Jeu.
27
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

L'homme qui aimait les femmes

On le critique, on le conspue, on moque sa taille. On dénigre ses goûts.

 

Pourtant, c'est un homme qui aime les femmes, notre Président.

 

Un homme qui aime les femmes, au point de rappeler que dans notre République, on ne saurait tolérer que des exégètes phallocrates asservissent les femmes par le port d'une pièce de vêtement qui est aussi dégradante que le fut la ceinture de chasteté de nos contrées. Et qu'on ne saurait l'accepter hic et nunc, ici et ailleurs...

 

Un homme qui aime les femmes et qui rappelle, à tous, et à toutes, que la loi sur le foulard à l'école n'était pas dirigée contre les signes religieux ostentatoires, mais contre un signe précis, non pas parce qu'il était religieux, mais parce qu'il symbolise une soumission de la femme à l'homme.

 

Inacceptable dans cet Etat.

 

Inacceptable dans un Etat, qui certes a donné le droit de vote aux femmes seulement en 1944, mais qui a voulu aussi et ainsi souligner leurs actions héroïques dans la Résistance. L'armée des ombres se déclinait aussi au féminin. Il est des femmes qui valent deux hommes... De Gaulle en était conscient.

 

C'est bien d'avoir un homme qui aime les femmes et qui le rappelle publiquement.

 

Le reste de Versailles, d'autres ici et ailleurs ont en parlé, ad libitum et ad nauseam même.

 

On ne sait ce qu'il restera de son quinquennat, peut-être tout simplement que c'est un homme qui n'avait pas peur de dire et de montrer qu'il aimait les femmes.

 

C'est si rare de nos jours.

 

 

 

 

Tous les commentaires

24/06/2009, 20:26 | Par jlamo

il y a si peu d'hommes qui aiment les femmes ?

24/06/2009, 20:39 | Par Yohann Chanoir en réponse au commentaire de jlamo le 24/06/2009 à 20:26

A lire certains billets, à écouter certaines conversations ou propos, j'ai tendance à le croire... Je veux dire qui aiment VRAIMENT les femmes...

24/06/2009, 20:45 | Par jlamo

vous ne pensez pas que cette déclaration à versailles sans aucune suite et moyen de légiférer par ailleurs ne représente qu'une certaine forme de démagogie - vous ne croyez pas qu'il y a plus important et plus grave, les femmes battues par exemple , les femmes exploitées, pourquoi seulement se contenter de choisir ce thème ?

24/06/2009, 20:49 | Par Yohann Chanoir en réponse au commentaire de jlamo le 24/06/2009 à 20:45

Démagogie ? Non. Si cela avait été une personnalité de gauche, se poserait-on la question ? La réponse est dans ma question, je pense... Oui, par contre, pour les femmes battues, un scandale en France. Les femmes exploitées ? Le voile et toutes les pièces de tissu plus ou moins grandes qui sont censés les protéger sont une forme d'exploitation. Et je trouve que ce sujet est grave, l'Allemagne a dénoncé cela depuis longtemps et c'est même devenu un principe validé par la Cour de Karlsruhe, sorte de Haute-Cour allemande.

24/06/2009, 21:01 | Par jlamo en réponse au commentaire de Yohann Chanoir le 24/06/2009 à 20:49

mais franchement pensez-vous que ce soit une question des plus essentielles, pour la vie politique de la france lors d'un tel congrès, je veux dire une question majeure, prétexte à en faire une déclaration de ce type lors de ce congrès ? - est-ce un sujet majeur actuellement, et une des premières préoccupations en france ?

24/06/2009, 21:08 | Par Yohann Chanoir en réponse au commentaire de jlamo le 24/06/2009 à 21:01

La question la plus essentielle, non. La question la plus essentielle, c'est le pouvoir d'achat, les logements précaires, la montée du chômage, les inégalités qui se creusent... Une question essentielle, par contre, oui.

24/06/2009, 21:16 | Par jlamo en réponse au commentaire de Yohann Chanoir le 24/06/2009 à 21:08

certes, mais sans doute pas utile de méler au congrés de versailles, enfin cela me semble quelque peu démagogique, pour ne prendre aucune mesure par ailleurs, - on peut effectivement aborder cette question, mais peut-être avec davantage de tact il me semble, - enfin, c'est tellement secondaire comparativement aux questions que vous évoquez , traitées simplement par la proposition d'un emprunt. - je pense que cela manque de tact, et me semble quelque peu déplacé et excessif d'invoquer cette question à cette occasion. - par ailleurs, est-ce vraiment un cadeau si comme vous dites il aime les femmes que de montrer du doigt et de stigmatiser ces femmes-ci. en quoi cela améliore-t-il leur sort ?

24/06/2009, 20:50 | Par Axel J

Cher Yohann je croyais que vous alliez nous parler de François Truffaut? :-)

24/06/2009, 20:55 | Par Yohann Chanoir en réponse au commentaire de Axel J le 24/06/2009 à 20:50

Paeva Axel!!! Ah ce film... il mériterait une note, c'est bien vrai. Charles Denner était majestueux.

24/06/2009, 21:46 | Par Marielle Billy

Est-ce que notre chef aime "vraiment" les femmes ??? aimer vraiment les femmes .....je me demande ....et aimer vraiment les hommes - je me demande aussi ce que ça veut dire. Ceci sans ironie. Ca doit bien être possible d'aimer "vraiment" les femmes et d'aimer "vraiment" les hommes.

24/06/2009, 22:03 | Par Yohann Chanoir en réponse au commentaire de Marielle Billy le 24/06/2009 à 21:46

Notre chef ? On n'est plus à l'école... Enfin, moi, si encore. Toujours. Aimer vraiment, je crois, que c'est aimer plus que l'image qu'on en a, aussi bien des unes comme des autres. Possible, oui. Souhaitable, assurément. Cf le film d'Axel, enfin, le film de Truffaut...

