Sam.
29
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Denis Robert, journalistes, chercheurs, CNRS, citoyens et intérêt général

Le 7 février, notre article « Denis Robert et l'intérêt général (I) », sur notre blog du Courrier International La Science au XXI Siècle, évoque les décisions de la Cour de Cassation favorables au journaliste Denis Robert, diffusés notamment par Rue 89. Les incroyables difficultés rencontrées par ce journaliste, pourtant très connu et pouvant compter sur un important comité de soutien, ne sont malhereusement qu'un reflet d'un problème beaucoup plus vaste de la société actuelle. C'est ainsi qu'à un moment où les établissements publics à caractère scientifique et technologique (EPST) comme le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) ou l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) voient leur rôle dirigeant au niveau national supprimé et leur existence menacée, il y a lieu de se demander ce que deviennent les garanties d'indépendance des chercheurs. Et quel chercheur pourra vraiement faire face à un bras de fer avec une grande multinationale, par exemple à propos des effets d'un produit ou d'une substance, alors que la recherche publique est poussée vers une dépendance accrue par rapport au secteur privé ? Pourtant, le 7 février, un communiqué de la Mutualité Française annonce avoir « déposé plainte contre les laboratoires Servier pour escroquerie et tromperie aggravée » à propos de la commercialisation du Mediator. Beaucoup d'années de perdues, malheureusement, comme dans l'affaire de Denis Robert. Et le problème est bien plus vaste.

 

Dans notre article du 7 février « Denis Robert et l'intérêt général (I) », nous écrivons notamment :

http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/02/07/denis-robert-et-l-interet-general-i.html

(...)

La liberté d'expression, de recherche et d'investigation comporte un ensemble d'enjeux essentiels communs à chercheurs et journalistes qui, dans les deux cas, peuvent se heurter à des intérêts privés ou lobbistes. Dans le cas des scientifiques, nous avons encore évoqué cette question dans notre article:

CNRS, Egypte et obligation de réserve des chercheurs

http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/02/05/cnrs-egypte-et-obligation-de-reserve-des-chercheurs.html

ainsi que dans les déclarations récentes de Luis Gonzalez-Mestres au Journal du Dimanche. Voir l'article d'Adrien Gaboulaud « Egypte: Quand le Quai d’Orsay fait taire les chercheurs » :

http://www.lejdd.fr/International/Actualite/Le-Quai-d-Orsay-a-demande-a-des-chercheurs-presents-en-Egypte-de-ne-pas-s-exprimer-264549

à propos de nos collègues du CEDEJ, Institut français de recherche à l’étranger (IFRE) dépendant simultanément du Ministère des affaires étrangères et européennes (MAEE) et du CNRS.

(...)

S'agissant de Denis Robert, le journaliste a eu la chance de disposer d'un Comité de soutien :

http://lesoutien.blogspot.com/

qui fait état de « 10 ans de procédure, quatre ans de comité de soutien, des centaines de dons, un concert et une vente aux enchères à son bénéfice, plus de 100 000 euros de frais de justice, 500 Journalistes affichant leur carte de presse en signe de soutien... ».

Combien de professionnels de la recherche, du journalisme ou d'autres activités, combien d'étudiants, de citoyens, d'usagers des services publics, de consommateurs de produits divers... disposent-ils d'un soutien analogue dans un litige avec des entités privées ou publiques influentes ?

(...)

 

(fin de l'extrait)

 

Le 7 février, la Mutualité Française écrit notamment dans son communiqué de presse :

(...)

http://www.mutualite.fr/L-actualite/Kiosque/Communiques-de-presse/Mediator-R-la-Mutualite-Francaise-a-depose-plainte-contre-les-laboratoires-Servier-pour-escroquerie-et-tromperie-aggravee

Dans le cadre de sa mission de défense des intérêts collectifs, moraux et matériels des 600 mutuelles santé qu’elle fédère, la Mutualité Française a déposé plainte le 4 février dernier contre les laboratoires Servier.

