Sam.
25
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le pouvoir est une affaire masculine, les femmes doivent s'occuper de la maison et des enfants.

C'est en substance ce qu'il faut comprendre des propos de M. Dhainaut, président de l'AERES, qui répond à une question concernant le très faible nombre de femmes dans les commissions d'experts. Mais rassurons-nous, il précise que c'est en plus de leur métier que les femmes doivent s'occuper de la maison et des enfants. C'est beau l'évolution des mentalités, non?

 

Le compte-rendu de la conférence où M. Dhainaut tient ces propos est accessible par l'article de Art Monika dans l'édition "Observatoire des réformes des systèmes de formation, enseignement et recherche":

http://www.mediapart.frhttp://blogs.mediapart.fr/edition/observatoire-des-reformes-des-systemes-de-formation-enseignement-et-recherche/article-15

 

En réaction, une pétition est en cours de signature à l'adresse suivante

http://www.anef.org/petitions/index.php?petition=2

 

 

Tous les commentaires

13/02/2009, 14:26 | Par Fantie B.

Cet expert a tout compris, il a sûrement plusieurs cerveaux. Et il en va de même pour l'écriture en général : les femmes ont assez à faire pour lire, recopier - ou à la rigueur écrire - des recettes de cuisine, pour vouloir aller se mêler d'expertise, non mais.

13/02/2009, 15:15 | Par Unidentified

Il était temps que le tigre sorte ses griffes pour lui dire son fait, à ce mal-appris qui se prétend expert. Vas-y Sherkan! Des experts en billevesées de ce type, il y en a des flopées... et qui ne font jamais la vaisselle, qui plus est!

09/04/2009, 10:41 | Par Lemovis

Je viens de lire le CR, édifiant effectivement, révélateur d'une conception archaïque de la femme, des rapports H/F...C'est consternant de lire des âneries pareilles. Je crois malheureusement que beaucoup d'hommes continuent de penser ainsi, j'en connais hélas quelques uns, mais je crois aussi que les mentalités évoluent vers plus de modernité (car c'est me semble t-il plus d'anciennes générations qui réagissent ainsi), sans être naïf sur le temps qu'un changement véritable prendra car on n'efface pas d'un coup de baguette magique des siècles de domination masculine. Histoire de me vanter un peu (cela fait du bien de temps en temps de pratiquer l'autosatisfaction !), j'ai 40 ans, je suis à temps partiel pour m'occuper de mon enfant le mercredi, c'est moi qui le ramène de l'école le soir, lui fais faire ses devoir, lui prépare son repas. Bon, j'avoue que de temps en temps je sature un peu...Mais vous pouvez quand même m'applaudir !!!

09/04/2009, 15:42 | Par Philips Michel en réponse au commentaire de Lemovis le 09/04/2009 à 10:41

Lemovis, je t'applaudis. Et suis aussi convaincu que ces moments passés avec ton enfant t'ont appris plein de choses, tant il est vrai que "nos enfants nous font nous, leurs parents, au moins autant que nous, nous les faisons"!

09/04/2009, 16:49 | Par JNSPQD en réponse au commentaire de Lemovis le 09/04/2009 à 10:41

Et pour vous encourager sans vous applaudir (mais j'avoue le plaisir de vous lire) je vais vous confier un secret: les femmes aussi par moments saturent et enverraient promener enfants, les devoirs et toute la panoplie, boubou compris!

10/04/2009, 11:03 | Par Lemovis

Merci M Philips et JNSPQD (= je ne sais pas quoi dire ?). Je pense que c'est bien de reconnaître que chaque médaille a son revers et qu'on a nos faiblesses, ne serait-ce que passagères. Oui, M Philips, les moments passés avec mon enfant sont précieux et oui, il n'y a pas de raison que ce soient uniquement les mères qui s'y collent. Ceci dit, et j'arrêterais là le nombrilisme parce qu'on en perd un peu aussi l'article de Sherkan, c'est vrai qu'au soir de mes mercredi, je suis plus vanné qu'après une journée au bureau ! Pour en revenir à M Dhainaut, si ce dernier avait formulé son message dans ce sens là, à savoir la reconnaissance de la contrainte inhérente aux obligations ménagères et familiales, pour aménager des horaires permettant à tout un chacun de participer à égalité aux travaux de l'AERES, alors peut-être aurait-on pu lui trouver des circonstances atténuantes, mais non, il a bien dit que "le pouvoir était une affaire masculine" (ce qui sous entendait, pour la suite, que la tambouille et les courses c'était une affaire féminine !) et ça, c'est normal que cela suscite critique et opprobre. Au fait, j'oubliais, je repasse aussi mes chemises ! -)

10/04/2009, 11:31 | Par Art Monica

Merci Sherkan, d'avoir faire un renvoi à cet article, qui nous a laissés "baba" (pas cool du tout). Décidément, sous le règne Sarkozy, tous les fleurons de la pensée la plus archaïque sortent sans retenue. Donc, les femmes à la maison et au travail, mais pas dans les comités d'expertise, évidemment...sauf pour assurer le secrétariat et servir le café.
Au passage, regrettons que les éditions sur Mediapart soient si peu visibles. L'Observatoire des réformes de l'enseignement supérieur, de la recherche, qui comprend beaucoup d'informations, semble très peu consulté par les abonnés de Mediapart. C'est dommage. L'histoire s'écrit pourtant, en ce moment même dans les Universités, mais sur Mediapart cela éveille peu d'échos...

14/04/2009, 13:49 | Par sherkan

A lire aussi, l'article de Violaine Jaussent sur "il a dit ou il a pas dit": http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/040409/sexiste-ou-pas-le-president-de-l-aeres

Newsletter