24/06/2009, 22:21 | Par JoHa en réponse au commentaire de Marielle Billy le 24/06/2009 à 21:46

Sous Sarkozy, tout doit être possible effectivement...

24/06/2009, 23:51 | Par Oliv92

et vous attendez que Sarkozy aborde ce sujet dans un discours pour réagir? Pourquoi n'avez vous jamais posté de billet sur le sujet avant? Cela vous tient tellement à coeur comme sujet? Vous n'avez pas l'impression de vous faire avoir? de vous faire manipuler par Sarko et les médias? De réagir au chiffon rouge agité devant vos oeillères? Tout d'un coup, vous etes investis d'une grande mission, défendre le droit des femmes?

25/06/2009, 09:02 | Par Yohann Chanoir en réponse au commentaire de Oliv92 le 24/06/2009 à 23:51

Vous n'avez pas regardé assez longuement, ou assez bas dans le fil. Un vieil article sur les chiennes de garde... Un chiffon rouge, ou un voile ? Je ne suis investi d'aucune mission, sauf celle d'un service public, qui est confronté à ces voiles de manière quotidienne... Ceci explique sans doute cela...

25/06/2009, 09:13 | Par Oliv92 en réponse au commentaire de Yohann Chanoir le 25/06/2009 à 09:02

Oui, genre : vous, vous connaissez la réalité, et pas moi, je ne suis qu'un "droit de l'hommiste", un gentil idéaliste qui preche la tolérance. Oui, exactement, chiffon rouge. Sarkozy désigne les nouveaux boucs émissaires, et tout le monde, courageusement, y va de son petit billet de blog pour défendre la laicité, les femmes et je ne sais quoi encore. Ne vous méprenez pas : je déteste moi aussi ces niqab. Je considère qu'ils sont une véritable insulte, une provocation à l'égard de tous ceux qui se sont battus pour faire progresser le droit des femmes. Mais je considère aussi que : * c'est faire un énorme cadeau à ces fondamentalistes imbéciles et à Sarkozy que de faire de la niqab un sujet central. * le meilleur moyen de s'en débarasser n'est certaiment pas celui là * il y a d'autres sujets 1000 fois plus importants dont débattre

25/06/2009, 09:47 | Par Yohann Chanoir en réponse au commentaire de Oliv92 le 25/06/2009 à 09:13

et même de quelques horions pour ma part... et de quelques insultes, menaces et autres... Des sujets plus importants, assurément, mais cela n'ôte rien à l'importance de ce discours. Si cela avait Ségo qui l'avait prononcé, on aurait crié au génie, au courage etc. C'est lassant ce prurit antisarkoziste.

19/07/2009, 19:30 | Par Luciole Camay en réponse au commentaire de Yohann Chanoir le 25/06/2009 à 09:02

Il est bien connu que la burqa et le tchadri posent problème depuis des années au personnel soignant quand le mari exige, par exemple, que sa femme soit uniquement entre des mains féminines pour accoucher... Vrai que ça dépasse l'entendement, on a beau être permissif, il y a des limites. Idem pour les autorités, comment identifier à coup sûr quelqu'un au visage complètement camouflé sous le tissu ? En revanche, je trouve exagéré d'entendre mes compatriotes femmes s'exclamer lâchement à la vue d'une femme voilée de la tête aux pieds "regardez-moi ça, où va-t-on, si c'est pas honteux!" car elles font totalement abstraction des raisons qui peuvent pousser à adopter cette tenue très mauvaise pour la vision pourtant (ce ne serait pas toujours dû au machisme de l'entourage, des témoignages l'attestent comme celui-ci). On a le droit d'être partagé(e) sur la question au point de préférer laisser la situation en l'état. D'autant plus qu'on dénombre autant de femmes maltraitées par leur(s) homme(s) dans notre beau pays, et sans couvre-chef aucun... Du reste, le masochisme féminin est également une réalité qui a la vie dure. Des femmes dont on démolit le portrait trouvent le moyen de retourner avec leur tortionnaire à plusieurs reprises, et depuis que la terre tourne. Mais ça fait toujours désordre de le rappeler, ce n'est pas dans l'air du temps. http://www.nantes.maville.com/actu/actudet.php?abo=332792&serv=32&idDoc=977181&idCla=dep&utm_source=ofmnewsletter&utm_medium=lettredinformation&utm_campaign=actualiteville&xtor=EPR-300-[lettredinformationactualite]-20090620-[actualiteville]

25/06/2009, 00:10 | Par Esther L

Allez zou, une commission d'enquête...et une loi, pourquoi pas.... Et le résultat sera le suivant : ces femmes seront à jamais dissimulées à notre regard parce "claquemurées" chez elles....

25/06/2009, 02:53 | Par Philips Michel

Notre président aime-t-il vraiment les femmes? Ou aime-t-il seulement certaines femmes? Pour son père, voir ICI, il aime d'abord, comme lui, les "belles" femmes.C'est bien, c'est déjà ça! Et je pense que nous pouvons dire, comme Monsieur Sarkosy père, que Nicolas aime les "belles" femmes, au sens de la mode, au sens de certains magazines, comme dans certains milieux. Avons-nous souvent entendu notre président vanter de "belles" femmes, comme Mme Eva Joly par exemple? Évoquer le "magnifique" destin de certaines "belles" femmes comme Mme Veil, Marie Curie comme il l'a fait avec Guy Moquet? Certes, dire que la burqa n'est pas une question religieuse mais une question de dignité, c'est beau et cela sous-entend qu'on "aime" les femmes, mais est-ce aussi simple? Ne pourrait-on aussi y voir, dans les circonstances actuelles, comme une façon de dire à l'extrême droite: "Je suis d'accord avec vous, il ne faudrait pas qu'on commence à voir des burqa à tous les coins de rue." Je suis contre la burqa, mais comme je suis contre la différence des salaires entre hommes et femmes, comme je suis contre le fait de solliciter une femme pour qu'elle reprenne son "job" à peine 4 jours après une césarienne, comme je suis contre la diminution des budgets des centres de planification, comme je suis contre instrumentalisation de sa propre épouse en la faisant débarquer de la voiture présidentielle à Versailles et en autorisant la TV à la filmer entre Mrs Guéant et Gueneau, dans la tribune. En définitive, il en est de l'amour des femmes comme de l'amour des mères pour leur enfant: on peut aimer "comme il faut", mais aussi "trop aimer", "mal aimer", vampiriser, instrumentaliser, etc. Les vrais sentiments ne sont pas toujours ceux que l'on affiche, mais plutôt ceux que l'on traduit dans son comportement dans la vie de tout les jours, au long de sa vie. Oui, notre président aime les femmes, mais "à sa façon" et ce n'est pas la mienne.

