government have to follow the Army Field Manual when interrogating detainees, meaning the CIA can no longer used so-called enhanced interrogation techniques, which have included waterboarding, the use of dogs in questioning, and stripping prisoners. However, the order also created an interagency commission which will have six months to examine whether to create “additional or different guidance” for non-military agencies such as the CIA. One group that represents detainees, the Center for Constitutional Rights, deemed that an “escape hatch” to potentially allow enhanced interrogations in the future. White House counsel Greg Craig told reporters such fears are misplaced. “This is not an invitation to bring back different techniques than those that are approved inside the Army Field Manual, but an invitation to this task force to make recommendations as to whether or not there should be a separate protocol that's more appropriate to the intelligence community,” he said. The distinction Craig made between “protocols” and “techniques,” though, seems less than clear. “For now, they’re punting, saying they’ll comply with what’s in the Army manual…but at some point in the future this commission may revert to the executive” to recommend harsher techniques, said Kassem, adding that he was concerned about how transparent the commission’s recommendations would be. “I’m happy to postpone that discussion [on “enhanced interrogation”]… on the condition that [it] happens transparently,” he said. A Columbia law professor who worked on detention issues at the State Department under President Bush, Matthew Waxman, said Obama is wise to leave open the possibility of different guidance for the CIA’s experienced interrogators. “I’ve worked on drafts of the Army Field Manual,” Waxman said. “It’s designed to be in the hands of tens of thousands of people who may not have a lot of training or supervision.” 2. Obama ordered a 30-day review of Guantanamo conditions—by the man currently responsible for Guantanamo. A section of Obama’s order on Guantanamo entitled “Humane Standards of Confinement” orders Secretary of Defense Robert Gates to spend the next thirty days reviewing the current conditions at the Caribbean prison to make sure they’re legal and follow the Geneva Convention. It seems doubtful that Gates, who has been atop the chain of command for Guantanamo for more than two years, will suddenly find conditions that were just fine on Monday of this week are now flagrant violations of the Geneva Convention. “He’s not exactly impartial,” Kassem said. Waxman pointed out that adhering to the Geneva Condition is “already the law,” and deemed that section of the order “bizarre.” 3. Obama vowed no torture on his watch, but force-feeding and solitary confinement apparently continue at Guantanamo for now. It’s possible that the 30-day referral to Gates is simply an effort to buy the Obama team time to deal with two Guantanamo practices that some consider torture, or at least inhumane: force feeding and isolation of prisoners. According to detainee lawyers, about two dozen inmates who refuse to eat as a form of protest are currently being force fed, and about 140 are in some form of solitary confinement. The Bush administration has argued that the feeding is humane and that the solitary, at least as practiced now, is not the kind of total isolation that amounts to torture. “There’s an important distinction to be made between isolation and separation” from other prisoners,” Waxman said. As far as we know, the force feeding and solitary practices continued onto Obama’s watch. Craig dodged a question about the new president’s views on those issues. “I'm not going to get into the details,” Craig said. 4. The vast majority of detainees in American custody may see no benefit from Obama’s orders While Obama ordered a case-by-case review of the 245 prisoners held at Guantanamo, the 600 prisoners held in indefinite American custody in Afghanistan and roughly 20,000 in Iraq won’t get such attention. The general policy review might aid them, eventually, but unless someone was about to torture them it’s unclear how they are better off. “I think there’s a fairly good chance that on the whole from the perspective of my clients at Guantanamo and Bagram [the site of an American air base and prison in Afghanistan], their lives will be the same until those facilities are shut down, unfortunately,” Kassem said. Asked why the reviews are limited to prisoners at Guantanamo, and those at Bagram or Abu Ghraib, Craig said, “The president asked us to look at Guantanamo. That's the answer.” 5. The orders downplay the possibility that some prisoners might be set free in America. Obama ordered that when Guantanamo closes, any remaining inmates “be returned to their home country, released, transferred to a third country, or transferred to another United States detention facility in a manner consistent with law and the national security and foreign policy interests of the United States.” But Obama’s wordsmiths seem to have deliberately trimmed out any explicit mention of the explosive possibility of freeing prisoners on American soil. While Obama’s aides seem to prefer trying prisoners in civil courts or freeing them abroad, there are no obvious charges to be filed against some of the detainees. Once Guantanamo closes, letting them loose in the U.S. may be the only option if other countries won’t take them. Craig said he was “hopeful” that other governments will take many of the detainees, but some nations may not step up until the U.S. does. “One question a lot of countries keep asking is, ‘How many are you going to take?” Waxman said. “There may be some countries that want to earn some credit [with the] new administration…but I don’t expect this problem to go away.” 6. Military commissions are shut down…. for now One of the attention grabbing provisions of Obama’s orders calls for military tribunals at Guantanamo to be “halted.” But the Obama administration is not ruling out returning to some sort of military forum to deal with some of the prisoners. “This order does not eliminate or extinguish the military commissions, it just stays all proceedings in connection with the ongoing proceedings in Guantanamo,” Craig said, making clear that “improved military commissions” were still on the table. That suggestion exasperates detainee lawyers like Kassem. “That would be a huge mistake, “ he said. “That system [is] set up to launder statements obtained through torture… What’s the point of getting rid of our offshore, improvised, sham, military tribunals in Cuba, only to recreate it here in the United States?”

