Mer.
24
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Article d'édition

Vente directe à la ferme: "A qualité égale, le consommateur est gagnant!"

Lassés des interminables files d'attentes en grandes et moyennes surfaces ? Insatisfaits des prix pratiqués par l'épicier du coin ? Encore discrète en Côte-d'Or, la vente directe au consommateur sur le lieu de production a pourtant ses adeptes, surtout dans un contexte de vache maigre. Loin d'être nouvelle, cette pratique a pourtant de nouveau le vent en poupe, surfant sur la tendance au bio et aux circuits courts. Cependant, le consommateur paye-t-il véritablement moins cher cette absence d'intermédiaires ? Au-delà des prix, les producteurs qui ont fait le choix de la vente directe font valoir d'autres arguments : traçabilité, authenticité, qualité... Une chose est sûre : la vente directe - en Côte-d'Or notamment - reste une opportunité de fréquenter des adresses gourmandes, ancrées dans le terroir bourguignon...

20461-12120-13092010-ba-l-ail-des-ours-g

Le même produit... mais moins cher !
"Mes clients se retrouvent dans le principe de la vente directe car chez moi, je vend moins cher que dans les grandes surfaces des environs ; ces dernières réalisent par ailleurs de grosses marges. Pourquoi je vend moins cher ? Car je n'ai pas d'intermédiaires, tout simplement !", explique Florence Labrousse, qui produit du fromage à Savoisy, dans le Nord de la Côte-d'Or. En effet, rappelons que la vente directe est un circuit court, qui se passe directement entre producteur et consommateur, sans intermédiaires tels que grossistes, grandes et moyennes surfaces, etc.
La jeune femme écoule cependant près de 20% de sa production en grande surface. "Être distribués en magasins nous rend plus visibles pour le consommateur. Mais pour le même fromage, ce dernier risque de débourser aux alentours de 3,30 euros au lieu de 2,40 euros !". Florence Labrousse constate une nette hausse de sa clientèle depuis deux ans, moment où le principe de vente directe est redevenu plus populaire. Avec la crise économique, la vente directe a connu un nouvel essor. "Mais au-delà du prix attractif, les gens viennent aussi chercher le dépaysement, la découverte...", estime la productrice.
La traçabilité de A à Z !
"Avec la vente directe, nous garantissons la qualité et l'authenticité de nos produits au consommateur qui, en venant sur place, voit de quelle façon nous travaillons. Le consommateur nous fait ainsi davantage confiance. Nous faisons tout à la ferme de A à Z, sans aucun intermédiaire", assure la mère de Pascal Laprée, à Mont-saint-Jean (21), célèbre notamment pour son foie gras de canard et ses terrines d'agneau. Pour autant, les produits vendus à la ferme le sont au même prix que ceux vendus au stand Laprée au marché des halles, à Dijon. "C'est simplement plus agréable pour le consommateur de venir ici et plus simple pour nous", explique madame Laprée.
S'approvisionner directement à la ferme revient-il vraiment moins cher ? "En fait, cela dépend des habitudes de consommation de chacun. Mais à qualité égale, la vente directe revient en général moins cher au consommateur", estime Émilie Jeannin James, qui élève des vaches charolaises à Beurizot, dans l'Auxois, à la ferme des Lignières. 50% de ses revenus proviennent de la vente directe. Pour la plupart des producteurs pratiquant ce genre de vente, les convictions idéologiques viennent se greffer sur les choix économiques : la prédilection pour les circuits courts est un élément important de la réforme des modes de production et de consommation.
L'arrivée d'une nouvelle clientèle...
"Dans le système classique, le consommateur qui arrive au bout de la chaine se trouve lésé. Quant à nous, avec les intermédiaires, nous ne pouvons plus vivre correctement de notre métier. En ce moment, les cours de l'alimentation animale flambent [ndlr : ce qui oblige les éleveurs à vendre leurs bêtes plus tôt]. Parallèlement, les intermédiaires en profitent pour nous acheter les bêtes moins cher. Mais au supermarché, le client paye le même prix", affirme la jeune femme. A la ferme des Lignières, "les consommateurs peuvent aller partout ; je n'ai rien à leur cacher, ce qui les rassure sur la qualité".
Mais de l'avis des producteurs interrogés, le gros bémol pour le producteur est le temps. "Le samedi, les gens peuvent venir à la ferme pour s'approvisionner. Mais impossible d'ouvrir davantage car je dois assurer la production. La vente est une activité très gourmande en temps... ", assure Daniel Cachot, qui produit jus de fruits, confitures et pains d'épices dans sa ferme de Broin (21). Néanmoins, la vente directe de produits fermiers se développe lentement et la clientèle se diversifie. "Avant, j'avais surtout une clientèle rurale de proximité, habituée à venir à la ferme acheter en lots. Depuis deux ou trois ans, des citadins viennent me voir ; eux aussi ce sont habitués à acheter de la viande en lot", constate Émilie Jeannin James.
Quelques (bonnes) adresses de vente directe
Ferme des Lignières
Vente directe de viande de génisses et de veaux charolais en plein cœur de l'Auxois. Magasin de vente à la ferme, ouvert les mercredis, de 14h à 18h, et les samedis, de 14h à 18h. Sur rendez-vous en dehors de ces horaires. Vente sur les marchés : Pouilly-en-Auxois les vendredis, de 16h à 19h, et Saulieu le samedi matin.
21350 Beurizot l Tel : 09 71 20 08 01 l E-mail : [email protected]
La Corne Vaudrille - Florence Labrousse
Petite structure artisanale avec un troupeau d'une cinquantaine de chèvres ; élevage de chevreaux de février à mi-mars. Les chèvres sont nourries au foin et aux céréales fermières. Vente directe à la ferme de fromages au lait cru, sur les marchés et foires locales, restaurant et supermarché. Sortie au pré au printemps, en été et en automne. Participation gratuite à la traite en été à partir de 18h ; le reste de l'année vers 17h30.
Rue Richebourg, 21500 Savoisy l Tel. 03 80 93 10 96 l E-mail : [email protected]
La Ferme Fruitière Daniel Cachot
Daniel Cachot élabore des préparations traditionnelles gourmandes (jus de fruits, confitures, miels, pains d'épices, alcools), qui ont acquis au fil du temps une prestigieuse renommée avec de très nombreuses récompenses. La ferme fruitière ouvre ses portes tous les samedis, de 9h à 19h.
21250 Broin l Tél : 03 80 26 96 82 l E-mail : [email protected]
Simone et Gilbert Caillot
Vente directe des produits à la ferme et sur le marché de Beaune le mercredi et le samedi matin toute l'année. Lait, crème, les fromages plus ou moins affinés, beurre. Tous les produits vendus sont produits sur l'exploitation. Ouvert les fin d'après-midis.
1, rue du Château Hameau de Changey 21420 Echevronne ; tel. 03 80 21 53 21

