Sam.
29
Aoû

MEDIAPART

Connexion utilisateur

«La Mort est dans le pré»

Ce documentaire d'Eric Guéret, diffusé mardi 17 avril sur France 2 à 22h40 démontre les ravages des pesticides sur la santé des agriculteurs. En partenariat avec Program33 (producteur du film) et France 2 (diffuseur du film), Mediapart diffuse sur une page spéciale accessible en cliquant ici de larges extraits non coupés du documentaire. Cette édition héberge vos réactions, vos analyses, vos interrogations.

Article d'édition

Comment poster un billet dans l'édition «La Mort est dans le pré»

Vous voulez réagir aux témoignages, apporter les vôtres, donner un autre éclairage ? Voici, que vous soyez abonné ou non à Mediapart, comment postez un billet dans cette édition.

Article d'édition

Alerte rouge sur la tulipe - L'enquête (8/8) : Chronologie de l'affaire de la tulipe romaine de Saint-Quentin-de-Baron (FIN)

Quand une enfant de 6 ans raconte la tulipe sauvage (dessin), juillet 2005Quand une enfant de 6 ans raconte la tulipe sauvage (dessin), juillet 2005 © ASSFALTE

Le 6 août 2005, il y a 10 ans jour pour jour, le lanceur d’alerte Yves Corbiac déposait une requête en annulation devant le Tribunal Administratif de Bordeaux pour contester l’attribution d’un permis de construire à un promoteur immobilier sur une parcelle viticole constituant le biotope d’une espèce végétale protégée inscrite dans le Livre Rouge de la Flore Menacée de France, la Tulipe d’Agen. A cette occasion nous publions une chronologie des événements, clôturant l’enquête « Alerte rouge sur la tulipe ».

Article d'édition

Alerte rouge sur la tulipe - L'enquête (7/8) : Conclusion sur la sauvegarde du patrimoine commun

Bannière du lanceur d'alerte Yves CorbiacBannière du lanceur d'alerte Yves Corbiac © Photo JC Mathias

L’affaire de la tulipe romaine de Saint-Quentin-de-Baron constitue le combat exemplaire d’un citoyen lanceur d’alerte qui, soutenu par de petites associations de protection de l’environnement, s’est engagé pour le maintien du bien commun naturel contre les projets d’aménagement voulus par les élus, les administrations et les sociétés privées.

Article d'édition

Alerte rouge sur la tulipe - L'enquête (6/8) : Oignons frais et patate chaude (partie IV)

« Parcelle du Normandin : succès de la transplantation de Tulipes d’Agen »1

Conservatoire des Espaces Naturels d’Aquitaine

Article d'édition

Alerte rouge sur la tulipe - L'enquête (5/8) : La tulipe romaine, une affaire en or (partie III)

« Toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l’amélioration de l’environnement. »

Constitution de la République française, Charte de l’environnement, Article 2

Article d'édition

Néonicotinoïdes, le Royaume-Uni veut tuer ses abeilles

Sous licence CCSous licence CC © Nick Watton

En 2013 plus de 3,5 millions de personnes signaient une pétition sur la plateforme Avaaz pour   pousser la Cour Européenne à bannir les insecticides dits néonicotinoïdes (récemment interdits en France) en partie responsables de la mort de millions d'abeilles. L'utilisation de 3 insecticides devait ainsi être suspendu jusqu'à fin 2015. Malgré ce moratoire et une opinion publique largement hostile à ces insecticides au Royaume-Uni, le gouvernement anglais vient d'autoriser la remise en circulation de 2 néonicotinoïdes sur fond d'irrégularités politiques majeures.

Article d'édition

Alerte rouge sur la tulipe - L'enquête (4/8) : Du contournement de la loi (partie II)

« Le principe de légalité n’est pas, et ne saurait être, conçu comme susceptible de s’accommoder des abus et des fraudes. Il a, par là même, une dimension morale (qui se manifeste lorsque l’abus est le fait de l’administration, commettant un "détournement de pouvoir") »1

René Chapus

Article d'édition

Alerte rouge sur la tulipe - L'enquête (3/8) : PLU de tulipes (partie I)

« Les naturalistes ont souvent été les premiers fossoyeurs de biodiversité. »

Yannig Bernard1

Article d'édition

Alerte rouge sur la tulipe - L'enquête (2/8) : Introduction à la disparition des tulipes et des terres agricoles

L’urbanisation des terres agricoles a atteint, en France, un niveau alarmant. L’équivalent de la superficie d’un département français disparaît tous les 6 ou 7 ans sous une chape de bitume, de béton et de hangars en tôle. Le patrimoine d’un pays de paysans, garant de la souveraineté alimentaire des générations futures, est ainsi bradé aux promoteurs immobiliers, et irréversiblement détruit, inaccessible aux citoyens de demain.

Newsletter