Mar.
21
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Nucléaire : un titre peut changer une information

Hier soir, sur le très utile portail rezo.net :

www.rezo.net

mon attention a été attirée par un article du Monde (et plus précisément de la rubrique écolo du Monde) consacré à l'existence de leucémies chez les enfants autour des centrales nucléaires.

Le voici :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/01/11/des-cas-de-leucemie-chez-des-enfants-vivant-pres-de-centrales-nucleaires-posent-question_1628490_3244.html

 

Je le lis, je le trouve intéressant pour ce qu'il montre du travestissement de l'information par les marchands de peur, et au moment où je le poste sur ma page Facebook pour le soumettre à l'exquise sagacité de mes amis FB mais néanmoins amis, je me rends compte que le titre du papier a  été changé.

En effet, quand je le poste sur FB, le titre qui apparaît sur ma page est :

 "Nucléaire : des cas de leucémie chez des enfants posent question"

alors que quand je l'avais ouvert et lu, le titre était :

 

"Des cas de leucémie détectés chez des enfants vivant près de centrales nucléaires"
On voit bien ici que Le Monde.fr cherche à mettre en avant un titre inquiétant, mais sans qu'il soit trop manifestement mensonger.... et qu'ils ont du mal. En effet , lorsque l'on va au-delà du titre et qu'on lit le papier, dès la troisième ligne, il est précisé :

 "selon une étude dont les résultats ne permettent cependant pas de tirer des conclusions formelles"

 

Comment donner un titre accrocheur à une étude qui n'amène aucune conclusion formelle ? C'est tout l'art du  : "je vais te dire un truc inquiétant sans le dire mais tout en le disant", dont cet exemple est une bonne illustration.

En effet, on voit dans l'article qu'on constate un surnombre de cas de leucémie chez les moins de 15 ans autour de 19 centrales nucléaires pour les 5 ans entre 2002 et 2007
(comparativement à une prédiction d'incidence nationale... je trouve pas ça très clair comme notion, pourquoi comparer à une prédiction et pas à l'incidence effectivement constatée, vu que c'est une période passée ????? ça, j'ai pas compris, je suis prenenur d'explications.) .
Oui mais voila : l'article avoue quand même que l'on ne  constate pas le même phénomène sur une période plus longue (1990-2007), pour laquelle il n'y a  au total pas plus de cas de leucémies autour des centrales qu'ailleurs.
 On aurait pu penser que du coup la longue durée est plus pertinente, et que pour Le Monde.fr, il aurait été plus conforme à l'étude de titrer :
"Pas plus de cas de leucémies autour des centrales nucléaires"
Oui, mais, comment vous voulez vendre du papier avec ça ???

 Dans le registre de la petite manip, parmi les deux titres proposés, celui qui dit :
&nbspDes cas de leucémie détectés chez des enfants vivant près de centrales nucléaires"

me semble le plus habile, parce qu'il est factuellement exact et a des airs de neutralité. Sauf que,  si on ne se fait pas la réflexion de se dire "Pourquoi les centrales nucléaires seraient-elles le seul endroit au monde autour duquel il n'y a pas de cas de leucémies chez des enfants ?", en se demandant où est du coup l'information dans ce titre (qui aurait pu aussi être : " des cas de leucémies chez des enfants vivant près d'usines de tofu bio"), on considère instinctivement que cela signifie qu'il y a un problème particulier et qu'il y a quand même de forts soupçons sur le fait que vivre près d'une centrale nucléaire expose plus au risque de leucémie [ce que, encore une fois, l'étude dont l'article rend compte ne dit absolument pas, elle est tellement non conclusive qu'on pourrait aussi lui faire dire l'inverse] .

