Sam.
01
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Article d'édition
Édition : Perform !

Opening Night a vaudeville

Le grand rideau rouge à paillettes s’ouvre et découvre  l’envers du décor: Momma, allias Mark Tompkins  ouvre la cérémonie.

 Impeccable dans son collant moulant  à paillettes dorées, talons léopard raccord avec la veste, moumoute blonde improbable, la vieille folle appuie sur le bouton  vapeur du fer à repasser: trois pschiit se diffusent, légers comme l’air, Opening Night a vaudeville peut commencer. Junior  déboule masque de Zorro et pyjama de polyester blanc hommage aux scènes burlesques de vaudeville américain, l’excellent Mathieu Grenier et Tompkins himself,enchaînent les numéros .Songs de music-hall, a cappella s’il vous plaît,  duos en costume gris façons Platters et raies sur le côté impeccables , revisitation de la danse des sept voiles sur un morceau de Beyonce , tout y passe. Momma/ Mister T est un vieux routier de la scène et Junior sait tout faire, beat box,  claquettes, chanter dans les aigus, ventriloque... Un régisseur fatigué par les années pousse les accessoires du décor tandis qu’un autre tout frais n’hésite pas à endosser le costume de princesse. Derrière le rire, Opening Night met en travers de la gorge la question de la transmission  et de l’artiste vieillissant. Momma n’a plus tout son souffle, mais le dernier, il le rendra sur scène, on peut en être sûr.  Alors qu’il se lance dans une émouvante version carte-senior de « I am mad about the boy »  «  Mad about the boy, i know it’s stupid to be mad about the boy, i’m so ashamed of it, but must admit, the slepless nights , Ih ahve about the boy….» Junior en fait des kilos sur son clavier Sony et joue la carte 12-25 en s’égosillant et sautillant sur une reprise de Girls girls girls version boys boys boys digne d’un animateur de la rame ID Zap . Les chansons disent l’amour, toujours l’amour, à en perdre la tête.  Sans jamais aucun cynisme, avec un véritable amour pour la scène Mark Tompkins et Mathieu Grenier mènent de bout en bout ce show improbable. Et c’est un bonheur de voir ces Guss jouer sans compter, sans protection aucune, foncer, sans craindre jamais aucun ridicule.  Le rideau se ferme Momma et Junior nous régale d’un bis ! « there is no business like show business, like no business I know, everything about it is appealing.…let’s go on with the show » . Magistral .

 

Jusqu’au 29 janvier au Théâtre de la Cité Internationale à Paris

En partenariat avec le festival Faits d’Hiver . www.faitsdhiver.com

Tél 01 43 13 50 50

www.theatredelacite.com

 

 

Newsletter