25/06/2009, 06:32 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de Philips Michel le 25/06/2009 à 02:53

Bien dit.

26/06/2009, 14:14 | Par Limoubaille en réponse au commentaire de Marielle Billy le 25/06/2009 à 06:32

Très !

25/06/2009, 06:49 | Par kairos

kairos En tout cas, il semble que les femmes, celles qui sont dans sa vie et son coeur, ne se réduisent pas à une présence "illustrative", mais elles influenceraient fortement la décision politique, elles "chaperonneraient"... On le disait de Cécilia. Et aujourd'hui la nomination de Frédéric Mitterand devrait tout à Carla... Quant au "voile" et autre attribut vestimentaire, si aimer les femmes démontre certes un bon fonds (bien que le pluriel ait un côté défense d'une d'espèce protégée ) vouloir faire leur "bonheur" devient plus délicat. C'est toujours délicat de forcer les gens au bonheur, à être libre tel qu'on veut qu'il le soit: ça commence par des "interdictions"! Et ça finit de même?

25/06/2009, 07:59 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de kairos le 25/06/2009 à 06:49

Là aussi je partage. (je crains "le bon fond" et ses effets.)

25/06/2009, 08:07 | Par kairos en réponse au commentaire de Marielle Billy le 25/06/2009 à 07:59

kairos Le dictionnaire des difficultés édicte "bon fonds" (Avoir bon fonds. Cela part d'un fonds de probité)... Il s'agit d'une ressource, pas d'un plancher, je suppose... Amicalement

25/06/2009, 09:03 | Par Anne Guérin-Castell en réponse au commentaire de kairos le 25/06/2009 à 08:07

D'après Grevisse (1984), 830, 1°, "fond [pour fond et fonds]", dans la régularisation étymologique décidée par l'Académie Française (Banque des mots, n°12, 1976, p. 145-148).

25/06/2009, 09:24 | Par kairos en réponse au commentaire de Anne Guérin-Castell le 25/06/2009 à 09:03

kairos Merci pour cette précision, il est vrai que mon dictionnaire Larousse des difficultés date de... 1971!

26/06/2009, 12:09 | Par Epaminondât en réponse au commentaire de kairos le 25/06/2009 à 09:24

Grévisse et l'Acad' sont respectables, mais on n'est pas obligé de les suivre...

25/06/2009, 09:04 | Par Yohann Chanoir en réponse au commentaire de kairos le 25/06/2009 à 06:49

Bonjour Kairos Veut-il faire leur bonheur ? On peut aimer sans vouloir, sans pouvoir faire (et ce n'est pas la même chose) le bonheur de l'être aimé. Le bonheur est une idée neuve en Europe, disait-on avant. Interdire, interdire... Il en restera toujours quelque chose, à commencer par la trangression qui n'a de sens que lorsque l'interdit est grand...

25/06/2009, 09:06 | Par Yohann Chanoir

@ Alii... Rassurez-vous, je suis sûr que bientôt Ségolène va demander pardon à ces femmes ainsi insultées...

25/06/2009, 09:34 | Par Vertubleu

Il est de notoriété publique que nos trois derniers présidents n'aimaient pas plus les femmes, que ce qu'elles représentaient ou offraient véritablement comme moyen d'accession au pouvoir à leur yeux, et rien d'autre. Mitterrand les souillaient à qui mieux mieus, et les abandonnait lâchement à leur sort, sans même reconnaître paternité au passage lorsque le cas se produisait, il a clairement utilisé Danielle comme paravent alors que son couple n'avait plus de couple que le nom. Elles ont souffert. Chirac était appelé l'éjaculateur "chrono" 4"30 montre en main, préliminaires inclus et ne se souvenait plus de personne après (Mairie de Paris, 50 000 employés un vivier monstrueux, avec Delanoë elles ont enfin pu souffler un peu les pôvrettes). Bernadette a souffert, c'est clair, et il ne lui restait plus que son sac à main pour pleurer. NS a utilisé tout ce qu'il pouvait de la même manière, la nièce Perretti pour la mairie de Neuilly, la fille Chirac avec un suicidé au passage pour niker le Rpr, Laetitia qui a finalement compris et qui s'est tiré au bon moment et vit enfin heureuse auprès d'un homme, d'un vrai pour le coup, qui aime les femmes lui. Donc voilées ou pas, les femmes de nos présidents, ou les femmes qui ont eu le malheur d'être dans leur entourage proche, elles ont quand même bien morflées. J'ai l'impression que l'on ne peut pas à la fois aimer correctement le pouvoir et les femmes, la réciproque est d'ailleurs valable pour les femmes également, parité oblique, euh non !!! oblige, désolé. @ +NEO-

25/06/2009, 11:54 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de Vertubleu le 25/06/2009 à 09:34

Désolé, c'est Cécilia et non pas Laetitia qu'il fallait comprendre. La seule qu'il ait vraiment aimé, et la seule qu'il ait perdue, car les autres on peut dire qu'il les a jetées, un peu comme ces deux prédécesseurs le faisaient d'ailleurs. @ +NEO-

26/06/2009, 12:11 | Par Epaminondât en réponse au commentaire de Vertubleu le 25/06/2009 à 11:54

Pour le coup, Grévisse et l'Acad' diraient: elles ont morflé.

