Jeu.
24
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Article d'édition

L'Homme, version 2.0

Prothèses bioniques, nanorobots correcteurs d'ADN, intelligence artificielle… Téléphone portable, ordinateur, internet et les réseaux… Ils sont censés réparer, améliorer les corps ou rendre la vie plus simple. Mais quel impact ont ces machines sur l'humain, quels enjeux pour la civilisation à venir ? Philippe Borrel, dans son documentaire Un monde sans humains? diffusé ce mardi 23 octobre à 20h35 sur Arte, a mené l'enquête.  

Philippe Borrel n'est pas un inconnu des lecteurs de Mediapart. Il est le réalisateur en 2010 du documentaire Un monde sans fous? dont nous en avions largement rendu compte en diffusant l'intégrale des entretiens.
Entre ces deux films aux titres si proches, une même interrogation : quel est cet homme normal que dessine la science, au fur et à mesure de ses avancées? Philippe Borrel s'interroge sur la normalité, sa définition, son contrôle, et en filigrane le devenir de tout ce qui est dit a-normal.


Un monde sans humains ? est un documentaire où se croisent technosciences, philosophie et politique. Il nous emmène dans les laboratoires où se fabriquent les prothèses bioniques; près de ces chercheurs qui, pour assister l'armée, travaillent la commande des machines par la simple pensée; assiste aussi à un entretien d'embauche où un robot analyse les émotions d'un candidat répondant aux questions de son recruteur, ce même type de robot que l'on retrouve dans une maison de retraite, en train de surveiller le régime alimentaire d'une pensionnaire. Un monde où la science se mettrait au service de l'homme pour en adoucir la vie, pour le prévenir de ses erreurs, ou pour l'aider dans son quotidien. A l'heure actuelle au stade de prémisses, ce monde vise à totalement changer l'homme.

En fait, explique l'un des intervenant, cet univers, c'est le BANG: les Bits de l'informatique, les Atomes de la physique, les Neurones des neurosciences et les Gènes des généticiens, sont ici les seules unités élémentaires reconnues et chacun, dans son domaine, cherche le moyen de les faire converger afin de reprogrammer la matière et la nature. Avec en filigrane un courant de pensée qui prospère: le transhumanisme qui prône l'usage des sciences et techniques pour changer l'humain et pour qui tout ce qui est handicap, souffrance, vieillissement, ou même la mort avilisent l'homme.

Autrefois, la perfectibilité de l'homme était l'œuvre de l'éducation, rappelle dans ce documentaire le philosophe Pierre Dardot (auteur en 2009 avec Christian Laval de La nouvelle raison du monde, lire ici l'article sur Mediapart). En parallèle des chercheurs émerveillées par le monde de science-fiction qu'ils dessinent, Philippe Borrel a rencontré des scientifiques, des philosophes et des activistes anti-technologies qui lancent l'alerte contre la marche accélérée du progrès technoscientifique.

 

  • Un monde sans humains ? ce mardi, sur Arte, à 20h35

 

Newsletter