Sam.
25
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Article d'édition

Pourquoi la privatisation de France Télévisions Publicité est une mauvaise idée?

A la demande du Gouvernement et du Conseil d'administration de France Télévisions, Patrick de Carolis va engager des négociations exclusives avec Publicis et de Financière Lov pour leur céder la régie publicitaire de France Télévisions, France Télévisions Publicité. Cette décision peut apparaître logique, après l’annonce en janvier 2008 par le Président de la République de la suppression de la publicité sur France Télévisions qui a été partiellement mise en œuvre en janvier 2009 et devrait être totalement effective en novembre 2011. En effet, à partir du moment où les chaînes publiques sont censées ne plus avoir recours à la publicité, pourquoi conserver une régie publicitaire ?

 

 

 

 

Ce n’est que du faux bon-sens et cette décision est en réalité inacceptable.

 

France Télévisions Publicité constitue un actif stratégique pour l’audiovisuel public. Elle apporte des ressources importantes à France Télévisions : en 2009, alors que les prévisions avaient été largement revues à la baisse pour prendre en compte la suppression partielle de la publicité de 20H00 à 6H00 (autour de 260 millions d’euros), le chiffre d’affaires de France Télévisions Publicité devrait atteindre près de 400 millions d’euros !

 

 

 

Ces bons résultats peuvent s’expliquer par le fait que France Télévisions Publicité a toujours cherché à innover et a su mettre en place une stratégie efficace, reposant notamment sur une exploitation des synergies entre les chaînes publiques et sur une diversification qui l’a conduit à intervenir sur des chaînes thématiques, sur Internet et dans la téléphonie mobile. France Télévisions Publicité intervient ainsi sur un spectre dépassant largement le seul champ des chaînes de France Télévisions.

 

 

 

France Télévisions Publicité a largement démontré son savoir-faire. Ainsi, celui qui, à l’avenir, gérera la régie du groupe public fera une bonne affaire (20 millions d'euros pour acheter une entreprise qui est à l'origine d'un chiffre d'affaires de 400 millions d'euros...) et dégagera d’importants bénéfices. Pourquoi ces bénéfices quitteraient-ils le groupe public ? Pourquoi ne seraient-ils pas réinvestis dans la production de programmes de qualité et le financement du cinéma ?

 

 

 

Plus grave, jusqu’à la suppression totale de la publicité en novembre 2011, 70% des résultats de la régie seront versés à un groupe privé, alors qu’ils dépendent de la qualité des programmes du service public, financés par la redevance. Finalement, c’est le contribuable qui enrichira un groupe de publicité privé !

 

 

 

Encore plus grave, il n’est pas du tout exclu que la publicité ne soit finalement pas supprimée sur France Télévisions, à la suite de la contestation par l’Union européenne de la taxe sur les chaînes privés créée pour financer la compensation versée par l’Etat à France Télévisions et, mieux encore, si le Conseil d’Etat annule la décision de mise en œuvre de la suppression de la publicité. Si ce scénario se confirme, un groupe privé s’enrichira durablement sur le dos du service public !

 

 

 

Ce n’est pas acceptable. Ce ne sont pas les intérêts de France Télévisions qui prévalent, mais le dogme des privatisations. Il ne faut pas rester muets et inertes. France Télévisions Publicité est un atout pour le service public et ne peut être un cadeau offert à quelques intérêts privés. Ne privatisons pas !

Newsletter