Mar.
02
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Article d'édition

Marche Bayonne-Paris 2012 Info des 19, 20 et 21 mars

Lundi 19 mars: Un policier rural, s’étant pris pour un cow-boy est venu nous gueuler dessus dès le matin. Il nous a bien fait rire, et a retardé le rangement d’une bonne heure. Il criait sur tout le monde, les propos plein d’injures etc, pendant que nous nous tordions et de rire sur un air d’accordéon. Il s’est au passage donné en spectacle à tout les lycéens attendant d’aller en cours, pour finir par se ridiculiser devant la gendarmerie! Bref, un lundi matin vraiment comique! La marche s’est ensuite bien déroulée, nous sommes passés par des petites routes, et nous avons pu faire un max de diffusion. A St Savin, cependant, quelques problèmes avec la police municipale, car nous avions installés les tentes sur la place du monument aux morts, le jour même de la commémoration de la fin de la guerre d’Algérie. Bref, nous avons tout rangés le temps du recueillement, puis avons tout remis. Soirée tranquille, assemblée, et au lit!

Mardi 20 mars: Les deux étudiants en journalisme, devant nous rejoindre à la base à dix heures, ne sont pas arrivés. Cela nous a cependant offert l’occasion d’une grasse matinée jusqu’à neuf heures, puis un rangement tranquille du campement en les attendant. Finalement, les marcheurs se sont motivés vers midi, direction Montendre. Encore une fois des petites routes bien agréables à travers la campagne du Nord de l’Aquitaine, avec une voiture de gendarmerie nous collant aux fesses, surement pour nous protéger d’une éventuelle attaque de vigne carnivore. Merci à eux! Les deux étudiants nous ont finalement rattrapés pendant le repas (pris à l’heure espagnole), et ont fini la route avec nous. Nous sommes finalement arrivés en fin d’après midi au sud du village, où nous nous sommes posés entre un stade de foot et un lac. Malgré le fait que camper là nous a empêché de faire de la diffusion, nous avons profité du cadre très agréable pour faire une bonne soirée musicale autour d’un grand feu de camp, entre nous, plus quelques personnes de Montendre, et les deux étudiants en journalisme.

Mercredi 21 mars: Il faut savoir ce que l’on veut: faire la fête ou marcher. Nous l’avons bien compris ce matin: presque personne s’est levé. Certains ont tentés de donner un coup de motivation au groupe en commençant à ranger, mais peine perdue. Nous avons donc décidés, vers onze heure, de rester sur place une journée, afin de travailler un maximum les actions de Saintes (faire les banderoles etc), peindre la caravane, continuer la diffusion et l’organisation des actions de Saintes et d’après… Bref, une journée de repos sans un minute de repos. Pour rattraper le retard pris aujourd’hui, la commission route a organisé un plan pour faire parcourir les 40 kilomètre de demain, par deux groupes, faisant chacun 20 bornes. Et la journée n’est pas finie…

Newsletter