Jeu.
21
Aoû

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le vrai scandale de l'expulsion du Musée d'Orsay d'une famille "défavorisée"

Dans les journaux, on apprend qu'une famille défavorisée accompagnée d'un bénévole d'ATD Quart-Monde a été évacuée du Musée d'orsay pour cause d'odeur.

C'est à lire ici.

Cela reflète bien, quoiqu'en dise la communication institutionnelle, l'évolution de l'instance muséale depuis la visite au Louvre de Gervaise et Coupeau. C'est que quand on est un "public défavorisé", on gagne à être accompagné pédagogiquement, recommande le directeur général des patrimoines du ministère de la culture.

Point de noce en folie à virevolter librement entre Rubens et Véronèse comme dans l'Assommoir de Zola. Et de souligner le travail effectué par les musées et les équipes au quotidien pour les publics défavorisés (ce que l'on ne conteste pas) ;  comme si les autres publics (favorisés?) ne bénéficiaient pas, eux aussi, du travail des équipes muséales. Sans parler des "généreux" donateurs qui bénéficient d'un accompagnement lapidaire en voyant leur nom gravé dans le marbre des halls de musées.

Mais le plus triste dans cette histoire, c'est que cette famille venue au musée ne savait pas qu'elle aurait pu bénéficier de la gratuité. C'est en effet un enjeu majeur aujourd'hui : toute une partie de la population française s'interdit l'accès à certains services publics ou à faire valoir certains droits. C'est ce que l'Odenore - l'observatoire des non recours aux droits et aux services- appelle le non-recours aux droits sociaux. L'incident du Musée d'Orsay est révélateur, en creux, de ce non-recours, pour autant que l'on considère encore que le musée est un service public et l'accès à l'art constitutif d'un droit social.


http://www.liberation.fr/societe/2013/01/29/evacues-du-musee-d-orsay-pour-cause-d-odeur_877777

Tous les commentaires

29/01/2013, 22:59 | Par Jean-Claude POTTIER

Ils ne sont pas en odeur de sainteté. Les cons de pauvres sont voués à l'enfer. C'est connu.

01/02/2013, 11:09 | Par gisbert en réponse au commentaire de Jean-Claude POTTIER le 29/01/2013 à 22:59

L'initiative de diffuser la culture aux pauvres est géniale. Là, on fait un scandale pour n'importe quoi franchement !

Car en quoi le fait d'être pauvre empêche d'être propre (en tout cas en France aucun problème, il y a plein de structures) ?

Je suis désolé, mais si ces gens puaient à 10 mètres à la ronde, ils vont rester pauvres longtemps et leurs enfants aussi ! Le vrai scandale c'est de leur donner des places de musée avant même de leur donner des rudiments de dignité humaine.

Le MANQUE DE BON SENS DANS L'AIDE DES PAUVRES PAR LE NON REPECT des règles de la pyramide des besoins de Maslow, le voilà le vrai scandale.

 

31/01/2013, 07:50 | Par Alexis Flanagan

Je me souviens avoir tenté d'entrer en relation avec un grand centre culturel de banlieue pour leur proposer d'accueillir des adolescents dans le cadre de travail d'intérêt général. Un des dirigeants de cette institution m'avait envoyé sur les roses, me signifiant ainsi que je me trompais d'endroit "mais enfin, nous sommes un théâtre, ici !"

Pourtant, tous les grands vaisseaux culturels n'agissent pas de même. Je me souviens aussi que la Bibliothèque Nationale nous avait acueilli très chaleureusement pour une visite et nous avait prêté une salle dans ses murs pour nous permettre de réaliser un petit atelier d'écriture avec des adolescents suivis par la justice.

31/01/2013, 10:56 | Par Cendrine Cazenave

Merci Tristan Guilloux pour ce  billet.

Quand vous l'avez publié, l'ensemble de cette histoire me mets tellement en colère que cela m'a 'empêchée de commenter j'ai juste recommandé.

Les pauvres... la culture.

La pauvreté ...

Mais le plus triste dans cette histoire, c'est que cette famille venue au musée ne savait pas qu'elle aurait pu bénéficier de la gratuité.

Cette histoire devrait faire beaucoup de bruit ,être le point de départ, l'étincelle pour pointer du doigt de nombreux disfonctionnements en matière de droits sociaux  et des sacros saintes "institutions" et ouvrir les yeux sur des réalités simplement humaines et inadmissibles, un moment où il est question d'égalité des droits, de solidarité, d'intégration, d'humanité.

Il est question ici du regard...

Le regard .

Changer de regard et déjà regarder la réalité en face.


 

31/01/2013, 10:57 | Par Cendrine Cazenave

Recommandé +++++  x par +

31/01/2013, 11:04 | Par Danièle Bouin

L'autre scandale, c'est que le public "ordinaire" des musées soit "incommodé" par les pauvres et demande leur exclusion de la culture à laquelle eux, estiment avoir droit.