25/06/2009, 10:03 | Par Philips Michel

J'ai l'impression que l'on ne peut pas à la fois aimer correctement le pouvoir et les femmes Voilà une idée qui est intéressante et à laquelle je ne serais pas loin d'adhérer! La fascination pour le pouvoir est un leurre, une sorte de désir d'enfant. Beaucoup d'hommes fascinés par le pouvoir n'avaient-ils d'ailleurs pas de problème avec le père, leur père? Tout se passant comme s'ils avaient "une revanche" à prendre, à savoir accéder au pouvoir. Ne voit-on pas souvent, derrière nos hommes politiques assoiffés de pouvoir, comme des gamins assoiffés de confiture? Quelle est, dans ces conditions, la place donnée( ou laissée) aux femmes? On peut penser qu'elle se réduit à quelque chose du même ordre que le pouvoir, à savoir la possession, l'instrumentalisation, la réduction au stade d'icône, d'objet. Dans une vraie relation d'amour entre adultes (cela existe-t-il?), il y a une grande place pour le partage. Difficile à imaginer pour celui qui ne cherche que le pouvoir! Oui, d'accord, tout ça c'est de la psy à bon marché. Mais quand même, cette idée n'a-t-elle pas une part de vrai?

25/06/2009, 10:21 | Par kairos en réponse au commentaire de Philips Michel le 25/06/2009 à 10:03

kairos Et si les femmes (autant qu'on puisse user de ce pluriel généralisateur) aimaient le pouvoir? Pourquoi seul les hommes auraient ce désir? Si pour les aimer, mes femmes, il fallait en passer par le pouvoir? Se serait des illusions d'un autre temps, celui ,je ne sais, de Mme de Pompadour, par exemple, ou certaines reines mérovingiennes particulièrment féroces?

25/06/2009, 11:05 | Par Philips Michel en réponse au commentaire de kairos le 25/06/2009 à 10:21

kairos, Et si les femmes (autant qu'on puisse user de ce pluriel généralisateur) aimaient le pouvoir? Je n'y connais rien "en femmes", mais, c'est vrai, on présente souvent ce tableau d'une femme attirée (presque sexuellement) par le "pouvoir": quand elle interroge un gangster qui a un gros flingue ("Ça fait quoi de tirer sur un homme?"), attirée, presque comme une abeille par le miel, par "l'homme de pouvoir". On dit que les hommes de pouvoir n'ont qu'à se baisser pour mettre des femmes dans leur lit, tant le pouvoir les attirent! Je me garderais bien d'avoir un avis sur ce sujet. N'est-ce pas (une fois de plus!) une caricature?

25/06/2009, 11:49 | Par Yohann Chanoir en réponse au commentaire de Philips Michel le 25/06/2009 à 11:05

@ Kairos et M Philips : Mao a dit à Kissinger que le meilleur aphrodisiaque était le pouvoir... Au pays du Ginseng et du gingembre, ce constat dit tout. C'est sans doute une caricature parce que la réalité existe. Et je connais même des exemples concrets...

25/06/2009, 12:36 | Par Philips Michel en réponse au commentaire de Yohann Chanoir le 25/06/2009 à 11:49

le meilleur aphrodisiaque était le pouvoir Ça aussi, c'est un truc qu'on entend dire partout: n'étant pas vraiment ( c'est difficile de dire pas du tout!) dans cette attitude de recherche du pouvoir, je ne puis ni confirmer, ni infirmer!! Ce billet ne s'éloigne-t-il pas trop du sujet? En même temps, il faut bien le reconnaitre, on ne parle pas beaucoup de sexe sur Médiapart!!! Et si, en plus, c'est son auteur qui en rajoute, pourquoi s'en priver?!

25/06/2009, 12:53 | Par Yohann Chanoir en réponse au commentaire de Philips Michel le 25/06/2009 à 12:36

Qui a parlé de sexe ? J'ai parlé... d'histoire... Et puis l'aphrodisiaque est-il forcément sexualisé ? C'est aussi un rituel, une épice, c'est d'ailleurs son origine historique, j'entends. Certes, on s'est éloigné du sujet, c'est la vertu et le vice des fils. Mince, cette phrase est si ambiguë qu'on va me rétorquer que j'évoque à nouveau des propos sexuels ;-)

25/06/2009, 13:31 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de Yohann Chanoir le 25/06/2009 à 12:53

Taratata !!!, t'es un grave détraqué en vrai mon cher Yohann, notre ami M Philip est très perspicace et un vrai expert en la matière ( remarque moi aussi j'aime et j'adore les femmes, toutes les femmes, voilées ou pas). D'ailleurs, pour soutenir que NS aime vraiment les femmes, dans tout ce que cela implique d'engagement moral et d'abnégation totale faut pas être très clair quand même, reconnaîs-le STP, d'ailleurs si NS veut toutes les dévoiler c'est bien qu'il les considère comme des objets, et se contrefiche bien de leurs aspirations réelles. Certaines d'entre elles se voilent délibérement et volontairement comme certaines bonnes soeurs cathos. Bienvenu au club mon ami Yohann. @ +NEO-

25/06/2009, 13:25 | Par Grain de Sel HV en réponse au commentaire de Philips Michel le 25/06/2009 à 11:05

"Je me garderais bien d'avoir un avis sur ce sujet. N'est-ce pas (une fois de plus!) une caricature?" Si, je le crains ! Mais mon problème doit être grave, je n'arrive pas à discerner si ce billet est à lire au premier ou au deuxième degré....

25/06/2009, 13:53 | Par Philips Michel en réponse au commentaire de Grain de Sel HV le 25/06/2009 à 13:25

grain de sel, L'idéal serait que vous puissiez en rire, s'il est vrai que l'on entend souvent dire (encore une formule toute faite!) que les femmes aiment les hommes qui les font rire! Ceci dit, je retourne à ma patte-mouille et à mon repassage! Sans rancune!

