Ven.
18
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Édition : Nihao la Chine

Mélenchon, le dernier buzz internet en Chine

"Quel héros", "Enfin un Français raisonnable", "Il devrait être le prochain président". Depuis son passage remarqué sur France 2, le sénateur de l'Essonne est devenue la nouvelle mascotte du web chinois.Le sénateur socialiste Jean Luc Mélenchon s'était révolté devant les perturbations du passage de la flamme olympique à Paris et plus généralement de la contestation sur la cause tibétaine. Résultat, sa vidéo sous-titrée en mandarin semble être devenue un outil redoutable de la propagande chinoise. Elle provoque un buzz sur le web chinois et Jean Luc Mélenchon fait l'objet de tous les éloges de tous les chinois ayant perdu la face. Sur son propre blog, le sénateur réitère son opinion le 08 avril et croule sous une avalanche de commentaires (1850 le 14 avril à 23h30).

Tous les commentaires

17/04/2008, 09:57 | Par Yvan Najiels

N'empêche, que cette intervention de Mélenchon est salutaire ! Après tout, il a raison, la France, son gouvernement, ses journalistes radio-télé (dans la vidéo, Laborde est lamentable !) ne font la morale qu'à des pays faibles (feu la Yougoslavie) ou ennemis déclarés de Washington (la Chine Pop) alors que, franchement, qui aura le front de dire que l'Occident est merveilleux ? Combien de morts en Irak et en Afghanistan ? Quid des frêles esquifs de sans-papiers rejetés par l'Union barbelée européenne ? Combien d'hommes et de femmes torturés à Guantanamo ? Quid des conditions de vie dans le Bronx, à New-York ou des ouvriers du Valenciennois chez Toyota ? Quid de la répression du mouvement lycéen, dans le métro par ex., par la BAC ? Quid des sans-papiers noyés ou défenestrés par crainte de la police française, chose qu'on n'avait vu, à ce point, depuis la Guerre d'Algérie ou Vichy ? L'Occident nage dans la bonne conscience en se sentant la mesure de tout. C'est ce que Todd appelle à juste titre L'Occidentalisme. C'est une idéologie d'extrême-droite relookée doublée d'un néo-messianisme planétaire qui risque de très mal finir.

17/04/2008, 12:55 | Par Royalflush en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 17/04/2008 à 09:57

Au moins, en France, et en Occident, vous avez la liberté et le droit de dire et d'écrire (sur Médiapart où ailleurs) ce que vous pensez sans que cela vous coûte au minimum des brimades et le plus souvent des années de prison, comme pour le chinois Hu Jia ( http://tf1.lci.fr/infos/monde/asie/0,,3804855,00-nouvelle-condamnation-dissident-.html ) ... Les mouvements de protestation qui jalonnent le parcours de la flamme olympique sont en majorité pour demander plus de liberté d'expression et démocratie en Chine... Il n'y a aucun "messianisme" là-dedans. La crise au Tibet, province chinoise, n'est que le catalyseur de ces manifestations, et certainement pas l'unique objet d'un problème beaucoup plus vaste. Mélenchon est un professionnel de la provocation, et il a trouvé là un bon moyen de faire parler de lui.... J'attends avec impatience sa visite officielle en RPC, il a bien mérité ça...

17/04/2008, 10:10 | Par Jérôme A.

Gauchiste un jour, gauchiste toujours. Ou comment est révélé, jour après jour, année après année, le fond (bas-fond) de l'idéologie gauchiste, faussement révolutionnaire et réellement léniniste c'est-à-dire totalitaire – finalités et méthodes. Quand ils se lâchent, ces gens ne peuvent s'empêcher de témoigner leur admiration, voire leur amour, pour la force brute du fascisme (que ce fascisme soit le résidu du maoïsme et qu'il fasse le meilleur ménage du monde avec le capitalisme ne change rien, cf. l'Argentine et le Chili par le passé), et leur haine viscérale de la démocratie et des aspirations légitimes à la liberté. O. Rollin a craché le morceau sur ce sujet dans l'un de ses "romans", révélant ce qui motivaient les "petits soldats" de 68 : "Viva la muerte". À méditer en ce printemps 2008. J. A.

17/04/2008, 10:23 | Par raybor en réponse au commentaire de Jérôme A. le 17/04/2008 à 10:10

Raymondb Réponse à Jérome A, J'adore la liberté, je suis pour les faibles contre les forts, etc .... Mais une communauté (puisque le Tibet n'est pas un pays) qui a besoin d'un GUIDE SPIRITUEL et qui compte dans sa population des ENFANTS-MOINES ne m'inspire aucune sympathie ! Ce qui n'excuse en rien toutes les autres violations des droits de l'homme en Chine.

17/04/2008, 12:41 | Par Fanchdoud en réponse au commentaire de Jérôme A. le 17/04/2008 à 10:10

hum, analyse toute en nuances. Vous êtes de ceux qui s'intéresse au problème tibétain depuis le début de jeux olympiques ou bien vous clamiez déjà bien haut cette légitime aspiration à plus de liberté lors de la signature par Nicolas Sarkozy du "contrat du siècle" d'Areva avec la Chine ? Il est vrai qu'il est plus facile de se faire le chantre de la démocratie maintenant que le groupe Français a cédé du terrain à son rival américain.

17/04/2008, 10:16 | Par raybor

Raymondb Bravo au commentaire de Sylvain Jean ! C'est la technique du rideau de fumée par le syllogisme simpliste : - on défend les Tibétains, DONC on défend les droits de l'homme ; - on défend les Chtis contre une banderole abjecte et insultante, mais pas raciste, DONC on est antiraciste. Pendant ce temps, le vrai racisme suit son chemin.

17/04/2008, 10:20 | Par Jérôme A.