31/01/2013, 11:14 | Par Cendrine Cazenave en réponse au commentaire de Danièle Bouin le 31/01/2013 à 11:04

Réalités humaines ... inadmisibles, ceux qui demandent l'expulsion et celles de ceux qui expulsent  et "sans incident" s'il vous plait. Personne en présence pour faire le moindre petit scandale apparament.

Ces gens sont tellements démunis qu'ils ne peuvent m^me pas avoir accès au minimum d'hygiène décente vivable.

Espoir saluer au passage l'action du  bénévole d'ATD Quart-Monde

31/01/2013, 18:59 | Par Béa18 en réponse au commentaire de Danièle Bouin le 31/01/2013 à 11:04

Bien sur qu'à première lecture, je suis choquée de cete expulsion ! Mais, je vais quand même me faire l'avocate du diable.

Danièle : le public n'est pas incommodé par les pauvres, mais par L'ODEUR. Soyons précis !

Cendrine il ne s'agit pas de REGARD mais bien d'ODORAT pour être encore très précis.

Qui d'entre vous peut jurer qu'il n'a jamais jugé une situation insupportable en raison d'une odeur très incommodante?

Lorsqu'on effectue un travail de socialisation, on fait en sorte que les personnes concernées ne soient pas susceptibles de provoquer un rejet et adoptent les codes sociaux autant que possible. J'ai l'impression que l'accompagnante ATD Quart Monde n'a pas tout-à-fait rempli sa mission.

Et puis soyons honnête : si je me réjouie de ma journée au musée d'Orsay, et que ma visite est  gâchée par une odeur nauséabonde, je renonce ou demande aux gardiens d'intervenir sur les "raisons" de cet inconfort olfactif.?
J'ai le souvenir d'un trajet dans le métro, l'odeur dégagée par un homme était insoutenable. Je n'aurais pas pu tenir 1 minute de plus  ! Même si je comprenais toutes les raisons possibles à son  état, ce n'est pas pour cela que c'était supportable physiquement et aurais-je dû me sentir coupable?

 "L'autre scandale, c'est que le public "ordinaire" des musées soit "incommodé" par les pauvres et demande leur exclusion de la culture à laquelle eux, estiment avoir droit. Le public "ordinaire" à mon avis souhaite vivement que la culture soit accessible et ouverte à TOUS, avec un effort d'accessibilité particulier pour les "pauvres". Et ce public peut aussi être incommodé par une odeur désagréable, et souhaiter légitimement pouvoir apprécier dans les meilleurs conditions les oeuvres présentées.

Ni plus, ni moins. Les faits me mettent mal à l'aise, mais les interprétations et extrapolations aussi !

31/01/2013, 19:55 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Danièle Bouin le 31/01/2013 à 11:04

 

Cette famille aurait pu bénéficier de la gratuité. N'est-il pas étonnant qu' ATD ne le sache pas ?

Il y a des règles de vie en société. Sortir propre en fait partie. Pauvreté peut tout à fait rimer avec propreté et dignité.

De nombreux visiteurs ont semble-t-il été été incommodés et se sont plaints. Pourquoi s'en prendre à eux ? 

31/01/2013, 20:46 | Par ptetmai en réponse au commentaire de Danièle Bouin le 31/01/2013 à 11:04

Démago

Si la raison est vraie et que réellement les autres visiteurs étaient incommodés,

c'est normal

La démagogie aussi est scandaleuse et parfois mortelle.

Hélas, elle engendre la grégarité

31/01/2013, 11:38 | Par Sylviane Moritz

je suis bénévole dans une association à Barbès et à ce titre j'emmène des groupes dans certains musées dans le cadre du "champs social". Dans ce cadre j'ai emmené plusieurs groupes dans quelques musées, en particulier au musée du Louvre où nous sommes non seulement très bien accueillis et où tout est fait pour faciliter notre visite que ce soit en groupes autonomes, avec un guide et/ou dans les ateliers du musée.

 Pour ce scandale, car c'est scandaleux, il y a plusieurs explications, la personne en charge du "champs social" à Orsay était en CDD non renouvelable, elle a du partir en janvier, est elle remplacée???? ou abus de pouvoir des gardiens????

 

31/01/2013, 11:39 | Par Sylviane Moritz

je suis bénévole dans une association à Barbès et à ce titre j'emmène des groupes dans certains musées dans le cadre du "champs social". Dans ce cadre j'ai emmené plusieurs groupes dans quelques musées, en particulier au musée du Louvre où nous sommes non seulement très bien accueillis et où tout est fait pour faciliter notre visite que ce soit en groupes autonomes, avec un guide et/ou dans les ateliers du musée.

 Pour ce scandale, car c'est scandaleux, il y a plusieurs explications, la personne en charge du "champs social" à Orsay était en CDD non renouvelable, elle a du partir en janvier, est elle remplacée???? ou abus de pouvoir des gardiens????

 

31/01/2013, 21:11 | Par Odile Bouchet

Le bruit et l'odeur, ça ne vous rappelle rien? Nos grands hommes ont un bel avenir devant eux... les gardiens de musée le leur garantissent. Ils ont vraiment des sbires à tos les étages, c'est pépère, ça roule tout seul.

 

Newsletter