Sam.
19
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Encombrement minimum 008

Vedette tambour 008, l'efficacité commerciale de la machine cinéma peut-être...

 

Les deux sublimes sorcières ne diront pas : que le monde aille à sa perte c'est la seule politique tandis que leur parole muette, si.

 

Nathalie Granger de Marguerite Duras, 1972.

 

Non, vous n'êtes pas... Si.

 

suite extrait ici : http://www.youtube.com/watch?v=_-0_6Wz9I2A&NR=1

 

Tous les commentaires

08/08/2009, 15:30 | Par jamesinparis

Disponible en divers coloris...

08/08/2009, 19:40 | Par Pointvirgule

Je ne suis pas une inconditionnelle du cinéma de Duras. Je préfère la lire et je crois qu'elle restera l'un des écrivains les plus novateurs du XXe siècle. Mais Nathalie Granger est un film exceptionnel. Un chef d'œuvre. Rares sont ceux qui ont su "parler" si subtilement des grandes douleurs de l'enfance, ou de la maison comme matrice ; maison-mère. Quant à Depardieu... pfft : éblouissant.

09/08/2009, 01:10 | Par A bout de souffle

Les extrait sont vraiment magnifiques, et drôles, et tristes. Je trouve que Duras est très surprenante au cinéma, j'ai été agréablement surprise par son cinéma, l'année dernière la fac de Tours a projeté India song (envoûtant), j'ai eu l'occasion avant de voir le camion j'ai trouvé ça génial, et j'ai vu aussi Navire Night. Le coup de la machine à laver me rappelle des passage de la vie matérielle avec les listes de course, les prises qui se décollent...

10/08/2009, 17:49 | Par Stéphanie Serre en réponse au commentaire de A bout de souffle le 09/08/2009 à 01:10

Oui et cette manière d'être habitée par une maison plutôt que de l'habiter, c'est dans cet état là que le film avance et que la narration se brise. Pour India Song, la figure de la mendiante me semble être l'errance même de la parole et de l'écriture. Dans une des émissions consacrées à Duras la semaine dernière sur France Culture, il a été rappelé que le seul lieu où s'arrête enfin la mendiante est le bord du Gange... Merci à tous pour tous ces retours.

09/08/2009, 01:39 | Par A bout de souffle

bfEM-wkBwpA&hl=fr&fs=1&.youtube

09/08/2009, 13:20 | Par Graph

J'avais vu ce film peu de temps après sa sortie et j'avais été complètement interpellé par le non dit et tout ce qu'on peut imaginer, "en plus" par rapport à l'histoire même. J'en ai gardé le souvenir d'un film fascinant. A la suite de ce film, bien sûr, je suis allé voir d'autres films de Duras: Ils m'ont tous profondément ennuyé. je ne participais plus à sa magie. Peu de films m'ont fait cet effet de projection de soi sur l'écran: Récement, transsiberian (2008) de brad anderson renouvelait cet exploit (bien que se soit dans un tout autre genre) et certains vieux films de hitchcock aussi...

Newsletter