(Suite et fin.) Pour l'information du sénateur et de certains lecteurs : 1. Ce n'est pas la théocratie que défendent les Tibétains et les opposants à Pékin dans le monde entier, mais la liberté d'un peuple colonisé, torturé, massacré, baillonné… et son existence même, clairement menacée par la sinisation. 2. La lutte des bouddhistes tibétains est de même nature que celle des bouddhistes birmans : contre le totalitarisme et pour les droits de l'homme. 2. Le Dalaï Lama a fait plusieurs déclarations indiquant sa volonté de mettre fin à la "théocratie" au cas (improbable) où il reviendrait au Tibet. Mais tout ça, le sénateur fait mine de l'ignorer et bien entendu, la potiche de service à l'écran, qui visiblement en sait encore moins, est bien en peine de le contredire. Nouveau témoignage du niveau lamentable de l'information dans les poubelles télévisuelles. J. A.

17/04/2008, 10:39 | Par Jérôme A.

(Addendum.) En toute logique, si le sénateur Mélenchon se couche ainsi publiquement devant la Chine, c'est parce qu'il y a un intérêt "personnel" : appartenance à un quelconque comité Théodule France-Chine, amitiés franco-chinoises, etc. Une rapide vérification sur le site du Sénat révèle que le sénateur fait partie du groupe France-Vietnam, autre pays où le totalitarisme fait bon ménage avec le marché. Pas une preuve, mais un commencement de preuve. Ce qu'on attend, en vain, des journalistes qui déroulent à l'écran le tapis rouge sous les pieds des notables : de l'information. Il faudrait aussi se replonger dans les états de service du sénateur, exhumer son passé de gauchiste pour vérifier s'il était maoïste, etc. J. A.

17/04/2008, 11:02 | Par Bouchardon

Je ne partage pas les délires haineux de J. A. sur le "gauchisme" (moins encore sur le fascisme, etc.), mais force est de constater que cette intervention de Mélenchon est lamentable. Si ce type s'était un peu renseigné sur la situation, il saurait que - contrairement à ce que claironne le PC chinois - le dalaï-lama actuel ne demande pas l'indépendance du Tibet, et qu'il représente au contraire la faction modérée de la protestation tibétaine, celle qui demande surtout à la Chine de tenir ses promesses et d'instaurer au Tibet une véritable "région autonome" - "l'autonomie" actuelle du Tibet étant une farce énorme. Quant à parler de la réinstauration d'une théocratie, on frise le grotesque...il ne faut évidemment pas idéaliser le Tibet d'avant 1959, mais il est évident que ce n'est pas du tout de cela qu'il s'agit aujourd'hui. Aujourd'hui, l'intolérable, c'est la poursuite de la colonisation chinoise. Parce qu'il faut être profondément vicieux et menteur (ou totalement stupide et naïf, je ne sais pas) pour affirmer que la Chine "n'a pas envahi" le Tibet. Débarquer dans une région avec des chars et s'y imposer par la force, vous appelez ça comment ? Mélenchon fait semblant de ne pas voir que l'abolition du servage (en elle-même légitime évidemment) n'était qu'un prétexte pour une invasion dont les motifs n'ont rien à voir avec une quelconque idéologie communiste et tout à voir avec la reconstruction nationaliste d'une "grande Chine" aux dimensions de l'empire sino-mandchou d'avant 1911 - la dernière invasion en date du Tibet par la Chine datant de la fin du 18e mais ne s'étant pas soldé par une occupation massive de la part des population han. Quand les USA ont envahi l'Irak "pour leur apporter la démocratie", on a protesté - et à raison. La France a mis sous sa botte une partie de l'Afrique de l'ouest pour motifs humanitaires, et aujourd'hui on condamne à la fois l'expansionnisme français et l'hypocrisie qui le justifiait - encore une fois à raison. La Chine n'a pas fait autre chose avec le Tibet : c'est un exemple très classique (cf. Russie) de colonisation "en nappes", légitimée par des principes universels instrumentalisés et fondée sur un solide complexe de supériorité culturelle. Mélenchon adopte, strictement, un point de vue de colonisateur. Ca fait peur.

17/04/2008, 11:48 | Par Fantie B.

Le problème n'est absolument pas la défense d'une quelconque théocratie (ça c'est la propagande prochinoise dans toute son ampleur), mais celui des droits des individus et des groupes minoritaires en Chine. Quoi qu'on pense des Tibétains et de leurs revendications (ou des Ouïghours), la question est celle de l'interdiction de penser autrement, celle des arrestations arbitraires, des jugements expéditifs, des camps de travail et des tortures. Ouvriers en lutte, paysans sans terre, dissidents intellectuels ou minorités ethniques ou religieuses, toutes sont soumises au même totalitarisme. Là est le choix de société qui m'écarte personnellement irrémédiablement des thèses de Mélanchon. . Et puis l'argument que les démocraties elles aussi peuvent emprisonner arbitrairement voire torturer etc., s'il est bien sûr vrai, est lassant. C'est de la rhétorique, déconnectée du réel. Qui d'entre nous qui discutons ici, quand il est minoritaire dans quelque chose à quoi il tient (en dehors d'un espoir de progrès matériel...), ne préferait pas vivre aux USA plutôt qu'en Chine.... C'est tout simplement une question de taux et de probabilité, du risque qu'un individu ou un groupe court lorsqu'il défend ses idées. . J'ai déjà parlé ailleurs de ce simple indicateur basique : la liberté de la presse. Les media US parlent de Guantanamo , la presse chinoise ne peut pas parler des camps de travail (un journaliste qui le ferait risquant d'en bénéficier illico...) Pour moi là est la différence et le choix de société. Quelle chance on a de pouvoir en discuter... juste parce qu'on vit ici.

Newsletter