Dim.
26
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Ian Thorpe de retour : un coup marketing ?

La Torpille est de retour, presque cinq ans après avoir trempé pour la dernière fois ses grands pieds (pointure 52) dans un bassin. La presse française dans son ensemble s'en est félicitée cette semaine et, pourtant, le come-back du nageur australien flaire bon le coup marketing.

Ian Thorpe a confié mercredi, lors d'une conférence de presse à Sydney, que l'idée de replonger lui était venue "dans un avion, au-dessus de l'Atlantique". Une bien belle histoire alors qu'il se présente aux médias devant un panneau publicitaire de la compagnie aérienne Virgin Blue. C'est d'ailleurs au patron de cette dernière, John Borghetti, qu'est revenu le soin d'annoncer la bonne nouvelle avant même que le champion ne prenne la parole.

Borghetti, qui a longtemps officié chez le concurrent, Qantas, a perdu une bonne occasion de se taire en souhaitant à Ian Thorpe de "gagner beaucoup de médailles pour Qantas (sic)". Les actionnaires de Virgin Blue apprécieront. Le nageur, lui, a annoncé vouloir s'entraîner à Abu Dhabi pour préparer les JO de Londres dans les meilleures conditions. Ca tombe bien, son nouveau sponsor aérien va bientôt ouvrir une ligne Sydney-Abu Dhabi et il en sera un des premiers voyageurs, le 24 février. Le hasard fait drôlement bien les choses.

Un retour de Thorpe à son meilleur niveau est en plus improbable. Il a pris beaucoup de poids, s'est donné une blessure importante à l'épaule et le temps joue contre lui. La natation a évolué depuis sa retraite sportive : les combinaisons, qu'il était un des premiers à porter, sont aujourd'hui interdites et ses concurrents potentiels, Michael Phelps (200 m) ou Cesar Cielo (100 m), ont trop d'avance sur lui.

L'Australien a râté sa reconversion. Sa marque de bijoux en perles et sa carrière de présentateur télé n'ont - contrairement aux avions de Virgin Blue - jamais décollé. Alors, il tente un dernier coup médiatique histoire de récupérer quelques sponsors, quitte à entâcher une carrière sur laquelle des taux anormaux de testostérone et d'hormone lutéinisante avaient déjà jeté un doute. A ceux qui se demandaient pourquoi des légendes du sport comme Lance Armstrong et Michael Schumacher sortaient de leur retraite, la Torpille, comme un obus abandonné, apporte un élément de réponse : l'argent.

Newsletter