25/06/2009, 14:39 | Par Grain de Sel HV en réponse au commentaire de Philips Michel le 25/06/2009 à 13:53

J'en ris, M. Philips, j'en ris ! Et je pensais que vous aussi... Bon, ceci dit, j'ai mon 15 tonnes à rentrer et le toit de la cabane à outils à réparer avant la pluie ! (lol)

25/06/2009, 14:51 | Par Cendrine Cazenave en réponse au commentaire de Grain de Sel HV le 25/06/2009 à 13:25

Dans ce cas particulier, Grain, je partage ton interrogation car je n'arrive pas à discerner non plus, si c'est de l'art ou du.. cochon :)

25/06/2009, 16:25 | Par Philips Michel en réponse au commentaire de Cendrine Cazenave le 25/06/2009 à 14:51

Cendrine Cazenave, Lard ou cochon? Mais le savons-nous nous-même, prisonnier que nous sommes de notre éducation, de toutes ces années durant lesquelles on nous a appris tant de bêtises au sujet des femmes? L'essentiel, car il y a toujours un essentiel, serait de penser que, dès lors qu'ils parlent des femmes, les hommes sont plutôt ridicules et que, donc, il conviendrait d'en rire. Nous sommes drôles quand nous nous moquons de nous-même. Alors, rions de notre bêtise, de notre machisme, de tout ce que nous nous disons entre nous quand nous évoquons les femmes. Haïssons cette burqa qui nous empêche de voir le visage des femmes quand elles rient de bon cœur et se moquent de nous. Il existait dans le passé une forme de communication entre les hommes et les femmes et qu'on appelait d'un nom anglais dérivé du français: flirter. "Conter fleurette": quel joli mot pour évoquer des discours badins qui n'avaient d'autres prétentions que d'amuser les dames. Les hommes pouvaient y témoigner de leur finesse, de leur à-propos, de leur capacité de répartie, de leur absence de vulgarité. Aujourd'hui, ces temps sont loin et il faut sans doute, comme déjà aux Etats-Unis, avoir avec soi un "contrat d'échange" à faire signer avant de dire quoique ce soit à une femme, de peur d'être poursuivi pour agression! Comme c'est dommage. Patientons, le balancier de l'évolution reviendra sans doute un jour de l'autre côté...mais je ne serai plus là, dès lors, qu'un fantôme sans os comme disait Ronsard. Bonne soirée.

25/06/2009, 17:51 | Par Grain de Sel HV en réponse au commentaire de Cendrine Cazenave le 25/06/2009 à 14:51

En lisant plus bas, je crois que j'ai fini par trancher, Cendrine: c'est du premier degré... Dommage !

25/06/2009, 17:33 | Par Marielle Billy en réponse au commentaire de kairos le 25/06/2009 à 10:21

Oui cher Kairos, ce sont certains humains qui aiment le pouvoir plus que d'autres. Femmes, hommes ... J'ai tendance à penser que cette histoire des hommes qui aiment le pouvoir (plus que les femmes) c'est une construction culturelle (banalité !). Le plus intéressant c'est peut être de se demander comment on l'aime, dans quel but. Je connais des idiots et des idiotes du pouvoir. J'ai connu plus rarement des gens intelligents et conscients qui faisaient une différence entre la place (de pouvoir) qui permet d'orienter des actions par exemple et le fait "d'avoir" le pouvoir, l'occupant par une posture, dans une superbe dénégation des enjeux personnels (visibilité, manipulation, jouissance).

25/06/2009, 14:57 | Par jlamo

du cochon

25/06/2009, 15:01 | Par jlamo

c'est ainsi, que fonctionne le discours de sarkozy, on tape un peu sur des femmes voilées, dejà en partie " victimes " de cette condition. par démagogie et simple message à l'intention de l'extrême droite à versailles, le fond de l'esprit français et de ses électeurs ... - et cela fait en plus de Nicolas Sarkozy un " humaniste " et un bourreau des coeurs.

25/06/2009, 15:33 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de jlamo le 25/06/2009 à 15:01

Ca s'appelle aussi le syndrome de Stockolm, où la victime se rapproche invariablement de son bourreau pour comprendre et pour s'affranchir. Une victime libérée ne reprend jamais toutefois contact avec son libérateur, (très très peu d'exception à cette règle, même Bettencourt a coupé les ponts) car cela lui rappelle trop le fait d'avoir été un instant un seul en état de faiblesse, en revanche elle ne cesse jamais de penser à son bourreau. Le rôle de libérateur ne convient guère à Sarko soyons honnêtes. Donc..... @ +NEO-

