Lun.
24
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Que dit la biologie de l'identité? Une série scientifique de Mediapart

Mediapart va, la semaine prochaine, publier une série de cinq enquêtes scientifiques questionnant la notion d'identité à travers la biologie. Cette vidéo présente des extraits d'entretiens d'éminents scientifiques français que nous avons rencontrés.

L'idée de cette série est née du triste débat de l'hiver dernier sur l'identité nationale.

Et que disent les scientifiques de l'identité? En tout premier lieu, ces scientifiques qui s'intéressent aux organismes vivants et à la façon qu'ils ont de rejeter et d'assimiler ce qui leur parait étranger. Où en sont les recherches sur les gènes, sur l'immunité? Où s'arrête le moi et où commence le nous?

Prenant appui sur les plus récentes recherches en biologie actuelle, ces enquêtes (écrites par Nicolas Chevassus au Louis, journaliste scientifique et auteur de plusieurs livres dont Après Darwin: la biologie, une science pas comme les autres, ou Un iceberg dans mon whishy: quand la technologie dérape) démontrent que ce que l'on dit être soi... ne va pas forcément de soi.

Tous les commentaires

25/07/2010, 17:24 | Par Philips Michel

Avec les séries américaines et toutes ces recherches d'ADN, nous savons bien maintenant que nous sommes tous différents! Nous savons aussi que nous sommes des cousins très proches des "grands singes" avec qui nous partageons presque tout notre patrimoine génétique!

Alors, que nous vont nous dire les biologistes de ces histoires de "races","d'ethnies"? Existerait-il des bases scientifiques pour se revendiquer d'une certaine "identité nationale"?

Ne faudrait-il pas aussi donner la parole à des anthropologues, à des ethnologues, à des éthologues, à des sociologues? Eux aussi sont des scientifiques et pas des charlatans!

Je me souviens d'un débat sur le thème de l'inceste: comme il avait été riche avec la participation conjointe d'un psychanalyste, d'un généticien, d'un ethnologue, d'un juriste! Les "grandes questions ne devraient-elles pas être abordées sous plusieurs angles?

25/07/2010, 19:56 | Par pol en réponse au commentaire de Philips Michel le 25/07/2010 à 17:24

Cher M Philips vous avez tout à fait raison, mais c'est déjà bien d'avoir une enquête à sujet scientifique. Les sciences ont trop peu de place dans l'information

25/07/2010, 19:56 | Par pol en réponse au commentaire de Philips Michel le 25/07/2010 à 17:24

Cher M Philips vous avez tout à fait raison, mais  c'est déjà bien d'avoir une enquête à sujet scientifique. Les sciences ont trop peu de place dans l'information

25/07/2010, 17:29 | Par ventdemer

"Mediapart va, la semaine prochaine, publier une série de cinq enquêtes scientifiques questionnant la notion d'identité à travers la biologie."

pourquoi cette fascination pour la biologie cher Mediapart ?

25/07/2010, 19:57 | Par pol en réponse au commentaire de ventdemer le 25/07/2010 à 17:29

si c'était une série sur l'histoire, ou la sociologie vous ne parleriez pas de fascination

 

25/07/2010, 20:06 | Par Limoubaille en réponse au commentaire de ventdemer le 25/07/2010 à 17:29

@ vigile : << pourquoi cette fascination pour la biologie cher Mediapart ? >>
Ah bon ???

25/07/2010, 23:30 | Par ventdemer en réponse au commentaire de Limoubaille le 25/07/2010 à 20:06

@Limoubaille : Oui, je demande en fait pourquoi Mediapart interroge exclusivement des biologistes sur un sujet tel que "l'identité". Cette question relève-t-elle de la biologie uniquement ?

 

26/07/2010, 12:40 | Par Sophie Dufau en réponse au commentaire de ventdemer le 25/07/2010 à 23:30

Bien sûr que cette question ne relève pas que de la biologie. Nous aurions pu interroger des sociologues, des philosophes. Mais comme ne ne pouvons tout faire, je vous explique notre "angle":

Mais nous avons voulu "prendre au mot" les discours sur l'identité qui parlent de "corps (social)", "d'assimilation", de "rejet"... comme des faits acquis et naturels et savoir ce qu'ils inspirent à la biologie, cette science qui travaille sur les greffes, l'ADN, les gènes... Un regard oblique qui permet de déconstruire les fantasmes réthoriques.

