Mer.
01
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Article d'édition

...si tu ne vas pas au livre, le livre ira à toi...

 

 

 

 

  Merci Corinne, pour cette découverte sympathique.

J'ai trouvé quelques informations sur Antonio La Cava, le pilote du fameux Bibliomotocarro :

Antonio La Cava est un ancien instituteur de Ferrandina (province de Matera, Italie méridionale). Il parcourt les communes de sa région au volant de son Bibliomotocarro et prête des livres aux enfants, qu'ils feuillettent confortablement installés sur les marches. Il parcourt 500 kilomètres par mois pour transmettre sa passion de la lecture aux enfants.

Extrait d'interview :

« Je suis un fils de paysans, né dans une famille pauvre, du temps où l'on vivait dans une pièce étroite éclairée par une seule petite ampoule. Chez moi, l'ampoule était souvent éteinte à sept heures du soir, pour économiser l'électricité, et cela m'obligeait à lire à la lumière d'une bougie. Ma passion pour la littérature sera toujours liée à la lumière et la chaleur faibles qui émanaient de cette bougie : elles symbolisent la flamme qui ne s'est jamais éteinte à l'intérieur de moi, celle de l'importance de la lecture. Ce souvenir d'enfance a nourri ma lutte constante, pendant toute ma vie personnelle et professionnelle, contre le désamour toujours plus grand des livres. Il m'a conduit à ne pas me résigner et à donner aux autres non seulement les savoirs techniques nécessaires aux études mais aussi la volonté et le goût de s'approprier les connaissances très souvent enseignées passivement aux enfants. Plus tard, j'aimerais écrire un livre sur mon expérience. Un moment j'ai pensé l'intituler : « Le maître qui se faisait voler ses oranges », un titre curieux qui fait référence à une anecdote qui m'est réellement arrivée à l'époque où j'enseignais a Craco Peschiera, juste après le désastre de Craco (la ville a dû être définitivement évacuée en 1963 à cause des fréquents tremblements de terre). J'enseignais dans des tentes installées là, et j'avais l'habitude de laisser mon automobile toujours ouverte avec, dedans, les cageots d'agrumes que j'achetais pour mes proches. Quelques années plus tard, un ancien élève a frappé à ma porte, ce qui m'a fait énormément plaisir : non seulement, il était venu exprès à Ferrandina pour me voir, mais il m'a avoué que lui, comme ses copains (mes élèves), quand ils étaient petits, s'introduisaient dans ma voiture, et emportaient les oranges qui étaient dedans : ils étaient convaincus que je laissais ma voiture ouverte pour eux, pour qu'ils puissent prendre les fruits sans que leur dignité en soit affectée, sans que je leur fasse la charité dans ce moment très difficile de leur vie. Cette interprétation imaginaire, enfantine, m'a rempli le cœur de joie et m'assure une place réservée dans leur cœur à eux, qui ne m'ont pas oublié, et auxquels j'ai laissé bien autre chose que des oranges. Compte tenu du succès actuel du Bibliomotocarro, j'ai décidé d’intituler mon éventuel futur texte : « Le bibliomotocarro du maître La Cava : des histoires racontées aux histoires d'un maître sur les routes ». J'y raconterai cette anecdote et beaucoup d'autres histoires incroyables, que j'ai vécues au cours de mes périples dans les différentes communes de la Basilicata, en apportant la littérature jusque dans les mains et dans les cœurs des plus petits. »

(Traduction approximative de JK)

lien pour l'interview complète et en italien : http://community.matera-basilicata2019.it/en/node/108?language=it

 

Newsletter