25/06/2009, 16:48 | Par Claire Malbos

C'est étrange quand même ... Cela me semblait pourtant transparent. Pour éviter de parler de l'essentiel, inventons un sujet brûlant. Aujourd'hui la "burka", demain ce sera autre chose, il fallait bien mettre un plat humanitaristochose au menu de parlementaires aigris, amers, complaisants, enthousiastes... Histoire d'avoir au moins une petite pièce en chocolat commune à se mettre sous la dent au sortir du buffet versaillais. . Les femmes, surtout celles qui portent un voile ou autre signe de différence, je dirais, de classe, quasiment, "les femmes", donc, ...qui ne sont pas dans l'entourage immédiat de Mr NS, l'indiffèrent totalement. Vous voulez savoir ? Il s'en fout. . Je le sais. Il ne faut pas être grand sorcier pour le savoir. Juste à peine un peu sorcière. Juste à peine un peu femme sauvage. . Alors, "NS aime les femmes". Ben oui, moi aussi, j'aime plein de choses. Les hommes, les navets au beurre, le chocolat au lait, les bébés, les fleurs, la montagne., les baleines (excuses, Grain de Sel). Comment dire ..? "Aimer": cela ne veut rien dire. Cela n'argumente rien. Cela ne fonde rien. Cela ne prouve rien. . Poser dans un discours un entremets secourable à l'ennui sous forme de couplet coeur sur la main à propos du respect dû aux femmes, c'est mignon, vraiment, très mignon. Ca fait chipoter les chaumières sur le thème "oh lala le grand méchant loup n'es pas si méchant que ça t'as vu !?". . NS n'aime pas les femmes. Il aime se servir des femmes. Il aime toute chose qui sert ses buts au moment où ses buts en ont besoin. Avant ? ...pfff.. Après ? Pfou. . J'ai toutes les preuves dans ma vie quotidienne que ce mr. n'aime pas les femmes: qui prétend s'occuper du devenir des femmes, ne s'arroge pas le droit du plus fort pour construire à ces mêmes femmes un avenir clos sur leur détresse. Ce n'est pas du voile des femmes musulmanes qu'il est question pour nos présents et nos futurs de femmes, d'hommes, d'enfants. Il est question chaque jour du voile jeté en permanence, sur les agissements d'un être qui déconstruit des équilibres et des idéaux fragiles, qui défait les socles communs pour s'en construire un, unique, personnel, sur lequel il puisse vivre à sa gloire, statue de lui-même, sous nos yeux, en dépensant son or. . Ce voile jeté sur la réalité de son pouvoir, l'est par la grâce de ces subterfuges qu'il déplie, ici la burka, là les bandes, occupons-les, occupons- les pendant ce temps que je leur élabore leur jolie prison, leur belle cage à dodo. . Laissez-nous nous occuper de nous, s'il vous plait. Ne décidez pas à notre place de qui nous aime. . Nous savons très bien déjà qui nous utilise. . Quelquefois, y en a marre.

25/06/2009, 16:59 | Par Philips Michel en réponse au commentaire de Claire Malbos le 25/06/2009 à 16:48

C Malbos, 100% d'accord avec vous.

25/06/2009, 17:46 | Par Yohann Chanoir en réponse au commentaire de Claire Malbos le 25/06/2009 à 16:48

Une vraie caricature cette réponse. Demain il pleut, c'est de Sa faute j'imagine. C'est vous par des critiques incessantes, stupides, d'une bassesse sans nom, qui nourrissez une hyper-présence, en dénonçant des travers, devant qui la plupart des contempteurs d'aujourd'hui étaient muets devant ses prédécesseurs. Et pis que tout, pis que la haine, la colère, pis que de travestir un débat d'idées indispensable dans une vraie démocratie en des charges sans finesse, l'humour vous est étranger.

25/06/2009, 17:50 | Par jlamo en réponse au commentaire de Yohann Chanoir le 25/06/2009 à 17:46

un peu de respect avec la gente féminime , voulez-vous bien jeune hobereau

25/06/2009, 18:07 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de jlamo le 25/06/2009 à 17:50

Il est vénere...... Remarque c'est un bo gosse, qui a mis sa foto bien en avant sur son blog le Yohann "chapasblanc" M'est avis qu'il doit être de la catégorie des gros "collectionneur" en matière de nana, donc à ranger dans les SarkoCompatible en terme de traitement des femmes. @ +NEO-

25/06/2009, 18:10 | Par Yohann Chanoir en réponse au commentaire de Vertubleu le 25/06/2009 à 18:07

Vertubleu : je crois, je sais que vous ne m'avez jamais vu énervé. Je m'amuse comme un fou en fait. C'est tellement facile d'attirer des commentaires dès qu'on met le mot Président, Sarkozy, et qu'on ne le critique pas. Quant à ma photo, je crains de ne pas être le seul. Mais moi au moins je ne me cache pas derrière des pseudos ou des photos diverses et variées prises par des portables fabriquées par des mains enfantines asiatiques. Quant au reste, chapasblanc, même mes élèves de quartiers dits déshérités ont trouvé mieux. Décevant, très décevant...

25/06/2009, 18:41 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de Yohann Chanoir le 25/06/2009 à 18:10

Touché !!! @ +NEO-

25/06/2009, 18:52 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de Vertubleu le 25/06/2009 à 18:41

Mais j'étais sincérement à mille lieues de me douter qu'il s'agissait vraiment de votre nom de famille, autrement je ne me serais pas permis, sachez-le bien Yohann. Je vous présente mes plates excuses sur ce coup là. Mais pour ma position sur la considération que votre Champion du Monde porte réellement aux femmes, je bouge pas d'un iota. @ +NEO-

25/06/2009, 18:58 | Par Yohann Chanoir en réponse au commentaire de Vertubleu le 25/06/2009 à 18:52

Il est peu fréquent dans cette toile d'avoir une personne qui sache s'excuser, quand elle le doit. Il faut un certain courage et je les accepte. Pour le reste, sur les femmes, mais j'espère bien que vous ne changez pas d'avis. Ce n'est pas mon Champion du Monde, mon Champion du Monde était communiste, cégétiste, et c'était un rouge, un vrai, un pur et un dur, et il est mort. C'était mon Grand-Père. Lui, Il est hors catégorie et Il n'aimait pas les femmes, car Il n'en aimait qu'Une, la sienne, qu'il voyait comme un concentré de toutes les femmes... Champion du Monde toute catégorie.

26/06/2009, 14:01 | Par peneloppe en réponse au commentaire de Yohann Chanoir le 25/06/2009 à 18:58

@ Yoann, avec cette référence, c'est pas gagné pour les femmes qui n'avaient pas l'immense chance d'être l'élue de votre grand-père : plus sérieusement, il vaut mieux laisser les femmes - qui le souhaitent - se 'libérer' d'elles mêmes : elles savent très bien faire, quand elles le veulent, sans l'aide de votre gentil grand-père et de son zélé petit fils -;) A l'égard des "champions du monde" de son panthéon perso, il est conseillé d'en avoir plusieurs, à créer par soi-même. A chaque époque, sa propre réflexion, ses propres repères. Faute de quoi, vous êtes 'condamné' à des réflexes pavloviens, dits 'de fidélité', dans une approche systémique. Amicalement.

