Lun.
28
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Article d'édition

En route pour Angoulême 2013

  Angoulême, le Festival. La veille.

 

 

 

 

En 2013, le Festival International de la Bande dessinée fête 40 ans d'existence. Présidé cette année par Jean-Claude Denis, le rassemblement des amoureux du 9ème art ouvre ses portes jeudi 31 janvier. Non sans quelques déboires préalables avec le retrait d'un sponsor historique, des critiques quant à la lisibilité des prix (réduits à 9 cette année), et un «FIBDgate» né quelques jours avant l'ouverture : Didier Pasamonik, se serait vu refuser son accréditation, laissant planer un doute sur une éventuelle mise au ban du journaliste d'ActuaBD pour avoir été trop critique envers les organisateurs...

Toujours vert cependant, le Festival quarantenaire innove et, pour la première fois de son histoire, le Grand Prix récompensera un artiste pour l'ensemble de son œuvre grâce au vote des auteurs accrédités à Angoulême, parmi 16 noms choisis en concertation avec l'Académie des Grands Prix.

Avec 32 albums en compétition officielle cette année (contre 58 l'an passé), la sélection resserrée réalise néanmoins le tour de force de faire s'affronter bd grand public et bande dessinée d'auteur, montrant toute la diversité du 9ème art, sa capacité à créer, à explorer sans cesse de nouvelles voies. Sur les 22 éditeurs en compétition, seuls sept comptent plus d'un livre en lice et il est très difficile de dire qui sortira vainqueur tant la sélection est éclectique.

Manga, comics, franco-belge, documentaire, romans graphiques, biopic, témoignages, adaptations, strips... tous les genres et sous-genres semblent être représentés ou presque ; l'originalité est au rendez-vous et les sujets traités sont foisonnants. A l'image de la bande dessinée d'aujourd'hui.

Pour sa dernière édition à la tête du festival, Benoît Mouchart avait réaffirmé sa volonté de faire du FIBD un événement de dimension internationale (Finlande, Japon, Brésil sont représentés dans la sélection) tout en soulignant son rôle de précurseur. Et si la compétition officielle reflète bien cette double volonté, elle rend très ardu le jeu des pronostics.

Les choix de Papiers à Bulles :

  • L'Enfance d'Alan, d'Emmanuel Guibert (L'Association) déjà distingué par le Prix ACBD de la critique
  • Day Tripper, de Gabriel Bà & Fabio Moon (Urban Comics)
  • Pablo, biopic du peintre Picasso, de Julie Birmant et Clément Oubrerie (Dargaud)
  • La Grande Odalisque, de Vivès, Ruppert et Mulot (Dupuis - Aire Libre)
  • Lorna, de Brüno (13 Etrange)
  • Quai d'Orsay, T2, de Christophe Blain et Abel Lanzac (Dargaud)
  • Moi René Tardi, Prisonnier de guerre au Stalag IIB de Jacques Tardi (Casterman)

Et dans la sélection Patrimoine : Krazy Kat (volume 1, 1925 à 1929) de George Herriman (Traduction Marc Voline aux Editions Les Rêveurs).

 

Rendez-vous dimanche 3 février pour la proclamation des résultats, avec les prix du Meilleur Album, du Public Cultura, le prix Spécial du Jury, de la Série, de la Révélation, de la Jeunesse, du patrimoine et du polar.

Et le Grand Prix bien sûr.

 

bureau-des-votes-candidats.jpg

(Perso, je vote Manu Larcenet. Qui vote «Cosey. Ou aussi Christin et Chris Ware, mais, non, tiens, votez Cosey. Et pas Larcenet, surtout»).

 

40ème Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême, du jeudi 31 janvier au dimanche 3 Fevrier 2013, de 10h00 à 19h00, avec une nocturne jusqu'a 20h le samedi. GRATUIT POUR LES MOINS DE 10 ANS. Crédit images © 9e ART+

Newsletter