Lisez, le premier volet est publié aujourd'hui "les désillusions du gènes". Bien à vous,

26/07/2010, 15:23 | Par ventdemer en réponse au commentaire de Sophie Dufau le 26/07/2010 à 12:40

Merci Sophie Dufau pour votre réponse.

Je m'en vais lire votre article avec plaisir.

Meilleures salutations

25/07/2010, 17:32 | Par Le Concombre Masqué

Je suivrais ça avec intérêt...

25/07/2010, 20:05 | Par Limoubaille

Excellente initiative !

25/07/2010, 20:46 | Par rocapel

C'est drôle, avec votre titre, j'ai immédiatement pensé à un article sur les personnes intersexe et la bi-catégorisation par sexe dans le discours médical (en sport) de Anais Bohuon (Nouvelles Questions Féministes vol 27). En plus avec Caster Semenya, c'est d'actualité. Heureusement, on dirait que aucun de vos éminents biologistes n'en parle (enfin, j'attend pour voir, si je me trompe, au temps pour moi :). C'est vrai que ça n'a rien à voir avec un sujet tel que "la biologie de l'identité".

bonne soirée

25/07/2010, 21:29 | Par Clopinette

Alléchant !!! Encore une véritable initiative de salut public par l'incitation à la réflexion approfondie sur un thème se prêtant à tous les délires idéologiques. Et rien moins que de brillantes pointures de la biologie et de la philosophie de la biologie pour solliciter notre réflexion. Merci pour cette excellente idée. J'attends la série avec impatience.

25/07/2010, 21:40 | Par Jean REX

 

*** Extrait : entretien de 2007 N.S. vs Michel Onfray.

Article paru dans PHILOSOPHIE MAG N°8 lien ICI

M.O. (...) on ne naît pas homosexuel, ni hétérosexuel, ni pédophile. Je pense que nous sommes façonnés, non pas par nos gènes, mais par notre environnement, par les conditions familiales et socio-historiques dans lesquelles nous évoluons.
N. S. : Je ne suis pas d'accord avec vous. J'inclinerais, pour ma part, à penser qu'on naît pédophile, et c'est d'ailleurs un problème que nous ne sachions soigner cette pathologie. Il y a 1 200 ou 1 300 jeunes qui se suicident en France chaque année, ce n'est pas parce que leurs parents s'en sont mal occupés ! Mais parce que, génétiquement, ils avaient une fragilité, une douleur préalable. Prenez les fumeurs : certains développent un cancer, d'autres non. Les premiers ont une faiblesse physiologique héréditaire. Les circonstances ne font pas tout, la part de l'inné est immense. (...)

Votre avis sur ces " assertions" et leur possibles conséquences politiques (dont le fameux débat Besson) SVP...

25/07/2010, 21:42 | Par Oliv92

Ca m'a l'air passionnant tout ca...

Les conclusions (nous n'existons que par les autres) me rappelle celle de Francois Flahault.

http://www.mediapart.fr/club/blog/oliv92/230608/le-paradoxe-de-robinson

http://www.mediapart.fr/club/blog/oliv92/140509/le-crepuscule-de-promethee-de-francois-flahault

qui n'est pourtant pas biologiste, mais plutôt spécialistes des contes.

25/07/2010, 22:03 | Par Monkeyman

Peut-être est-ce hors-sujet ?

Mais, biologiquement parlant, quelle identité peut-on prêter à des homo sapiens (h. s.) qui n’ont pas réussi à assimiler la « notion de cycle » ? !

 

L’espèce prochaine, celle des « hommes vrais » (en tant que terme générique), n’aura-t-elle pas comme priorité évidente : l’aménagement au mieux de chaque partie du cycle, particulièrement des deux dernières : la vieillesse et la mort (le passage vers le cycle suivant) ? !

Présenté différemment, si on accorde à l’espace matériel (tel qu’il est perçu) la dimension 3, l’h. s. ne vit pas en dimension 4 (celle du temps) dans la mesure où il ne la maîtrise pas du tout. La théorie des fractales introduit des dimensions intermédiaires, fractionnaires … mais je n’y connais rien.

Par ex. le lapin vit sa vie en utilisant les composantes de son cerveau : notamment le cerveau reptilien (l’instinct de survie), le cerveau limbique ou mammalien ou des émotions (mémorisation des événements avec l’attribution d’un indice selon le ressenti plus ou moins agréable ou désagréable, pilotage automatique en fonction des conditionnements et du surmoi, etc., quête du plaisir ou bien être selon une procédure analogique)

Il possède un embryon de néocortex peu performant.

Le réel (qui anticipe, imagine, analyse, abstrait) est réservé à l’h. s.!