Cette plainte, pour escroquerie et tromperie aggravée, a pour objet la commercialisation du Mediator®, dont la véritable nature pharmacologique a été révélée par le rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) et avait été dissimulée par les Laboratoires Servier pendant 33 ans. Elle est motivée par trois raisons :

- la défense des intérêts des adhérents mutualistes, à savoir 38 millions de Français protégés par une mutuelle de la Mutualité Française,

- la possibilité pour la Mutualité Française d’accéder à toutes les pièces du dossier, d’en tirer les enseignements et de faire des propositions pour qu’un tel drame ne se reproduise pas,

- le préjudice financier du remboursement du Mediator par les mutuelles de la Mutualité Française.

(...)

(fin de l'extrait)

33 ans, malheureusement... Tout est dit.

Pourquoi dans un pays comme la France, théoriquement « développé » et qui dispose d'une importante recherche publique, une affaire comme celle du Mediator et d'autres médicaments a-t-elle pu « traîner » pendant de si longues années ?

 

Notre blog du Courrier International relève également, à propos de la situation de Denis Robert sous les poursuites de Clearstream :

http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/02/07/denis-robert-et-l-interet-general-i.html

... même avec un tel soutien, Denis Robert avait été contraint d'écrire en juin 2008 :

http://www.ladominationdumonde.blogspot.com/

Jet de l’éponge au seizième round.

(...)

Cette décision est douloureuse mais réfléchie. Je la prends après ma lourde et incroyable condamnation pour diffamation (pour un montant de 12.500 euros)...

(fin de citation)

Pour comparaison, en 2006 une étudiante de doctorat sans ressources (sa bourse ayant été supprimée) a été condamnée par la Cour Administrative d'Appel de Paris à des pénalités financières (frais d'avocats des parties adverses, amendes pour « requête abusive ») équivalentes à un an de ses revenus dans un litige l'opposant à des universités et à des organismes influents.

(fin de l'extrait de notre article du 7 février)

Proportionnellement, la pression économique institutionnelle exercée sur cette doctorante a été encore plus forte que celle subie par Denis Robert. Combien d'autres situations pourrait-on relever parmi les « petits citoyens » ou les professionnels des différents secteurs au cours des deux dernières décennies ?

 

Voir aussi nos articles :

Denis Robert et l'intérêt général (I)

Alliot-Marie et la Tunisie

Le FMI et l'Egypte

Le FMI et la Tunisie

CNRS, Egypte et obligation de réserve des chercheurs

Université "modernisée" : l'impasse (I)

CNRS, fonction publique, Union Européenne... (I)

Bilderberg et l'Etat privé mondialisé

Bilderberg 2010 : quel bilan, quels consensus ?

Grèce : la faillite planifiée des Etats souverains

Grèce et "vente des meubles" imposée aux Etats

La Commission Trilatérale et les services publics français (I)

La Commission Trilatérale et les services publics français (II)

Services publics et adversaires innommables (I)

Services publics et adversaires innommables (II)

Monti, Grèce, Barroso, "réfractaires", "nationalistes"... (I)

Monti, Grèce, Barroso, "réfractaires", "nationalistes"... (II)

Bilderberg : historique des participants français - I (1996-2001)

Bilderberg : historique des participants français - II (1984-95)

Bilderberg 2010 et barrages médiatiques

Groupe de Bilderberg et silence des médias français

Trilatérale, Bilderberg... pourquoi il faut en parler

Bilderberg 2010, à Sitges du 3 au 6 juin

Bilderberg, la Trilatérale... et le monde (I)

Bilderberg, la Trilatérale... et le monde (II)

Bilderberg, la Trilatérale... et le monde (III)

Bilderberg, la Trilatérale... et le monde (IV)

Bilderberg, la Trilatérale... et le monde (V)

Bilderberg, la Trilatérale... et le monde (VI)

M. Monti, président européen de la Trilatérale

Trilatérale 2010, à Dublin début mai

Bilderberg 2010, en Catalogne début juin

Bilderberg 2009 : une rencontre des "élites" ?

