Ven.
28
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

"Le coq, l'hermine et le croissant" : un livre à lire et à faire connaître

"Le coq, l'hermine et le croissant", un livre de erwan evenou à lire et à faire connaître

Pied noir d’origine bretonne né au début de la 2ème guerre mondiale, Erwan Evenou nous propose un beau et émouvant voyage, va-et-vient perpétuel de part et d’autre des deux rives de la Méditerranée, entre deux pays, deux amours, tissant un lien charnel entre l’Algérie et la Bretagne, riche de toutes leurs cultures et langues.

L’humour, jamais absent, ajoute de l’élégance au récit. Et l’humour, par sa lucidité, est l’ennemi de tous les fanatismes. C’est pourquoi ce  livre est salutaire car il porte un regard décapant  sur la bêtise, les idées recuites et nos petites lâchetés. Et là, tout le monde en prend pour son grade, y compris l’auteur, mais sans jamais s’appesantir ni tomber dans les querelles de personnes.

Tout ceci rend d’autant plus efficace ce bénéfique coup de pied dans la fourmilière des chapelles sectaires et du conformisme des idées toutes faites. La méthode en est simple : « Observer et partager, et non pas juger ».

Il nous montre, après ce calamiteux débat franco-français sur « l’identité nationale », que l’identité n’est pas unique, mais multiple et à géométrie variable, comme une voile qui se gonfle ou s’affaisse au gré  de nos rencontres, des rires et des larmes partagées avec nos frères humains.

Dans le roman résonne en filigrane la voix de l’enfant frustré que chacun porte en soi. Et cette plainte émouvante est universelle car on est tous des exilés du monde de son enfance.

Le dénouement de l’histoire est une réussite, à la manière de l’acteur qui sait quitter la scène sur la pointe des pieds pour ne pas briser l’ambiance qu’il a réussi à créer. Et on referme le livre comme à regret

 

Erwan Evenou est un des tous meilleurs locuteurs et écrivains de langue bretonne[1], affichant au compteur plus de 50 ans de lutte pour la défense de celle-ci, ainsi que de la culture bretonne. Il a, entre autres, exercé pendant plusieurs années la difficile fonction d’inspecteur de breton.

Il nous raconte sans fard toutes les embuches, vexations et dédain qu’il a du affronter, de la part de l’administration et de certains enseignants, dans le noble exercice de la promotion de la langue bretonne.

Son livre est un stimulant pour l’action, à la manière d’une tape amicale sur l’épaule : « T’endors pas, mon pote ! ». Non, le dédain pour notre culture n’est pas mort, le mépris pour notre langue est toujours vivace, bien plus que certains voudraient nous laisser croire.

 « Dalc’h soñj out den ! » (Rappelle-toi que tu es humain)

Voila ce que nous montre Erwan tout au long de son beau roman. Ce serait dommage qu’il reste à l’écart du circuit.

Si vous ne trouvez pas le livre en librairie, écrire à : Erwan Evenou, Kerozeg 56 320 Ar FAOUED (Le Faouët). Prix : 14 €.


[1] Il est doctorant en langue bretonne, « mar plij », et a obtenu le Priz Langleiz pour son très beau roman « Nikolazig ar broioù tomm ».

 


Traduction de l'article en breton :

"Le coq, l'hermine et le croissant", Ul levr da lenn ha da vrudañ

An oberenn. Piv n’anavez ket al levr « Nikolazig ar broioù tomm », begenn hol lennegezh e brezhoneg, bet tapet ar priz Langleiz ? « Le coq, l’hermine et le croissant » n’eo ket un droidigezh e galleg deus al levr-se, met un istor nevesaet ha renevezet penn-da-benn.

Ur brav a romant fromus a ginnig deomp ar paotr Erwan, mont-ha-dont dibaouez etre div ribl ar Mor Kreiz, etre div vro, div garantez. Gwriat a ra deomp evel-se ul liamm bev-buhezeg, korf-hag-ene, etre an Aljeri ha Breizh dre o holl gulturioù.

Kempenn brav eo an istor, a-drugarez d’ar fent n’eus ket blaz ar re nebeut gantañ. Enebour meur ar fanatism eo ar fent dre e sell lemm ha dibleg war kozh randonerezh ar sperejoù kropet a bep seurt. Setu perak eo yac’hus al levr. Pep hini a bak e begement, ha da gentañ an oberour e-unan. Nemet morse ne dag den, seul yac’hoc’h hag efedusoc’h ar mell maen stlapet e park an iñtegristed hag an holl bennoù pout a bep chapel. Reizh eo an doare : “Sellet ha lodañ, ha n’eo ket barn”.

Goude an disput gwall reuzus war an « identité nationale », savet e Bro-Gwirioù-Mab-Den-Ra-Vo-Meulet, e tiskouez deomp n’en deus ket pep hini ahanomp un idañtite hepken, met meur a hini, ha mont a ra evel ar c’houel gant an avel hervez or hejadennoù gant or breudeur war an tamm douar patatez-mañ, c’hoarzh ha poan mesk-ha-mesk.

Dasseniñ a ra ar romant gant klemm ar bugel dizonet. Ha klemm pep hini eo, dre ma ‘z omp holl harluet deus bro or bugaleaj.

Un taol-kaer eo diwezh an istor, gant doare an aktour a oar kuitaat al leurenn war beg e dreid, kuit da regiñ plijadur an arvesterien. Setu gant keuz e serr Yann Lenner al levr.

Erwan Evenou, an oberour. « Stourm a ran war pep tachenn », he doa skrivet Anjela Duval, un 50 vloaz bennak ‘ zo. N’eo ket ar paotr Erwan a zislavaro dezhi. War e chouk ema ar maout a ouzhpenn 50 vloaz a stourm evit kas war-raok sevenadur Breizh e meur a dachenn : ar brezhoneg, al lennegezh, ar politikerezh… prezidant ar gevridigezh GOUREN eo zoken. Normal eo, a lavarfec’h, boaz eo da sevel ar maout !

Enseller brezhoneg eo bet. Kontañ a ra deomp an dispriz, ar gasoni, an diseblanted en deus bet gouzañvet a-berzh ar rektorouriezh hag un nebeut kelennerien. Traoù da ganañ “Ni non-unan, war hentoù an dazont”, evel e sonenn Youenn Gwernig.

Kement Brezhoneger hag a boagn evit kas war-raok or yezh a vourro al levr : “Dalc’h da grog, paotr !” a ro ton deomp ar c’homper Erwan, en ur zistagañ un taol karantezus war hor skoaz.

Dalh soñj out den !

Setu ar pezh a ziskouez deomp hed-a-hed e levr. Gaou bras e vefe ma chomfe divrud.

Ma ne gavit ket al levr en tier-leorioù, skrivit da : Erwan Evenou, Kerozec 56 320 Ar FAOUED. Priz 14 €.

 

Tous les commentaires

14/05/2014, 10:05 | Par Christian Le Bras

Un excellent livre, à conseiller, qui n'a malheureusement pas eu la diffusion qu'il méritait. (voir adresse auteur dans l'article)

Newsletter