Mar.
02
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Les séïsmes, le tsunami et la catastrophe nucléaire, une bénédiction pour l'économie japonaise ?

En ces temps très durs pour les japonais, après plusieurs tremblement de terre suivis d'un tsunami ayant causés la mort de plus de 25000 personnes et jetés à la rue plusieurs centaines de milliers d'autres, et alors qu'une épée de damoclès nucléaire - la centrale de Fukushima - menace de s'abattre (si ce n'est déjà fait) sur l'Empire du Soleil Levant, heureusement que la banque mondiale est là pour réconforter les victimes des caprices de la Terre ainsi que des bétises des Hommes (le nucléaire bien sûr) !! En effet, constatant que ces trois catatstrophes (dont une évitable, rappellons le, et probablement la plus grave) ont provoqué - pour l'instant - entre 86 et 165 milliard de dégâts (entre 2,5 et 4% du PIB du pays) et que la reconstruction devrait durer au moins 5 ans, elle se félicite pour l'économie japonaise qui devrait être relancée !!!!!!!!!

 

Au delà du caractère déplacé de ces déclarations alors que les japonais comptent leurs morts et tentent d'éviter un Tchernobyl puissance 10, la banque mondiale nous offre encore une fois une illustration caricaturale de la débilité de cet indicateur de richesse qu'est le PIB : des milliers de gens crèvent, une bonne partie du pays est à genou, détruit, sans eau, sans éléctricité, l'autre partie tremble en prenant ses cachets d'iode, mais pas de problème, c'est la banque mondiale qui vous le dit, l'économie va repartir à fond ! Fini la crise financière, la récessions, les privations, vive la reconstruction !

 

Vous voulez d'autres exemples : la marée noire dans le golfe du Mexique, la guerre en Libye, la construction de réacteurs nucléaires, la fabrication puis l'utilisation d'armes (même par des enfants bien sûr), la pollution des eaux par les pesticides, etc. ont permis d'augmenter le PIB des pays concernés. Et oui, car les pollutions ça oblige à dépolluer, donc ça fait des emplois et fait grimper le PIB, idem pour les guerres qui demandent qu'on contruisent des armes, puis qu'on soigne les bléssés, etc. De même, un pays où les citoyens seraient en bonne santé serait une calamité pour le PIB (et comment qu'elles font pour vivre les industries pharmaceutiques alors ?!?). Cherchez l'erreur...

 

Heureusement d'ailleurs qu'il y a toutes ces catastrophes, car sinon notre oligarchie ne pourrait pas se gargariser de quelques petits % de croissance annuelle. Mais au fait, sans croissance du PIB, que se passe-t-il ? Tout s'effondre, c'est la crise, la rigueur, le chomage, il faut pressuriser les pauvres, etc. Car notre système productiviste (qu'il soit brun, bleu, orange, rose ou rouge de droite à gauche...) ne peut survivre qu'en produisant sans cesse de nouvelles marchandises, le plus souvent des conneries dont nous n'avons pas besoin. Mais comme les con-sommateurs ne sont pas assez acheteurs, on les gave de pub pour les faire con-sommer des produits bon marché fabriqués par des esclaves à l'aure bout de la planète et qui sont programés pour durer juste le temps que le prochain produit qui les remplace (forcemment beaucoup mieux, dans l'air du temps, cool, fashion) arrive sur le marché, etc. etc.

Ouvrons les yeux ! Indignons nous ! Je n'écrit pas beaucoup mais lorsque j'ai vu que la déclaration de la banque mondiale (sur le fil d'actualité de Médiapart) n'appelait aucun commentaire des journalistes de la rédaction (que je tiens tout de même à féliciter pour leur excellent travail général) mon sang n'a fait qu'un tour. J'espère que la rédaction se rattrapera en dénonçant, une bonne fois pour toute, cet indicateur bidon, et interpellera les politiques lorsque l'un d'eux ressortira son refrain de la croissance et bla bla bla...

 

Pourtant d'autres voies existent, autant pour les indicateurs (indice de développement humain, bonheur national brut du Bouthan, etc.) que pour les projets de sociétés qui vont avec : j'ai envie d'une société juste, d'une société dans laquelle les richesses sont également réparties entre tous, d'une société qui refuse les activités nuisibles pour les Hommes et pour l'environnement dans lequel nous vivons, d'une société qui fait de la convivialité, de la solidarité et de la fraternité ses premières préoccupation et qui fait tomber l'argent de son piédestal (on a raté sa vie si on a pas de Rolex à 50 ans) et le relègue à son rôle de facilitateur d'échanges marchands ; bref d'une société plus humaine.

 

En fait, notre système n'a-t-il pas l'indicateur de richesse qu'il mérite ?

Tous les commentaires

22/03/2011, 05:08 | Par patrick 44

La déclaration de la Banque Mondiale n'avait qu'un but : rassurrer les fameux "marchés" et leur redonner confiance dans l'économie japonaise fortement perturbée par les catastrophes récentes et dont la bourse le Nikeï s'effondrait.

En période de crise, tout est mis en oeuvre pour redonner espoir et renforcer l'optmisme des acteurs. Ceci explique donc cela.

Ben d'accord aec vous sur la nécessité de dégager de nouveaux indices moins liés à la production de biens marchands.

22/03/2011, 11:17 | Par Samotosar

Mais ne marchons nous pas sur la tête ? De milliers de personnes humaines sont mortes, d'autres sont à la rue, etc. et la première chose que la banque mondiale pense à faire, c'est rassurer les marchés !

Tous les politiques n'ont que cette expression à la bouche : rassurer les marchés bla bla bla. On réforme les retraites, on massacre les services publics... pourquoi ? Pour rassurer les marchés...

Mais envoyons les à la poubelle (celle de l'histoire) ces marchés !! Nombreux sont ceux qui demandent (le Front de Gauche par exemple) que les dettes publiques soient restructurés, c'est à dire que l'on décide à qui l'on va rembouser (les petits porteurs par exemple) et à qui on ne remboursera pas (les grosses banques d'investissements où les milliardaires placent l'argent qu'ils sont volé au petit peuple ou qu'ils ont hérité de papa/maman qui avaient fait la même chose).E tant pis si la BNP ou la Société Générale se cassent la gueule... on enverra leurs patrons en prison comme ce qu'il se fait en Islande !

Newsletter