23/01/2009, 17:58 | Par Arthur Porto en réponse au commentaire de Georges de Furfande le 23/01/2009 à 16:25

à propos ... Vous avez raison, après la signature d'un ‘executive order’ par le nouveau Président tout reste à faire... * Mais ce geste politique et que sa décision -annoncée pendant la campagne- prenne forme dès les premiers jours de sa présidence a une grande signification, et pas que symbolique, malgré les difficultés d'innombrables ordres qui restent à résoudre. C'est tout de même la volonté de mettre fin à ce "camp" crée par un Etat démocratique où "779 combattants ennemis ont été enfermés en dehors de l'Etat de droit et 245 personnes y restent encore, pour la plupart depuis 2002 et sans inculpation". Quand un Etat démocratique s'autorise une telle dérive, je pense que tous les démocrates sont heureux lorsqu'un homme a le courage et l'autorité pour y mettre fin. Dans ce sens, félicitons Robert McLiam Wilson qui a contribué à coup sûr à ce résultat en votant Obama et peut-être qu'il a lu son blog ...!

23/01/2009, 19:43 | Par Robert McLiam Wilson en réponse au commentaire de Arthur Porto le 23/01/2009 à 17:58

I had considered writing my original reply to Georges de Furfande in English since my French is nowhere near up to the task of rebutting such a seriously-held and necessary view. I have neither the gravity nor the lightness necessary. The right-of-centre New York Sun's Josh Gerstein's piece is a decent piece (though to say that 'Obama’s orders calls for military tribunals at Guantanamo to be “halted"' means that the 'Obama administration is not ruling out returning to some sort of military forum' is a formal and logical absurdity by any criteria). This is not the place for a disquisition on the differing weights and shapes of the words 'protocol' and 'technique' - it is certainly true that protocol is always a queasily vague word that can do almost anything that you ask it to do. The fact of these men's continuing detention is a serious enough legal and moral anomaly before we even, very rightly, consider their current and future treatment or conditions. They simply shouldn't be there. And we don't know why they are. Some of the points made in the piece have much truth without detracting from how welcome or crucial Obama's first week action is. As for comparisons between Guantanamo, Abu Ghraib and Bagram, it has always been remarkable to me how predominantly American military and intelligence whistle-blowers (including very prominent and senior commanders of both those actual places) seem to have come from personnel with experience at Abu Ghraib and Bagram rather than at Guantanamo. A culture of leaked internal criticism and post-retirement or post-discharge public exposure has kept conditions and practices at the former two very much under the eyes of the dissenting in the last few years (and the last few weeks as well). Guantanamo has kept a much tighter lid on things. Which can't help but make it feel and seem much darker (because largely unknown) than the monotonous disgrace of Bagram and Abu Ghraib. But, most importantly. to say tthis - 'Waxman pointed out that adhering to the Geneva Condition is “already the law,” and deemed that section of the order “bizarre.” - is, i'm afraid, an outright untruth. The Guantanamo detainees were entitled to 'minimal protesction' under Article 3 of the Convention, the only one dealing with non-international conflicts and that only because of the 2006 US Supreme Court ruling 'Hamdan v Rumsfeld'. I'm a complete bimbo and I know this stuff! It was NOT already the law and the Obama teams reiteration was more absolutely necessary than 'bizarre'. Anyway I am simply not equipped for this kind of debate. A mon avis, Barack Obama has signed a document that has re-applied habeus corpus, the absolutely fundamental prop, the sinequanon of all anglosaxon jurisprudence. And thus, I repeat, it's still. . . you know . . . a thing. Anything I ever say is naturally said with generic humility. I am a novelist (more or less) which means I know nothing about anything. But my English is pretty good. And I amreally pretty sure I know what 'halt' means.

