Sam.
29
Aoû

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Je me souviens....

Un pêle-mêle de souvenirs à plusieurs voix. Non pas des tartines de nostalgie à s'en coller les doigts (d'ailleurs ce n'était pas forcément "mieux avant"), mais des clins d'œil, des pensées, l'écho de moments passés, des bouquins lus, des musiques écoutées, des hommages à rendre, des films presque oubliés, des souvenirs de lieux disparus ou des images à partager juste pour ne pas laisser la poussière s'accumuler. Et si possible en polyphonie parce que la plus sûre façon de partager, c'est de jouer la diversité. Si cela ne s'était pas appelé "Je me Souviens", ça aurait aussi pu s'intituler "Grenier commun". Et bien sûr, toutes les générations sont bienvenues, c'est même le but du jeu... On dit souvent que regarder parfois dans le rétro permet d'aller bien plus sûrement de l'avant !

 


Article d'édition

… des Européennes 1984 : les 24 % de la honte

Ce 17 juin 1984, je préside le bureau de vote de l'école Célestin Freinet de Grande-Synthe. Ma ville de 25 000 habitants est une banlieue de Dunkerque. Pendant des siècles, elle était une paisible commune agricole où les paysans, après le matinal(infusion de baies de sureau) accompagné de la tartine de smout (du saindoux) partaient travailler aux champs, dans cette immensité gagnée sur la mer, sans relief aucun. Le plat pays, chanté par l'ami Jacques.

Article d'édition

Portrait d'Arthur, la Gueule Ouverte

Arthur (Henri Montant 1939-2010) fut l'un des journalistes fondateurs de la Gueule Ouverte, le canard d'écologie politique des années 1970. Militant de la lutte contre le programme nucléaire français et la menace de l'atome mondialement imposé pour un « progrès » aux conséquences écologiques désastreuses, Arthur dénonça, dans les colonnes de la G.O., d'une plume mordante, souvent humoristique mais toujours engagée, les hypocrisies du pouvoir prétendument démocratique.

Article d'édition

Enquête du souvenir

Les souvenirs s’estompent, les visages s’évanouissent  Pourquoi nous souvenons nous de certains détails et pas d’autres. Notre mémoire est-elle fidèle à la réalité ? Ne réinventons nous pas nos souvenirs ?

Article d'édition

Purée-saucisses

 

Article d'édition

Quand Nonna Clara me racontait … les vers à soie

Enfant, dès que j'avais deux trois sous, je courrais acheter du pain. J'ai toujours été très gourmande de pain. Il faut dire que du pain à la maison on en mangeait seulement en juillet, après la moisson, car tout le froment récolté on le vendait car c'était une de nos rares sources de revenus. Le reste de l'année c'était polenta tous les jours, parfois on devait même en cuire deux fois par jour.

Article d'édition

La Panpan

Article d'édition

Du papier-journal au Journal-Papier


Concours de déguisements en papier-journalConcours de déguisements en papier-journal


Article d'édition

TLT est morte

TLT, la télé locale de Toulouse, est morte. Je me souviens d'elle. Les archéologues du web peuvent en retrouver des traces avec ce lien :

Article d'édition

Je me souviens des fragilités européennes

Tuer le temps ou s'escrimer à le comprendre ? Je ne suis pas de ceux qui partent en vacances puisque retraité je suis toujours en vacances. Je ne me sens donc pas obligé de m'abstenir de penser pendant la trêve 14 juillet-15 août, période de permission de sortie des prisonniers du boulot, dont on sous-entend qu'il faut qu'ils se reposent les méninges pour les avoir plus efficaces à l'usine ou au bureau.

Article d'édition

Dans le temps, il y avait de vraies escales

Quand j'avais une vingtaine d'années, je travaillais au port de Dunkerque chez Worms CMC, au service consignation.

Thématiques de l'édition

. . . . . . . . .

« Je me souviens » fait son cinéma

"Je me souviens" fait son cinéma © Olala (Merci à tous rédacteurs de l'édition)

Il y a juste un an, Clément Méric

Il y a un an, le 5 juin 2013, Clément Méric, un jeune militant antifasciste, était assassiné en plein jour, rue Caumartin,  à Paris. 

La vida tena sorpresa

 

Si j'étais président...

A quelques encablures du ° tour des 10 élections présidentielles de notre V° République, j'ai plaisir à réécouter les par

Claude Nougaro et Jean Ferrat. Quand on veut chanter l'espoir...

Je me souviens des mois de mars depuis tout gamin, car ils sont synonymes de « printemps ».

Blue Jeans

Je me souviens des clowns

Les Clowns © Giani Esposito

Je me souviens des clowns, de la lumière et de l’odeur de la piste, des chevaux qui tournaient, des claquements de fouets, des trapèzes scintillants sous le feu des projecteurs. Je me souviens de l’otarie luisante qui portait un ballon sur son nez et savait battre des mains avec ses nageoires. Je me souviens des jongleurs, des funambules, des écuyères. J’aurais voulu être jongleuse, funambule, écuyère.

Je me souviens de la chanson de Prévert...

La chanson de Prévert © Serge Gainsbourg

Je me souviens de Maurice Druon, d'Anna Marly et du Chant des Partisans

En hommage à Maurice Druon, à l'occasion de sa mort, ainsi qu'à Joseph Kessel, son oncle et co-auteur, mais avec aussi, très fort, une pensée pour Anna Marly, Emmanuel d'Astier de la Vigerie, et.... tellement d'autres (et pas seulement Leonard Cohen ou Joan Baez, Yves Montand, ou même Zebda, Jean Ferrat ou Johnny Halliday, qui l'ont aussi interprété)... mais surtout en hommage à ceux qui sont tombés.

Newsletter