Jeu.
23
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

le présentisme

"Dernier élément : ce que l’historien François Hartog appelle “le présentisme”. Les sociétés traditionnelles avaient pour référence le passé, les sociétés modernes (au sens des Lumières) étaient tournées vers l’avenir via le progrès, et aujourd’hui une sorte de présent perpétuel a remplacé tout ça, sans point d’appui ni dans le passé ni dans l’avenir pour juger de ce qui arrive. De fait, la politique devient de plus en plus une marionnette de l’immédiateté."

http://www.rue89.com/2012/10/04/philippe-corcuff-la-gauche-est-en-etat-de-mort-cerebrale-235834

cela éclaire, je trouve, la réaction de notre Président à la cata actuelle : en vitesse, fait une petite video qui propose pour tout remède de "faire une loi". Exactement la même méthode que son prédécesseur !!!! Or, cette loi existe déjà !!! Il aurait pu proposer des améliorations, mais bon, ça fait nul les améloriations, ça vous situe dans l'histoire, dans la durée, dans le "c'est pas prêt de passer en décret"... et les "communicateurs", plaies profondes de la politique contemporaine, n'ont pas du aimer.

Eh, oui ! Tout le monde ne peut pas éclater en sanglots, comme ce brave et prospère Filoche, qui doit toucher, lui, grace à sa patience au sein du corps des fonctionnaires inspecteurs de travail, une retraite à taux complet (ou presque ?) , enfin, loin, j'en suis sure, de mes 775 euros (que j'adore et qui me suffisent pour le moment)  !

PS : j'aime bien mettre de petites touches concernant ma vie-vécue-à-moi, car c'est tout ce que je connais...

Tous les commentaires

04/04/2013, 08:20 | Par Gilbert Pouillart

Bonjour!

Oh! Que je suis d'accord avec vous, et F.Hartog !

Et le perpétuel présent est le temps des animaux , qui n'ont de passé qu'inscrit dans leurs gènes, écrit dans leurs conditionnements, et pas de futur, parce que pas de projets.

Nous en sommes là, pour des tas de raisons. Parce que le présent perpétuel est la dimansion rêvée pour ceux...qui ont intérêt à ce que nous ne connaissions pas le passé, et que nous ne formions de projets qu'immédiats...et payants. Voir l'immoretl Patrick Le Lay, avec son, "temps de cerveau disponible pour Coca Cola"

Et, azussi, parce quer les gens et les choses se multiplient et s'accélèrent sans frein...ety qu'on ne veut pazs "être largtué".Et, encore, parce que nous perdons nos "racines", ey n'avons plus confiance en l'avenir ...même "spirituel".

Amitiés d'un (très) vieux monsieur à Vieilledame.

04/04/2013, 21:42 | Par vieille dame

oui, j'ai mis beaucoup de temps à comprendre pourquoi, étant enfant et ado, je détestais l'histoire. Et ce présentisme, j'en ai fait presqu'une morale de vie pendant longtemps. refusant en son nom de construire ma vie... pourtant, grace à Dolto et à certains psy, j'ai quand même pu enseigner à mon enfant le plaisir de l'attente, le plaisir du rêve, le plaisir de la construction...

comme souvent les générations actuelles me font penser à l'enfant déconstruit que j'ai été (guerre et maladie mentale et liberté sexuelle et libération de la femme des parents), peut-être arriveront-elles aussi à surmonter ce grand n'importe quoi post-soixante-huitard qui leur sert de non-cadre de vie.

 

Newsletter