Pascal Laprée

Présent sous les Halles du marché à Dijon, Pascal Laprée propose aussi de venir à sa ferme, sur rendez-vous. Parmi les spécialités Laprée reconnues dans toute la Bourgogne et même davantage : foies gras entier, frais ou mi-cuit, cuisses, arrières-cuisses ou gésiers confits, rillettes, magrets frais ou fumé, terrines d'agneau au citron confit.
Mairey, 21320 Mont-Saint-Jean l Tél : 03 80 84 31 43 - 03 80 84 31 12 l E-mail : [email protected]

Fruirouge
Vente de confitures, jus de fruits, boissons alcoolisées ou non, vinaigres, beurres de cassis et de pêche de vigne, etc. Accueil toute l'année, en semaine ou le week-end, du jeudi au lundi, de 9h à 12h et de 14h à 19h.
Hameau de Concœur, 2, place de l'église, 21700 Nuits-Saint-Georges l Tél : 03 80 62 36 25 l [email protected]

Ferme du Pontot
Vente d'oeufs de poules élevées en plein air, aux particuliers, dans une exploitation familiale. Ouvert les mercredis, de 8h à 19h, les vendredi, de 8h à 19h, et les samedis matins, de 8h à 13h.

Tél : 03 80 34 31 19 l E-mail : [email protected]

Newsletter