Sam.
20
Déc

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Pacte 2012 de Joel Censier, père d'une victime, quelle statut pour la victime ?

En vue des élections 2012, à la façon de Nicolas Hulot pour l'écologie en 2007, un ancien policier lance un appel aux candidats des élections présidentielles de 2012 pour un pacte pour la justice. (http://www.pacte2012.fr/video.html 600 000 signatures !)
Ce pacte est très révélateur du déficit d'instruction civique concernant un des piliers de la démocratie : la justice.
La justice concentre en elle tous les conflits, tensions sociales, crimes, corruptions, débats politiques, ainsi peu de nos concitoyens comprennent vraiment quelle est sa mission fondamentale. On le voit dans cet appel bourré de clichés, de contres vérités sans citations de sources, bourrés de notions très primitives sur un système élaboré très complexe dont l'évolution s'est construite depuis que l'homme existe.
Il existera toujours une distance entre d'une part le consommateur qui n'a absolument pas étudié la question et qui s’abreuve quotidiennement des clichés abjectes diffusés très largement par les médias, et d'autre part les professionnels de la justice. Ce pacte lancé par Joel Censier est une illustration très significative de cette distance.

 

Les victimes traumatisées en état de choc intense dévoilent un aspect très ingrat de la justice, car celle-ci, qui a pour mission d'établir les faits de façon impartiale, peut donner le sentiment de défendre le criminel contre la victime. Les médias qui ont un rôle très influent sur l'appareil judiciaire, colportent souvent cette confusion. . Le message délivré par la justice est lui, au contraire, très réglementé, le langage est très structuré et renvoi souvent à des concepts spécifiques peu compris par le grand public, les acteurs médiatiques, certains politiques, voire certains professionnels de ce grand appareil d'état. Un symbolisme ancien et mal compris y est très présent aussi bien dans l'aspect protocolaire, le cérémonial, le vestimentaire et l'imagerie. Certains politiques influents ne semblent même pas avoir compris le rôle de l'avocat de la défense si souvent bouc émissaire de cette fameuse ingratitude du système judiciaire, ni la présemption d'innocence (Déclaration de Sarkozy, " ... On a arrété l'assasin du prefet Erignac", alors qu'aucune décision de justice n'avait encore statué sur la culpabilité d'Yvan Colonna).


Les sentiments d'injustice ressentis par les victimes et exploités par des politiciens peu scrupuleux, peuvent engendrer des menaces pour la stabilité de nos sociétés et de nos démocraties. Si on pense en terme de pathologies contagieuses, alors le traumatisme lié à une agression est une forme de maladie contagieuse. Par la médiatisation des émotions de la victime, des personnes absolument pas concernées par un crime peuvent se sentir victimes de ce crime, on entre alors dans un grave problème sanitaire ou la peur, le sentiment d'insécurité, d'injustice, le sentiment de manque d'état, de protection peut être ressenti à tord par la population. Cela favorise les crispations identitaires, les racismes, les tensions sociales. Ne voit t-on pas des villages entiers sans aucun immigrés voter pour le FN ? Combien savent que la majorité des agressions contre les personnes se situe à l'intérieur même des familles, endroit ou pourtant tout le monde se sent le plus en "sécurité" ?
Qu'un tel appel comme celui Mr Joel Censier puisse trouver autant d'audience, révèle peut-être le manque flagrant de prise en compte et de compréhension du statut de la victime par le système judiciaire.
Les décisions de justice délivrent des messages que le public interprète de façon plus ou moins fantasmée, (pour l'exemple, moral, éthique, etc ...) et comme tous ses fondements conceptuels, cette aspect communiquant de la justice devrait être le fruit d'une réflexion et d'une construction élaborée, ce qui ne semble pas être le cas. Il en va de la paix en démocratie, car les psychoses collectives, les maladies dépressives, les traumatismes liés aux injustices ressenties ou fantasmées génèrent des proies faciles pour des politiciens populistes. Que peut faire le politique pris au piège du message de la victime portant en lui les germes d'un danger sanitaire ? comment peut-il réagir ?
Les incompréhensions et incultures générales sur la notion même de justice lui empêche toutes réactions rationnelles. Il suffit pour cela de faire une recherche sur google de "Joel Censier" pour s'en apercevoir. Ainsi se développe sans aucun opposant, le message sécuritaire excessif prônant plus de répression pour assouvir des soifs de vengeance. Ces messages, allant dans le sens du poil malade, portent en eux les germes de la dictature sans résoudre les problèmes dénoncés, au contraire. Aller contre ce fléau sécuritaire est politiquement suicidaire, ce serait pourtant le message à délivrer qui irait dans le bon sens.
Un argument politique contre cet appel pour plus de répression serait de proposer une meilleure prise en charge, au sein même de la procédure judiciaire, de la victime et de ses traumatismes dont certains sont parfois très graves, telle que la perte d'un enfant. Avant la médecine, dans ses soins, ne tenait pas du tout compte de la douleur, aujourd'hui elle sait que c'est un élément essentiel à prendre en compte dans la thérapie, il devrait en être de même avec la justice qui ne tient pas compte de la douleur des victimes en allant parfois jusqu'à l'aggraver par des grosses gaffes qui soulignent à quel point elle manque totalement de connaissances en matière de psychologies humaines. Cette prise en charge ne doit pas consister à sanctionner plus l'accusé, mais déjà au moins à soulager la victime. Il faut lui reconnaitre ce statut, ne pas aggraver son traumatisme, l'aider à trouver les bonnes voix pour s'en sortir. Il faut comprendre l'aspect pathologique d'une victime dont les symptômes sont parfois des réactions violentes qui devraient être interprétées comme des cris de détresse et non comme des actes de délinquance. Sans amoindrir la défense des accusés, la justice doit gagner en reconnaissance des victimes.