 

Ce n'est pas la première fois que des médias se font ainsi le relais des campagnes technophobes en présentant de cette manière des études non conclusives, ou, pire encore, en présentant comme des études scientifiques probantes ce qui n'en a pas la qualité.
Voir par exemple, sur le même sujet, ce que le journal d'Arte disait en décembre 2007 de la question des cancers autour des centrales nucléaires allemandes :

 http://imposteurs.over-blog.com/article-14577780.html

 

http://imposteurs.over-blog.com/article-14852023.html 

 

Sur un sujet semblable, on peut aussi penser plus récemment à la manière dont une espèce d'enquête de voisinage mal goupillée a été relayée dans les médias comme une étude scientifique montrant des perturbations sur la santé liées à la présence d'antennes-relais. Avec les mêmes données très mal recueillies, il aurait été tout à fait  possible de titrer sur le fait que les antennes-relais protègent des troubles digestifs et des vertiges, comme le montre très bien ce papier :

 

 http://www.jim.fr/en_direct/pro_societe/e-docs/00/01/F4/D7/document_actu_pro.phtml  

 

Yann Kindo

Tous les commentaires

12/01/2012, 11:20 | Par bdemun

Il est en effet difficile de faire la part des responsabilités entre les divers agents responsables de cancers. (Hydrocarbures transitant dans l'eau du robinet, absorbés par inhalation de l'air ambiant, parfums à base d’hydrocarbure, plastiques,  engrais, radioactivité, champs électriques, alimentation, drogues médicales,...) C'est bien la force des  pollueurs que de pouvoir désigner « l'autre » et continuer à polluer sans faire l’effort d’investissement nécessaire à une production saine sur du long terme.

12/01/2012, 18:43 | Par Jean-Marie MEMIN

 

Pour votre information, la relation "privilégiée" que semble avoir le quotidien de référence vis à vis d'AREVA...!


Le Monde, chouchou d’Areva, caresse son partenaire nucléaire

par Henri Maler,le 6 décembre 2011

Lemonde.fr, le 6 décembre 2011, met en ligne un article (« avec AFP ») consacré aux suites judiciaires de l’arrestation de militants de Greenpeace qui ont testé, à leur façon, la sécurité des centrales nucléaires. Et…

… avec un sens de l’à-propos digne d’un site de référence, sert la publicité d’Areva, en veine de communication :

Certes, le contenu de l’article n’est pas affecté par cette offre d’Areva, mais il bénéficie d’un environnement qui en infléchit le sens.

Or, comme si l’invitation d’Areva à « débattre » ne suffisait pas, un simple clic sur l’invitation vous conduit à une nouvelle page du Monde.fr : un « supplément partenaire » qui ne se présente nullement comme un « supplément publicitaire » !

Areva a les moyens… Areva a les moyens que lui donne Le Monde. Pour un débat équilibré sur le nucléaire ?

Henri Maler
Grâce à l’alerte d’un correspondant

 

J.M. MEMIN

12/01/2012, 19:54 | Par pierre guerrini

13/01/2012, 08:48 | Par Philips Michel

Quelques remarques :

-il existe, bien sûr, des cas de leucémies chez les enfants en dehors de zones proches des centrales,

-les leucémies infantiles ne sont pas très fréquentes,

-faire une étude concernant la fréquence des leucémies chez les enfants vivants près des centrales est très difficile : elles sont rares, il faut donc rencontrer un très grand nombre de familles. Il faut aussi constituer une population "témoin".

-NÉANMOINS, l'étude française montre une augmentation de la fréquence de ces leucémies. Déjà établi par une étude anglaise dans les années 80. Lire ICI.

Conclusion : on peut affirmer que la proximité géographique d'une centrale nucléaire augmente (double) le risque de contracter une leucémie chez un enfant. Le lien DIRECT entre des radiations et les leucémies n'est pas prouvé : d'autres facteurs de proximité peuvent aussi jouer un rôle...Le détail de cette augmentation est donc à pondérer en fonction de l'âge, de la durée de séjour, du degré de proximité géographique...et "d'autres facteurs" liés à cette proximité (lignes à hautes tensions, etc). Inquiétant quand même !

