Mer.
23
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Article d'édition

Homme au faux nez âpre aux cimes actives

© DR

Des cons lui ouvrent la barre hier, et aussitôt, Lacmé tresse des cols sur les routes des cartes mentales. Elle a toujours eu le goût de rond avec ou sans plein fard mais évité les pas sages où les uns passent et où les sangsues niquent. Elle contourne l’hégire à Thouars, Enée sur le veau lent, frôle les rats vains mais l’héron point. Elle appréhende l’ébat coté où les bonnes sœurs encore nettes triturent leur chat pelé pendant que l’érecteur tentent vainement de pénétrer dans le clos chais avec l’avertie sœur. Elle fuit cette lie turgide des pas sages cloutés depuis qu’elle a découvert en cherchant une clef à bible dans la boite à outils que la Russe pisse quand les popes hier tombent.

Les lumières, l’effarent dans la nuit et c’est pour ça qu’elle cligne autant. Dans les rets trop viseurs, elle constate que les garces creusent et Lady Stance, aussi. Et ces garces osent rire, bien lustrées. Elle, qui se prénomme Emma, revoit en corps la toute maigre Emma sciée, engoncée dans son anorak ski au milieu des forains quiets, leur demander ciboire nuit alors que label de calice a des yeux de vœux lourds pour elle, tandis que le conteur de la table aux deux bords nage à contre essence et que sa bande latte et râle en haillons.

Elle a sa larme quand elle a teint les cons gèrent mais le chat assis l’amas nivelle, avec juste quintet aqueux et le piano du même métal. Heureusement, Herr Bach à la radio et Sainte-Hure à enrouleur font leur office.

Elle regrette un pneu d’être partie et songe au phare d’Hercule qui au loin porte et cligne en courts éclats visibles jusqu’à l’accorte Dauphine, lorsque la pâle brise du soir sa chambre aère. Mais, heureusement, elle n’a pas encore besoin que les bougies de près chauffent âge.

En fait, elle regrette surtout sa précédente voiture qui, après l’accident, à Antibes rouilla.

Newsletter