Mais sait-il vraiment s’en servir ? !

Non, puisque la prééminence des deux cerveaux primitifs l’empêche d’exploiter un élément de base de l’Univers via la complexification ! Le cycle n’est-il pas un ou le procédé optimal ? ! Voir par ex. le progrès des espèces automobiles si jamais on se bornait à réparer, rafistoler, substituer des pièces !

 

Est-ce un problème de conditionnement ? De gènes ? !

Ou une sorte de régulation naturelle, qui se produit parfois quand une espèce est en danger d’extinction, sera-t-elle nécessaire et suffisante ? !

 

L’hypothèse abordée en l’an 2000 par L. Nottale, J. Chaline, P. Grou, dans l’ouvrage « Les arbres de l’évolution » n’a-t-elle pas reçu un début de confirmation en 2005 lors de l’évaluation comparative de notre génome et de celui du chimpanzé ? !

 

Alors que c’était la dernière occasion de mettre les pendules à l’heure, de débattre, d’abandonner les paraboles qui nous imprègnent en toute inconscience (« L’homme a été créé à l’image de Dieu » et sa copie à une symétrie près « L’homme est un dieu en devenir »), de se débarrasser de la peur de la mort et de l’enfer ; à l’unanimité, fut adoptée la politique de l’autruche, l’enterrement assourdissant organisé par les croyants et les rationalistes réunis (pour une fois) en faisant tomber les masques, les seconds ne prolongeant que les premiers !

Et bien sûr, le pendant de cette peur continue à se traduire par la politique de la fuite « toujours plus » en avant vers le paradis terrestre ou la colonisation du Cosmos !

Plus au ras des pâquerettes, c’est l’addiction du « toujours plus » (t. p.) sous l’influence du cerveau des émotions (V. l’épanouissement de la Société de consommation, le fantasme des capitalistes)

 

Qu’un président de la République se permette de déclarer, juste avant son élection de 2007

devant M. Michel Onfray (pseudo philosophe à la mode) : "Je n'ai jamais rien entendu d'aussi absurde que la phrase de Socrate : Connais-toi toi-même" (Article publié sur le site "Les mots ont un sens") ne laisse-t-elle pas présager la réponse ? !

 

M. Henri Laborit soulignait que tant que l’h. s. se contenterait (entre autres) de confondre le mot et la chose, rien ne changerait.

A noter aussi qu’avant, les apprentis sorciers jouaient en manipulant des concepts où le principe du tiers exclu (ou binaire) était la règle puisque ne rencontrant pas d’obstacles majeurs.

Actuellement, avec l’exploration du monde de l’infiniment petit, du monde du vivant, la physique quantique est la seule qui est adéquate et le principe du tiers inclus règne !

L’incohérence de naguère se métamorphose parfois en phénomène de décohérence ! Etc. !

 

Ils jouent t. p. … pour le moment, massacrent t. p. l’environnement, le tissu social, etc. !

 

Par exemple, lors de l’épidémie de la myxomatose des années 50, 10 % des lapins et lièvres survécurent immunisés !

 

Il me semble que ces remarques sont teintées de biologie mais ? !

 

¨Pourquoi, dès l’école primaire, n’explique-t-on pas aux enfants les grandes lignes du mode de fonctionnement du cerveau ? ! Les pièges tendus ? ! Les causes de la plupart des crimes à chaud ? ! Etc. ? ! Cela ne ruinerait-il pas prématurément le Système en place ? !

Mais n’est-ce pas reculer pour mieux sauter ? ! Pour que le « happy end » prenne la forme d’une nouvelle Ère ? !

25/07/2010, 22:52 | Par Thraz Ymachus

Pourriez-vous, s'il vous plait, poser la question suivante (remaniée et moins lourde, mais le travail de plume est votre) :
 

Vous avez 100 fiches d'identité génétique, si vous deviez les rapprocher par familles présentant le plus grand nombre de similitudes, utiliseriez-vous le gène de la couleur de peau pour créer ces familles de plus grandes ressemblances, ou utiliseriez-vous d'autres facteurs, comme par exemple le diabète ?