13/01/2012, 09:37 | Par Chris43

Est-ce qu'on prend en compte la marque de dentifrice utilisé dans la fréquence des cancers ?

Cette boutade pour illustrer la difficulté des correlations statistiques dans la genèse d'une maladie.

13/01/2012, 09:56 | Par JoëlMartin

Je compte pendant deux jours de suite le nombre de voitures circulant en un point donné sur une route de sept heures à huit heures du matin.

Ce mardi-là, il en passe 17.

Le jeudi suivant, il en passe 35.

Conclusion : la circulation double le jeudi par rapport au mardi.

Mais en répétant le comptage sur dix semaines, je compte 265 voitures le mardi et 291 voitures le jeudi.

Les dix semaines suivantes, je compte 282 voitures le mardi et 274 voitures le jeudi.

Conclusion sur vingt semaines, il passe autant de voitures sur cette route de 7 à 8 heures du matin le mardi et le jeudi.

Conclure d'après de faibles statistiques peut se révéler trompeur.

14/01/2012, 20:49 | Par Marc Tertre

L'article de Yann Kindo est intéressant. A condition de lui appliquer à lui même la rigueur qu'il exige du "Monde". Le titre du monde est il trompeur ? En aucun cas ! Cherche t il a avoir un "impact" vis a vis du contenu même de l'article ? Bien entendu. Comme dans tous les titres de tous les articles du "monde". C'est la fonction "technique" de la titraille : attirer l'attention, synthétiser, donner l'envie de lire l'article (et sur Internet, assurer un bon référencement)

 

Un titre se doit d'être simple, accrocheur et synthétique. Ce qui n'est pas spécialement facile, surtout qu'en général cette opération est faite dans l'urgence du bouclage, ou dans les contraintes de temps des nécessités techniques de l'édition électronique.

Une étude a fait apparaitre une augmentation sensible des cas de leucémie pour des jeunes a proximité des centrales nucléaires Ce qui implique de s'intéresser d'un peu plus pret a la question. Qui devient aussitôt plus compliquée, puisque des chiffres sur une durée plus longue contredisent cette augmentation. De toute façon, une augmentation ne fait pas une corrélation, c'est le B A BA de toute statistique...  Si le titre avait été "C'est prouvé : les centrales nucléaires induisent des leucémies auprés des jeunes qui vivent à proximité"; il aurait été mensonger, manipulateur, et aurait cherché a "jouer des peurs" sur un auditoire crédule. Sauf qu'il n'en a rien été, et qu'au contraire, il donne parfaitement connaissance du contenu (qu'il suffit de lire pour être persuadé de l'honnêteté intellectuelle du journal). Effectivement, il y a deux versions successive du titre (c'est souvent le cas dans l'édition électronique, où on peut "recadrer" un titre pour le rendre plus juste, plus incisif, etc) D'ailleurs, d'un point de vue factuel, le second est bien meilleur que le premier. Mais encore une fois, il n'y a pas de "manipulation" du monde, sauf a développer une paranoïa légèrement obsessionnelle...

 

  Par contre, Yann Kindo fait EXACTEMENT ce qu'il reproche au journal, c'est a dire sous entendre insidieusement que "Le Monde" serait un farouche adversaire du nucléaire, prêt à foutre la trouille à son lectorat pour de sordides raisons de vente de papiers. Tout le monde qui consulte régulièrement le quotidien du soir sait qu'il n'en est rien, et que le monde continue de se prévaloir d'une position de neutralité y compris sur ce type d'enjeux (sans compter les nécessité publicitaires, qui ont été rappelées par un autre intervenant de ce fil) Et pour finir, yann kindo imagine un titre mensonger, qui ne reflète qu'en partie le contenu de son article.

 

Décidément, cet article est très intéressant, sur la façon de fonctionner de Yann Kindo...

