Ven.
31
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Triple AAAndouilles…

AAA lala ce qu’on s’amuse à lire et écouter tous ces commentateurs affiliés aux diverses gauches et droites de France et d’Europe (enfin, surtout France) sur la perte du demi-A de son rating. La France mais l’Autriche aussi (tiens, pourtant ce sont des Germains, réputés sérieux et travailleurs!) et en fait neuf pays européens se sont vu dégradés par Standard & Poor’s cette semaine. Selon Les Echos: “La dégradation de la note de la France et de celles de huit de ses voisins européens porte un nouveau coup, sévère, à la zone euro. ……… « L’environnement politique dans la zone euro n’a pas été à la hauteur des défis croissants engendrés par la crise », a déclaré Moritz Krämer, en charge de l’Europe chez S&P.” Même son de cloche chez Médiapart et, sans doute, un peu partout ailleurs.

Il est difficile de comprendre ce catastrophisme médiatique: d’une part S&P est une agence privée dont la crédibilité est des plus suspecte depuis sa mise en cause dans la crise du marché des subprimes et le fait que l’on en sait guère plus sur ses pratiques depuis lors. Le monde de la finance, et a fortiori celui de la notation, est un monde opaque au service d’intérêts particuliers, et rien de ce qui en sort ne peut être pris comme une vérité objective, seulement le fruit de calculs internes qui rapportent gros à quelques uns, généralement au détriment de la très large majorité. D’autre part les marchés n’ont aucunement besoin des agences de notations pour connaître l’état de santé de leurs débiteurs, comme le dit Jim Rogers, patron du fond Quantum dans cet interview accordé à RT ci-dessus:

Non pas bien sur que la parole d’un spéculateur tel Jim Rogers soit parole d’évangile mais s’il peut se permettre de taper sur S&P alors qu’il est lui-même susceptible d’être noté par cette agence, c’est sans doute qu’il est plutôt sûr de lui. Il dit aussi, d'ailleurs, que pour sortir de cette crise il faut que les banques et investisseurs qui ont spéculé, et perdu, assument leurs pertes plutôt que de jouer la montre et essayer, encore une fois, de les socialiser (les pertes).

En plus, l’autre agence de notation Moody’s n’a pas dégradé la France. Alors? Certes il est possible que “les marchés” utilisent la notation S&P pour renchérir le coût des emprunts français, augmentant encore le différentiel entre France et Allemagne (pour ne parler que de ces deux-là). Mais ce différentiel existe déjà depuis longtemps, alors même que les deux pays avaient jusqu’à présent le même rating AAA. Ce qui prouve bien que “les marchés” n’attendent pas S&P pour définir leurs taux d’usure – pardon, d’intérêt. Quand à la question des “querelles politiques croissantes” que vont initier ces dégradations de ratings (pour les Echos il eut fallu que S&P dégrade toute la zone euro pour éviter les chamailleries), c’est vraiment prendre les gens pour des cons: ces querelles existent déjà, et c’est de par le nationalisme de certains et l’idéologie TINA(1) de l’ensemble des politiciens et technocrates de la zone euro que l’on est dans la situation actuelle. S&P n’y changera rien.

Mais tous cela, les journalistes économiques le savent déjà. Enfin, je suppose. Alors pourquoi faire monter la sauce? Pour vendre leurs gazettes? Peut être. Pour préparer le public à encore plus d’économisme technocratique de la part d’une Europe de plus en plus dictatoriale? Peut être aussi. L’avantage de ce type de situation est qu’elle fait les choux gras de tout le monde: le PS peut accuser l’UMP de mauvaise gérance avérée, et l’UMP à l’inverse peut accuser le PS de mauvaise gérance à venir ayant poussé S&P à dégrader la France par anticipation (véridique!). Le FN peut accuser tout le monde de vouloir la fin de la France et le Modem peut dire “je vous l’avais bien dit!”.

 

(1) There Is No Alternative, le slogan thatchérien comme quoi il n’y a pas d’alternative à la politique économique et sociale néo-libérale.

Billet en accès libre sur http://rhubarbe.net/blog/2012/01/16/triple-aaandouilles/

 

Tous les commentaires

16/01/2012, 19:55 | Par danivance

Et c'est ces même agences qui n'ont rien vu arriver en 2008, alors que la bulle immobilière enflait depuis 10 ans.

16/01/2012, 20:05 | Par samines

Hello Vincent Sourire

Juste pour accréditer ton billet : les avantages concédés par la France aux agences de notation ne datent pas d'hier, et ne sont pas le fait d'une gauche ou d'une droite...

16/01/2012, 22:18 | Par Vincent Verschoore en réponse au commentaire de samines le 16/01/2012 à 20:05

Hello Samines!

Ok merci, je n'avais pas vu ton billet. Faudrait renomer S&P en S&R (Standard & Rich's)....

16/01/2012, 21:38 | Par Hélène Genet

"Alors pourquoi faire monter la sauce ?"

C'est pour mieux te manger !!!

16/01/2012, 22:19 | Par Vincent Verschoore en réponse au commentaire de Hélène Genet le 16/01/2012 à 21:38

Hein!? Ah non ah non, pas reader's digeste du tout moi :)

16/01/2012, 22:24 | Par Axel J

Un billet excellent plein de bon sens.

Où on a vu ça que ça se "note", un pays, t'façons?!??

Non,

bon alors fuck les "standardandpoorz" et on fait notre vie, merde.

16/01/2012, 22:27 | Par Dominique Wittorski

"Alors pourquoi faire monter la sauce?"

J'avais tenté une réponse à cette question, ici, il y a deux mois :

http://blogs.mediapart.fr/blog/dominique-wittorski/151111/une-affaire-dandouille

 

Ça n'a pas vieilli. Même, je dirais... on y va tout droit !

17/01/2012, 09:33 | Par Vincent Verschoore en réponse au commentaire de Dominique Wittorski le 16/01/2012 à 22:27

Billet visionnaire, en effet! 

Newsletter