26/07/2010, 15:13 | Par cassetoi en réponse au commentaire de Thraz Ymachus le 25/07/2010 à 22:52

je crois qu'il n'y a pas de gêne couleur de la peau. C'est le % de mélanine ? Les Mélanésiens et les Dravidiens sont de peau noire mais ils sont trés éloignés génétiquement des noirs d'Afrique , les dravidiens sont proches des indoeuropéens et les Mélanésiens des asiatiques du SE

je me souviens d'une exposition SUPERBE, TOUS PAREILS TOUS DIFFERENTS (au palais de Chaillot il me semble) avec d'entrée une photo d'un groupe d'humains habillés et ensuite une 2e photo les mêmes tout nu .

une belle problématique posée

26/07/2010, 11:23 | Par Vital Block

Le sujet est intéressant en soi mais le présupposé qui semble à l'origine de l'enquête de Mediapart me semble extrêmement dangereux. Vous nous dites, si je comprends bien : allons regarder de près ce que la biologie nous dit de l'identité, et vous verrez, nous y trouverons des arguments qui ne vont pas dans le sens des identitaristes (référence explicite est faite au débat sur l'identité nationale). Mais l'idée que la vérité sur les débats sociaux est dans la biologie, où plus largement les sciences de la nature, est justement celle qui, depuis un siècle (post-Darwin) a produit les pires monstruosités. Toutes les théories sociales des inégalités fondées en nature ont été basées là-dessus. Il y a à mon avis dans cette démarche un biais, une erreur radicaux. Je prèfère penser, et je crois, dans la tradition de ceux qui dès la fin du 19° siècle ont distingué les sciences de la culture des sciences de la nature, que les sociétés humaines sont humaines en ce qu'elles s'affranchissent des déterminations naturelles : la valeur et la réalité d'un homme ne résident pas dans ses caractéristiques biologiques, le fonctionnement des sociétés humaines n'a pas à prendre pour référence, sinon pour modèle, les lois de la biologie. L'homme est un primate, certes, et cela se voit (Frans de Waal, La politique du chimpanzé, est un bon manuel de vie politique française contemporaine), mais ce qui fait sa valeur d'humanité est que ces origines ne le déterminent pas, il s'en affranchit pour une part. Alors, à partir de la façon dont vous présentez votre sujet et quel que soit son intérêt intrinsèque, attention glissades !!

26/07/2010, 12:43 | Par Sophie Dufau en réponse au commentaire de Vital Block le 26/07/2010 à 11:23

Bonjour,

Merci de vos remarques. Mais vous verrez que nos enquêtes rejoignent vos préoccupations et que justement, les scientifiques manient avec beaucoup de précausions cette question de l'identité. En espérant ne pas vous décevoir,

Bien à vous,

26/07/2010, 15:05 | Par Vital Block en réponse au commentaire de Sophie Dufau le 26/07/2010 à 12:43

Je vais lire, et certainement apprendre beaucoup de choses ! Merci pour votre travail en tous cas !

VB

26/07/2010, 15:05 | Par cassetoi

miam miam! Merci Sophie

j'attends avec gourmandise et impatience cette série, qui élargira sûrement le feuilleton de l'été.

il n'y a pas à dire vous nous gâtez. Journalistes ET lecteurs . Il va y avoir du "sport" côté commentateurs

malheureusement nous n'avons que 24 h / jour pour tout lire. Nous ne nous couchons pas avant 0h30 depuis que nous sommes abonnés, le pire c'est que nous sommes ravis, sommes nous drogués à Médiapart? Nous avons essayé de nous partager la lecture mais c'est impossible.

amicalement à tous

08/11/2013, 09:54 | Par PARTIE2

Tout savoir sur nos origines


C'est une nouvelle façon de rechercher ses ancêtres qui fait fureur dans les pays anglo-saxons, fondée non plus sur l'étude des registres d'état civil, mais sur l'analyse de l'ADN. Des laboratoires, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, proposent des tests permettant d'identifier ses ancêtres lointains, sa région d'origine ou son groupe ethnique. Pour la première fois, des techniques qui servent à pister les criminels ou à déterminer la paternité d'un enfant sont utilisées à des fins de loisirs. Elles posent de nouvelles questions sur les notions de race et d'identité. Nos gènes parlent de nous, mais aussi de nos parents, de nos ancêtres et de leur histoire. Jusqu'où ira cette inquisition biologique?Par par Gilbert Charles et , publié le 15/06/2006 La suite dans le lien 


J'ai vu le reportage annoncé dans le Monde diplomatique  en milieu d'année 2013, on ne peut s'empêcher d'avoir des doutes sur l'utilisation finale de toutes les données au vu  de la montée générale du racisme. Incertain 


08/11/2013, 13:25 | Par PARTIE2

Le racisme est une lèpre 

 07 NOVEMBRE 2013 |  PAR VINGTRAS

Newsletter