06/02/2012, 22:59 | Par oomu en réponse au commentaire de Marc Tertre le 14/01/2012 à 20:49

je suis abonné à Le Monde depuis de nombreuses années

 

oui, Le Monde trafique ces titres pour les rendre + effrayants, + accrocheurs que l'article lui même.

 

Le reconnaitre est ni être anti-nucléaire ni pro-lobby des hommes taupes de Areva (ni soutenir le complot martien) c'est juste voir la Vérité : le journal Le Monde fait presque chaque fois des titres délirants à partir d'articles , certes intéressants, mais rarement catastrophiques.

Et NON ce n'est PAS normal

 

NON on s'en fout de s'il faut "accrocher" le gogo ou "être simple". C'est juste du boulot de merde. Ok ? et oui je paie ce journal parce que si les titres sont médiocres et manipulateurs, la grande majorité des articles sont pertinents.

 

06/02/2012, 23:43 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de oomu le 06/02/2012 à 22:59

La question c'est déja de déterminer si les titres sont "trompeur" uniquement si on parle d'ogm ou de nucléaire, ou si ils sont "trompeur" de façon générale. Est ce qu'il y a un "biais" ? , et  si oui quel est ce biais. On devrait pouvoir faire cette étude de façon tout a fait "objective", sans que notre opinion personnelle sur le sujet influence notre jugement. Et je crois justement que les opinions de yann kindo dénaturent totalement son analyse. Qui perd ainsi toute valeur "scientifique" (c'est a dire objectivante)

15/01/2012, 01:53 | Par Yann Kindo

Je ne retire pas une demie virgule du billet  que j'ai écrit.
Chacun peut le (re)lire et constater par soi-même l'inanité du commentaire de Marc Tertre.
@ Marc Tertre :

Je sais bien que tu as un rapport compulsif à la polémique, mais pourrais tu stp t'astreindre à me foutre la paix sur mon blog, comme je m'astreinds à te foutre la paix sur le tien depuis un très long moment ?
Parce que sinon, on va passer des heures et des heures à polémiquer (probablement tout seuls assez vite) à chaque billet de l'un ou de l'autre, et personnellement je n'ai vraiment pas que ça à foutre.
Par ailleurs, pour info, je signale qu'alors que Stéphane Foucart reprend aujourd'ui dans le cahier sciences du Monde l'idée selon laquelle une étude aurait montré qu'il y a un nombre anormalement élevé de cas de leucémies infantiles autour des centrales nucléaires, Sylvestre Huet a publié ce très bon papier sur son blog qui est dans  la lignée de ce que j'ai écrit, mais chez lui c'est bien plus précis et détaillé:
http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2012/01/leuc%C3%A9mies-et-centrales-nucl%C3%A9aires-d%C3%A9sinformation-ou-information-.html#tp

15/01/2012, 10:02 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Yann Kindo le 15/01/2012 à 01:53

/// on va passer des heures et des heures à polémiquer

Mon intention n'est pas de polémiquer. Et je ne t'empéche absolument pas de venir sur mon blog. La seule chose qui me semble utile, c'est que ce soit argumenté, et pas uniquement un échange d'invectives.

Il me semble que l'article du monde rendait bien compte de façon objective de la question. Et que le titre n'était pas "malhonnéte" (dans le sens ou il disait autre chose que le contenu de l'article) Mais faire un titre d'article est tout un art, et il arrive assez souvent que les trois qualités demandées à un titre ne soient pas au rendez vous (pertinence, esprit de synthése, impact)

Ton hypothése est que les médias présentent systématiquement les enjeux "technoscientifiques" dans un sens orienté. Il me semble à moi qu'il ne s'agit pas de ça, mais je suis tout a fait intéressé par ta démonstration. Pour l'instant, que ce soit pour les ogm ou pour le nucléaire, elle ne me semble absolument pas faite.