25/06/2009, 17:47 | Par Grain de Sel HV en réponse au commentaire de Claire Malbos le 25/06/2009 à 16:48

100% d'accord, Clairon ! Ce qui ne m'étonne guère, d'ailleurs.... Et tu as raison: quelque fois, y en a marre. On n'est pas des bébés phoques, quand même !

25/06/2009, 17:03 | Par jlamo

moi j'aime les pots de fleurs, ça compte ?

25/06/2009, 17:06 | Par jlamo

en revanche, j'aime pas trop les navets au beurre, hé j'ai le droit hein - j'en ferai part au prochain congrés, ça intéresse pas mal de monde.

25/06/2009, 17:38 | Par Marielle Billy

Pour reprendre le fil du billet lui même, je dirais qu'il est sans doute bien difficile de savoir ce que signifie "aimer les femmes" (pareil pour aimer les enfants non ? les hommes ...) Oui je sais je l'ai déjà dit. Le plus éclairant c'est sans doute lorsque celui qui est dit - être aimé - déclare, laisse entendre qu'il se sent bien aimé (en gros, si je puis dire).

25/06/2009, 17:43 | Par jlamo

comme elle disait mam pour la guadeloupe, même pas mis un pied la bas le préz , il les aime ces gens ? - vraiment ? je crois que eux ne le perçoivent pas ainsi

25/06/2009, 18:13 | Par La cuisine de Nicolas

Je me souviens... Qu'une femme qui l'a aimé (?) qu'il a aimée (?) a dit de lui qu'il n'aimait personne. Je me souviens du visage de cette femme-là le soir de sa victoire à lui. Voilé, nuageux, ailleurs, loin. Je me souviens du regard qu'elle lui a lancé le jour où pour les caméras il a essuyé une larme qui n'avait pas coulé sur sa joue. Elle aurait eu des pistolets dans les yeux, il était mort comme on dit chez moi.

25/06/2009, 18:20 | Par Grain de Sel HV

Mais on parle de quoi, là ? De Nicolas ou de la burqa ? Parce que si c'est la burqa (ou le niqab), ce n'est pas du tout Nicolas qui l'a mise sur le tapis: c'est un député PCF nommé André Gerin.... Il a même employé l'expression "prisons ambulantes". Dommage que personne n'ait pensé à lui demander s'il aimait les femmes lui aussi, ou si c'est simplement une dérive aux "droits de l'homme" qui le "chiffonnait"....

25/06/2009, 21:12 | Par bjm en réponse au commentaire de Grain de Sel HV le 25/06/2009 à 18:20

C'est d'une déclaration prosarkozyste qu'il s'agit ici grain, et de rien d'autre ; au 1er degré comme vous le constatiez plus haut : Sarkozy s'empare d'une idée en vogue, démagogiquement comme toujours, pour se faire passer pour un libéral, se faire mousser aux yeux des naîfs.

25/06/2009, 18:49 | Par Axel J

Il y a cent-mille façons d'aimer les femmes, et ça tombe bien car il y a cent-mille façons différentes pour une femme d'être aimée des hommes.
Je crois qu'il y a quand même un vrai ras-le-bol de ne jamais rien pouvoir dire de positif de Sarkozy, ras-le-bol dans le sens où franchement ça commence à être ennuyeux, monotone. Moi aussi Sarko me donne des boutons, mais bon, il faudrait peut-être voir à ne pas s'enfermer complètement? Notre ami Yohann est une perle qu'il serait dommage de perdre dans les eternels massacres collectifs auxquels on assiste ici au moindre commentaire d'un Cloclo quand il ose encore l'ouvrir après trois mois de convalescence.
Les femmes qui écrivent régulièrement au Club de Mediapart sont géniales, mais elles ne repr´sentent pas toutes les femmes, loin de là. Un peu marre de faire comme si tous ces gens (dont la moitié de femmes) qui ont voté pour lui, qui ne lisent que le Figaro etc etc, et bien n'existaient pas? Profitons de personnes "de droite" quand elles ont l'esprit assez ouvert et qu'elles écrivent correctement comme un Yohann par exemple. Moi non plus ce n'est pas trop ma tasse de thé, tout ce qui est "madame Cecilia" ou "madame Carla" ou "Séguéla-la-Rolex", moi aussi ça me fait gerber, mais le fait est, ça existe et ça plait à pas mal de gens, pour tout dire, à la moitié des Français en fait...
Toutes les femmes passent par des stades où elles aiment qu'on les chouchoute et qu'on les appelle "baby" et qu'on reste au ras des pâquerettes. Les femmes sont des êtres humains tout comme les hommes, \je ne vois pas pourquoi elles seraient si supérieures, si "meilleures" (là je m'adresse plus particulièrement au style M Philips qui peut parfois être aussi horripilant que son contraire le machisme..:-))? - Le genre de Sarkozy, c'est un genre qui trouve son équivalent chez une certaine catégorie de femmes qui nagent comme des poissons dans l'eau dans ces jeux de coqs où c'est en fait elles qui souvent tirent leur épingle du jeu et qui les mènent par le bout du nez.

25/06/2009, 18:54 | Par Yohann Chanoir en réponse au commentaire de Axel J le 25/06/2009 à 18:49

Axel, une fois de plus... tes mots sont les miens. Merci, alors, encore, une fois de plus. Et j'espère avoir un jour la chance, l'honneur même, de te rencontrer dans la vraie vie et de boire un verre (finlandais ou pas) en ta compagnie. PS : c'est la première fois qu'on m'appelle "une perle". Tu vas me faire rougir... un comble pour moi ;-)

25/06/2009, 23:05 | Par bjm en réponse au commentaire de Yohann Chanoir le 25/06/2009 à 18:54

Axel est encore monté sur son piédestal pour nous faire la leçon, nous démontrant à son insu combien la démagogie sarkozienne a prise sur lui. Bah... !