24/01/2009, 14:39 | Par Arthur Porto en réponse au commentaire de Robert McLiam Wilson le 23/01/2009 à 19:43

doublon

23/01/2009, 23:06 | Par Arthur Porto en réponse au commentaire de Robert McLiam Wilson le 23/01/2009 à 19:43

doublon

24/01/2009, 14:39 | Par Arthur Porto en réponse au commentaire de Robert McLiam Wilson le 23/01/2009 à 19:43

doublon

23/01/2009, 23:02 | Par Arthur Porto en réponse au commentaire de Robert McLiam Wilson le 23/01/2009 à 19:43

Je me sens un peu coincé entre les deux textes en anglais ...! Il s'agit pour moi d'un commentaire, pas d'une réponse.

23/01/2009, 22:57 | Par Georges de Furfande

Signing a document , even if it is an "Executive order", is not a final and effective closing down of Guantanamo. The Guantanamo detainees are still suffering from disgraceful conditions and practices. A document applying habeas corpus is indeed a sinequanon, it is purely a piece of paper until it is effectively enforced.

24/01/2009, 09:22 | Par Robert McLiam Wilson en réponse au commentaire de Georges de Furfande le 23/01/2009 à 22:57

I couldn't agree more.

23/01/2009, 23:06 | Par Georges de Furfande

By the way, has Obama said anything about the US Patriot Act ? With the US Patriot Act on the books, do you consider that the "sinequanon of all anglosaxon jurisprudence" concerning habeas corpus is satisfied ?

23/01/2009, 23:10 | Par Georges de Furfande

A question Robert : what has Obama promised, if anything, concerning the US Patriot Act ?

24/01/2009, 09:26 | Par Robert McLiam Wilson en réponse au commentaire de Georges de Furfande le 23/01/2009 à 23:06

Though against Guantanamo et al, I am clearly passionately for the Patriot Act. It's cute and fluffy (pelucheux?) with sparkling blues and a little damp nose.

24/01/2009, 09:37 | Par Fantie B.

Je ne comprends pas tout, mais pour moi, fluffy =pelucheux : oui , ou doux comme une peluche (un nounours, un teddy bear). Mais pourquoi le Patriot Act serait-il mignon comme une peluche avec des yeux bleus brillant et un petit nez humide ? :-D

24/01/2009, 09:46 | Par Robert McLiam Wilson en réponse au commentaire de Fantie B. le 24/01/2009 à 09:37

Pourqoui? Parce que la nature n'est pas juste.

24/01/2009, 11:19 | Par Vincent Verschoore en réponse au commentaire de Robert McLiam Wilson le 24/01/2009 à 09:46

Robert, I suspect you've been smoking the fluffy thing!

24/01/2009, 15:09 | Par Robert McLiam Wilson en réponse au commentaire de Vincent Verschoore le 24/01/2009 à 11:19

jamais.

24/01/2009, 17:12 | Par Epaminondât

Le castillan chez Art Monika, l'anglais ici, je vais faire des progrès en langues, I say. "Burro velho nao aprende linguas", prétendent les lusophones, mais je me sens rajeunir. Il n'y aurait pas un médiapartien péruvien ou bolivien pour nous initier à l'aymara ? En tous cas, si la fermeture de Guantanamo doit prendre du temps, B. O. a bien raison de commencer tout de suite.

24/01/2009, 17:29 | Par Epaminondât

"I'm a complete bimbo and I know this stuff! " . Je crois comprendre la fin: "je connais la question, le sujet, la matière, je sais de quoi il retourne" Mais pas le début. prière de donner la traduction française (ou espagnole, au point où j'en suis).A moins qu'il ne manque une négation ?

24/01/2009, 18:46 | Par Robert McLiam Wilson en réponse au commentaire de Epaminondât le 24/01/2009 à 17:29

bimbo = ravissant idiot, midinette. mais, meme en anglais, 'airhead' serait mieux (joli et bien devinable). je maitrise le sujet malgre le fait que j'suis un peu con. 'amadán' en gaelic si cela vous aide.

08/08/2009, 16:30 | Par françois périgny

Quant à moi, je préfère "amadàn", et de loin! Ar godwin ru, marplij!

08/08/2009, 17:03 | Par Grain de Sel (HV)

Barack lit peut-être votre blog, Robert, mais il n'est pas le seul !!!!

20/01/2011, 17:22 | Par Georges de Furfande en réponse au commentaire de Grain de Sel (HV) le 08/08/2009 à 17:03

Reprenant le fil des commentaires que j'ai pu écrire, je constate à quel point mon pessimisme était justifié.

Newsletter