Mar.
21
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Article d'édition

La crise remet au goût du jour le conspirationnisme antisémite

Par Jean-Guillaume Santi et Elsa Bastien. Souvenez-vous, c'était en octobre 2008, la vidéo pédagogique L'argent dette de Paul Grignon buzze sur internet. Son but : expliquer les rouages de la crise financière de façon simple. Pendant la première partie, le simple mécanisme de la création monétaire est détaillé. Et puis, la voix off s'interroge : «est-ce que tout cela serait arrivé par accident ou est-ce qu'il y a conspiration?».

 

Pour Paul Grignon, les seuls détenteurs du pouvoir sont les banquiers. Les politiques ne sont que des marionnettes dans les mains des puissances de l'argent. Il étaye son propos avec des citations équivoques. Par exemple : «Donnez moi le droit d'émettre et de contrôler l'argent d'une nation et alors peu m'importe qui fait ses lois» (Mayer Anselm Rotschild, banquier).

 

© Paul Grignon

 

 

En voulant détailler cet «ordre secret» qui domine la planète, la vidéo s'engage alors sur une pente très glissante. Certains ont vu des relents antisémites dans l'évocation récurrente des Rotschild et dans la représentation de la puissance bancaire par une pieuvre colonisant le monde. Une métaphore rappelant l'art antisémite des années 30.

 

Pieuvre représentant le sionisme (iconographie antisémite)

 

 

Pieuvre représentant le système bancaire dans la vidéo de Paul Grignon

 

L'idée d'un «supergouvernment juif» ne date pas d'hier et la création et la diffusion des Protocoles des sages de Sion, un faux plan de conquête du monde, a largement contribué à son essor. (Lire l'article d'Eric Conan)

 

Une idée également reprise en 1940 par la télévision vichyste.

Cliquez pour lire la vidéo

 

La crise de 2008 est donc un parfait terreau pour recycler ces idées : elle est financière, opaque, mondiale. Et l'on retrouve les mêmes procédés rhétoriques afin de «démasquer» les responsables de la crise!

 

 

Le site antisémite Le projet juif multiplie les articles sur ce même thème. Voici par exemple comment il analyse (fautes comprises) un numéro de Ripostes de Serge Moati sur le thème « G20, OTAN, en route vers un nouvel autre mondial»:

 

«Le supergouvernement Juif dans vos télés. Dans "Ripostes" sur la 5, émission présentée par le Juif tunisien Serge Moati (...), jamais le mondialisme ne s'est exhibé autant, désignant la route à qui veut la voir. Participaient Bernard Guetta (Juif), Jean Luc Mélenchon (Juif), Jean Jacques Attali (Juif) et Pierre Lellouche (Juif). La crise a été créée de toutes pièces par les banquiers Juifs de la FED Grynspan et Bernake en ouvrant de façon délirante les vannes du crédit afin de précipiter la réponse mondialiste. Leur nouveau successeur le Juif Geithner est censé "réparer" les dégâts... On peut lui faire confiance.»

 

L'exemple Madoff est en outre du pain béni pour les internautes. Parmi de nombreux messages à l'antisémitisme plus ou moins subtil, on trouve par exemple l'ironie de cet internaute sur le site nationaliste fdesouche :

 

«Non mais vraiment ils n'en ratent pas une: "On s'y attendait, car chaque fois qu'un juif est mis en cause dans une affaire, c'est monté en épingle", assure Sammy Ghozlan, président du Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme." (...) Le hazard est-il antisémite?»

 

Si le conspirationnisme antisémite de crise a trouvé un écho sur internet, il peut également sortir des forums de discussions et autres blogs, et être recyclé politiquement. Ainsi, Fawzi Barhoum, le porte-parole du Hamas a déclaré le 7 octobre 2008 que la crise s'expliquait par «un mauvais système bancaire mis en place et contrôlé par le lobby juif.»

Newsletter