Je crois que dans la question du "technico scientifique" il ne faut absolument pas être "campiste". Ce qui fait de toi l'ennemi de ceux qui abjurent tout le monde de rejoindre l'un ou l'autre camp. Il faut etre "pour" ou "contre" le nucléaire. Il faut être "pour" ou "contre" la psychanalyse. Et cela alors même que l'on a pas les données en main... Cela me semble pas être une démarche scientifique trés rationnelle...

Quand à ce que dit Sylvestre Huet, pour avoir échangé pas mal avec lui (et visiblement, c'est bien plus facile qu'avec toi, ne serait ce que parce qu'il partage mon point de vue agnostique) Je suis d'accord avec lui sur un certain nombre de choses, en désacord sur d'autres. Sur les choses sur lesquelles je serais en désacord, il ne sert a rien de traiter Sylvestre huet de "support de l'industrie nucléaire" (niveau zéro de l'argumentation) mais de reprendre le déroulé de l'argumentation. Mais bon, on aborde des questions techniques qui visiblement ne t'intéressent pas...

15/01/2012, 11:55 | Par jean1917

Ce qui serait intéressant c'est une étude SOCIOLOGIQUE sur les populations vivant a proximité des centrales ! Allez je me lance en une conjecture aventureuse: sachant qu'il n'est pas tres agréable d'avoir un tel engin visible depuis son jardin (même pour Yann Kindo j'en suis sûr) on peut imaginer que les populations qui vivent a coté font avant tout un choix financier... donc l'étude statistique est vraiment compliquée attendu qu'on peut imaginer que les cancers se développent plus dans des familles de milieu populaire (moins de suivi médical, moins bonne qualité alimentaire, etc...).

 

15/01/2012, 12:53 | Par Yann Kindo

Salut Jean,
La question du biais sociologique pour exliquer une corrélation qui n'est pas forcément une causalité est un truc que je trouve évidemment très pertinent. C'est un des nombreux et énormes biais de l'enquête de l'assoc de toubibs qui ont essayé de montrer une corrélation entre présence d'antennes-relais et troubles divers : ils ont comparé leur population de HLM.... à une [supposée] moyenne de la population française.
Juste une précision : ici, la question ne se pose même pas, puisque contrairement à ce qu'indique le Monde et une bonne partie des médias (semble-t-il), il n'y a même pas de corrélation entre leucémies infantiles et présence proche d'une centrale nucléaire.
Est ce que la présence d'une centrale nucléaire dans le paysage me gêne ? Depuis ma fenêtre, je vois la belle vallée de l'Ouvèze et le Vercors en face, et de la centale de Cruas, je ne perçois que la fumée. Je sais pas si ça me gênerait d'avoir la centrale driectement dans le paysage, ou encore un champ d'éoliennes [plus qu'une ZAC, par exemple, ça c'ets vraiment moche]. Je n'aimerais pas avoir un paysage strictement urbain devant moi, mais une présence industrielle dans une zone de campagne, je crois que ça me va. Ce qui devrait t'évoquer des images et de souvenirs.... et de projets de ballades !

24/03/2012, 10:23 | Par MFKA

J'ai polémiqué avec Yann Kindo à propos des OGM,des conflits d'interêt,des lobbys, etc.. Or je suis d'accord avec lui sur ce qu'il écrit à propos de l'autisme des positions à visée hégémonique des analystes lacaniens et post-lacaniens. Mais à propos de l'article du Monde sur les leucémies, ( je suis personellement sensibilisé sur le sujet ) je ne vois rien à redire au titre utilisé par le journal ! j'ai l'impression que sans le dire ouvertement Yann ne "croit" pas à une relationcausale.En médecine j'ai eu à m'occuper d'effets secondaires médicamenteux très rares et à priori écartés alors qu'on a pu démontrer ensuite qu'ils étaient démontrés. Il y a toute une branche de la statistique qui s'occupe de ces situations et j'invite Yann à s'y reporter !

Newsletter