Mer.
01
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Deuil (s)

Des fois, souvent encore je pense a elle.Ces jours la rien n'est possible.Envahie par le manque. Le manque si vaste, comme une mer de sables mouvants, vaste étendue jaune aux ombres menaçantes.Bien sur les larmes, salées, brulantes et qui laissent leur trainée rouge sur les joues.Ce chagrin si vif est mien. Il est moi. Il survit au temps.Des fois il est léger, un arrière plan comme une ombre de fin d'après midi.D'autre jour, on est plongé dedans jusqu'à l'overdose, la nausée. Alors je ne fais rien, je me laisse emmener par les souvenirs. J'entends son rire, cette manière de douceur violente pour se suspendre a mon cou et me faire des baisers "mortels"N'imaginez surtout pas un rire doux, en cascade. Non c'était un rire franc, sonore. Un rire heureux.J'aimais ses cheveux en nappe dorée, quasi roux, fins et lisses.Je me laisse envahir par ce petit fantôme. Des jours, je rêve d'elle. Au début juste après la mort. Elle est la, bras tendus, suppliante, puis elle s'en va. Je m'eveille gorge ouverte dans un cri silencieux.J'ai appris, appris a patienter, attendre que la douleur se calme.Boire, l'eau dans l'étain a le gout métallique des fins de nuit ravageuses.Le chien dors au bout du lit. C'est un tout petit chien. Roulé en boule hirsute et soyeuse. On le sait attentif a ses oreilles pointées.Et puis le mal reflue dans un endroit secret, comme le chien il ne dors que d'un oeuil, prompt a revenir. Je l'accueille, le regarde. Nous sommes en train de devenir familiers, enfin pas trop. Mais je l'apprivoise. C'est qu'il convient de vivre encore un peu, et d'aimer la vie qui vient.Un jour, encore un jour ou j'ai vu le soleil et la trace paresseuse des nuages

Tous les commentaires

17/05/2011, 20:04 | Par elisa13

*****

17/05/2011, 20:05 | Par Anne Gentry

****

Puissiez-vous l'apprivoiser encore un peu plus ....

17/05/2011, 20:20 | Par dianne

*****

17/05/2011, 20:41 | Par oblomov

Bien à vous.

17/05/2011, 21:02 | Par Grain de Sel HV

Je vous embrasse, Sylviane. Moi aussi, je me souviens d'elle. Même si c'est une autre aile. Elle m'effleure comme la vôtre. Et me fait remonter les mêmes mots douloureux à la gorge. Que j'aimerais bien pouvoir lâcher.....

Nous avons aussi ça en commun....

17/05/2011, 21:11 | Par Jonasz

Un jour ou nuages et soleil sont heureux de ne pas être passés pour rien.

Newsletter