25/06/2009, 19:00 | Par jlamo

nan mais de dénoncer la burka au congrés de versailles, cela ne représente en rien une marque d'amour pour les femmes, faudrait pas tout mélanger quand même. - c'est pas une déclaration d'amour pour le sexe dit " faible ", simplement une forme de démagogie pour parler de religion et d'ethnies, c'est regrettable de confondre et de transformer cela en quelquechose de positif, alors qu'il ne sagit que d'une façon de séduire l'extrême droite. - vous acquiessez à cette forme de discrimination, c'est déplorable.

26/06/2009, 11:13 | Par Claire Malbos

Yohann, . Je ne crois pas que mes critiques soient basses. On peut se permettre la véhémence, et, je ne prétends pas être une pro de l'argumentation fine et réfléchie, alors, oui, en effet, parfois je charge. . Ce qui me chagrine, c'est l'argument "il aime les femmes", qui sert ensuite à déplier les vertus de la république protectrice du droit d'icelles, et le rôle donné de gardien de ces droits à notre président. . Oui, il devrait être gardien de tous les droits de toutes les femmes, de tous les hommes, de tous les enfants, d'ici et d'ailleurs, à l'intérieur comme à l'extérieur de notre République. Ce serait son rôle, en effet. Ceci, soyons clair, est une question de mission, de travail à accomplir, de contrat passé avec une population, et ce n'est pas une question de "j'aime" ou "je n'aime pas". A mon sens, cela ne doit jamais l'être. Quand on pose la question des droits des uns ou des autres sur le terrain de je les aime ou je ne les aime pas, je pense que l'on va dans les plus grands dangers. Diriger un pays suppose dépasser ses affects et préférences personnels pour aller dans le sens du plus grand "droit", qui créera le plus grand bien-être à vivre, bien-être dans le sens de bonheur, et non de possession de biens. Cela suppose un dépassement de soi, une forme de sacrifice à une cause, de la sublimation. . L'amour du prochain élevé au rang de cause personnelle, et transformé en mission dans le cadre d'un trajet politique par exemple, est d'un tout autre tabac que la recherche du pouvoir pour asseoir ses positions et celles de sa "galaxie" propre, fût-ce au détriment d'un reste non-négligeable de la société, du pays, de la planète. . Ma réponse, effectivement porteuse d'un brin significatif d'emportement, contenait cela. . Je m'appuierai sur ce qui suit pour illustrer ce ressenti de façon concrète. . Hauts de Seine, Neuilly, ...cherchez les chiffres des HLM. Quand on aime les femmes, on aime toutes les femmes. Quand on veut protéger les droits des femmes, et de leurs familles, on cherche à les protéger toutes: sans distinction de classe, d'origine, de culture, etc... Et on commence par se soucier que toutes, sans exception, aient un toit sur leur tête. On n'en dort pas la nuit. . Ecoles, enfants, sans papiers... Quand on aime les femmes, on aime toutes les femmes. Quand on veut protéger les femmes, leurs enfants, leurs familles, on ne permet pas que celles-ci soient défaites par l'intrusion dans les écoles de la police, par l'exclusion des pères et maris, par l'enfermement de mamans avec leurs bébés dans des centres de rétention. . Chefs d'états, commerce, ... Quand on dénonce une chose "chez soi", le niqâb en l'occurrence, comment tenir ces mêmes positions à la visite de tel grand dirigeant ou roi du pétrole, qui se promène avec son éventuelle procession de femmes arborant ce même vêtement publiquement honni ? De quoi parle t'on ? . Voila. comme cela j'aurai fait un petit tour un peu plus précis. . Mon intention n'était pas d'en découdre, malgré mon fichu caractère affectivoprimativoémotionné, qui a ses inconvénients, j'en conviens. Mais bon, je m'aime quand même. Et, si je peux me permettre, demain, s'il pleut, à mon avis ce ne sera pas sa faute. . A moins que, peuuuuut-êêêêêtre, en réfléchissant bieeen.... .

26/06/2009, 13:17 | Par rocapel

"aime les femmes", si on veut, peut être, mais de moins en moins dans son gouvernement, apparemment.

26/06/2009, 13:28 | Par JNSPQD

"On ne sait ce qu'il restera de son quinquennat, peut-être tout simplement que c'est un homme qui n'avait pas peur de dire et de montrer qu'il aimait les femmes." Sans vouloir être outrancière, nous avons beaucoup trop d'exemples dans l'histoire de l'humanité d'hommes qui "aimaient" les femmes. Beaucoup moins d'exemples d'hommes que respectaient les individus, comprises donc les femmes, moitié de l'humanité. "Don Juan" aime-t-il les femmes? Berlusconi, lui, "aime" les femmes... dans le sens le plus réducteur du mot. Les questions à se poser sont autres, par exemple: Mr. Sarkozy respecte-t-il les femmes? Respecte-t-il les individus? Respecte-t-il la fonction qu'il occupe? Nous ne votons pas pour être aimé(e)s. C'est bien pour tout autre chose que nous jouons et participons au jeu difficile de la démocratie et le mot RESPECT, est pour moi le maître-mot des règles de ce jeu. Le reste c'est de l'arnaque.

27/06/2009, 18:37 | Par Simone Le Baron

Comment appelle-t-on un homme qui aime les femmes ? Un vrai mec. Et une femme qui aime les hommes ? Une put........ Et ce n'est pas près de changer. Un être humain de sexe féminin.

19/07/2009, 21:06 | Par treibel

Il y en a une, et pas des moins belles ni des moins intelligentes ni des moins cultivées ni des moins émancipées qui lui aura bien résisté et bien déplu en conséquence, une certaine princesse ...

Newsletter