Jeu.
18
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Article d'édition
Édition : A l'heure suisse

« Destruction massive » 4ème et 5ème partie


Z_9782021060560.jpg


Le dernier livre de Jean Ziegler :
Destruction massive
Où la Géopolitique de la faim, Editions du Seuil, 350 pages, 20 €
Pour vous permettre de découvrir le livre de Ziegler, j’ai inséré en gras et en italique les titres des chapitres dans un bref texte d’introduction.
Quatrième partie : La ruine du PAM et l’impuissance de la FAO
Et pourtant l’auteur nous explique dans ce chapitre les interventions du PAM, le Programme alimentaire mondial, chargé de distribuer une aide d’urgence partout où sévit la famine. Son temps de réaction est de l’ordre de 48 heures. Doté de navires, de milliers de camions et d’une flotte d’avions cargos, il intervient dans les zones sensibles, dans les camps de réfugiés et notamment au Darfour, au Pakistan, en Afghanistan. C’est sur le terrain qu’il découvre L’effroi d’un milliardaire, un richissime Américain, James T. Morris, parachuté par Georges W. Bush à la direction exécutive du PAM ! Bien qu’ils ne partageaient pas les mêmes opinions politiques, Morris défendit les rapports que Ziegler présentait deux fois l’an à l’Assemblée générale de l’ONU à Ney York.


Depuis la crise de 2008, les moyens mis à disposition du PAM ont été réduits de plus de la moitié, l’obligeant à suspendre les repas scolaires qu’il fournissait à 730.000 enfants répartis sur une quinzaine de pays. Et ainsi de suite, ses aides alimentaires ont été fortement réduites de part le monde marquant ainsi La grande victoire des prédateurs que sont les spéculateurs et les financiers internationaux.


Ses moyens financiers s’étant effondrés, le PAM a été dans l’obligation de procéder à La nouvelle sélection. Il ne peut, hélas, intervenir partout où il le faudrait et son centre opérationnel de Rome est obligé d’établir la hiérarchie de la misère et de secourir les groupes les plus vulnérables ! Une sélection à vous glacer le sang…


Que dire du Bangladesh, un pays d’extrême pauvreté, si ce n’est la rencontre de Ziegler avec Jalil Jilani et ses enfants qui n’a pas droit à l’aide du PAM… Imaginez Dacca, la capitale : 15 millions d’habitants aujourd’hui contre 500.000 en 1950, des bidonvilles de 800.000 personnes, des usines textiles où une couturière est payé 25 centimes pour un jeans de marque vendu 57 euros en France !


Fondée sous l’impulsion de Josué de Castro en 1946, la FAO dépend des Nations unies, 191 Etats en sont membres. Combattue par les géants de l’agro-alimentaire, elle est devenue exsangue, elle a perdu quasiment toute possibilité d’action. Dans le chapitre : La défaite de Diouf, l’auteur résume les avatars de cette organisation onusienne.
Cinquième partie :

Les vautours de « l’or vert »
Ecoutons Peter Brabeck, le président de Nestlé, le plus grand trust alimentaire du monde : « Avec les biocarburants nous envoyons dans la pauvreté la plus extrême des centaines de millions d’êtres humains ». C’est en reproduisant cette phrase que Ziegler règle ses comptes avec Le mensonge des partisans du carburant vert et de L’obsession de Barack Obama, ardent défenseur « d’une cause de sécurité nationale » !


Son constat est clair comme 50 litres de bioéthanol qui, pour le produire, nécessite 358 kilos de maïs, de quoi nourrir un enfant zambien ou mexicain durant une année !


Quid de La malédiction de la canne à sucre, soit une dizaine de pages pour expliquer qu’au Brésil la canne à sucre subit le même sort que le maïs ou le blé. Raison d’éprouver de la rancœur envers l’ex président Lula qui a beau jeu de dire à Ziegler, à la tribune de l’ONU, que la canne n’est pas comestible… Et les forêts de l’Amazonie que l’on brûle par milliers d’hectares pour agrandir les surfaces cultivées ?


La malédiction de l’or vert s’étend dans plusieurs pays d’Asie, d’Amérique latine et d’Afrique. On assiste à la Recolonisation, à l’accaparement des terres par les trusts des agro carburants privant ainsi la population autochtone des ressources vivrières indispensables à leur survie. Et ce n’est qu’un début car la chasse à l’or vert est lancée et personne n’intervient pour stopper ce cataclysme en devenir. Que ne ferait-on pas pour faire rouler nos bagnoles avec la complicité des Etats du Nord et du Sud réunis pour la bonne cause ?


… à suivre
Voir ou revoir la vidéo de Jean Ziegler :
http://www.seuil.com/video-75.htm

Newsletter