Ven.
24
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

La première prise est pour l'Inspection d'Académie de Limoges ?

Un enseignant vient d'être relevé de sa classe pour avoir fait passer les évaluations CM2 ! Une première prise dans la liste des 200 maîtres ? Peut-être...à moins que cela ne soit une précipitation de plus...


 

 

 

COMMUNIQUE DU RESEAU DES ENSEIGNANTS DU PRIMAIRE EN RESISTANCE

 

Un enseignant suspendu en Haute-Vienne pour résistance aux évaluations nationales !

 

Lundi 18 janvier, un enseignant de Haute-Vienne, Gilles Lehmann, s'est vu signifier par son Inspection académique une suspension immédiate de ses fonctions pour avoir annoncé qu'il ne respecterait pas totalement le protocole de passation des évaluations nationales CM2 et n'en ferait pas remonter les résultats.

 

Il est convoqué le 22 janvier dans le cadre d'une procédure disciplinaire intentée à son encontre.

 

Une telle suspension immédiate n'intervient normalement qu’après une CAPD disciplinaire, appliquée en cas de procédure d'urgence, quand les enfants sont en danger.

 

Le Réseau des enseignants du primaire en résistance, signataire de l'Appel des 200 maîtres contre les évaluations nationales, dénonce cette décision autoritaire et illégale.

 

Nous exigeons le rétablissement immédiat de Gilles Lehmann dans ses fonctions et demandons au ministre Luc Chatel d'intervenir pour que cesse cette chasse grotesque aux enseignants-désobéisseurs qui ont par ailleurs le soutien de la principale fédération de parents d'élèves.

 

Réseau des enseignants du primaire en résistance

www.resistancepedagogique.org

Tous les commentaires

20/01/2010, 09:47 | Par Raphael JORNET

ce genre d'actualité est à prendre au sérieux... merci à vous Sébastien Rome...elle annonce bien d'autres censures si on laisse faire.

R

21/01/2010, 17:31 | Par cloclo

Si cet enseignant n'est pas d'accord avec sa hierachie, il en a le droit, il a en même temps le devoir de démissionner.

Heureusement que mon fils n'est pas dans sa classe, il m'aurait entendu !!

21/01/2010, 23:11 | Par Sebastien Rome en réponse au commentaire de cloclo le 21/01/2010 à 17:31

Oui, que tout ce qui ne sont pas d'accord démissionnent. Tiens, avec ma femme, je ne suis pas d'accord avec le plat à faire dimanche, vous me conseillez de démissionner ?

22/01/2010, 09:38 | Par alcyme en réponse au commentaire de Sebastien Rome le 21/01/2010 à 23:11

@Sebastien

"Oui, que tout ce qui ne sont pas d'accord démissionnent. Tiens, avec ma femme, je ne suis pas d'accord avec le plat à faire dimanche, vous me conseillez de démissionner ? "

 

Réponse inepte Sebastien de votre part .

Le ministre est votre patron et vous êtes payé pour éxécuter les ordres ,pas pour les saboter .Votre femme ne vous paye pas ,elle .

22/01/2010, 22:12 | Par Sebastien Rome en réponse au commentaire de alcyme le 22/01/2010 à 09:38

Que savez-vous de mes relations avec ma femme ?! N'ai-je pas des ordres à excécuter ?!

Plus sérieusement, s'il fallait démissioner dès le moindre désaccord, i ln'y aurait jamais eu de syndicats et la société capitaliste ne se serait jamais autant développée...

25/01/2010, 13:19 | Par Evelyne Boulongne

Capitulation complète de l'Académie de Limoges: Gilles Lehman est en classe aujourd'hui ... et Erwan Redon aussi à Marseille ... vive la désobéissance pédagogique!

25/01/2010, 13:45 | Par Evelyne Boulongne

Question récurente dans tous les débats: l'enseignant de l'éducation nationale est-il d'abord un fonctionnaire soumis à sa hiérarchie ou un enseignant soumis à sa mission d'éducateur? Il y a plusieurs types de fonctionnaires selon les administrations, un militaire en temps de guerre et un instituteur dans sa classe, ce n'est pas la même chose. Enseigner c'est mettre en oeuvre les meilleures situations d'apprentissage qui permettent à tous les élèves de se saisir des connaissances inscrites aux programmes nationaux, avec toutes possibilités à l'enseignant de chercher et trouver les bonnes approches. Il faut avoir un large espace de liberté pédagogique pour réaliser cette mission et on ne peut pas être soumis aux modes et dadas des ministres qui défilent. D'habitude, on applique ou pas les dernières directives, sans le dire. Pour les évaluations nationales de CM2, il faut le dire, c'est une aberration, elles sont absurdes à plein de niveau: trop tard dans l'année pour être diagnostique, trop tôt pour un bilan, pas assez fines pour nous aider à lever les blocages des élèves en difficulté ... Elles doivent servir à quoi alors? peut-être à classer les écoles pour les mettre en concurrence... et c'est la fin d'une l'école publique au service de la démocratie ...

 

Newsletter