Bilderberg, Trilatérale et transversalité de « gauche »

CNRS, Bilderberg, Trilatérale... et faillite de l'idéologie « gestionnaire » (I)

Sarkozy, G8, Bilderberg, "sortie de crise" rapide et casse sociale

Les recommandations de l'OCDE pour la France en 2009 (I)

Une auteure de la LOLF, promue à la vice-présidence de la Banque Mondiale

Les recommandations de l'OCDE pour la France en 2009 (II)

Les recommandations de l'OCDE pour la France en 2009 (III)

Disparition accélérée des fonctionnaires et mort programmée de l'Etat français

Jean-Hugues Matelly écrit à "La Science au XXI Siècle"

Affaire Matelly, gendarmerie et liberté d'expression

Jean-Hugues Matelly, radié des cadres

Matelly, référé suspension : l'audience (I)

Décret de licenciement massif des fonctionnaires de l'Etat (I)

Décret de licenciement massif des fonctionnaires de l'Etat (II)

CNRS, délocalisation de la recherche et débâcle européenne (I)

CNRS, délocalisation de la recherche et débâcle européenne (II)

CNRS, délocalisation de la recherche et débâcle européenne (III)

CNRS, délocalisation de la recherche et débâcle européenne (IV)

Université "modernisée" : l'impasse (I)

Délocalisations, recherche scientifique et propagande politique

Recherche scientifique et technologique : où est la « guerre économique » ?

La Chine et la débâcle de la "division internationale du travail"

Jules Ferry, CNRS, universités et colonialisme (I)

Jules Ferry, CNRS, universités et colonialisme (II)

Jules Ferry, CNRS, universités et colonialisme (III)

Jules Ferry, CNRS, universités et colonialisme (IV)

Jules Ferry, CNRS, universités et colonialisme (V)

Bilderberg, CNRS, université publique, rapport Aghion...

Où mène la tant vantée "autonomie" des universités ? (I)

Où mène la tant vantée "autonomie" des universités ? (II)

Où mène la tant vantée "autonomie" des universités ? (III)

Philippe Aghion, CNRS, recherche publique...

Rapport Aghion, "destruction créatrice", CNRS et universités

Rapport Aghion et recherche prolétarisée

Amy Bishop, "autonomie" des universités et rapport Aghion

Amy Bishop, "tenure", CNRS et "réforme Pécresse"

Amy Bishop et le "modèle américain" (I)

Amy Bishop et le "modèle américain" (II)

Privatisation de la recherche et "Grand Emprunt" (I)

Privatisation de la recherche et "Grand Emprunt" (II)

Privatisation de la recherche et "Grand Emprunt" (III)

Privatisation de la recherche et "Grand Emprunt" (IV)

CNRS, délocalisation de la recherche et débâcle européenne (V)

Universités françaises et OPA patronale (I)

Universités françaises et OPA patronale (II)

Universités françaises et OPA patronale (III)

Universités françaises et OPA patronale (IV)

Universités françaises et OPA patronale (V)

 

Indépendance des Chercheurs

http://www.geocities.com/indep_chercheurs

http://fr.blog.360.yahoo.com/indep_chercheurs

http://science21.blogs.courrierinternational.com

Groupes de discussion :

http://groups.yahoo.com/group/problemes_des_scientifiques

http://groups.yahoo.com/group/combatconnaissance

 

Tous les commentaires

07/02/2011, 17:55 | Par jeanphilippe condamy

 

Le lien pour lire les arrêts de la cour de cassation ne renvoie plus a rien : il affiche erreur d'adresse ???? Conclusion ......

07/02/2011, 19:28 | Par Scientia en réponse au commentaire de jeanphilippe condamy le 07/02/2011 à 17:55

Bonjour,

Le lien de Rue 89 est :

http://www.rue89.com/2011/02/05/denis-robert-blanchi-pour-avoir-dit-que-clearstream-blanchissait-189174

Il a l'air de marcher.Les trois arrêts sont des pièces attachées en .pdf .

Cordialement

Le Collectif Indépendance des Chercheurs
http://science21.blogs.courrierinternational.com/
http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia

18/02/2011, 16:51 | Par Marielle Billy

***********

18/02/2011, 18:48 | Par Fantie B.

Dommage que Mediapart (sa rédaction - article ici ) ne considère pas Denis Robert comme un journaliste.

voir par contre le billet de POJ sur Mediapart :

Justice pour Denis Robert

19/02/2011, 19:17 | Par jamesinparis

****** Excellent et nécessaire billet, si peu "recommandé"...

Newsletter