 

L'exploitation sécuritaire très populiste profitant de l'incrédulité de gens traumatisés par médias interposés est très indigne et dangereuse. Comme Mitterand en 81 prenant la position pas facile, car non populaire, contre la peine de mort, il est temps dans ce pays que nos politiques de tous bords sachent dénoncer cette imposture et prennent le pari de l'intelligence contre la décadence et ne pas tomber dans des facilités électoralistes. Cette démarche indigne et lâche est très néfaste pour notre pays, la politique de la peur est très mauvaise conseillère dans tous les domaines sociaux, économiques et culturels.

 

Tous les commentaires

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

14/11/2011, 21:47 | Par Folium

Et aussi le site de Robin des Lois : http://robindeslois.org/?p=3059

16/11/2011, 09:51 | Par Aincrédule

En France sévit la justice de classe, n'importe quel avocat vous le dira.

Nous aspirons à la Justice: celle qui prouve que les citoyens sont égaux donc libres.

 

16/11/2011, 16:43 | Par Jean-Marie MEMIN

j'ai reçu, la semaine dernière, de la part d'une personne avec laquelle j'ai des relations de travail bénévole (Conseiller municipal) le message "Censier"que j'ai écouté avec attention.

Puis je suis allé voir sur le site hoax buster la validité de ce message.Je suis tombé sur une petite grille intéressante sur la fiabilité de ce que nous recevons quotidiennement à savoir la "crédibilité" d'une pétition. Celle que nous proposait "Censier" n'était fiable que sur 4 points sur 7. Alors je suis allé chercher le site de "l'Institut pour justice". Puis toujours sur Google, ce qu'étaient les personnages du Bureau de cette "Association". J'y ai donc découvert un banc de malins qui pratiquent une sorte d'escroquerie à la victimologie autour de l'Etat tentaculaire et cannibale qui fait que de nous embêter...! Enfin ca m'a pris environ un bon quart d'heure et désormais j'ai découvert qu'il existait une nouvelle forme d'escroquerie.A vous de faire circuler cette méfiance...

17/11/2011, 17:22 | Par xa.nic@orange.fr en réponse au commentaire de Jean-Marie MEMIN le 16/11/2011 à 16:43

Il aurait été utilie que tu nous donnes des détails sur ce que tu as découvert à propos de ce "banc de malins qui pratiquent une sorte d'escroquerie à la victimologie"

19/11/2011, 09:13 | Par FranckD en réponse au commentaire de xa.nic@orange.fr le 17/11/2011 à 17:22

Libé à également traité le sujet il y a 2ans. Mais je n'ai reçu ce mail relayé par deux amis (qui se sont fait incendier en retour! Qui aime bien...) que récemment.

Newsletter